Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°6 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 33 Mo

  • Dans ce numéro : être positif, est-ce bon pour tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Philosophie de vie Amour de soi, amour des autres Et si le fondement de vos relations sociales et affectives, vos choix de vie, les difficultés que vous avez pu traverser, étaient influencées par l’image que vous avez de vous-même ? Et si l’amour des autres était étroitement lié à l’amour de soi ? Un aspect important de l’amour et de l’affection que l’on se porte à soi-même est que cela permet d’aller de l’avant en se tournant vers les autres. Se sentir bien avec soi donne naissance à une aisance qui fait aussi de nous un être social. Bâtir de véritables relations, y compris en amour, ne se construit qu’à partir d’une bonne estime de soi. L’homme, un être social Les périodes les plus actives de socialisation sont celles de la petite enfance, jusqu’à l’adolescence. Le moment où nous intégrons certaines règles  : la politesse, apprendre à faire la différence entre ce qui est autorisé ou interdit, savoir qui détient l’autorité ou pas. Des bases absolument nécessaires pour permettre une socialisation en douceur de tout être humain qui veut s’adapter et progresser dans une société qui dispose de certaines normes. En tant que parent, faire ce travail d’éducateur est indispensable pour que le futur adulte ait un comportement adapté à son environnement. C’est un processus d’intégration qui concerne tout un chacun. Mais cet atout n’est pas le seul capital qui nous sert chaque jour. 34 - Philosophie de vie n°6
Partir avec les bonnes cartes En dehors de l’éducation, l’amour est bien évidemment l’autre capital qui nous permet d’aller de l’avant. Il s’agit d’un apport qui se fait de la façon la plus naturelle pour quasiment tous les enfants. Cet amour permet de grandir à la fois physiquement et moralement. Sans aller jusqu’à la caricature de la « mère juive » présente dans les films et qui met au pinacle ses enfants, niant tout défaut ou imperfection d’une progéniture qui ne peut être que parfaite ! Mais la majorité des parents aiment leurs enfants sincèrement, leur apportent l’amour et l’aide nécessaire pour affronter le monde, tout en gardant quand même une certaine objectivité. Celle-ci accompagnée d’amour permet de mettre en place une image positive dans la tête de l’enfant sans être totalement irréaliste. Il arrive cependant que certains parents soient négligents, peu aimants ou tout simplement maladroits. Des phrases désobligeantes peuvent s’échapper, sous le coup de la colère, de l’émotion, de la déception et être reçues comme véritablement blessantes, voire marquer à jamais. Difficile pour un parent d’être irréprochable. Lui aussi a son histoire et ses défauts. Mais l’enfant grandit et se forge une image de lui-même, forgée par les autres grâce au fameux phénomène de miroir décrit par les psychiatres. Lorsque ce miroir est constitué par une personne aimante, l’amour pour soi-même se construit. Si ce miroir reflète l’image d’une personne indigne d’amour, peu intelligente, rebelle, difficile de contredire ensuite ce reflet qui date de l’enfance et va nous poursuivre longtemps, si l’on ne prend pas de mesures pour le modifier. On comprend ainsi que les enfants maltraités, peu ou mal aimés, rencontrent de grandes difficultés par la suite pour surmonter ces obstacles de départ. « Aimer, un verbe magnifique que tous chantent, citent, conjuguent, bénissent ou haïssent mais que peu connaissent ou appliquent, même à leur propre personne. » (Romain Guilleaumes) Apprendre de ses échecs amoureux Autre difficulté éprouvée par ces individus à la confiance en soi bien fragile  : la difficulté à lier des liens amoureux équilibrés. Pour certains, le comportement devient répétitif et inconscient. En effet, nous avons tous tendance à nous rapprocher d’une personne qui nous renvoie à l’image que nous avons de nous-mêmes, que celle-ci soit positive ou négative et à reconstruire un modèle familier. Lorsque notre estime de nous est faible, nous acceptons d’être maltraités, parce que nous estimons le mériter. Lorsque notre estime de nous est au contraire totalement exacerbée, comme cela peut arriver chez des enfants qui ont été portés au plus haut, personne ne sera jamais assez bien, assez beau, ni assez amoureux… Un échec amoureux, qu’il s’agisse d’une rupture ou d’une vie peu appréciée doit toujours donner lieu à une réflexion. Dans un couple, la réussite comme l’échec sont l’affaire des deux individus qui le forment. De nombreuses raisons peuvent en effet être à la racine de ce mal-être après tout très fréquent. Et l’image de soi est souvent à la racine profonde du malaise qui s’est installé. En effet, au-delà de l’aspect purement physique, voire chimique si l’on évoque les phéromones, on ne se lie pas à un partenaire par hasard. L’amour que nous avons pour nous-mêmes, l’image que nous nous sommes À LIRE forgée permettent de développer ou non une relation avec tel ou tel type de personnalité. L’âge intervient bien entendu, car nous évoluons dans le temps et l’opinion que nous portons sur nous-mêmes également. Réfléchir à la raison pour laquelle nous aimons cette personne en particulier, est indispensable pour pouvoir changer un type de relation qui n’est pas satisfaisant. Confiance et sexualité La relation amoureuse inclut également la relation sexuelle. Difficile d’avoir une relation sexuelle épanouie et heureuse lorsque l’on ne dispose d’aucune confiance en soi, ou que l’on ne s’aime pas, ni soi ni son corps. En aimant son corps, y compris à travers ses imperfections, on éprouve une tendance naturelle à le soigner, à le trouver beau (ou finalement pas si moche !) quand bien même il ne correspond pas aux canons de beauté actuels. Lorsque l’on ne s’aime pas, il est difficile de se sentir à l’aise face à une personne que l’on souhaite pour le moins influencer favorablement. LE CHAMP DES POSSIBLES Au-delà des épreuves vécues, au plus profond de vous, se cache un trésor  : votre essence, ce nouvel éclat qui vous entraînera dans une nouvelle direction et par lequel vous retrouvez justesse, unité et harmonie au quotidien. S’aimer encore davantage ? Oui, c’est bien de cela qu’il s’agit... Car cet amour ouvre alors le champ des possibles  : une ouverture à l’amour inconditionnel de l’autre, une acceptation de ce qui est, une gratitude et un amour pour la vie, une envie d’y poser sa pierre et de participer à la construction d’une nouvelle conscience. « De l’amour de soi à l’amour des autres » d’Elisabeth Couzon, Editions First, 255 pages, 14,99 € . Philosophie de vie n°6 - 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 1Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 84