Philosophie de Vie n°4 jui/aoû/sep 2015
Philosophie de Vie n°4 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°4 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 41,5 Mo

  • Dans ce numéro : la gentillesse en mode de vie... est-ce que cela paye ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
● DOSSIER Sexualité au « féminin Sexualité au féminin » Entre désir et plaisir… Quand nous parlons de sexualité, reviennent sans cesse les mots « désir » et « plaisir ». Pourtant, derrière ces termes courants se cachent des symboliques différentes et lourdes de sens. La psychologie et la psychanalyse se sont penchées sur ces notions souvent associées aux relations amoureuses et à la séduction. Un petit rappel s’impose pour s’interroger sur nos propres définitions du désir et du plaisir dans notre vie quotidienne et nos rapports aux autres. primaires vers des objets plus élevés que leurs cibles instinctuelles. THINKSTOCK D.R. Le désir est une tendance consciente vers un objet jugé ou imaginé bon, c'est-à-dire une source possible de satisfaction ou de plaisir. Si le désir s'achemine vers la satisfaction qu'il n'éprouve pas encore, est-il essentiellement, en lui-même, une insatisfaction, ou bien est-il une puissance positive ? Le désir naît du choix de la cible d'une pulsion. Une pulsion sexuelle pourra ainsi trouver comme objet un partenaire du sexe opposé, faisant de celui-ci l'objet du désir. Le désir naît réellement de la frustration créée par un obstacle, réel ou psychologique, entre la pulsion et l'objet choisi pour la satisfaire. Certains obstacles, notamment ceux posés par le surmoi de l'individu, peuvent permettre la sublimation des désirs en réorientant par un travail mental les pulsions Désir et manque C'est à Platon que l'on doit d'inaugurer la conception philosophique du désir comme manque. Le désir est désir de ce qui, toujours, lui manque, de ce qu'il n'a pas. Le désir est donc nécessairement incomplétude et insatisfaction, souffrance d'une quête ardente. Dès lors, la satisfaction est ce en quoi le désir s'abolit. Puisque tout désir désire ne plus désirer (Philèbe, 35ac) et n'aspire qu'à ce qui le supprimerait, Platon conçoit finalement le désir comme hanté par la mort (Le Banquet, 207d-208e). Bref, pour le désir, c'est l'insatisfaction ou la mort. Logique d'Éros et logique de Thanatos, qui semblent bien commander toutes les grandes passions amoureuses ! Le désir n’est pas le besoin Mais Platon a-t-il raison de penser que tout désir, parce qu'il désire ne plus désirer, désire sa propre mort ? Et faut-il alors voir dans le désir illimité, c'est-à-dire s'exerçant sans s'anéantir, un désir dévoyé, fou et 32 - Philosophie de vie n°4 10 FÉMININPSYCHO
« Le désir de l'homme trouve son sens dans le désir de l'autre. » (Jacques Lacan) pathologique ? La position de Platon vient de ce qu'il confond le désir avec le besoin, alors qu'il faut peut-être au contraire les distinguer  : On ne peut vivre sans satisfaire ses besoins, qui sont donc nécessaires, mais on peut vivre sans satisfaire ses désirs ; Les besoins ont une origine biologique, c'est-à-dire naturelle, en sorte qu'ils sont quasiment identiques en chacun, alors que les désirs ont une origine psychologique ou culturelle, en sorte qu'ils sont variables. Par là, le désir témoigne de notre liberté ; Le besoin s’abolit dans sa satisfaction, tandis que le désir ne peut jamais vraiment être satisfait. Cependant, cette discontinuité entre le besoin et le désir ne doit pas masquer leur perpétuelle interaction et mélange. Se retrouve ici la difficulté qu'il y a à démêler, en l'homme, nature et culture  : le culturel et le désir semblent toujours déjà inscrits dans le besoin. Le désir ne manque de rien André Comte-Sponville a fait paraître un « Dictionnaire de philosophie » (éditions PUF) salué par la critique comme un chef d’œuvre. Dans Nouvelles Clés, il a évoqué le thème du désir de la façon suivante (extraits)  : « Très souvent, peut-être le plus souvent, nous désirons en effet ce que nous n’avons pas, ce qui nous manque. Une définition qui n’est que souvent vraie est une définition fausse. Définir le désir comme manque n’est donc juste que si, et seulement si, tout désir est manque. Or, il nous arrive très souvent de EXPERT MARIE-CLAUDE BENATTAR, gynécologue, spécialiste en gynécologie psychosomatique, a mis au point l'amplification du point G, auteur aux éditions Josette Lyon  : « Plaisir féminin  : Une méthode inédite pour éveiller ou réveiller le désir » Beaucoup de femmes sont insatisfaites sexuellement soit à un moment précis de leur parcours de vie de femme soit de façon chronique, ce qui aboutit souvent à une perte de désir et de plaisir. Marie- Claude Benattar répond dans ce livre à toutes les questions que les femmes lui posent dans l'intimité de son cabinet. Elle propose un programme d'éveil et de développement du plaisir sexuel féminin. Chaque femme (jeune ou moins jeune) doit apprendre à se connaître, à définir ses désirs, à éduquer ou rééduquer ses sens et oublier les idées reçues et stéréotypes de la sexualité. Ce livre va vous donner les clés pour vous aider à découvrir ce que peut être une sexualité accomplie  : Pourquoi la plupart des femmes très souvent ignorantes de leur sexe ne jouissent-elles pas pendant l'acte sexuel, et quelles sont les raisons de la fuite du désir ? Comment échapper aux tabous, aux fausses croyances, aux habitudes et aux pratiques répétitives ? Comment retrouver conscience de votre corps, de votre plaisir et d'une jouissance partagée ? désirer ce qui ne manque pas... Exemple, la sexualité. J’ai grand peine à concevoir le désir sexuel comme un manque  : c’est l’impuissant, la frigide ou le frustré qui manquent de quelque chose, pas les amants comblés et dispos qui sont en train de faire l’amour ! Si vraiment nous ne pouvions désirer que ce que nous n’avons pas, notre vie sexuelle serait encore plus compliquée qu’elle n’est... Faire l’amour, c’est désirer l’homme ou la femme qui est là, qui ne manque pas, qui se donne, dont la présence (non l’absence ou le manque) nous comble. Mon expérience intime de la sexualité n’est pas du tout du côté du manque ! Ou bien il faudrait penser que ce qui manque ce n’est pas l’amant ou l’amante, mais l’orgasme... Quelle tristesse ! Si c’était vrai, la masturbation ferait aussi bien l’affaire... » Et André Comte-Sponville de rajouter  : « Et La définition du désir comme manque me paraît fausse, puisqu’elle n’est vraie que souvent et qu’une bonne définition doit être vraie non pas souvent mais toujours. Platon et Sartre ont donc tort, et c’est heureux. Car si cette définition du désir comme manque était vraie, le désir nous vouerait à l’ennui et à l’insatisfaction. Si le désir est manque, je ne peux en effet désirer que ce que je n’ai pas. Or, qu’est-ce que le bonheur ? Platon nous répond (mais Kant dira la même chose) qu’être heureux, c’est avoir ce qu’on désire... Mais si le désir est manque, on ne désire par définition que ce qu’on n’a pas ; on n’a donc jamais ce qu’on désire, si bien qu’on n’est jamais heureux. C’est une expérience que nous faisons souvent. Tantôt je désire « Le plaisir étant éphémère, et le désir durable, les hommes sont plus facilement menés par le désir que par le plaisir. » (Gustave Le Bon) Philosophie de vie n°4 - 33 FÉMININPSYCHO 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 1Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Philosophie de Vie numéro 4 jui/aoû/sep 2015 Page 84