Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°27 de aoû/sep/oct 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'instant présent, secret de la joie au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
PHILOSOPHIE De vie Les valeurs sont sociétales mais aussi personnelles. Dans ce cas, elles peuvent contribuer à assurer l’apparces valeurs est bien entendu l’un des centres d’intérêt majeur des sciences sociales et politiques, mais elle a également des répercussions dans d’autres domaines, telles que la psychologie. Les historiens et spécialistes des sciences humaines ont bien entendu exploré les éléments fondateurs des cultures dans toute leur diversité, tant au cœur des villes qu’au fin fond de la jungle. L’un des sujets d’étude privilégiés a été de découvrir les valeurs qui ont permis de mettre en place les lois et règles régissant les différents types de société. Les valeurs de la société sont intimement liées à la culture de cette dernière. Elles évoluent donc dans le temps, la question étant de savoir si toutes tendent à évoluer vers le même modèle. A ce jour, il est important de se dire que le système de valeurs des démo- 48 24 Philosophie pratique QUESTION PHILOSOPHIE Philosophie de vie « L’existence de valeurs communes ne résout certes pas tous les problèmes et ne signifie pas que chaque société n’est pas libre de trouver des solutions qui lui sont propres. » (Kofi Annan, Prix Nobel de la Paix) craties, celui qui nous concerne en France, est encore très minoritaire au niveau de la population mondiale. Et si d’autres populations aspirent à ce type de modèle, les raisons économiques n’y sont pas étrangères. En France, la population adhère globalement aux notions de « liberté, égalité, fraternité » au moins d’un point de vue intellectuel, ainsi qu’à la possibilité de choisir ses élus. La valeur religieuse s’est par contre délitée  : si la France était la fille aînée de l’Eglise au Moyen-Age, on peut dire que les valeurs catholiques sont aujourd’hui plutôt un socle, une fondation pour des valeurs qui sont devenues de plus en plus laïques. Valeurs et individus tenance à un groupe ou au contraire l’en séparer. Généralement, elles permettent d’expliquer un comportement ainsi que les choix faits par l’individu, d’où l’importance de les connaître et de comprendre comment elles se sont structurées lorsque l’on cherche à entreprendre un travail psychologique. De plus, les valeurs d’un individu sont susceptibles de changer et d’évoluer au cours de son existence, elles ne sont donc pas immuables, même si leur socle reste normalement cohérent tout au long d’une vie. « Bonnes » et « mauvaises » valeurs Dans un pur raisonnement intellectuel, il n’y a pas de bonne ou mauvaise valeur. Les uns adhèrent à une valeur tandis que les autres la rejetteront. L’adhésion à une valeur engendre en effet le rejet d’une autre, considérée comme incompatible. Les valeurs sont portées par les individus, les groupes sociaux de toute nature, et se transmettent au sein de la société, génération après génération, ce qui n’empêche pas leur remise en cause et leur évolution, mais sur des périodes de temps très longues  : il peut s’agir de dizaines d’années, voire de siècles. Ce système permet donc une certaine stabilité sociale. Les évolutions et changements se font la plupart du temps de façon douce, mais il peut arriver qu’elles engendrent une révolution au sens propre. Elles peuvent aussi être intégrées suite à un phénomène de mélange de cultures. Par exemple la monogamie, ou l’égalité entre les hommes qui n’ont pas été évidentes dès la découverte d’autres populations.
EXPERT ANTHONY ROBBINS, AUTEUR DE « POUVOIR ILLIMITÉ » LA BASE DE TOUT RAPPORT PROFOND « Des valeurs communes forment la base de tout rapport profond. Si deux personnes ont des valeurs parfaitement liées, leur relation pourra durer éternellement. Si leurs valeurs sont totalement différentes, il y a peu de chances pour qu’elles réussissent à avoir une relation durable et harmonieuse. Il y a donc deux choses à faire. Premièrement, trouvez les valeurs que vous avez en commun. Vous pourrez vous appuyer sur elles pour surmonter vos différences. [...] Ensuite, cherchez à soutenir et à satisfaire autant que vous le pouvez les valeurs les plus importantes de l’autre. Telle est la base d’une relation durable, puissante et épanouissante, que ce soit dans le domaine personnel, familial ou professionnel. » Les valeurs entraînent la mise en place de normes qui à leur tour vont avoir pour conséquence la mise en place de comportements respectueux de ces normes. L’important est que ces valeurs soient partagées au sein d’un même ensemble social qui admet qu’elles sont bonnes pour le groupe et favorisent son bienêtre. Ce groupe cependant n’est pas universel, car des différences importantes existent. Universalité et valeurs En fonction des zones du monde, les valeurs changent effectivement. De nombreuses recherches ont été effectuées sur le sujet qui ont permis de définir diverses catégories  : - Les valeurs traditionnelles  : on y retrouve les notions de famille, de clan, de tribu, mais aussi de religion ; - Les valeurs modernes  : consécutives à des raisonnements philosophiques, sociologiques, politiques, telles la démocratie par exemple, la volonté de pouvoir faire un choix à tous niveaux, y compris celui de l’éducation ; - Les valeurs de bien-être  : la qualité de vie devient alors une priorité, le souci de l’environnement, la tolérance à la diversité… - Certains chercheurs ont également créé la catégorie des valeurs de survie, qui s’apparentent cependant plus à des besoins au sens strict du terme qu’à des valeurs (par exemple se nourrir suffisamment pour survivre). Si l’on accepte le résultat de ces études, force est de reconnaître que de grandes zones aux valeurs communes émergent de la carte du monde. Elles sont basées sur le croisement de plusieurs éléments dont les plus importants sont les religions et les systèmes politiques. Des éléments de réflexion Voici plusieurs éléments de réflexion  : - Ronald Inglehart, politologue américain, a mis en avant le fait que 70% des valeurs peuvent être classées selon deux axes  : celui qui tend vers l’épanouissement personnel et l’individualisme, et celui qui tend vers des valeurs rationnelles, de plus en plus indépendantes des religions. Contrairement à ce qui peut être présupposé, globalement les sociétés traditionnelles pèsent de plus en plus lourd au niveau mondial, le nombre de la population concernée par les valeurs modernes étant plutôt en régression. Sans doute faudrait-il avoir une vision nettement plus longue pour pouvoir tirer de vraies conclusions et raisonner sur plusieurs centaines d’années. - Pour de nombreux philosophes européens, les valeurs sont totalement conditionnées par l’économie. Les hommes développeraient donc de nouvelles valeurs en fonction de leur niveau de vie en tant que société. Selon eux, c’est l’économie qui prime sur tout. Une fois un certain niveau atteint, l’homme serait donc poussé de façon systématique dans une même direction qui va vers plus d’individualisme, d’autonomie et d’indépendance. - D’autres partent du point de vue que c’est l’aspect culturel, y compris religieux, qui prend le pas sur tout le reste et engage sa propre évolution. Il est évident que le fait d’avoir une vie permettant de vivre et non pas de survivre est la condition sine qua non à partir de laquelle peuvent se développer de nouvelles notions telles que celles qui sont apparues dans les démocraties occidentales. Pour autant, les notions d’appartenance à un clan, de protection des enfants, de solidarité sont quasiment universelles, dans les peuplades les plus reculées Philosophie pratique comme dans les civilisations les plus modernes. En matière de valeurs religieuses, quelles qu’elles soient, elles sont toujours très fortes dans les sociétés primitives, en particulier agricoles et rurales. Plus le monde devient technique, plus l’homme a l’impression de maîtriser son activité et devient créateur de technologie, plus la laïcité progresse. Force est donc de constater que les valeurs universelles qui persistent sont les plus basiques, liées à la naissance de l’humanité et qu’aujourd’hui, il existe plusieurs systèmes de valeurs fort différents qui coexistent au niveau mondial. Ce sont en particulier les priorités qui changent d’une zone à l’autre. Un socle universel ? Les valeurs humaines ont un socle universel qui connaît de nombreuses évolutions différentes à travers la planète. Certains chercheurs ont cependant établi des théories qui permettent de réfléchir sur cet aspect en se fondant justement sur les valeurs de base permettant à l’humanité de se retrouver dans un sentiment universel. Dans ce domaine qui est du ressort de la psychologie sociale, il est possible de se référer à deux grands auteurs  : Milton Rokeach et Shalom Schwartz. Tous deux sont considérés comme des psychologues et sociologues américains, même si le premier est originaire de Pologne et le second vit en Israël. Tous deux ont travaillé sur les valeurs et ont mis en avant des typologies en se basant sur le modèle de société américain. Toutefois, tous deux pensent que ces valeurs sont valables partout, même si leur hiérarchie change, provoquant de ce fait certains malentendus. Milton Rokeach, le pionnier Dans son livre « The Nature of Human Values » publié dans les années Philosophie pratique 25 QUESTION PHILOSOPHIE 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 1Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 2-3Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 4-5Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 6-7Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 8-9Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 10-11Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 12-13Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 14-15Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 16-17Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 18-19Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 20-21Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 22-23Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 24-25Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 26-27Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 28-29Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 30-31Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 32-33Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 34-35Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 36-37Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 38-39Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 40-41Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 42-43Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 44-45Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 46-47Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 48-49Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 50-51Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 52-53Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 54-55Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 56-57Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 58-59Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 60-61Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 62-63Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 64-65Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 66-67Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 68-69Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 70-71Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 72-73Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 74-75Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 76-77Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 78-79Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 80-81Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 82-83Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 84