Philosophie de Vie n°7 jun/jui/aoû 2016
Philosophie de Vie n°7 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°7 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,0 Mo

  • Dans ce numéro : santé, terrorisme, avenir, a-t-on raison d'avoir peur.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Philosophie de vie PHILOSOPHIE DE VIE Entretien exclusif Je lui dirais  : « Tu vois, ça va s’arranger ! » Je m’explique. Ma vie est mieux que celle que j’imaginais quand j’étais jeune. J’ai vécu des choses que je n’imaginais même pas et l’ensemble est encore mieux que la vie dont je rêvais à l’époque. Votre vision de l’avenir ne cesse de s’élargir de livre en livre… Oui, car le principe de la littérature d’anticipation, c’est d’offrir une perspective. Au lieu d’avoir une vision à court terme, comme dans les journaux, je me demande ce qui va se passer dans les 20 prochaines années, voire dans le prochain siècle ou le prochain millénaire. C’est ça SON DERNIER LIVRE LE SIXIÈME SOMMEIL Après les fourmis, les dieux et les micro-humains, Bernard Werber nous embarque dans le monde du sommeil et des rêves. « Imaginez que vous puissiez revenir vingt ans en arrière et retrouver, en rêve, la personne que vous avez été plus jeune. Imaginez que vous ayez la possibilité de lui parler. Que lui diriez-vous ? » Tel est l’avant-propos du dernier roman de l’auteur qui vous plonge dans un palpitant voyage au cœur des songes, une étonnante enquête sur les rêves lucides et le fameux « sixième sommeil », celui de tous les possibles. Une fois de plus, l’écrivain mêle réalité et fiction, recherche et aventure futuriste, pour nous délivrer un message bienveillant et humaniste. De Bernard Werber, Albin Michel, 416 pages, 22 € . 14 - Philosophie QUESTION PHILOSOPHIE de vie n°7 14 que doit offrir chacun de mes livres  : un décalage pour voir avec du recul. Aujourd’hui, il y a plusieurs chemins possibles, comme la religion, les androïdes, la conquête de l’espace… Nous sommes actuellement dans un conflit d’utopies, où des gens veulent imposer leur vision de l’avenir aux autres. Ça donne les crises boursières, la guerre au Moyen-Orient, la pollution, le terrorisme… Doit-on retenir une « philosophie de vie » de votre livre ? Nous vivons aujourd’hui la grande aventure de la conscience. L’objectif ultime n’est pas ou n’est plus d’avoir plus d’argent, de faire plus de voyages, de voir plein de pays, ce n’est pas non plus d’être amoureux, car tout cela, ce ne sont que des moyens. L’objectif, c’est l’élargissement de la conscience qui aboutit à une plus grande compréhension de l’univers et donc au bonheur. L’infiniment petit est passionnant. Il faut rester extrêmement positif face à l’avenir, car le meilleur est à venir. Et votre philosophie de vie personnelle ? Elle se résume à  : « Je suis là pour apprendre ». Sur votre site internet, vous avez créé un « Arbre des possibles » pour imaginer les futurs possibles de l’humanité ? Quels sont ces possibles auxquels vous rêvez personnellement ? Vous me demandez le futur idéal de l’humanité selon moi ? Cela se résume en un mot voire en deux  : Harmonie et Equilibre. Je rêve d’une humanité qui renonce à la conquête et à la croissance. Je rêve d’une société, un peu comme ces communautés hippies de l’époque, qui reste comme elle est et où l’on vit dans le respect des autres. Une société où l’on n’a pas besoin d’argent, où tout le monde participe aux tâches et où les portes ne ferment pas à clé. Un peu comme certains kibboutz que j’ai visités il y a quelques années en Israël. C’est certainement utopique, mais ce type de possible me fait rêver. Pratiquez-vous des exercices spirituels de type méditation ou hypnose ? Oui. Etant donné que je m’intéresse beaucoup à toutes les pratiques spirituelles, dès que je croise quelqu’un qui en maîtrise une, je lui demande de me former. Pour l’hypnose, c’était mon voisin de table dans un Salon du livre où personne ne venait nous demander de signature, qui m’a appris. Mais ma première formation, c’était à 13 ans, en colonie de vacances. Je me suis lié d’amitié avec un garçon de mon âge qui m’a enseigné la méditation, le voyage astral et une sorte de yoga très avancé, que je n’ai jamais retrouvé dans aucun des cours auxquels j’ai assisté plus tard. A 6 h du matin, nous contemplions le lever du soleil en posture du lotus. Il était d’une telle
douceur et d’une si grande sagesse que Bouddha ou Jésus devaient lui ressembler. Avez-vous une recette personnelle du bonheur ? Oui, c’est d’écrire des romans ! (rires) C’est ce qui m’apporte vraiment le plus de satisfaction. Cela me permet chaque jour de me lever en souriant et de me coucher en souriant. Je suis super chanceux de pouvoir vivre de ma plume et j’espère que ça va durer encore très longtemps. A l’époque, j’ai mis 12 ans à trouver un éditeur. Personne ne voulait de moi. Aujourd’hui, je vis un rêve éveillé. J’ai bénéficié d’un gros coup de chance dans ma vie et, chaque jour, je mesure ma chance de vivre de ma passion. De quels philosophes vous sentez-vous le plus proche et pourquoi ? Premièrement, Siddhārtha Gautama, le premier Bouddha, pour tout ce qu’il a apporté à l’humanité  : le lâcher prise, l’acceptation du monde, la prise de conscience de « Il nous faut donc changer nos mentalités et nos modes de consommation, pour aller vers plus de justesse et de modération. » l’instant présent, la méditation… Deuxièmement, Pythagore parce que c’est le lien entre le corps et l’esprit, c’est notre Bouddha occidental. Troisièmement, Einstein, parce que la notion de la relativité est une notion de tolérance. La relativité, c’est le contraire des croyances. Les choses changent tout le temps, dans le temps et dans l’espace et il faut l’accepter. Nous sommes de l’énergie, du mouvement, issus du Big-Bang. Nous pouvons utiliser l’énergie d’amour comme un moyen de sauver le monde. C’est notre capacité de compassion et d’empathie qui va nous donner notre place dans l’univers. Personnellement, je ne parle pas de Dieu car je ne suis pas croyant, mais il est possible qu’il y ait un système de complexité au-dessus. Est-ce que le niveau de complexité au-dessus a un projet pour nous ? Je ne pense pas, mais en fait personne n’en sait rien. n Propos recueillis par Valérie Loctin. Son site officiel  : www.bernardwerber.com Philosophie de vie n°7 - 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 1Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 7 jun/jui/aoû 2016 Page 84