Partout Ici n°4 mai/jun 2015
Partout Ici n°4 mai/jun 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Catherine Verdon Communications Inc.

  • Format : (210 x 273) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 11,9 Mo

  • Dans ce numéro : le yoga, complément idéal à la course à pied.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Sylvie Côté - j.. y ; * r ? blues l AMi ; Lde Rie Caliaborcitrice Partout 1cr, QUATRE Mag L activités, psychologie, relations, loisirs, Dès septembre ! Santé, emplois, etc. bénévolat, voyages, implication, bonnes adresses, conseils, INFOS : soc@sylviecote.c om le 11 juin ! Réservez votre espace ! info@partoutici.com PARTOUT ICI : ENTRE VOS MAINS, DANS VOTRE ÉCRAN Dès la saison Été 2015 sur TVBL, Partout Ici devient une émission de télévision de façon hebdomadaire annuelle sur les ondes de la Télévision des Basses- Laurentides, câble 9 sur Vidéotron. Retrouvez Catherine Verdon chaque semaine pour votre nouveau magazine télé, inspiré de tout ce que vous aimez du magazine. Nous sommes d'ailleurs très fiers de proposer à toutes les entreprises différents forfaits de visibilité télé + papier ! Contactez-nous ! Partout Ici : votre nouveau type de média relationnel Parce que les meilleures choses de la vie n'ont pas de prix, nous sommes fiers de produire des magazines gratuits ! Dès septembre ! Santé, activités, psychologie, relations, loisirs, bénévolat, voyages, implication, bonnes adresses, conseils, emplois, etc. INFOS : scc@sylviecote.com NOUVELLE SECTION Vivre longtemps Vivre en santé Consultante et gestionnaire de projets en communication, vente et marketing. SylvieCote.com 514 862-9842
Courir. Petit verbe de 6 lettres qui est sur toutes les lèvres et qui change des vies. Pour moi, la course à pied a fait partie de ma vie et s’est imprimée dans ma mémoire sensitive au fil des 15 dernières années comme une trace de pied dans un béton encore humide. En 2 e secondaire, l’école tenait une course du midi 1 fois l’an. La Course des Marmottes. Cinq kilomètres, si me souviens bien. Je regardais les gazelles réaliser des temps sous les 30 minutes en me disant que ce n’était pas pour moi. Pas capable. De 13 à 15 ans, c’était le club d’athlétisme ESPOIR de L’Externat Sacré-Coeur dont je faisais partie. Comme sprinteuse. Avec comme héros Bruni Surin. Je regardais les demi-fondeurs se faire aller dans le training voisin, pensant que jamais je ne pourrais durer plus de quelques minutes. Des entraînements après les classes. Le weekend, des amis, sourire en coin, me mettant au défi, des soirs d’ados, de les semer, gougounes de plastique aux pieds. Faire des boucles en training des soirs d’hiver, déchirer mes leggings brodés aux couleurs du club à cause d’une chute. Penser que mes parents vont être fachés devant cette centaine de dollars troués. J’ai déjà été parmi le top 4 avant la finale du 100m aux Jeux du Québec. J’ai réalisé ce jour-là, avec les explications de mon entraîneur, que l’alimentation y était pour beaucoup. Davantage préoccupée par mon poids que ma performance à l’âge ingrat de 14 ans, je n’avais pas donné assez d’énergie à mon corps pour réaliser la même performance en semi-finale qu’en finale, 1 ou 2 heures plus tard. Mais j’avais des spikes autographiés par Donovan Bailey. Courir, c’est la première vraie source de sueur que j’ai connue en découvrant les centres sportifs, à 19 ans. Y aller trop souvent, à coups de 1 heure de jogging intense, plus de 5 fois semaine. Avec comme seul objectif non pas la santé, mais la perte de poids. Je me souviendrai toujours d’un entraîneur-employé qui m’a demandé si je m’entraînais pour une discipline précise. Encore aujourd’hui, je me CAFtfitint.‘`-) Catherine Verdon info@partoutici.com 514-585-9536 Bienvenue au sud de l'Italie-Sicile (16 jours -14 nuits) 8 au 23 septembre 2015 Forfait tout inclus 3,899 $ Pas à pas... Édit rial demande de quoi j'avais l’air, à courir comme si ma vie en dépendait. J’aurais pu lui répondre : « Non, je suis juste une fille de 19 ans mal dans sa peau qui veut autant disparaître que trouver qui elle est ». Courir, ce sont mes magnifiques espadrilles colorées si confortables que je ne veux pas remplacer. Mon treadmillacheté à un moment de vie où il valait plus pour moi qu’une voiture ou un bijou précieux. C’est me sentir imposteur au premier 5km organisé auquel je me suis inscrite, regardant tous ces gens sauter sur place à la ligne de départ. C’est mon chien Basilic qui me donne une splendide raison d’y aller au quotidien, toutou étant souvent plus en forme que moi. C’est faire le vide, prendre l’air, parfois tourner en rond en sachant que je vais quelque part avec ces pas. Toujours plus proche de moi, plus loin des tracas. C’est me faire la morale parce que je veux sauter une journée, parce que j’ai manqué un mois, que je me suis manquée, moi. C’est faire mon 5 km en mode 3 minutes de course/2 minutes de marche et raconter à mon chum que je l’ai fait sans marcher, pour avoir l’impression que j’y arriverai demain. On court après le temps, au quotidien, pour tout faire entrer dans un 24 heures bien compté. Alors qu’on souhaiterait tous arrêter de courir au sens figuré, un plus grand nombre de gens chaque jour veulent vivre ce verbe et le font, un pas à la fois. La seule chose dont je suis certaine, c’est que courir donne du temps, fait du bien, rapproche de soi et souvent des autres et peut changer la vie, au complet ou en partie. Vous rêvez de faire un voyage en Italie-Sicile ? 514-331-3555 www.ciaociaobianca.com cVoyagesRauta'r CIAO CIAO OBIANfCA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :