MRA n°840 jun/jui 2014
MRA n°840 jun/jui 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°840 de jun/jui 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 78,6 Mo

  • Dans ce numéro : Spitfire... un warbird incontournable !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
ESSAI AVION L’adoption d’un train d’atterrissage fait du Shark un vrai avion-école. Les élèves pourront ainsi découvrir les joies du roulage ! C’est ce simple bossage qui assure le verrouillage des ailes, une fois logé dans l’assise de la voilure. Simple et astucieux ! Le train d’atterrissage se monte d’un simple clic dans son logement sous le fuselage Le patin de protection est simplement scotché sous le fuselage Le montage du flotteur est identique à celui du train, mais sa surface portante et sa masse avancent le centrage 44 MRA 840 simplement en la mettant dans de l’eau portée à ébullition. Le Shark est doté d’un moteur propulsif, disposé en pylône derrière l’aile. Ceci offre plusieurs avantages : le rendement de l’hélice est en principe meilleur et les gouvernes sont soufflées ce qui augmente leur effi cacité dès le lancer. Cette position est sécurisante lorsque l’on lance le modèle à la main et protège la motorisation en cas de contact brutal avec la planète. Au chapitre des points négatifs, nombre de modèles adoptant cette disposition, du fait de l’hélice de petit diamètre tournant vite, sont assez bruyants. Nous verrons pendant les essais en vol, si Multiplex a trouvé une solution pour éviter de déranger le voisinage… L’aile en fl èche est un bon choix pour offrir une bonne stabilité de cap sans avoir recours à un dièdre prononcé et amplifi e l’impression de vitesse par une allure dynamique. De plus, les avions reprenant cette géométrie passent généralement bien les tonneaux et sont plus faciles à centrer s’ils sont légers de l’avant, comme c’est le cas ici avec le moteur situé en arrière du centre de gravité. Le profi l typé planeur ressemble à celui du Panda Sport et du Solius, le vol en palier devrait bénéfi cier d’une fi nesse intéressante et se satisfaire d’un régime moteur modéré favorable à l’autonomie, mais demander un différentiel bien réglé pour contrer le lacet inverse. On remarquera les saumons relevés, nécessaires à la version 2 axes pour augmenter la vivacité de la mise en roulis, tout en améliorant l’écoulement en bout d’aile (zone tourbillonnaire). Des fences rappelant un peu les dispositifs employés sur les avions de voltige 3D pour augmenter la tenue tranche, doivent canaliser l’écoulement de l’air… mais est-ce effi cace à cette échelle ? Seuls les essais en vol permettront d’en savoir plus… Le kit fl otteur ajoute une surface portante et de la masse à l’avant, modifi ant le centrage qui se trouve avancé automatiquement de 25mm. Nous verrons, en vol comment le Shark se comporte avec cette deuxième aile de faible surface. La verrière, livrée terminée, est fi xée à l’avant par un aimant, un petit fraisage permet de passer un ongle pour la déposer facilement (ce n’était pas facile sur le Razzor du même fabricant). Les équipements sont judicieusement disposés, rien n’est laissé au hasard. Le stabilisateur pendulaire, avec neutre ajustable par vis 6 pans creux, n’est pas très courant sur les avions. Il permet un démontage facile et immédiat, sans outil. Le calage du neutre est facilité en fonction du centrage sans augmenter la trainée. Ce choix, classique en planeur, est une bonne surprise sur le Shark qui est vraiment très abouti. Ce stab reprend la fl èche de l’aile, ce qui augmente légèrement le bras de levier arrière. Son volume, avec une valeur de seulement 0,4 est plutôt faible. Nous verrons en vol si les trajectoires sont suffi samment tendues. Le volet de dérive est de petite taille, mais, comme il est souffl é directement par l’hélice, son effi cacité devrait être suffi sante Les amateurs de vidéo ou de photos, prises en vol, pourront commander une verrière pour l’aménager spécifi quement à cet usage, puisque aucune hélice ne masquera la prise de vues. En résumé, le Shark est un avion moderne, bien pensé et doté d’une cellule à l’aérodynamique très soignée, gage d’excellentes qualités de vol. Un MontAGE En QUELQUES MInUtES L’aile Le montage de l’aile se limite à vérifi er que les stikers sont bien appliqués (c’est le cas), à contrôler le collage des longerons avant présentation sur le fuselage. Le montage en usine du kit d’essai étant irréprochable, la mise en croix était parfaite ! Si vous avez choisi l’option ailerons, il faudra découper les stickers à l’intrados pour disposer les servos qui seront immobilisés par des points de cyano sur les pattes de fi xations, puis le guignol sera ensuite collé en place (pour améliorer le collage, j’ai dépoli l’assise du guignol et avec une épingle j’ai fait de petits trous dans la mousse, où la cyano pénètre par capillarité). Pour respecter le débattement indiqué dans la notice, on branchera la commande sur le premier trou du palonnier de servo. Un coup de cutter équipé d’une lame neuve libère le chant des ailerons et un coup de papier de verre 80 termine le travail. Aucun point dur ne doit être ob-
servé. Le cordon de servo est disposé dans la saignée déjà moulée qui pourra être fermée par un scotch. L’aile est maintenant terminée, il reste juste à régler le neutre avec la vis 6 pans creux, radio en marche trim au neutre. L’empennage Le stabilisateur est livré entièrement terminé. Il suffi t de contrôler que tout se monte et se verrouille bien, ce qui était le cas sur ce kit. Sinon, il suffi ra d’ébavurer les pièces avec une petite lime pour obtenir un montage parfait. Il reste à ajuster le neutre avec la vis 6 pans incorporée au renvoi pendulaire (clé fournie). J’ai utilisé du papier de verre 80 pour libérer le volet de dérive qui frottait un peu à sa base. Quelques passages du papier de verre suffi sent. Il reste, comme pour le stabilisateur, à régler le neutre radio en marche, trim centré. Le fuselage Le fuselage est livré terminé, cependant, un contrôle pour s’assurer que les collages ou serrages sont corrects ne peut pas nuire. Sur mon kit, le premier essai mise en marche du moteur s’est soldé par un desserrage de l’hélice. Il a donc fallu décoller le cône et vérifi er les serrages du moteur et de l’hélice avant de constater un mauvais équilibrage de cette dernière. Un morceau de scotch tissé transparent sur la pale la plus légère a suffi à y remédier (on peut aussi poncer la pale la plus lourde, mais c’est plus long et demande une certaine adresse). J’ai coupé les palonniers de servos après le 3e trou, pour faciliter le passage vers le clip de verrouillage destiné au train ou au fl otteur. Récepteur et contrôleur sont fi xés au velcro adhésif (livré dans le kit). Le Shark est maintenant terminé. Avec un LiPo 3S 850 mAh (950 mAh conseillés par MPX) et un récepteur RX5 M-Link, j’ai relevé une masse de 507g en ordre de vol, avec le set ailerons. C’est conforme à la valeur donnée par Multiplex (500g). Il reste à régler la radio et à vérifi er le centrage préconisé dans la notice. L’EQUIPEMEnt La radio employée pour cet essai était au début la Smart SX que j’utilise avec bonheur depuis plus d’un an. Ce petit émetteur reconnaît automatiquement le modèle (50 mémoires) et offre une coupure-moteur en bout de manche de gaz, ce qui est très sécurisant. C’est simple d’usage et appréciable en vol de loisir : on allume, et tout est automatique ! Mais comme le Shark exige pas mal de différentiel pour contrer le lacet inverse, j’ai dû employer ensuite une radio programmable. J’ai employé le récepteur RX5 M-Link conseillé, sa légèreté et sa portée suffi sante sont bien adaptées. Les servos Multiplex montés fonctionnent parfaitement et s’avèrent suffi samment précis autour du neutre pour garantir de belles trajectoires au Shark. Le moteur Permax 2816 1450 Kv avec l’hélice 5,5x4,5 et le contrôleur MULTIcont BL12 sont performants. J’ai mesuré un régime de 14500 tr/min pour 8,1A et 90W au démarrage avec un LiPo 3S. La puissance est suffi sante pour gagner rapidement de l’altitude, déjauger d’un plan d’eau et voltiger. Un pilote novice ne sera pas mis en diffi - culté par un excès de puissance mais devra néanmoins apprendre à doser le régime. Une excellente école ! LES REGLAGES Voici les valeurs conseillées pour les débattements lors des premiers vols, et qui pourront évoluer en fonction des habitudes de chacun. Ailerons (option) +6/- 13mm Profondeur +/-10mm Dérive +/- 13mm Le centrage conseillé est à 27 mm derrière le longeron. Avec le kit fl otteur, il est avancé et se situe à 2mm derrière le longeron. Ces valeurs, conseillées par Multiplex sont parfaites pour les premiers vols, on pourra ensuite un peu reculer le centrage (2-4mm) pour augmenter la maniabilité, mais ce n’est pas indispensable. A EMPoRtER PARtoUt Le Shark fait partie de ces modèles que l’on a envie d’emporter à chaque sortie. Joliment dessiné, facile à mettre en œuvre et ludique, on prend plaisir à le faire évoluer aussi bien sur terre que sur l’eau. Son format compact, la facilité de transport et de stockage sont autant d’arguments qui donnent envie de l’avoir avec soi en weekend end ou en vacances. Le Shark ne nécessite pas un niveau de pilotage très élevé, mais un pilote expérimenté pourra se faire plaisir avec lui. Son domaine de vol étendu en fait un modèle attachant. Bons vols à toutes et à tous ! DEBRIEfInG sharkrr Temps de montage : 5 minutes Poids en ordre de vol obtenu : 507 g Charge alaire : 26 g/dm² Equipements embarqués récepteur : 2,4 Ghz X voies servos : 4 x de 9g Vitesse maxi : 100 km/h utilisation : vent nul à force 3 autonomie : 10 à 15 minutes Débattements : Profondeur +/-10 mm Dérive +/- 13 mm ailerons +6/-13 mm Centrage de la notice : 27 mm du longeron (2 mm avec le flotteur) Centrage retenu : 30 mm du longeron (5 mm avec le flotteur) oN a aIME + La conception modulaire + La finition soignée + Le domaine de vol étendu + La facilité et le plaisir de pilotage + La possibilité de voler partout + La préfabrication très avancée + La qualité des composants livrés + La position arrière du moteur + La motorisation puissante + L’option 3 axes + Le rangement dans sa boite + Les pièces détachées disponibles oN auraIT aIME - une hélice mieux équilibrée - un lacet inverse moins important CoNCEPTIoN : EXCELLENTE QuaLITE Du kIT : EXCELLENTE assEMBLaGE : TrEs FaCILE NIVEau DE PILoTaGE : assEZ FaCILE aGrEMENT DE VoL : aGrEaBLE ET LuDIQuE Carnet d’adresse : En vente chez les revendeurs de la marque www.multiplex-rc.de Tout enseignement se devant d’être complet, le Shark est apte aux figures de la voltige de base, hormis la vrille qui ne passe pas Rassurant ! MRA 840 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 1MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 2-3MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 4-5MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 6-7MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 8-9MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 10-11MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 12-13MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 14-15MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 16-17MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 18-19MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 20-21MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 22-23MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 24-25MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 26-27MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 28-29MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 30-31MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 32-33MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 34-35MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 36-37MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 38-39MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 40-41MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 42-43MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 44-45MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 46-47MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 48-49MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 50-51MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 52-53MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 54-55MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 56-57MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 58-59MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 60-61MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 62-63MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 64-65MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 66-67MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 68-69MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 70-71MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 72-73MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 74-75MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 76-77MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 78-79MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 80-81MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 82-83MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 84-85MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 86-87MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 88-89MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 90-91MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 92-93MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 94-95MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 96-97MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 98-99MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 100-101MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 102-103MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 104-105MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 106-107MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 108-109MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 110-111MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 112-113MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 114-115MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 116-117MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 118-119MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 120