Philosophie pratique n°26 mai/jun/jui 2016
Philosophie pratique n°26 mai/jun/jui 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°26 de mai/jun/jui 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 30,7 Mo

  • Dans ce numéro : bonheur, court-on après des chimères.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
LES PREMIÈRES LOIS Les historiens ont connaissance du code d’Ur-Nammu qu’il a été impossible de décoder dans son intégralité car incomplet. C’est donc le code d’Hammurabi daté de 1750 avant Jésus-Christ qui fait office d’ancêtre du droit, et fait la part belle à la loi du talion. axiome car en dépit de l’apparence, cette loi était relativement douce pour l’époque. En effet, si l’on volait, il convenait de rendre ce que l’on avait dérobé, et non pas d’aller sur des punitions plus symboliques et disproportionnées comme de se faire couper une main. La loi du talion a en réalité pour objectif de ne pas entrer dans une escalade de la violence qui ne peut aboutir qu’à la catastrophe. En ef- fet, il convient de ne pas laisser le plus fort obtenir ce qu’il veut simplement grâce à sa supériorité physique, et c’est la raison d’être du droit et de la justice  : garantir que la loi du plus fort ne soit pas à la base de la société afin d’entrer dans ce que l’on considère être la civilisation et punir le fautif de façon équitable en tenant compte des dommages subis, ni plus, ni moins. Liaison avec la vertu Dans l’Antiquité, la notion de justice est clairement liée à celle de vertu. Les sophistes s’inscrivent a contrario en affirmant que la justice est un instrument de pouvoir. Socrate utilisera pour les contrer une symbolique simple et claire  : la justice est l’équivalent du médecin, la société étant assimilée au corps humain. 54 Philosophie pratique Philosophie de vie « Ce qui est conforme aux lois extérieures s’appelle juste, et ce qui ne l’est pas, injuste. » (Kant) C’est Aristote qui introduit une nouvelle nuance, celle de l’égalité. En effet, chacun doit pouvoir compter sur ce traitement dit équitable qui induit des droits égaux. La justice est pour les philosophes l’essence même de cette capacité de la société à garantir un mode de fonctionnement identique quels que soient la personne, son pouvoir, sa puissance, sa beauté, etc. Selon Aristote donc « ce qui est juste est quelque chose d’égal ». La vertu fera son grand retour avec David Hume, qui fonde son idée de la justice sur le fait que l’homme a dû inventer ce concept qui est utile à la société. La loi avant les droits, voici son axiome. Justice & égalité A première vue, la justice signifie donc traiter chacun avec égalité. Ainsi aujourd’hui, les revendications de salariat identique entre homme et femme semblent tout à fait respectables et on ne peut plus normales pour une fonction similaire. Mais que faire pour la rétribution entre deux postes identiques, mais avec l’un qui est beaucoup plus « méritant », productif ou motivé que l’autre. Récompenser le meilleur serait-il injuste ? On introduit ici la notion de proportion qui vient modifier la donne  : faire courir un adulte et un enfant sur la même distance en attendant le même résultat semble injuste, il convient de faire en sorte que les conditions d’équité soient remplies afin que la justice s’applique. Et voici cette fameuse égalité qui se complique. Justice & économie L’économie est sans doute le terrain où la question de la justice se John Stuart Mill, économiste britannique et philosophe, s’est interrogé sur la justice en termes d’égalité salariale. pose de façon quotidienne, les professionnels ayant à trancher pour prendre une position. Aller vers plus de justice sociale, aller vers plus de justice individuelle, récompenser les travailleurs ou les actionnaires, autant de thèmes qui ont été abordés depuis longtemps par des économistes, par des politiques et qui aboutissent à faire un choix que l’on peut qualifier de philosophique sur la notion de justice. John Stuart Mill est l’un de ces économistes britanniques, également philosophe qui a notamment évoqué la notion de justice dans le cadre de l’emploi et de la politique salariale. La question se pose effectivement  : comment rémunérer au plus juste. En respectant une égalité stricte non seulement entre sexes, mais également à poste égal semble la réponse toute trouvée. Fort rapidement se pose cependant le sujet du « mérite ». A fonction égale, chacun n’aura pas les mêmes résultats en fonction de son profil. Et voici la contribution de Mill dans son ouvrage (« L’utilitarisme »)  : on retrouve de façon sous-jacente l’idée que l’égalité n’existe pas entre les hommes et que chacun dispose de capacités et compétences différentes de par ses prédispositions innées mais aussi de par les connaissances acquises. Mais alors, si chacun fait du mieux possible dans la tâche qu’il a à accomplir, le fait que les résultats des uns soient meilleurs que ceux des autres ne doit pas intervenir dans le jugement à partir du moment où aucune faute ou défaillance n’est intervenue. On peut pousser le raisonnement jusqu’à dire qu’il faudrait accorder une compensation au moins performant étant donné qu’il aura sans doute moins de succès dans sa vie professionnelle. A l’inverse, la personne ayant un meilleur rendement apporte plus à la collectivité, la justice voudrait donc qu’il soit récompensé et gagne plus que son collègue. Si l’on refuse cet état de fait, le risque est que chacun aligne
Le philosophe américain John Rawls voyait l’inégalité comme un bienfait. ses efforts sur le plus faible, car pourquoi donner le meilleur si la rétribution est identique ? Voici le commentaire de Mill face à ce casse-tête  : « Qui décidera entre ces appels à des principes de justice divergents ? La justice, dans le cas en question, présente deux faces entre lesquelles il est impossible d’établir l’harmonie, et les deux ont choisi les deux faces opposées ; ce qui préoccupe l’un, c’est de déterminer, en toute justice, ce que l’individu doit recevoir, ce qui préoccupe l’autre, c’est de déterminer, en toute justice, ce que la société doit donner. Chacun des deux, du point de vue où il s’est placé, est irréfutable et le choix entre ces points de vue, pour des raisons relevant de la justice, ne peut qu’être absolument arbitraire. C’est l’utilité sociale seule qui permet de dé- cider entre l’un et l’autre. » Inégalité & hiérarchie Il est des inégalités de traitement qui ne posent aucune question tant elles semblent logiques  : ainsi le parent se doit d’éduquer, de guider et donc d’exercer son autorité vis-à-vis de l’enfant, par souci de protection face à un être encore en formation. De même, le manager se doit de guider et de protéger son équipe et ses collaborateurs en assumant ses responsabilités. Dans un autre domaine, la femme a également longtemps été considérée de façon infantile dans la société occidentale et l’est encore dans bien des pays, ce qui aujourd’hui, ne rend pas la situation plus acceptable pour autant. La faiblesse physique de la femme, le fait qu’elle porte les enfants a provoqué une attitude de protection dans les sociétés primitives, ce qui a conduit à la garder dans une condition sociale inférieure alors même que les conditions de vie avaient bien changé. Or cette façon d’être était considérée comme juste par les personnes en place, qui détenaient le pouvoir. Aux Etats-Unis, certains philosophes tels que John Rawls ont mis en avant le fait que l’inégalité pouvait être un bienfait. Pourquoi ? L’idée est que si l’inégalité produit plus de richesse que l’égalité stricte, celle-ci pourra profiter au plus faible, et peut donc être qualifiée de juste. John Rawls a mis en avant le fait que la justice devait s’appliquer strictement pour tous les droits en quelque sorte inaliénables de l’homme tels que la liberté d’expression ou le choix politique comme on l’entend dans une démocratie, tout comme la garantie de ne pas avoir Philosophie pratique LE CONTRAT SOCIAL DE J.J. ROUSSEAU L’homme est naturellement bon en l’état de nature. Hélas, celui-ci ne dure pas. Le fameux contrat social est possible et permet de dégager des règles correspondant à ce que l’on nomme l’intérêt général. En ce sens, la justice est là encore une émanation sociale. Même si tard dans sa vie, Rousseau mettra en avant un scepticisme certain face à la corruption notamment des politiques. à supporter de punition arbitraire (le délit de faciès est un exemple de ces traitements par essence injustes). En revanche, les richesses selon ce philosophe n’ont pas à être distribuées de façon égale car chacun n’a pas la même capacité à faire progresser la société, une façon de voir anglo-saxonne. D’autant que les inégalités peuvent se transmettre de génération en génération. Et dans ce cas, comment parvenir à opérer une juste redistribution ? On le voit, réfléchir sur la notion de justice entraîne des choix de sociétés totalement différents. La discrimination positive  : une injustice utile Certains décrivent la discrimination positive comme un injustice qui tente de corriger une autre injustice. Une définition assez correcte finalement. Effectivement, introduire ce facteur dans le recrutement des grandes écoles par exemple a pour but de rétablir un certain équilibre face à une situation d’inégalité so- KARL MARX Le concept créé par Marx défini par l’expression « lutte des classes » s’appuie sur le fait que le rapport de force est toujours celui qui gouverne la société. La justice ne fait que défendre les intérêts du plus fort et non pas du peuple. Il convient donc de lutter contre cette propension des sociétés à profiter des plus faibles en préconisant le partage des richesses. Philosophie pratique 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 1Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 2-3Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 4-5Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 6-7Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 8-9Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 10-11Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 12-13Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 14-15Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 16-17Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 18-19Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 20-21Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 22-23Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 24-25Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 26-27Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 28-29Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 30-31Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 32-33Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 34-35Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 36-37Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 38-39Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 40-41Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 42-43Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 44-45Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 46-47Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 48-49Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 50-51Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 52-53Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 54-55Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 56-57Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 58-59Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 60-61Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 62-63Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 64-65Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 66-67Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 68-69Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 70-71Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 72-73Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 74-75Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 76-77Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 78-79Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 80-81Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 82-83Philosophie pratique numéro 26 mai/jun/jui 2016 Page 84