Optimiste n°1 nov/déc 2015
Optimiste n°1 nov/déc 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 13,7 Mo

  • Dans ce numéro : tout peut changer en mieux !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Entretien ENTRETIEN PSYCHO STAR 36 positivité dans la tête des Français, en étant légitime et en posant des actions concrètes qui démontrent que l’influence du psychologique et de la motivation est prépondérante pour atteindre des résultats ; qu’en préservant notre capital santé, nous pouvons continuer à relever de grands défis et nous réaliser personnellement ; qu’il est primordial de s’appuyer sur une éthique et des valeurs fortes pour atteindre ses objectifs ; que pour durer, il faut être en accord avec soi-même, et ne plus convaincre par des mots mais par des actes concrets ; et enfin que le travail d’équipe est prépondérant à la réussite d’un projet. Je souhaite à travers ce challenge permettre aux gens de transposer dans leur quotidien, les messages et les éléments que j’applique pour y parvenir, dans une période où ils ont besoin d’être soutenus et sécurisés dans leurs efforts et de recevoir des messages positifs. Vu ce qui se passe depuis plusieurs mois dans l’actualité française et internationale,… c’est encore plus vrai ! 38 FÉMININPSYCHO Votre expérience se base sur votre connaissance des trois univers du sport, de l’économique et de l’humanitaire. Que vous ont apporté chacun ? Le monde du sport m’as transmis des valeurs et des fondamentaux. Il m’a façonné un caractère persévérant. Je l’ai mis à profit dans le monde du spectacle à la tête de mon entreprise en manageant des équipes. J’ai avancé dans ma reconversion professionnelle avec un mental de championne et le sens du travail en équipe. Mais tout n’a pas été rose pour autant. J’ai pris des claques ! J’ai donc appris à modifier ma façon d’aborder les choses. La grande erreur (de jeunesse !) c’est de croire qu’on peut tout chambouler ! Avec le temps et l’expérience, on touche de près la fragilité humaine, la sienne et celle des autres. C’est aussi un message que m’a transmis le monde de l’humanitaire. Il y a tout autour de nous des gens fragilisés qui ne croient plus du tout à leurs rêves d’enfant. Ce triple parcours m’a enrichie et m’a transformée. C’est donc un message positif que vous souhaitez transmettre aux Français et surtout une fenêtre d’espoir ? « L’excellence est un état d’esprit, c’est comprendre que l’on ne peut pas trouver plus grand adversaire que soi-même. » Oui, tout à fait. Le message c’est qu’on peut encore progresser à 50 ans et réaliser ses rêves, grâce à la maturité qu’on a acquise à cet âge-là et à une forme de sagesse. On sait au fond de soi où sont nos talents et ceux qui nous donnent du plaisir. Il suffit donc de trouver l’activité dans laquelle tous nos talents peuvent pleinement s’exprimer. C’est un vrai chemin de réalisation de soi, de plénitude, d’épanouissement personnel et de bonheur ! Pour moi, c’est le sport, la natation synchronisée, pour d’autres, ce sera l’artistique, l’écriture, le bénévolat… Tout est et reste toujours possible ! Je souhaite incarner ce message par mon nouveau défi de reprendre la compétition sportive à 51 ans. C’est comme si j’étais à un carrefour de ma vie où tout se rejoint, où toutes mes expériences passées trouvent sens au nom de mon avenir, un point de rencontre où je suis en phase avec moi-même. C’est aussi tout le cœur du message que j’ai passé dans mon livre « Le défi d’être soi ». N’est-ce pas particulièrement difficile de reprendre la compétition sportive de haut niveau à la cinquantaine ? Ce n’est pas plus difficile à 20, 30, 40 ou 50 ans, car la compétition de haut niveau est toujours un challenge très complexe et très éprouvant. C’est un univers ingrat où il faut beaucoup travailler avec un mental de gagnant. Quand j’avais 20 ans, je m’entraînais 7 heures par jour, 7 jours sur 7. Aujourd’hui, j’ai décidé de nager 3 heures par jour pour atteindre mon objectif. Car ma vie n’est plus celle des années 80. Aujourd’hui, je suis chef d’entreprise et j’ai deux enfants de 19 et 13 ans que j’élève seule depuis 10 ans. Et oui, la vie ne m’a pas plus épargnée que la majorité des femmes ! (rires) Tout est une question d’état d’esprit et de mental, alors ? Oui, l’espoir n’est possible qu’à condition de développer un nouvel état d’esprit, de travailler ses fondamentaux chaque jour. Pour redonner espoir à notre société, il faut lui montrer des voies positives d’avenir et des exemples optimistes. Allons-y tous ensemble, regardons devant, donnons-nous du courage ! Il faut absolument se mettre dans l’action car l’espoir
d’un avenir meilleur, pour nousmêmes et les autres, ne peut venir que de nous ! L’important n’est pas le but mais le chemin qu’on emprunte ! C’est la technique des petites victoires. Même si l’objectif rêvé est grandiose, il y a toujours des étapes incontournables, des paliers intermédiaires, des petites victoires à remporter avant. Et il y a aussi des échecs, car l’échec fait partie de la vie et il permet de travailler sur l’ego. Ce sont nos échecs qui nous permettent de repartir plus fort et d’aller toujours plus loin. « La reconversion, c’est l’acceptation de ne plus être ce qu’on a été. » Vous parlez également dans votre livre de la « frustration » qui est dites-vous nécessaire pour avancer… Oui, il faut prendre la frustration comme principe de surpassement. La frustration est nécessaire. C’est la frustration qui nous permet d’avancer. Quelqu’un qui a déjà tout n’a pas envie d’avancer. C’est parce que nous avons des manques que nous nous mettons en route. C’est parce que nous avons des peurs et des souffrances que nous pouvons nous mettre en chemin. Par ailleurs, l’important c’est également d’arrêter de chercher à exister dans le regard des autres. Il faut oser être soi avant tout ! Pour entreprendre un tel défi, fautil avoir la foi ? Oui, la foi en soi et dans les autres, la foi en la vie ! Personnellement, je ne me réfère à aucune religion, mais je me rapproche de la philosophie bouddhiste. Je crois en l’éveil spirituel qui est possible pour chacun de nous. Avec à la base, un message fort  : « je n’ai personne à sauver, je n’ai que moi à sauver ». Nous sommes toutes et tous « le capitaine, le champion de notre vie » ! Quelle que soit la méthode choisie, via la religion, une thérapie, des échanges ou des lectures, l’important c’est d’avancer et de cheminer. Il y a aussi des rencontres qui nous transforment. La vie est tellement merveilleuse et magique, alors quel que soit notre âge, acceptons la magie de la vie ! n Propos recueillis par Valérie Loctin. Plus d’infos sur son site officiel  : www.murielhermine.fr NATATION SYNCHRONISEE Une championne super titrée ! 4 titres de championne d’Europe 12 titres de championne de France 3 ème mondiale Deux finales Olympiques (Los Angeles en 1984 et Séoul en 1988) Reprise de la compétition de haut niveau en 2015 Objectif  : Championnats de France Masters en juin 2015, Championnats du Monde Masters en août 2015, Championnats d’Europe Masters en juillet 2016. À LIRE Recette d’équilibre Icône de la natation synchronisée en France, Muriel Hermine livre ici une réflexion personnelle, décalée et pertinente. Elle s'inspire de son apprentissage de l'effort et du haut niveau. Sans concept intellectuel superflu, son discours de compétitrice s'adresse aux habitués des terrains de sport comme aux non-sportifs assumés. Son objectif  : transmettre avec simplicité les leçons de son parcours à tous les combattants du quotidien, en quête d'harmonie personnelle et professionnelle. « Le défi d'être soi » de Muriel Hermine, Editions Eyrolles, 170 pages, 16 € . FÉMININPSYCHO 39 37





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 1Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 2-3Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 4-5Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 6-7Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 8-9Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 10-11Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 12-13Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 14-15Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 16-17Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 18-19Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 20-21Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 22-23Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 24-25Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 26-27Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 28-29Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 30-31Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 32-33Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 34-35Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 36-37Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 38-39Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 40-41Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 42-43Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 44-45Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 46-47Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 48-49Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 50-51Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 52-53Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 54-55Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 56-57Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 58-59Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 60-61Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 62-63Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 64-65Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 66-67Optimiste numéro 1 nov/déc 2015 Page 68