Philosophie de Vie n°4 jui/aoû/sep 2015
Philosophie de Vie n°4 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°4 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 41,5 Mo

  • Dans ce numéro : la gentillesse en mode de vie... est-ce que cela paye ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
● Les autres & moi plus de dix ans pour nous livrer les grandes étapes de cet incontournable travail de pacification avec le passé. Pas à pas, en s'appuyant sur des personnages ou des épisodes bibliques, elle nous invite à suivre une trajectoire de renouveau pour s'accepter et s'aimer, tout blessé que l'on soit. Alors seulement, l'unité intérieure se fait jour et la joie est au rendez-vous. Pardonner n’est pas oublier Pardonner ce n’est pas oublier, ce n’est pas non plus châtier, c’est seulement savoir que rien ne sera plus jamais comme avant. Alors qu’allons-nous faire pour qu’il n’y ait plus jamais cela ? Nous avons tous entendu cette phrase chrétienne de la prière du « Notre Père »  : « Pardonneznous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». Le pardon est un rituel aussi important que délicat. Il faut en saisir le sens et se poser une série de questions d’usage - Qui a offensé qui ?, Qui pardonne à qui ?, Qui pardonne quoi et pourquoi ?, - afin de se libérer du joug d’un pardon administré façon verdict d’une cours de justice et prendre conscience de la relation qu’il y a entre l’offensé, l’offenseur et la réparation. En réalité, lorsque nous commettons un acte négatif, il y a en premier lieu offense faite à soimême et la responsabilité de l’acte nous incombe totalement. Par la relation de cause à effet, tout acte délictueux commis sciemment « Celui qui ne peut pardonner aux autres se coupe des ponts qu'il devra traverser, car tout homme éprouve le besoin de se faire pardonner. » entraîne inévitablement un mal désastreux. En accordant - ce que l’on peut appeler notre pardon - à l’autre la possibilité de ne plus être sous l’influence du mal généré par son acte, nous nous libérons nous aussi de ce mal. (Thomas Fuller) THINKSTOCK Le pardon est donc un rituel qui commence par la prise de conscience de la portée de son acte, avant même de demander à quiconque de nous pardonner - il EXPERT MICHEL SAVAGE, Philosophe et sociologue Pas de liberté sans pardon « Pardonner, c’est briser un lien qui nous rattache au passé, ce qui suppose un processus de deuil. Le deuil est ce qui nous aide à renoncer à réparer les torts lorsqu’on se rend compte que sur un plan essentiel, il n’y a pas de torts. Il n’y a que la conscience qui s’incarne pour faire l’expérience d’elle-même et se reconnaître. C’est dans ce sens qu’on peut certainement dire qu’il n’y a pas de liberté sans pardon. » faut savoir de quoi et dans quel dessein. C’est une démarche qui commence à l’intérieur avant de s’extérioriser. Du côté de la psychanalyse Alors que le dictionnaire Larousse indique que « le pardon consiste à ne pas tenir rigueur d'une faute, d'une offense ou encore, qu'il peut s'agir d'une formule de politesse lorsqu'on dérange quelqu'un », la psychanalyse en donne une définition beaucoup plus large. THINKSTOCK En psychanalyse, pardonner consiste à prendre en compte les dispositions limitatives de l'autre. Ainsi, le pardon renvoie à un autre agresseur, à un individu, quoi qu'il en soit, en recherche de conflits. Sigmund Freud nous a permis de comprendre que rechercher le conflit masque une souffrance interne et des blessures intimes enfouies à l'intérieur de nous, au plus profond de nous-mêmes. Pardonner n'appartient donc pas au domaine de la facilité. Cela nécessite une connaissance de soi qui s'étaye, fondamentalement, sur la compréhension des autres, sans 56 - Philosophie de vie n°4 FÉMININPSYCHO 85
LES AUTRES & MOI pour autant prendre le risque de juger. De tout temps, certains philosophes ont justifié l'utilité du pardon en opposant le bien et le mal et il est évident que le pardon appartient au vocabulaire populaire et quotidien. Un acte de justice Le pardon, message fondamental de l'Evangile dans la foi chrétienne est source de nombreux malentendus. Il est souvent perçu comme une potion magique, solution miracle à (François de La toutes les blessures. Or, Jacques Poujol, Rochefoucauld) pasteur, psychothérapeute et conseiller conjugal et familial, nous indique que le pardon est plutôt un acte de justice - il n'y a pas de pardon possible sans repentir - qui rétablit une relation et permet à une situation d'évoluer. Quels sont les conditions préalables au pardon ? Que faire si l'offenseur ne demande pas pardon ? Pourquoi est-il si difficile de demander ou d'offrir son pardon ? Dans l’un de ses livres, Jacques Poujol met en relation le pardon et la colère, l'un et l'autre s'articulant pour nous permettre de sortir de situations bloquées. La colère va pousser celui qui a été blessé à crier sa blessure. S'il est entendu, il pourra accorder le pardon, sinon il lui faudra s'en remettre à Dieu afin qu'il lui rende justice. Le véritable pardon n'est donc ni inconditionnel ni unilatéral. C'est une invitation, un don que l'on ne peut offrir qu'à celui qui en fait la demande. Bref, un vrai chemin de libération. « On pardonne tant que l'on aime. » France, « aucun, à première vue, si notre liberté est celle d’agir sans contrainte et le pardon le simple fait d’effacer l’ardoise… Plus que toute autre, ces deux notions nous renvoient à nous-mêmes, à la manière dont nous nous définissons, et donc à notre degré de conscience. Parler de pardon et de liberté, c’est parler de nous, c’est projeter ce que nous sommes. Être libre revient fondamentalement à être libéré, de notre vivant, de l’enclos à partir duquel nous faisons l’expérience de la vie. » Et le pardon, qu’a-t-il à voir avec tout cela ? Réponse de la psychologue  : « On peut voir le pardon comme une justice qui se rétablit une fois que les comptes Le pardon est aussi un acte de justice. sont réglés. C’est un premier degré de compréhension. Plus profondément, on peut envisager aussi le pardon comme le renoncement à exiger réparation. La personne qui a été blessée accepte de s’ouvrir à nouveau là où elle s’est fermée, parfois pendant des années. C’est très différent d’un oubli. La personne offensée comprend profondément que celui ou celle qui l’a lésée ne pouvait pas agir autrement. Le coeur s’ouvre et la compassion lui permet de vivre la douleur de l’autre comme la sienne. Ne dit-on pas d’ailleurs que la personne qui pardonne est elle-même libérée du poids de la rancoeur ou du ressentiment ? Le sentiment a pu être dit, la peine exprimée, et la vérité libère. Cela correspond à un niveau de conscience et d’amour beaucoup plus élevé. » Quel rapport entre pardon et liberté ? Selon Karin Reuter, Psychologue, Directrice de l’Institut Hoffman THINKSTOCK 86 FÉMININPSYCHO Philosophie de vie n°4 - 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 1Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 84