Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
Philosophie pratique n°27 aoû/sep/oct 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°27 de aoû/sep/oct 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'instant présent, secret de la joie au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Cultiver la joie au quotidien Ce que la joie va changer dans votre vie La joie est une émotion, parfois spirituelle, ou un sentiment de satisfaction, plus ou moins durable, qui emplit la totalité de notre conscience et de notre être. Alors qu’il est difficile d’atteindre le bonheur, la joie quant à elle peut être au cœur de nos vies au quotidien. C’est presque un état d’esprit qui demande de la pratique pour changer notre existence et la rendre chaque jour plus lumineuse. 16 Philosophie pratique 30 FÉMININPSYCHO surtout au C’est XVIIe siècle que la joie a été célébrée. Le philosophe hollandais Spinoza est le grand penseur de la joie, en particulier dans son Éthique où la joie forme, avec la tristesse et le désir, l'un des trois affects fondamentaux de l'être humain. La joie est définie par Spinoza comme « le passage de l'homme d'une moindre à une plus grande perfection », c'està-dire comme une augmentation de forces et de la réalisation de soi d'un être humain. La joie est ainsi un accroissement de notre puissance, lié à la réalisation de nos désirs et de notre effort pour persévérer dans l'existence. La puissance de la joie A propos de son dernier essai lumineux, « La puissance de la joie » (Ed. Fayard), le philosophie Frédéric Lenoir nous explique que « Bergson nous dit que le plaisir « est une ruse que la nature a inventé » pour la perpétuation de l’espèce. Si nous n’avions pas de plaisir à boire ou à manger, nous ne le ferions pas suffisamment pour nous maintenir en vie. Si nous n’avions pas de plaisir à faire l’amour, nous ne nous reproduirions pas. Alors que la joie, nous dit-il, est ADOBESTOCK
« Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie est la manifestation de notre puissance vitale. » (Frédéric Lenoir) l’expression de l’accomplissement de la vie. Nous sommes dans la joie lorsque nous grandissons, nous progressons, nous participons au processus créatif de la vie. Cela rejoint la définition spinoziste de la joie  : « le passage d’une moindre à une plus grande perfection ». La joie est une augmentation de notre puissance vitale  : nous sommes dans la joie chaque fois que nous nous sentons exister plus et mieux. Or le désir est une force extraordinaire qui nous pousse à rechercher la joie. Mais Spinoza explique de manière lumineuse que lorsque nos désirs sont orientés, à cause d’une idée erronée, vers quelque chose ou vers quelqu’un qui nous diminue, nous vivons une joie « passive », qui se transformera tôt ou tard en tristesse. Alors que lorsqu’ils sont orientés, grâce à une idée adéquate, vers quelque chose ou vers quelqu’un qui nous fait grandir, progresser, nous épanouir en profondeur, alors nous connaissons une joie « active », profonde, vraie, durable. C’est toute la différence, par exemple, entre l’amour passionnel et l’amour véritable. Le désir, que Spinoza définit comme « l’essence de l’homme », est donc toujours le moteur de nos actions. Mais la joie et le bonheur ne sont profonds et durables que lorsque nos désirs sont éclairés et orientés par la raison. » Par ailleurs, Frédéric Lenoir montre bien la différence entre les notions de « bonheur et de joie » en nous déclarant  : « Il existe, au fond, deux grandes quêtes de sagesse. La première recherche le bonheur à travers l’absence de trouble, la sérénité, ce que les épicuriens et les stoïciens appellent l’ataraxie. Il s’agit d’essayer d’éviter la souffrance en éliminant la cause de la douleur, le désir-attachement lié à une forte affectivité, ce qui est aussi typiquement la voie prônée par le Bouddha. La seconde quête entend cultiver la joie de vivre sans pour autant diminuer le désir et renoncer aux plaisirs de la vie quotidienne, qui peuvent en effet susciter de la souffrance. L’idée, c’est de vivre pleinement et de cultiver la joie pour nous aider à traverser toutes les peines de l’existence, plutôt qu’à tenter de les éliminer en menant une existence plus ou moins ascétique. C’est, d’une manière diverse, la sagesse des maîtres taoïstes, de L’Evangile, de Montaigne, de Spinoza ou de Nietzsche. » Une voie de développement personnel Psychothérapeute, enseignante et écrivaine, Isabelle Filliozat est pour sa part créatrice de l'Approche Empathique Intégrative, au sein de l'EIREM, Ecole des Intelligences Relationnelle et Émotionnelle. Auteure de nombreux livres traduits en vingt langues, elle consacre cette année un bel essai à la joie  : « Les chemins de la joie » (Ed. JC, Lattès). Philosophie pratique Dans ce livre passionnant, elle nous explique que cette belle émotion qu'est la joie n'est pas un petit plus dans l'existence, c'est l'émotion du sens de la vie. Ce mot « sens » a trois définitions, il dit « signification », « direction » et « sensation ». Or, nous éprouvons de la joie lorsque notre vie signifie quelque chose pour quelqu'un, lorsque nous dirigeons notre vie selon nos valeurs et simplement lorsque nous nous sentons vivre. Nous sommes une espèce sociale et avons besoin de nous sentir appartenir au groupe. Lorsque nous nous sentons connectés, nous sommes emplis de joie. Nous avons un cerveau préfrontal qui nous confère notre libre arbitre, qui nous demande d'exister (ex-ister/se dresser). Notre image du bonheur rime souvent avec confort. Or si ce dernier apporte du plaisir, il a tendance à diminuer la joie et même notre capacité à la joie. Pour Isabelle Filliozat, la joie est fille de l'effort, de la concentration, de l'attention  : « Lorsque nous nous dressons, lorsque nous nous réalisons, lorsque nous réussissons à atteindre nos buts, la joie nous transporte. Marcher dans la nature, sauter, courir, danser, chanter, faire la fête, tout cela apporte de la joie, nous verrons pourquoi. Nous découvrirons le flow, cet état indicible, les conditions de la joie et ses effets. On nous a dit Philosophie pratique 17 FÉMININPSYCHO 31 ADOBESTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 1Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 2-3Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 4-5Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 6-7Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 8-9Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 10-11Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 12-13Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 14-15Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 16-17Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 18-19Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 20-21Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 22-23Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 24-25Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 26-27Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 28-29Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 30-31Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 32-33Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 34-35Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 36-37Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 38-39Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 40-41Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 42-43Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 44-45Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 46-47Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 48-49Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 50-51Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 52-53Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 54-55Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 56-57Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 58-59Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 60-61Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 62-63Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 64-65Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 66-67Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 68-69Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 70-71Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 72-73Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 74-75Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 76-77Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 78-79Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 80-81Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 82-83Philosophie pratique numéro 27 aoû/sep/oct 2016 Page 84