Optimiste n°1 nov/déc 2015
Optimiste n°1 nov/déc 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : tout peut changer en mieux !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
52 La vie & moi THINKSTOCK Positiver », voici un verbe qui n’existait pas il y a quelques décennies. Il fait aujourd’hui partie intégrante de notre vocabulaire et nous l’employons de façon courante. Une notion très présente dans la vie professionnelle, mais qui intervient également dans la sphère privée. Voici 10 règles que les insatisfaits devraient suivre à la lettre pour évoluer. 1. Resituer le problème dans le temps Un coup dur au travail, une remarque difficile à accepter, une promotion qui vous passe sous le nez, une invitation attendue qui ne vient pas… on pourrait multiplier à l’envi toutes les contrariétés auxquelles il faut faire face quasi quotidiennement. Pour se remettre rapidement d’une déception, un petit truc est aisé à mettre en place  : resituer le problème dans le temps. Rapidement, on s’aperçoit qu’il ne s’agit que d’un épiphénomène qui ne va pas bouleverser notre vie. D’ici deux jours, ou deux mois, il ne s’agira plus que d’un mauvais souvenir qui ne portera pas préjudice. Au mieux, il nous aura servi à rectifier une erreur, à modifier un comportement inadéquat. Pensez donc à ce professeur qui vous avait dénigré alors que votre parcours actuel prouve qu’il avait tort. Une autre façon de prendre du recul. 2. Connaître ses valeurs personnelles Lorsque nous sommes envahis par une émotion négative ou par une attaque de la part de notre environnement, il est possible que cela nous perturbe gravement. A moins que nous n’ayons déjà suffisamment réfléchi à ce qui constitue le socle de notre personnalité. Il est assez facile de « déstabiliser » une personne jeune, justement parce qu’elle est encore en devenir. Savoir qui l’on est et les valeurs sur lesquelles nous construisons notre vie permet de donner moins d’accroche aux critiques ayant pour objet de nous dévaloriser. Cette force est une aide, car elle est souvent visible sans même qu’il ne soit besoin d’en parler. 3. Faire le compte de ses amis et de ses amours Etre à même de faire le point à titre personnel sur ses amis intimes donne également une belle assurance dans la vie. De même, savoir que l’on est aimé (ou qu’on l’a été) donne chaud au cœur ; une chaleur qui nous accompagne en toute circonstance. Par exemple, si l’on perd son mari, il vient un temps après le chagrin, où se concentrer sur les bons moments vécus ensemble plutôt que sur la tragédie de la perte est un réflexe salvateur qui permet à nouveau de voir la vie avec de belles couleurs. La tristesse peut être au rendez-vous, mais le regret qui vient tout gâcher doit s’éloigner. 4. Avoir des souvenirs « porte-bonheur » Pour se défendre, un objet ou un souvenir positif constitue une assistance précieuse. Une échappatoire en cas d’urgence en quelque sorte. Ce peut être un coquillage vous rappelant votre terre natale ou vos dernières vacances, ou la photo d’un être aimée. Mais il est inutile de concrétiser par un objet, il suffit parfois de garder dans un repli de son cerveau le souvenir d’un moment heureux, comme la naissance d’un enfant ou un endroit par- THINKSTOCK FÉMININPSYCHO 73 THINKSTOCK
THINKSTOCK ticulier de son enfance. Certaines ont pour truc de regarder une alliance ou de toucher un porte-clé fétiche. Il ne s’agit pas de superstition, mais d’une astuce efficace. 5. Travailler sur ses émotions négatives Il ne s’agit plus d’une astuce dans ce cas, mais d’un travail qui doit être effectué en amont. Certains sont particulièrement sensibles à la colère ou sont sujets aux larmes et à la tristesse. Lorsque l’on a identifié son principal point faible, celui sur lequel l’on n’est pas à même de réagir correctement à certains événements privés ou professionnels, il convient de s’intéresser aux solutions possibles. Sophrologie, visualisation positive, PNL… ce ne sont pas les méthodes qui manquent, il suffit de choisir celle qui nous correspond le mieux. 6. Faire le tri Le tri est à la mode. Mais ici, le tri s’applique aux personnes comme aux objets. Pourquoi garder cette robe qui vous rappelle le jour où votre exmari vous a annoncé qu’il souhaitait divorcer ? Donnez-la, cela évitera de vous y faire penser à chaque fois que vous ouvrirez le placard. Entourezvous d’objets et de personnes qui ont une influence positive ou neutre THINKSTOCK sur votre humeur. Après tout, les brocantes et vide-greniers sont nombreux, profitez-en. Avec le temps, il est important de savoir faire le tri  : garder ce qui vous procure de bonnes émotions et vous débarrasser du reste. Une fois ce tri effectué, il est possible de discuter à cœur ouvert avec des sentiments négatifs qui nous envahissent pour pouvoir sortir de l’impasse. 7. Fréquenter des gens qui vous veulent du bien Tant que vous êtes décidé à faire du tri, continuez donc sur la lancée avec vos relations. Professionnelles lorsque cela est possible bien entendu, car tout n’est pas réalisable. En termes privés non plus, il n’est pas si facile de ne plus parler à votre bellemère même si elle fait tout pour vous THINKSTOCK énerver. En même temps, il n’est pas non plus nécessaire d’en rajouter et de se créer de fausses obligations. Idem avec les soi-disant personnes qui vous veulent du bien, mais dont vous savez qu’elles ne perdent pas une occasion de vous critiquer. Faire un bon nettoyage dans ses relations est une mesure extrêmement saine. Certaines personnes contribuent à vous miner le moral, il suffit de mettre en place les mesures nécessaires pour les éviter au maximum. 8. Faire des projets Lorsque que vous êtes persuadé que la terre entière s’est liguée contre vous, une échappatoire existe. Faire un projet qui vous fait plaisir. Non THINKSTOCK 53





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 1Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 2-3Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 4-5Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 6-7Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 8-9Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 10-11Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 12-13Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 14-15Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 16-17Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 18-19Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 20-21Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 22-23Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 24-25Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 26-27Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 28-29Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 30-31Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 32-33Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 34-35Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 36-37Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 38-39Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 40-41Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 42-43Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 44-45Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 46-47Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 48-49Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 50-51Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 52-53Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 54-55Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 56-57Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 58-59Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 60-61Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 62-63Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 64-65Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 66-67Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 68