Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°6 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 33 Mo

  • Dans ce numéro : être positif, est-ce bon pour tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
EXPERT Philosophie de vie JACQUES SALOMÉ, PSYCHOSOCIOLOGUE Manque d’amour de soi = échec de la relation « C’est un constat que l’on vérifie sans cesse. Dans ces couples bancals, celui qui ne s’aime pas finit invariablement par user, puis par détruire la confiance de l’autre envers lui. Le partenaire pourvoyeur d’amour va, à son tour, se mettre à douter, avant de se lasser définitivement de fournir des preuves d’amour n’entraînant aucune réciprocité. Ce genre de relation est un jeu fou de miroir, qui repose sur une mission impossible  : tenter pathétiquement de donner à l’autre ce que lui seul pourrait s’offrir, de l’amour envers lui-même. Le manque d’amour de soi se traduit essentiellement par la recherche de partenaires dont on va essayer de se faire aimer à tout prix. Ces choix, qui sont la plupart du temps inconscients, reposent sur une sorte d’escroquerie relationnelle  : tout se passe comme si l’un disait à l’autre  : « J’ai tellement besoin de toi, et tant que tu réponds à mon besoin, je te suis attaché. » L’autre pourrait répondre  : « Je sens bien au fond de moi que tu ne m’aimes pas, mais j’ai la croyance que, grâce à mon amour, tu m’aimeras quand même un jour. » Il faut aussi ajouter que, dans la relation amoureuse, le manque d’amour de soi entraîne très souvent un jeu de disqualification mutuelle. Celui qui ne s’aime pas va mettre en cause l’amour de l’autre  : « Comment peut-il aimer quelqu’un d’aussi nul que moi ? Il est encore plus nul que je ne le pensais. » Cela se passe sur un mode inconscient, mais violente les relations intimes. » Apprendre à être bien dans sa peau y compris dans ce type de relation est essentiel pour parvenir à mener une vie amoureuse pleine et entière. Il y a en effet une marge entre le fait de vouloir éprouver des orgasmes à chaque relation, et le fait de ne pouvoir éprouver de plaisir tant on se sent mal ou effrayé de faire mauvaise impression. Le corps fait donc lui aussi partie intégrante de l’estime de soi. Apprendre à s’aimer Paradoxal ? Pourtant non, pour vous entendre avec les autres, il faut déjà vous aimer vous-même ! La première étape de cette méthode est cruciale. Cela peut sembler paradoxal, mais pour être aimé des autres, il faut commencer par s’ai- 36 - Philosophie de vie n°6 Cela peut sembler paradoxal, mais pour être aimé des autres, il faut commencer par s’aimer soi-même.
EXPERT QUESTION À ISABELLE FORTIN, PSYCHANALYSTE  : Je m’aime mais mon conjoint ne s’aime pas. Comment puis-je l’aider ? « Vous pouvez l’aider en portant un regard positif sur lui. En l’accueillant tel qu’il est sans le comparer aux autres. Si vous êtes attentionnée, à l’écoute, il lui sera plus facile de libérer son « je », son potentiel, sa créativité... Petit à petit, il intègrera ce nouveau regard plus valorisant. S’il se sent aimé, il prendra conscience qu’il est aimable. Regardez une fleur qui se fane parce qu’elle a manqué d’eau. Si vous l’arrosez à temps, elle retrouve sa beauté. Et si vous-même avez appris à vous aimer en mettant des mots sur votre histoire et vos blessures, vous lui montrez alors un chemin. » mer soi-même. Après tout, si vous même considérez que vous n’êtes pas digne de considération, comment pourrez-vous en convaincre les autres ? Vous avez déjà essayé de défendre une opinion qui n’était pas la vôtre ? Alors vous devez savoir à quel point c’est inefficace et inutile. N’espérez pas trop obtenir l’estime des autres tant que vous n’aurez pas d’estime pour vous même. S’aimer est indispensable pour survivre. Se vouloir du bien est une attitude naturelle qui nous pousse à aller plus loin, à nous dorloter, à nous rendre plus séduisants, sympathiques et à nouer ainsi des relations profondes. Lorsque l’on s’aime de cette façon quasi irréfléchie, il est en effet possible de nouer de belles relations d’amitié ou d’amour au fil du temps, relations qui viennent elles aussi nourrir à leur tour cette confiance en nous-mêmes. Avec cette assurance acquise, nous sommes à même de résister aux difficultés qui surgissent. Un divorce ou une séparation peuvent toujours arriver. Si le choc est bel et bien là, la tristesse, le chagrin ou la colère, il sera plus facile de se reconstruire en sachant que les raisons de ce changement de situation ne remettent pas en questions nos qualités fondamentales. En s’aimant nous-mêmes, nous pouvons donc reprendre plus facilement confiance en nous et repartir pour de nouvelles aventures. Ce capital est une sorte d’assurance contre le désespoir, les difficultés et même la dépression. Une prédisposition ? Certains spécialistes ont avancé l’hypothèse que ce capital de confiance et d’amour pour soi est aussi une prédisposition naturelle, génétique. Aujourd’hui, rien n’est prouvé dans ce sens même si des recherches sur les gènes ont permis d’émettre des pistes sur des émotions  : certains génotypes permettraient en effet de définir le pourquoi des tempéraments de risque-tout, de ceux qui n’ont peur de rien et ont besoin de sensations extrêmes. D’autres auraient donc mis en lumière une prédisposition à cet optimisme relatif à soi qui facilite la vie. Pour l’instant, chacun peut se faire son opinion, étant donné que rien n’est encore prouvé scientifiquement. Mais encore faut-il savoir si ces caractéristiques seraient véritablement innées - une sorte de capital de départ en quelque sorte - ou si elles sont acquises, étant donné que la vie que nous menons transforme en effet bel et bien certaines des caractéristiques génétiques dont nous sommes porteurs à la naissance. Un sujet passionnant mais pas encore assez étudié pour en tirer des conclusions sérieuses. La relation aux autres Si la relation aux autres est indispensable, elle peut en effet poser problème. Dans certains cas, il est conseillé de suivre une thérapie dite d’affirmation de soi, qui vise justement à restaurer en partie une mauvaise estime de soi. La thérapie s’avère souvent très efficace pour développer son assertivité, soit la capacité à s’affirmer, et pour améliorer les relations que l’on entretient avec les autres. Une bonne façon de diminuer les risques d’isolement ainsi que l’agressivité latente que l’on porte en soi ou qui est dirigée contre nous. Cela passe par l’apprentissage de techniques d’affirmation et de communication, aussi bien dans le domaine professionnel que personnel  : apprendre à dire non, savoir répondre à des attaques, savoir formuler une demande, voire gérer les conflits dans certains cas. La plupart du temps, il ne s’agit pas de thérapie individuelle mais d’ateliers en petits groupes. Il est possible de demander des sessions individuelles sur des sujets particuliers, même si les jeux de rôle sont un élément important de la thérapie. Avec ces techniques et exercices, il est possible au fil du temps de parvenir à se défendre, voire de faire avancer ses idées, améliorant de ce fait de façon automatique son estime de soi et donc sa relation aux autres. S’aimer ne vient pas tout à coup. Il faut apprendre, y aller pas à pas, pour progresser et réussir à construire sa personnalité. Retenez enfin que plus vous vous aimerez, plus vous saurez aimer les autres dans la bienveillance, la justesse et la vérité. Un beau défi de vie à relever, non ? n J.B. À LIRE LE MYTHE DE NARCISSE Écrire un ouvrage parlant de l’amour de soi et des Autres ne peut faire l’impasse sur le mythe qui dans notre culture donne au narcissisme une si étrange et si inquiétante figure. Narcisse est fou de lui, méprise le monde et ses beautés… et en meurt. Et si nous regardions de plus près ce mythe afin de déceler en quoi il est dans notre société source de désenchantement du monde, de soi-même et des autres ? Ne serait-il pas possible de le sublimer, afin de pouvoir nous reconquérir nous-même, nous aimer et, enfin, aimer les autres ? « S’aimer pour aimer les autres » de Martine Teillac, Editions First, 272 pages. Philosophie de vie n°6 - 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 1Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 84