Optimiste n°1 nov/déc 2015
Optimiste n°1 nov/déc 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : tout peut changer en mieux !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 Le défi d’être soi Etre enfin soi-même, ça s’apprend ! Vivre sa vie en pleine conscience plutôt que la subir, voici l’objectif de notre voyage sur terre. Un chemin semé d’embûches mais tellement passionnant ! On met sa vie entière à se rapprocher de soi-même, à devenir soi. Au départ, on a un sexe, un nom, une famille, un inconscient et puis tout le reste est à découvrir, à construire. Voyage initiatique au cœur du moi… Comment devenir soi ? La question est vaste et ce peut être l'aventure de toute une vie. Se connaître, vivre et respirer librement, apprendre à discerner ses désirs, réaliser ses souhaits profonds, penser par soi-même... La tâche peut sembler immense, mais cet apprentissage est passionnant. Le problème, c’est que trop de gens sont spectateurs de leur propre vie. L'existence est alors virtuelle, elle n'est pas habitée intérieurement. Beaucoup de personnes se trouvent aujourd’hui dans la situation de vivre une vie qu’elles n’ont pas choisie consciemment. Cela est insatisfaisant, mais cela tient à la force des habitudes, au manque de vision ou de projets riches en potentialités qui restent à découvrir et à épanouir. Alors quel chemin emprunter pour devenir soi ? Faire une ou des pauses pour  : réfléchir sur ses choix, sur les obstacles rencontrés et les pièges à dépasser, sur les nouvelles orientations à prendre. Le stade du miroir Le développement de la personnalité passe par l’acquisition du "JE". Pour le psychanalyste Jacques Lacan, le "MOI" est un leurre qui cache le vrai "SOI". Revenons un peu en arrière pour mieux comprendre. Il faut bien savoir que le nourrisson ne se vit pas distinct de sa mère, et donc qu'il n'a pas conscience de son propre corps. Ce n'est que progressivement qu'il va prendre conscience de lui-même, et intégrer les limites de ce corps qui est à lui et différent des autres. Il distinguera ainsi ce qui est de l'ordre du Moi et ce qui ne l'est pas. Dans l’évolution psychique du petit enfant, survient vers 7 ou 8 mois un stade important pour son développement que Lacan nomme le "stade du miroir" Cette étape doit permettre au bébé d'identifier ce corps qui est à lui et qui est différent de l'autre, le premier autre, la mère. THINKSTOCK
Cette étape du stade du miroir a une grande valeur symbolique dans l'évolution psychique de l'enfant. Elle le force à prendre conscience qu'il est différent de sa mère, des autres. Elle lui donne des limites dans la vision de ce corps "limité" par un contour, et aussi par une taille. Il se perçoit comme un tout, unique, et aussi comme extériorité. Il découvre les parties de son corps qu'il ne connaissait pas encore  : le schéma corporel se construit. La relation affective que l'enfant entretient avec les autres, de symbiotique (relatif à un soutien mutuel) devient anaclitique (conscience de ce soutien). Désormais, l'enfant sait qu'il a besoin de la mère. C'est une période très importante de distinction, que ce soit extérieur/intérieur ou Moi/Autre (le "Moi" se forme en même temps que se forme l'objet extérieur, l'un n'existant que par rapport à l'autre). Il découvre aussi que l'autre dans la glace n'est qu'une image et non un être réel. C'est un leurre  : l'enfant passe du réel à l'imaginaire. De Lacan à Dolto Chez Jacques Lacan, le miroir est une surface plane qui réfléchit visuellement. L'image du "stade du miroir" est ainsi un mirage de totalité et de maturation face au réel dispersé et immature que l'enfant perçoit de EXPERT son corps. C'est donc une expérience première et inaugurale dans un réel dispersé et morcelé. Lacan oppose le corps morcelé du bébé à cette image globale à laquelle il doit se confronter. C'est un commencement dans sa maturation psychologique. De cet impact naîtra une "jubilation" due à l'appropriation de cette image de son corps, total et aimé de la mère. Le stade du miroir a donc une valeur décisive. Chez Françoise Dolto par contre, le miroir est une surface réfléchissante de toute forme sensible, visible comme psychique. Ce qui importe alors, c'est la fonction relationnelle réfléchie par l'image du miroir. La surface plane du miroir est relativisée, ce n'est qu'un instrument parmi d'autres pour individualiser le corps, l'image inconsciente du corps mais aussi le visage, et découvrir la différence (Moi/Autre, différence des sexes...). L'enfant n'est pas dans un réel dispersé et morcelé mais déjà cohésif et continu. L'opposition n'est plus dans un face à face mais bien plutôt entre deux images différentes  : l'image visuelle vue par MICHEL LACROIX, Philosophe, écrivain et maître de conférences. Nous possédons un immense potentiel « Sous l’influence du développement personnel, une nouvelle conception de l’épanouissement est en train de germer. Les pratiques de transformation qui se répandent participent d’un esprit commun. Elles dénotent un accord à peu près unanime sur la manière de concevoir le travail sur soi. Surtout, les pratiques de développement personnel s’accompagnent d’une très grande confiance dans l’homme. Elles baignent dans une philosophie anthropologique optimiste que traduisent bien les notions d’"affirmation de soi", de "ressources personnelles", de "potentiel". Nous possédons un immense potentiel, à chacun de le faire fructifier… Le processus de la réalisation ne consiste donc pas en un renoncement à soi, mais en une maturation. Il n’est pas une conversion, mais une éclosion de ce qui existe au plus profond de nous, conformément à la belle maxime de Pindare  : « Deviens ce que tu es ». » « Vous ne pouvez rien enseigner à un homme. Vous ne pouvez que l’aider à le découvrir en lui-même » (Galilée) l'enfant et l'image inconsciente qu'il a de son corps. Le stade du miroir ne marque plus un commencement mais confirme une "individuation narcissique primaire". Et l'impact produit chez l'enfant n'est alors plus jubilatoire mais s'apparente bien à une épreuve douloureuse de castration. En effet, l'enfant fait le constat qu'il existe un grand écart entre son image et lui. Il n'est pas cette image que lui renvoie le miroir et devant laquelle s'extasie sa mère. Il ne se réduit pas à cela, et c'est une véritable épreuve qu'il doit franchir. Comment devient-on soi, aujourd'hui ? A écouter Jacques Arènes, psychologue et psychanalyste  : « Pas en s'accrochant à l'idée qu'on a une identité faite d'une addition de savoirs sur soi  : les racines, les gènes, le terroir, bref tous les critères objectifs qui constituent l'individu. Il ne faut pas croire que l'identité est donnée, qu'on peut la découvrir. L'identité, ça se construit  : on se fabrique une idée de soi et c'est un processus nouveau dans l'Histoire. Désormais, nous sommes condamnés à trouver le sens de notre vie. Face à la multiplicité des chemins possibles, il nous faut fermer le jeu  : choisir. » Ce travail nous expose à un double défi  : cultiver sa singularité sans tomber dans l’égocentrisme. Le moi se construit dans une histoire familiale, dans une époque, avec un inconscient. Il faut donc avant toute chose s’approprier son passé, le comprendre, l’analyser, avant de passer à la deuxième étape. Les valeurs que nous retenons ou rejetons, les choix que nous faisons sont autant de pièces du puzzle de notre personnalité, de notre singularité. 41





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 1Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 2-3Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 4-5Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 6-7Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 8-9Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 10-11Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 12-13Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 14-15Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 16-17Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 18-19Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 20-21Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 22-23Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 24-25Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 26-27Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 28-29Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 30-31Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 32-33Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 34-35Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 36-37Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 38-39Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 40-41Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 42-43Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 44-45Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 46-47Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 48-49Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 50-51Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 52-53Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 54-55Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 56-57Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 58-59Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 60-61Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 62-63Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 64-65Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 66-67Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 68