Pratique Auto n°28 sep/oct/nov 2016
Pratique Auto n°28 sep/oct/nov 2016
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°28 de sep/oct/nov 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : les Françaises ont la côte !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Essai Auto  : BMW Peugeot X4 308 GTI STOP ARNAQUES VOUS EN DIT PLUS Navettes Paris-CDG à 2 € Depuis le 15 mai, les EasyBus, des navettes mises en circulation par la compagnie aérienne low cost Easyjet, relient le centre de Paris à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (CDG) pour seulement 2 € . Une aubaine ! Jusqu’à présent, il fallait prendre un taxi (40 € minimum), utiliser la navette d’Air France (17 € ) ou emprunter le RER B (10 € ). Des solutions coûteuses auxquelles EasyBus apporte une alternative intéressante. Mini-bus de 16 places, les navettes d’Easyjet effectuent d’ores et déjà 80 allers-retours chaque jour, entre la rue de Rivoli et l’aéroport, pour un trajet de 30 à 45 minutes. Nuits d’hôtels bradées Il existe des solutions d’hébergement abordables. Loin d’être réservées aux vieux routards et aux jeunes fêtards, les auberges de jeunesse proposent, en plus de leurs dortoirs, de jolies chambres avec salle de bains privée pour 2, 3 ou 4 personnes, à partir de 15 € par nuit. Vous préférez dormir à l’hôtel ? Réservez votre chambre à la dernière minute ! Grâce à des applications telles que VeryLastRoom, sur lesquelles les hôteliers bradent leurs chambres inoccupées, vous pouvez bénéficier jusqu’à 70% de réduction. Pour faire des économies de 20 à 80% par nuit, rendez-vous sur Roomroom, TrocHôtel ou tout autre site de revente entre particuliers. Il ne vous reste plus qu’à préparer votre valise. Bonnes vacances ! Hausse du tarif de l’électricité Vous n’avez toujours pas reçu la facture de régularisation de votre fournisseur d’électricité ? Vous êtes chez EDF ? Attendez-vous à recevoir une mauvaise surprise. Depuis début mars, l’opérateur historique répercute sur la facture de ses abonnés, soumis au tarif réglementé, la hausse supplémentaire et rétroactive d’environ 5% hors taxes décidée par le Conseil d’État au printemps 2014. 34 Pratique Auto Train ou autocar  : qui est le moins cher ? Depuis la libéralisation des transports interrégionaux par autocar, la route concurrence sérieusement le rail. Plus lent mais moins cher que le train, le car plonge les usagers dans un dilemme cornélien  : gagner du temps ou de l’argent ? ARGENT Relier Paris à Toulouse pour moins de 10 € au lieu de 86 €   : telle est la promesse des compagnies d’autocar  : iDBUS, Eurolines, Starshipper, Megabus et bien d’autres transporteurs « libérés » par la loi Macron, qui proposent des tarifs imbattables, près de 60% inférieurs à ceux du train. Lorsqu’il circule sur des lignes longues et bien équipées, ce dernier est toutefois beaucoup plus rapide. Avec l’autocar, gagnez de l’argent Moins confortable que le train, moins convivial que le covoiturage et bien moins rapide que l’avion, l’autocar est surtout le moyen de transport le moins onéreux. Les prix de l’autocar, quelles que soient la liaison et la compagnie choisies, sont systématiquement inférieurs aux tarifs les plus bas du train – et des centrales de covoiturage. Ainsi, si vous décidez de relier Lyon à Montpellier en autocar avec Starshipper ou iDBUS, vous déboursez seulement 9 € , contre 13 € en covoiturage et 25 € minimum en TGV. En moyenne, l’autocar est donc 59% moins cher que le train et 14% moins cher que le covoiturage. Le 1er revient à 5,4 centimes par kilomètre (contre 6,3 centimes pour le covoiturage et 13,6 centimes pour le train). Surtout, plus la distance est importante, plus il devient intéressant d’emprunter ce mode de transport. Avec le train, gagnez du temps Plus économique que l’avion, le train reste relativement cher. Il présente néanmoins des avantages. Confortable, il offre une large palette de services (restauration, espace bureau équipé de prises électriques, espace nursery muni d’une table à langer...). Rapide, il permet de relier les grandes villes françaises en un temps record. Comptez en moyenne 1h15 pour un trajet de Lyon à Nîmes (contre 2h20 en covoiturage et 2h45 en car). Et les différences se creusent encore lorsque l’on emprunte des lignes TGV longues et bien équipées. Ainsi, la liaison entre Paris et Bordeaux (600 km environ) dure moins de 3h, alors qu’il faut au moins 5h en voiture et plus de 8h en autocar. Pourquoi l’autocar est-il si lent ? En raison des arrêts qu’il marque tout au long du trajet. En outre, l’autocar ne bénéficie pas encore d’un réseau dense et optimal. Cela devrait changer avec la loi Macron. STOP ARNAQUES - JUIN - JUIILLET 2015 9
Fiche Pratique Qu’est-ce que le covoiturage ? Comment ça fonctionne ? Que faut-il vérifier dans son contrat d’assurance avant de se lancer ? Comment être protégé ?... Autant de questions auxquelles Stop arnaques vous apporte les réponses. PAR LAURA DELTRAMINO Qu’est-ce que le covoiturage ? Le covoiturage consiste en « l’utilisation en commun d’un véhicule terrestre à moteur par un conducteur non professionnel et un ou plusieurs passagers majeurs pour un trajet commun » (articleL. 1231-15 du Code des transports). Cette pratique est licite à condition qu’elle soit gratuite ou que les sommes versées par les personnes transportées ou « covoiturées » correspondent à un partage des frais générés par l’utilisation du véhicule (carburant, péages, assurance, usure du véhicule). Le conducteur ou « covoitureur » ne doit en aucun cas réaliser de bénéfice. Comment ça fonctionne ? Pour offrir ou rechercher un trajet en covoiturage, vous devez recourir aux services de sites Internet. Ces sites de covoiturage en ligne sont des plates-formes de mise en relation entre des personnes proposant un trajet (« covoitureurs ») et des personnes désirant l’effectuer (« covoiturées »). Sur certains sites, le conducteur a la possibilité d’accepter ou non le passager. Le principe repose sur le partage des frais et exclut la possibilité de faire des bénéfices. La plate-forme en ligne qui propose un service de covoiturage à titre lucratif est notamment passible de poursuites pour « pratiques commerciales trompeuses » (articleL. 121-1 du Code de la consommation). Certains sites de covoiturage perçoivent une commission à chaque transaction, payée soit par le « covoituré », soit par le « covoitureur », et dont les montants varient selon le site. Plus la réservation est proche du départ, plus la commission peut être élevée. Avant de choisir votre site et de vous engager dans un trajet, vérifiez les conditions d’utilisation de la plate-forme. Vous devez être informé, avant de souscrire, des commissions demandées. Les utilisateurs de sites en ligne doivent respecter la plupart du temps une charte de bonne conduite (et/ou Automobile COVOITURAGE  : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR POUR ÉVITER LES LITIGES des conditions générales d’utilisation) qui énonce des règles de bon sens et de politesse (ponctualité, propreté...). Évidemment, le conducteur doit notamment être en règle avec son assurance, être titulaire d’un permis de conduire et ne pas transporter de substances illicites. Cependant, aucun site ne vérifie au préalable la véracité de ces informations. Enfin, le conducteur s’engage envers le ou les passagers à effectuer le trajet qu’il a proposé sur son annonce, aux date, heure et lieu convenus et à présenter son permis de conduire sur demande du « covoituré ». - Le paiement du trajet  : il se réalise le plus souvent en ligne mais peut s’effectuer aussi en main propre, le jour du trajet. - En cas d’annulation du trajet  : lorsque le trajet est annulé par le « covoitureur », le « covoituré » est intégralement remboursé. Lorsque le « covoituré » renonce à faire le trajet, tout dépend du moment de son annulation (plus ou moins 24 heures avant le départ). Il peut être intégralement remboursé ou être tenu de verser la moitié du prix prévu, voire la totalité du prix s’il ne se présente pas au rendez-vous. Dans tous les cas, les frais de commission restent à la charge du « covoituré ». En matière d’assurance L’assurance automobile est obligatoire (articleL. 211-1 du Code des assurances). C’est pourquoi la question de l’assurance dans la réalisation d’une opération de covoiturage est essentielle. Pour rappel, l’absence d’assurance, y compris par négligence, est constitutive d’un délit puni d’une amende de 3.750 € et de peines complémentaires (articleL. 324-2 du Code de la route). Avant d’effectuer un covoiturage, le « covoitureur » doit avoir à l’esprit de  : - ne pas pratiquer le covoiturage pour des raisons lucratives. L’assurance responsabilité civile (dommages causés aux tiers) ne prend pas en charge un éventuel Stop Pratique Auto 35 arnaques 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :