Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
Philosophie de Vie n°6 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°6 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 33 Mo

  • Dans ce numéro : être positif, est-ce bon pour tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Philosophie de vie 32 - Philosophie de vie n°6 Ecoutez vos émotions, vos envies. Qu’est-ce qu’elles vous disent ? Elles vous disent qu’il est temps de penser à vous, mais de penser intelligemment. Penser c’est aussi concrétiser vos envies, de la plus petite à la plus grande. Par exemple, vous pouvez penser à voyager, à faire des sorties intéressantes, à voir plus souvent vos amis. Vous pouvez même combiner les trois. Tout est possible dans la vie, alors cessez de trouver des excuses. Vous avez en main toutes les cartes pour vous faire plaisir. N’oubliez pas que tout est possible pour accéder au bonheur. Prendre soin de son « enfant intérieur » En tant qu’adulte, vous avez toujours un « Enfant Intérieur » en vous. C’est le siège de vos émotions. Au niveau émotionnel, vous réagissez toujours comme un enfant de 3-4 ans. Vos émotions ne peuvent pas devenir « adulte ». Mais vous pouvez le devenir et apprendre à agir comme un adulte. Vous pouvez apprendre comment respecter vos émotions, comment les accepter et les gérer. Vous pouvez apprendre comment vous occuper de cet Enfant Intérieur. Quand vous n’êtes pas conscient de l’existence de votre Enfant Intérieur, vous essayez de vivre dans un monde d’adultes comme un garçon ou une fille de 4 ans environ. Vous vous sentez tout seul, en ayant peur du monde menaçant extérieur, ne sachant pas quoi faire, où demander l’aide, comment vous protéger. C’est très difficile de vivre de cette manière. Sans avoir appris à prendre soin de cet Enfant Intérieur, vous vous sentirez toujours anxieux, effrayé, fatigué et plein de doutes. Il est dur d’essayer de survivre comme un enfant dans un monde d’adultes. Vous vous sentirez furieux, angoissé et perdu, la plupart du temps. Pourquoi ? Parce que personne ne s’occupe de ce Petit Enfant à l’intérieur de vous ! Cesser de se trouver des excuses est un bon moyen pour agir et devenir ce que l’on est vraiment !
S’aimer soi-même Quand on prend l’engagement de s’aimer soi-même, ce qu’on assume en vérité, c’est la responsabilité de créer en nous-même le bien-être que nous déléguions auparavant à des facteurs externes. Cela passe par la nécessité de prendre soin de notre corps et de notre alimentation, et de trouver un équilibre sain entre l’activité, le repos et la relaxation. Cela passe aussi par le libre choix des personnes que l’on veut fréquenter et de la profession à laquelle on désire se consacrer. Une augmentation notable de notre énergie vitale est le symptôme le plus évident que l’on cultive l’amour de soi, ce qui améliore notre santé émotionnelle et physique. De plus, en menant un style de vie cohérent et équilibré, on peut maintenant affronter le plus grand défi de tous  : récupérer le contrôle sur notre mental. C’est la seule façon de pouvoir nourrir et renforcer l’estime de soi. Et cela arrive lorsque l’on cesse de se tourmenter pour n’avoir pas encore atteint l’idéal de la personne que l’on devrait être, en même temps que l’on commence à s’accepter et à s’aimer tel que l’on est. En devenant maître de nos pensées, on se convertit en créateur de notre expérience intérieure, nos émotions, nos sentiments et nos humeurs. Et en devenant maître de notre expérience intérieure, on devient maître de notre destin. Confiance, estime ou amour de soi ? Bien que ces trois aspects de soi semblent difficiles à différencier, selon Francis Tison, il y a tout de même des particularités différentes pour chacun. > Confiance La confiance en soi est l’assurance, le courage qui vient de la conscience qu’on a de sa propre valeur. La personne avec une vraie confiance en elle n’oublie pas sa valeur même lorsqu’elle tente une expérience pour la première fois. Elle est tellement en contact avec sa valeur intérieure que, même si elle rate son coup lors d’une première expérience, elle est capable d’être bien dans sa peau et d’accepter de n’avoir pas réussi. Elle ne s’en veut pas, elle sait que ça fait partie de l’apprentissage nécessaire pour apprendre quoi que ce soit. Tandis qu’une personne sans confiance en elle est ébranlée au moindre échec. Elle juge ce qu’elle est par ses résultats et non par sa valeur. Elle hésitera ou n’osera pas recommencer par peur d’un autre échec. On peut reconnaître une personne qui a vraiment confiance en elle par sa capacité de se confier, de parler ouvertement d’un échec, sans peur d’être critiquée ou d’être jugée. Plus une personne a peur de se faire juger et n’ose pas se révéler telle quelle est, moins elle a confiance en elle. > L’estime L’estime de soi est associée à l’image que l’on a de soi-même, contrairement à la confiance qui est plus en rapport avec la valeur de l’être. L’image de soi est basée sur ce que nous croyons de nous. On peut vérifier cette image en faisant une liste de toutes les qualités et les défauts que nous voyons en nous. Une personne avec une pauvre image d’elle-même est celle qui a de la difficulté à se trouver des qualités. Elle se déprécie facilement. L’estime de soi se situe beaucoup plus au niveau du senti. On peut donc dire que la confiance en soi nous aide particulièrement à passer à l’action, à oser risquer. Elle se situe plus dans le « faire ». Tandis que l’estime de soi se situe davantage au niveau du « ressenti ». Il est vrai que l’une influence directement l’autre. Le fait d’améliorer notre image a pour effet d’améliorer notre estime et par conséquent, va aider à développer davantage de confiance en soi. > L’amour L’amour de soi est autre chose. C’est la capacité de se donner le droit, de s’accepter, dans tous nos états d’être, qu’ils soient positifs ou négatifs. C’est être capable de se regarder, s’observer dans ce que nous sommes à chaque instant, sans aucun jugement de bien ou de mal. C’est s’accepter dans nos limites, nos peurs, nos faiblesses, nos croyances, notre différence, nos goûts, etc. C’est être capable de s’observer même si nous avons des comportements négatifs. C’est aussi être capable d’admettre que nous sommes sur cette terre pour vivre des expériences et qu’il n’y a pas d’erreurs, seulement des expériences différentes pour devenir plus conscient, plus intelligent et nous aider à développer notre discernement pour arriver à écouter nos besoins. Nous voulons tous, au plus profond, vivre une vie harmonieuse dans tous les domaines. De soi à autrui S’aimer soi-même ne va pas forcément de soi. Notre image est pourtant fondamentale pour structurer notre comportement et, à travers lui, notre rapport aux autres. Jacques Salomé nous l’explique merveilleusement bien  : « Le manque d’amour de soi - cet amour fait de bienveillance, de respect - a des conséquences directes sur nos relations avec autrui. Il se traduit par un manque de confiance, des doutes et de la méfiance qui vont générer ou entretenir soit des relations à base d’appropriation et de possessivité, soit des relations de type persécuté-persécutant. Si je ne m’aime pas, je ne pourrai pas aimer, puisque je serai dans le besoin et l’exigence d’être aimé. » C’est d’ailleurs souvent pour cela qu’on aime « mieux » après 40 ans, tout simplement parce qu’on se connait mieux et que l’on a appris à se respecter. Et cette bienveillance, cette tolérance, que l’on commence enfin à s’appliquer à soi-même, on sait beaucoup mieux l’offrir à autrui, qu’il soit notre compagnon, notre parent, notre enfant « Aucun amour n’est suffisant pour combler le vide d’une personne qui ne s’aime pas elle-même. » (Irene Orce) À LIRE ou notre ami. Prendre confiance en soi nous aide également à donner notre confiance à l’autre et à nous ouvrir à une véritable relation, celle qui puise sa source « à l’intime de l’intime » et qui se développe dans l’amour et la conscience de la vie qui nous est donnée. Afin d’y arriver, nous devons nous accepter dans ce que nous ne voulons pas être avant d’arriver à être ce que nous voulons être vraiment. Nous devons accepter d’écouter notre voix intérieure et nos désirs les plus profonds. Voilà l’amour de soi tant recherché qui mène au bonheur et à la sérénité intérieure. Pour être enfin soi-même, il faut commencer par être bienveillant envers soi-même  : s’accepter et s’aimer, même imparfait. C’est seulement en se connaissant vraiment et en s’écoutant que l’on peut tendre à devenir ce que l’on est vraiment. n V.L. LES CLÉS DE LA CONFIANCE EN SOI Co-fondatrice et ancienne directrice de l’Institut Français de Programmation Neuro-Linguistique (IFPNL), Josiane de Saint Paul reste une formatrice, une coach et une thérapeute active dans ce domaine. Bien connue pour son ouvrage Derrière la Magie, elle a introduit avec Alain Cayrol la PNL en France. Voici la nouvelle édition enrichie d’exercices d’un des titres phares de la collection, une image de soi dépréciée étant au cœur de toutes difficultés de vivre et de violences comportementales ou idéologiques. Les exercices ont pour but d’aider concrètement le lecteur à trouver l’estime et la confiance en soi nécessaires à son équilibre et à son épanouissement, affectif, personnel, social et professionnel. « Estime de soi, confiance en soi - 2 e édition - S’aimer, s’apprécier et croire en soi » par Josiane de Saint Paul, InterEditions, 264 pages, 22 € . Philosophie de vie n°6 - 33 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 1Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 6 mar/avr/mai 2016 Page 84