Optimiste n°1 nov/déc 2015
Optimiste n°1 nov/déc 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : tout peut changer en mieux !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
56 La vie & moi Relations éphémères, modes de relations virtuels, les facilités de mise en relation ne rendent pas pour autant les individus plus communicants. Pourtant, "les mots sont le miroir du cœur" et sont aussi le reflet de nos pensées. Ainsi, si l’on veut avoir un langage rempli de liberté, de sagesse et d'amour, il y a des mots ou du moins une certaine forme de langage dont on doit tenir compte. Les mots d’amour, d’affection et de tendresse en font partie. Ils sont les clés d’une existence heureuse et épanouie. Une symbolique très forte « Le premier "je t'aime" reste une étape charnière dans la dynamique amoureuse, loin d'être anodine. En le formulant, on ouvre grand la porte de la relation amoureuse explique la psychologue clinicienne Rose-Marie Charest. Une fois ce sésame prononcé, on peut consciemment espérer construire. Au-delà de sa valeur romantique, "Je t'aime" marque indéniablement la fin de la phase d'exploration, au profit de l'engagement. » Même si les mots « je t'aime » ont été répétés des milliers de fois dans le monde entier et dans toutes les langues, cette petite phrase très courte EXPERT JACQUES SALOMÉ, Psychosociologue et auteur Sentiments & désirs THINKSTOCK et connue de tous, a symboliquement un sens très fort. Dire « je t’aime » à quelqu’un c’est reconnaître que cette personne suscite en vous des émotions très fortes et que les sentiments que vous ressentez sont intenses et réels. Un « je t’aime » n’est évidemment jamais à prendre à la légère et la plupart du temps quand on se lance dans une déclaration d’amour et un premier « je t’aime », les sentiments se sont développés et intensifiés sur une longue période. Vu l’importance de ces trois mots, avant d’offrir votre cœur, et de dire à votre partenaire que vous l’aimez, vous devez avant tout vous demander si vous êtes tous les deux sur la même longueur d’onde et si vous êtes bel et bien dans une relation sérieuse. « Car dire « je t’aime », c’est entrer dans l’intimité, explique Isabelle Filliozat, psychologue et psypraticienne certifiée. C’est oser montrer l’amour que l’on a pour l’autre. Mais quelquefois, on peut craindre que « Les femmes paraissent plus aimantes que les hommes parce qu’elles savent donner avec générosité et recevoir en prolongeant, en amplifiant ce qu’elles ont reçu. Les hommes sont plus souvent dans l’appropriation, la conquête, le contrôle. Hommes et femmes nous ne sommes pas égaux devant l’amour. Pourquoi ? Parce que les hommes ne sont pas élevés au même biberon relationnel - J’appelle biberon relationnel, l’ensemble des messages qui circulent d’une mère à sa fille ou vers son fils. Les messages envoyés à la fille sont de l’ordre des sentiments  : j’aime-j’aime pas. Les messages au fils sont plutôt dans l’ordre des désirs  : je désire… je ne désire pas… Ainsi arrivés à l’âge adulte les femmes témoignent et s’appuient sur les sentiments, les hommes crient leurs désirs ! Et ce décalage donnera lieu à beaucoup, beaucoup de tensions et de malentendus quand il n’est pas conscientisé. » « Je t'aime - cette parole est la plus mystérieuse qui soit, la seule digne d'être commentée pendant des siècles. » (Christian Bobin) l’autre en face ne soit pas prêt à recevoir cela. » On comprend alors pourquoi les enfants ont moins de difficulté à dire ses trois mots. « Quand on est tout petit, il n’y a pas cette même conscience de ce que vit l’autre. C’est donc nettement plus facile. Et il y a aussi l’école, où l’on nous dit qu’il faut dire « je t’aime ». Nous sommes éduqués à dire nos sentiments à nos parents, mais le faiton aussi fortement qu’à l'âge adulte ? C’est une chose de dire « je t’aime » à sa maman quand on est enfant mais quand on est adulte, à 30, 40, ou 50 ans... Oser dire je t’aime à cet âge peut se révéler bien plus difficile, car c'est une prise de risque bien plus importante » ajoute-t-elle. Dans le couple Cause essentielle des ruptures conjugales, le manque de communication entraîne des non-dits et de nombreux malentendus dans le couple. FÉMININPSYCHO 77 THINKSTOCK
THINKSTOCK « C'est parce que tu diffères de moi que je t'aime ; je n'aime en toi que ce qui diffère de moi. » (André Gide) Le divorce est en constante augmentation, les valeurs se perdent, et pourtant l'amour, gage d'équilibre et de bien-être, est inévitablement au centre des préoccupations humaines les plus naturelles. En couple comme dans toute relation humaine, le monde devient avare de mots doux et de poésie, générant frustrations, incompréhensions et mésententes. Dans son enquête menée auprès d'individus de tous âges et de tous horizons témoignant sur leurs difficultés à dire « je t'aime », à la base de son livre « Osez dire je t'aime - Le secret des couples épanouis », Sarah Mostrel nous délivre les clés de l'épanouissement amoureux. Son ouvrage a pour objet de réanimer ces mots précieux, de les entretenir, et de manifester ainsi la tendresse au jour le jour, dans le plaisir « le dire et de partager. Comment ? En laissant tout simplement parler son coeur. En replaçant le sentiment à sa juste place. 78 FÉMININPSYCHO Poète et romancière, Sarah Mostrel nous insuffle une magnifique note d'espoir  : l'amour est serein et pérenne quand on exprime librement ses émotions. Autant que les regards et les gestes tendres, les mots d'amour ont une importance capitale dans le bien-être de la relation de couple. L'espèce humaine est la seule au monde capable de langage, alors servons-nous de ces mots et surtout choisissons-les bien. L'important c'est que vous preniez le temps de vous dire sincèrement à quel point vous êtes heureux ensemble. Les plus EXPERT SYLVIE LAVALLÉE, Sexologue et psychothérapeute Ne jamais cesser de dire « je t’aime » « Les partenaires ne devraient jamais cesser de se dire « Je t’aime », même après plusieurs années de vie commune. En aucun moment, dans un couple, les mots d’amour ne sont plus nécessaires. L’amour, ce n’est jamais acquis. Dire « Je t’aime » et remercier son partenaire lorsqu’il accomplit une tâche, même si on juge que cela va de soi, c’est comme arroser des fleurs au lieu de la mauvaise herbe. Je suggère d’ailleurs fortement de dire à l’autre pourquoi on l’aime  : « Je t’aime, parce que tu es généreux, parce que tu as de l’ambition… J’aime ton sourire, beaux moments sont ceux où, les yeux dans les yeux, vous vous déclarez votre amour comme si c'était la première fois. - « Je t'aime parce que... » - « Tu me fais sentir bien quand tu... » - « Je suis heureux (se) avec toi car... » Laissez couler les mots qui viennent du cœur. Différents moyens d’expression Nous n’avons cependant pas tous la même façon d’aimer, et surtout, nous n‘utilisons pas tous les mêmes mots ou attentions pour exprimer à l’autre, nos sentiments amoureux. D’où un constat plutôt rassurant  : si vous vous sentez tout à coup moins aimé de votre conjoint, peut-être est-ce tout simplement parce qu’il vous manifeste son amour dans une langue différente de la vôtre ? Avec des mots ou des gestes qui n’ont guère de signification pour vous ? Dans son livre « Les langages de l’amour  : les actes qui disent je t’aime » (éditions Farel), le conseiller conjugal américain Gary Chapman a repéré au moins quatre types de langages différents. Pour se sentir vraiment aimés, certains sont davantage sensibles aux cadeaux, d’autres au toucher physique ou aux moments partagés. D’autres encore aux paroles ton style, tes gestes… » L’amour que se portent les partenaires est conditionnel, contrairement à celui que les parents donnent à leurs enfants. Je le répète sans cesse  : ne cherchez pas un amour inconditionnel chez l’autre. Ce n’est vraiment pas romantique, mais c’est réaliste. On aime l’autre à la condition qu’il ne nous trompe pas, ne nous mente pas, etc. Chacun a ses conditions et son seuil de tolérance. Plus on est tolérant, plus l’estime de nousmême est faible. Quand on n’est pas capable de mettre ses limites, on ne se respecte plus. » 57





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 1Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 2-3Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 4-5Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 6-7Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 8-9Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 10-11Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 12-13Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 14-15Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 16-17Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 18-19Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 20-21Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 22-23Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 24-25Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 26-27Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 28-29Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 30-31Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 32-33Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 34-35Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 36-37Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 38-39Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 40-41Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 42-43Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 44-45Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 46-47Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 48-49Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 50-51Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 52-53Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 54-55Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 56-57Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 58-59Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 60-61Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 62-63Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 64-65Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 66-67Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 68