Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°27 de aoû/sep/oct 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'instant présent, secret de la joie au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PHOTOS.COM D.R. Apprendre à se pardonner Vous devriez pratiquer tout le contraire, c’est-à-dire envoyer beaucoup d’amour sur ces erreurs et dire  : « J’ai agi ainsi, mais je l’ai fait avec le niveau de conscience que j’avais à ce moment-là. Actuellement j’ai changé de niveau de conscience, je change de comportement et j’éclaire tous les coins d’ombre qui sont encore en moi. Je me pardonne totalement pour tout ce que j’ai pu faire pendant cette existence, parce qu’une grande partie était programmée. Bien sûr, j’aurais pu dépasser la programmation, mais je n’en ai pas eu la capacité sur le moment. Maintenant que je comprends pourquoi j’ai agi de cette façon, qu’il était difficile de s’y soustraire parce que cela faisait partie de ma programmation de vie, je me pardonne totalement pour mes égarements, je me pardonne pour mes erreurs, je me pardonne pour tout l’Amour que je n’ai pas pu me donner et donner à ceux que j’aime. Je m’en remets totalement à l’énergie divine qui transformera mon être, qui illuminera ma vie. » Il est beaucoup plus facile que vous ne le pensez de vous pardonner pour la souffrance que vous avez pu occasionner à d’autres et de pardonner aux autres pour celle qu’ils ont pu vous faire subir. Dans 62 Philosophie pratique 64 FémininPsycho Culpabilité une existence, il n’est pas facile de vivre sans faire souffrir peu ou prou ceux que vous aimez. Dès que vous comprenez cela, vous vous déresponsabilisez. Accroître son niveau de conscience Pendant son passage sur la Terre, un humain traverse plusieurs niveaux de conscience. Ces divers niveaux de conscience devraient lui permettre d’annihiler complètement toutes ses erreurs, ses incompréhensions. Malheureusement, les hommes fonctionnent ainsi  : souvent inconsciemment, ils se punissent en permanence pour leurs actes. C’est une très mauvaise solution. La meilleure est d’éclairer tout ce que vous n’avez pas accompli en harmonie avec votre âme, avec votre conscience, de projeter beaucoup d’amour sur tous ces actes qui ne correspondent pas à ce que vous désirez dans votre existence, et de vous déculpabiliser totalement pour toute action commise, toute parole prononcée. L’essentiel est ailleurs  : quelles que soient vos erreurs dans vos paroles, dans vos pensées, dans vos actes, déresponsabilisez-vous complètement pour vous rendre libres, libres de continuer la vie d’une façon beaucoup plus légère, beaucoup Souvent, les hommes se croient plus « mauvais » qu’ils ne sont, donnent de l’énergie à cette pensée et arrivent à s’en convaincre. Ils s’emprisonnent dans cette notion d’eux-mêmes complètement erronée. plus harmonieuse. Tout ce que vous avez vécu est vécu, apprenez donc à mieux vivre les moments qui vous restent dans cette incarnation. Apprenez à couper totalement avec un passé pesant. Il ne vous appartient plus, il a été vécu, quoi que vous ayez pu faire, dire, ou penser. De toute éternité, la seule énergie vers laquelle vous devez tendre de toutes vos forces est l’Energie de l’Amour, cette énergie qui transforme toute souffrance, qui guérit toute maladie. Cette énergie bien dirigée en vous et autour de vous peut faire des miracles. Apprenez à vous aimer. Apprendre à s’aimer Apprenez à vous aimer, c’est une des clés essentielles de votre existence. Tant que vous n’aurez pas complètement intégré cela, compris la valeur et la puissance de cela, vous trébucherez, vous souffrirez, vous tomberez malade, vous vous révolterez. Lorsque vous vous aimez, vous vous pardonnez totalement vos erreurs. Lorsque vous vous aimez, vous aimez tous les autres, vous aimez et vous pardonnez à ceux qui vous ont fait souffrir. Vous vous libérez de chaînes dans lesquelles vous vous êtes emprisonnés. Se nourrir d’une énergie de vie Vous ne comprenez pas toujours que ces sentiments de culpabilité et de non-pardon détruisent votre véhicule, votre corps cependant si parfait. Vous le nourrissez d’une énergie dont il n’a pas besoin et qui le détériore. Faites donc machine arrière, nourrissez-le d’une énergie qui va le régénérer en permanence. Si vous avez conscience de cela, appliquez-le au quotidien dans votre vie. FÉMININPSYCHO 45
PSYQUOTIDIEN PHOTOS.COM D.R. Sachez que beaucoup de vos maladies viennent d’une non-acceptation de ce que vous êtes ou de ceux qui vous entourent. La maladie reflète souvent un mal-être, un mal vivre, un manque d’amour pour soi et pour la vie. Il vous faut comprendre à quel point la vie est importante, combien votre rôle sur ce monde est important et combien vous n’avez pas le droit de vous perdre, de vous détruire. Une personne qui se perd, qui se détruit, attire à elle, par loi de résonance, d’autres personnes faibles qui peuvent la suivre dans son sillage. Par contre, une personne qui rend grâce et hommage à la vie en permanence, qui rayonne la Lumière et l’Amour Divin attire beaucoup d’êtres ayant le même état d’esprit, les mêmes affinités, cela crée un pôle d’ancrage d’Amour, de Lumière et de rayonnement considérable. Au travers d’énergies nouvelles que vous intégrez de plus en plus, vous allez sentir beaucoup de transformations dans votre corps physique, ainsi que dans la conception que vous avez de vous-mêmes et de la vie. D’un seul coup, tout vous paraîtra beaucoup plus léger, beaucoup plus simple, mais uniquement si vous vous êtes délesté de certains poids, de certaines chaînes. Oublier le passer et vivre au présent Le passé ne doit donc pas continuellement venir nous tourmenter, car au moment où nous souffrons encore de ce qui a pu 46 FÉMININPSYCHO « Culpabilité » se produire, de notre rageante bêtise ou de notre impuissance, le passé n’est plus. Certes, le passé n’est pas modifiable, il laisse des traces et des souvenirs, mais il n’est plus la réalité. Demandons-nous alors ce que l’on cherche à fuir dans le présent en se faisant des reproches sur le passé. Ensuite, apprenons à vivre au présent en nous détachant de nos anciens fantômes ; cela est une opportunité formidable que la vie nous offre pour nous permettre de nous améliorer. Cela suppose que nous apprenions à nous faire un peu plus confiance et que nous cessions de « croire » que nous sommes incapables de changer. Car il s’agit bien là d’une croyance, qui barre le passage à l’expression de nos lumineuses potentialités. Nous agissons alors en pensant nous préserver, mais cela ne nous libère pas. Or, apprendre à vivre au présent, se concentrer sur ce qu’on est en train de faire là, en cet instant, si nous cherchons avec enthousiasme, joie, sagacité, esprit de découverte et d’aventure la meilleure façon de nous y prendre, peut être le gage d’une sérénité retrouvée. Se corriger avec bienveillance L’une des qualités essentielles pour sortir de la culpabilité est la persévérance. « Chassez le naturel et il revient au galop », dit l’adage populaire. Ainsi, d’anciens traumatismes ressurgissent parfois à des moments inattendus… et il faut se fortifier pour ne pas céder à leur appel. Il faut se souvenir des solutions Philosophie pratique que nous avons « déjà » trouvées pour nous en détacher - même si certains les désapprouvent -, ressentir en nous l’apaisement que cela nous a procuré, et être « certains » que nous sommes encore capables de nous hisser un peu plus au-delà de nous-mêmes, de faire des choix encore un peu plus en accord avec notre nature profonde, des choix plus subtils, conscients. Pour que la paix succède à la culpabilité et pour que nous soyons chaque jour un peu plus fiers de nos actes. Une psychothérapie ou une psychanalyse peut aider à accéder à une maîtrise de cette culpabilisation systématique. Vous l’aurez compris  : bon nombre des problèmes psychologiques s’enracinent dans la culpabilité que l’on éprouve inconsciemment à l’égard des êtres qui nous sont chers. L’amour et les soins attentifs reçus dans l’enfance au détriment d’un autre membre de la famille, l’indépendance durement conquise, l’impossibilité de répondre aux attentes de nos proches ne sont que quelques-unes des fautes dont nous avons pu nous sentir coupables à un moment ou à un autre de notre vie. Si vous avez tendance à endosser ainsi les problèmes du monde entier ou à vous sentir obligé de combler les attentes de tout un chacun, il est grand temps d’y mettre fin. Vous avez aujourd’hui les premières clés pour y parvenir, mais l’essentiel est déjà en vous ! J.B. A LIRE « Au diable la culpabilité ! Cessez de vous culpabiliser et retrouvez votre liberté intérieure » de Yves-Alexandre Thalmann, Editions Jouvence, 208 pages. Philosophie pratique 63 FémininPsycho 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 1Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 2-3Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 4-5Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 6-7Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 8-9Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 10-11Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 12-13Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 14-15Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 16-17Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 18-19Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 20-21Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 22-23Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 24-25Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 26-27Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 28-29Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 30-31Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 32-33Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 34-35Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 36-37Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 38-39Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 40-41Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 42-43Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 44-45Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 46-47Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 48-49Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 50-51Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 52-53Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 54-55Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 56-57Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 58-59Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 60-61Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 62-63Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 64-65Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 66-67Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 68-69Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 70-71Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 72-73Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 74-75Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 76-77Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 78-79Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 80-81Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 82-83Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 84