Poker Mag n°2 fév/mar 2016
Poker Mag n°2 fév/mar 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de fév/mar 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 42,4 Mo

  • Dans ce numéro : les secrets du champion du monde !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
76 Technique vous faire perdre la raison. Vous pouvez être l’agresseur pré-flop avec un superbe As-Roi (Anna Kournikova selon l’expression reçue ; « c’est joli mais ça ne gagne pas beaucoup » ) , vous touchez votre As au flop, mais bizarrement vous êtes relancés et les mises jouées par vos adversaires sont assez intimidantes. Arrêtez vous de suite. Tout indique que votre main n’est plus du tout la meilleure, surtout si il y a sur le tapis plusieurs cartes de même couleur ou des possibilités évidentes de quinte. Vous pouvez continuer à payer (vos adversaires vous en seront très reconnaissant) ou vous pouvez vous coucher et économiser de l’argent. Il y’a des situations ou vous serez forcé de vous coucher, mais la plupart du temps cette décision ne reposera que sur votre seule appréciation. Ne jouez pas dans le déni, ne vous dites pas que votre paire max finira par vaincre, que votre adversaire ne peut pas réellement avoir touché sa couleur. Si les signes sont là, suivez les ! Une mise de plUs poUr Un gros pot ? Souvent, quand le pot est très bien fourni, et que vous sentez que vous êtes battu, vous paierez une mise supplémentaire sur la river. Ce n’est pas forcément mal joué ! Car si payer alors qu’il faut se coucher est une erreur, elle est moins grave à ce stade que de se coucher avec la main gagnante. Tout est à votre appréciation, mais perdre un pot très important peut avoir de lourdes conséquences. Soit vous vous couchez et vous économisez une mise, mais risquez d’en perdre dix ou douze, soit vous perdez une mise supplémentaire et gagnez peut être le pot ! Il y a de très nombreuses situations qui nécessiteront votre fold, et vous vous en rendrez très rapidement compte si vous jouez ne serait-ce qu’un peu. 3. relancer Au poker, cette action consiste à surenchérir, à miser plus qu'un adversaire. Relancer un adversaire est une action qui exprime que vous avez confiance en votre main. Exemple  : un adversaire mise 5 et que vous misez 10, vous relancez votre adversaire qui doit maintenant répondre à votre relance. Relancez pour protéger votre main  : par exemple vous avez une main forte et vous êtes persuadé de gagner si le coup s'arrêtait là. Le problème est qu'il y a encore une carte ou deux à venir après le flop et vous craignez que votre adversaire ait un tirage couleur. Il mise pour vous faire croire qu'il a une "main faite". Il faut relancer pour « protection ». Relancez pour réduire le nombre de vos adversaires  : si vous avez une paire d'As avant le flop, vous avez une montagne ! Et vous êtes le favori du coup, c'est Poker mag n°2 certain. Mais attention, si vous jouez le coup à 4 ou 5 joueurs, vous n'êtes plus si favori que ça. Donc vous relancez pour augmenter vos probabilités de gagner ! Relancez pour gagner plus ! Chaque fois que vous avez un jeu gagnant, le but est de gagner le maximum, de « prendre de la value » comme on dit en jargon poker). Relancez en bluff ou en semi-bluff. Si votre adversaire n’a pas un gros jeu au flop, il peut penser qu’il est battu si vous relancez. Vous relanceriez en effet si vous aviez un brelan ou deux paires, par exemple. Mais si vous avez un tirage couleur ou un tirage de quinte bilatéral ou un tirage couleur agrémenté d’un tirage de quinte ventral, il est légitime de relancer aussi… Votre adversaire peut se croire déjà battu et peut vous concéder le pot tout de suite, ce qui vous convient puisque vous n’avez rien (pour l’instant) ; et si vous êtes payé, vous avez beaucoup de cartes d’amélioration (on dit dans le jargon poker que vous avez beaucoup « d’outs »). Il s’agissait ici d’un semi-bluff, mais il existe aussi des cas où vous pourrez gagner le coup en bluff total, au turn ou à la river. L’arme est efficace mais à utiliser avec modération (si vous bluffez sans arrêt, vos adversaires s’en apercevront) et c’est aussi une arme double tranchant car bluffer coûte
cher en cas d’échec. Attention aussi car le bluff n’est pas seulement -loin de là ! - une affaire de psychologie et de courage  : un bluff se construit sur des éléments techniques, n’oubliez pas que votre adversaire, s’il est un bon joueur, va reconstituer toutes vos actions depuis le début du coup et même sur les coups précédents, et il va sérieusement se demander si votre grosse mise sur la river est cohérente avec vos actions précédentes. Moralité  : pour être un bon bluffeur, il faut aussi être un fin technicien de poker pur ! et la relance poUr obtenir des informations ? Cette méthode a longtemps été préconisée, même par de très bons joueurs. Exemple  : un joueur mise et vous avez une belle main, une paire de Dames ! Vous vous sentez fort mais pour essayer de savoir si l'autre n'aurait pas par malheur une paire de Rois ou même une paire d'As, vous relancez « pour en savoir plus ». Cette tactique est aujourd’hui obsolète. En effet, les stratégies ont beaucoup évolué et se sont diversifiées  : un bon joueur en face s’aperçoit très bien quand vous relancez « pour info » et il peut à son tour vous sur-relancer en bluff et au contraire juste vous payer avec un gros jeu ! La relance « pour info est donc une arme qui ne fait plus partie de la panoplie des pros, même si elle peut encore fonctionner contre des joueurs faibles ou moyens. En tout cas, ce serait une erreur de croire que « relancer pour info » résout les problèmes et évite les décisions difficiles pour la suite… En conclusion, ces quelques principes et surtout l’entraînement, l’expérience que vous accumulerez au fil du temps, vous aideront à « bien miser ». Cela dit, vous n’éviterez pas les erreurs ni quelques mauvais coups. On dit souvent quil faut payer pour apprendre". C'est aussi vrai au poker que dans la vie ! 4. check L'action « Check » permet de rester dans la partie sans être obligé de miser  : Vous vérifiez et évaluez en quelque sorte le jeu des adversaires. Vous ne pouvez checker que lorsque votre mise est la plus haute du tapis. Si un adversaire mise après votre « Check », alors vous devrez choisir entre l'une des trois décisions suivantes  : se coucher, suivre, ou relancer ! Quand un joueur veut rester dans le jeu mais ne pas placer d’enchère. Vous pouvez passer uniquement si aucune autre enchère n’a été placée dans le tour d’enchère. Checker ou passer signifie miser 0, on reste dans la partie mais on laisse la parole aux autres joueurs. Il peut être suivi d'une relance, cela fait en général très peur aux adversaire et s'appelle un ckeck-raise. ! Parler (ou faire « parole ») signifie que le joueur ne mise ni ne se couche. Cela implique qu'il reste dans le jeu et peut espérer remporter le pot. Ce cas de figure n'est possible qu'à la condition que personne n'ait relancé avant lui dans le tour. En somme, le premier joueur à pouvoir le faire au premier tour est celui qui a déposé la grosse blinde et, aux éventuels tours suivants, le premier joueur restant en jeu à gauche du donneur. À noter qu'un joueur qui relance après un joueur « parole » oblige ce dernier soit à passer, soit à suivre, soit à relancer à son tour. Poker mag n°2 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 1Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 2-3Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 4-5Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 6-7Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 8-9Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 10-11Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 12-13Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 14-15Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 16-17Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 18-19Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 20-21Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 22-23Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 24-25Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 26-27Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 28-29Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 30-31Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 32-33Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 34-35Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 36-37Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 38-39Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 40-41Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 42-43Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 44-45Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 46-47Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 48-49Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 50-51Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 52-53Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 54-55Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 56-57Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 58-59Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 60-61Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 62-63Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 64-65Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 66-67Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 68-69Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 70-71Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 72-73Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 74-75Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 76-77Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 78-79Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 80-81Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 82-83Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 84-85Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 86-87Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 88-89Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 90-91Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 92-93Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 94-95Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 96-97Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 98-99Poker Mag numéro 2 fév/mar 2016 Page 100