Question Pratique n°46 jan/fév/mar 2014
Question Pratique n°46 jan/fév/mar 2014
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°46 de jan/fév/mar 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 19,1 Mo

  • Dans ce numéro : régler les problèmes, 100 astuces pour sortir des conflits.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Beauté & forme La sélection de Féminin Santé ● Anti-brûlure ● Les protections conditions extrêmes Pour petits et grands, le réflexe protection spécial neige est indispensable. Garnier Ambre Solaire propose des produits efficaces, agréables à utiliser et faciles à glisser dans la poche. Recommandée pour affronter les premiers rayons en montagne et pour protéger les peaux claires et fragiles, la Crème indice 50+ est formulée au Meroxyl XL (anti UVA/UVB) et enrichie en huiles de jojoba et vitamine E. Pour les peaux plus mates ou habituées au soleil, il existe trois autres indices (25, 15 et 8) à appliquer sans modération. Le produit se décline aussi en version Enfant « Combi 2 en 1 », valable pour la peau et les lèvres. (Crème protectrice Conditions Extrêmes FPS 50+ de Garnier Ambre Solaire UV Ski, tube de 30 ml, 7,45 €) Qu’elles soient solaires, domestiques ou esthétiques (laser, peeling…), les brûlures du visage ont trouvé leur soin : le Gel d’eau thermale anti-brûlure d’Avène soulage la douleur par un refroidissement immédiat. (Gel d’eau Thermale anti-brûlure Avène, l’étui de 3 doses stériles 15 ml, 8,70 €, en pharmacies) ● Vraiment apaisant FROID & SOLEIL Le Masque tendre apaisant de Decléor redonne à la peau confort extrême et harmonie absolue. Riche en actifs 100% naturels, il renferme un atout secret : l’extrait de Kudzu, une racine venue d’Asie qui calme et apaise, en bloquant les mécanismes de l’inflammation. (Masque tendre apaisant de Decléor, tube de 50 ml, 24,60 €, en parfumeries ; www.decleor.com) ● Teint bonne mine Voici deux soins sur-mesure qui osent le petit plus qui change tout en hiver : une hydratation idéale conjuguée à un effet bonne mine très naturel. (Soin hydratant bonne mine, Soin hydratant apaisant, Diadermine, 7,60 € chaque pot de 60 ml, en GMS) 64 Question-pratique ? Février-Mars-Avril 2008 - 93
B Enquête E A U TbioÉ Produits... Produits... Produits... Question pratique Doit-on faire confiance au Bio ? Il n’y en a plus que pour le bio. Impossible d’ouvrir un magazine sans être au courant des dernières nouveautés issues de l’agriculture biologique. Tout devient bio, les aliments bien entendu, mais aussi les vêtements, les cosmétiques, les voitures et j’en passe... Il s’agit presque d’un surdosage, d’autant qu’il est difficile de faire le tri entre les passades à la mode et le sérieux de la chose. Nous sommes tous d’accord : engrais et pesticides sont mauvais pour notre santé et détruisent la planète, mais que faut-il penser de cette engouement pour ces produits de beauté bio ? PHOTO : PHOTOS.COM P our les femmes accros à leur beauté et aux produits traditionnels qu’elles utilisent depuis des lustres, voici la nouvelle question : « dois-je tout changer (enfin, une fois que j’aurai fini le pot ou le tube que j’ai acheté à prix d’or...) pour passer à la cosmétique bio ? » En utilisant ce terme, il ne faut pas seulement penser au masque au concombre concocté avec amour avec les dernières courses du marché, mélangé au dernier pot de fromage blanc « bio » acheté ce matin. Non, quoique concocter à la fois produit de beauté et déjeuner a un côté pratique. Trêve donc de balivernes et passons aux choses sérieuses : les cosmétiques bio sont-ils meilleurs que les produits standards pour nous, citoyennes lambda qui souhaitons garder une jolie peau et le moins de rides possibles ? Une question de prix Aujourd’hui, l’offre est assez répandue : dans les boutiques bio en priorité, quelques gammes dans les grands magasins et des gammes entières sur Internet. Au niveau du prix, mis à part les recettes maison qui se généralisent et qui sont très bon marché, les produits bio suivent la règle de l’alimentaire, ils sont plutôt chers. Evidemment tout dépend si l’on achète plutôt habituellement du Chanel ou du Yves Rocher, mais disons que la cosmétique bio se situe plutôt dans la tranche élevée de prix. Pas de gain à espérer de ce côté-là donc. Par rapport aux produits de grandes surfaces, il est clair que le bio est plus cher, mais qu’il l’est moins que les très grandes marques qui investissent énormément en marketing. Les produits bio en cosmétique y sont très peu diffusés, contrairement à ce qui s’est passé il y a quelques années pour l’alimentaire. Autant dire qu’il est imaginable que la même évolution ait lieu pour les produits de beauté. Cela est souhaitable pour le client, en tous les cas lorsque l’on parle pouvoir d’achat, étant donné que la grande distribution signifie des volumes importants et donc la possibilité de produire de façon plus rationnelle. Pourtant en cosmétique, bio ou non, on 94 - Février-Mars-Avril 2008 voit bien que mis à part L’Oréal et quelques autres grandes marques, la plupart des grands refusent d’être distribuées via ce circuit, justement parce que le prix bas ne correspond pas à l’image recherchée. Une question d’efficacité Au niveau de l’efficacité, difficile de trouver des études comparatives. Il est déjà ardu de se procurer des résultats véritablement probants au niveau des produits traditionnels, étant donné que tout dépend de la peau de la personne, de son mode de vie, de l’application régulière des produits. Il faut donc faire confiance aux laboratoires, en particulier au niveau des marques bien établies. Idem pour le bio. A ce jour, aucune étude sérieuse ne prouve que les cosmétiques bio soient plus efficaces que les grandes marques utilisant des produits chimiques. Rien ne prouve le contraire non plus. Ici il est question de l’efficacité par rapport à l’objectif recherché qu’il s’agisse d’anti-rides, d’anti-cellulite... Il est vrai que le combat est un peu inégal, car bien des marques bio sont au départ de petites structures. Par contre, les gros laboratoires doivent complètement changer leur processus de fabrication pour fonctionner avec du bio uniquement. Les shampooings, les huiles de corps et de massage fonctionnent particulièrement bien Question-pratique ? 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 1Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 2-3Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 4-5Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 6-7Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 8-9Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 10-11Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 12-13Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 14-15Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 16-17Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 18-19Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 20-21Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 22-23Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 24-25Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 26-27Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 28-29Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 30-31Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 32-33Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 34-35Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 36-37Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 38-39Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 40-41Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 42-43Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 44-45Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 46-47Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 48-49Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 50-51Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 52-53Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 54-55Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 56-57Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 58-59Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 60-61Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 62-63Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 64-65Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 66-67Question Pratique numéro 46 jan/fév/mar 2014 Page 68