MRA n°840 jun/jui 2014
MRA n°840 jun/jui 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°840 de jun/jui 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 78,6 Mo

  • Dans ce numéro : Spitfire... un warbird incontournable !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ESSAI AVION Le modèle est livré ainsi : complet, équipé et 100% prêt à voler. A noter que le Robin peut être stocké et transporté dans sa boîte d’origine. Très bien ! mm, et qui restent démontables. Les quatre servos sont intégrés dans l’aile et seul le palonnier dépasse. Les volets manquent un peu de liberté de mouvement, mais les autres gouvernes ne sont pas touchées par ce phénomène. La dérive profi lée est intégrée et prolonge l’arrière du fuselage. Le stabilisateur quant à lui, est de type « planche ». Les gouvernes arrière sont articulées au moyen de charnières en fi bre et leur débattement est suffi sant. La notice de montage rédigée en anglais, allemand et français est agrémentée de photos noir et blanc. Comme le modèle est livré fi ni, il ne reste que des vérifi cations et réglages à faire. Le détail de ces opérations est bien décrit. Le Robin n’a rien perdu de son charme et de son réalisme lors de la réduction d’échelle, au contraire ! 22 MRA 840 L’installation moteur est déjà faite en usine. Le compact 345Z est un moteur de belle qualité qui propulse sans faiblir ce petit Robin. Pour respecter la valeur de centrage la plus avant, l’auteur a dû ajouter 40 grammes de plombL’intérieur du cockpit a été repeint par l’auteur afin de lui donner un peu plus de réalisme. Le buste de pilote ajoute une note sympathique à ce modèle ASSEMbLAGE Il va être diffi cile de faire plus simple : on sort tous les éléments de la boîte et on assemble les deux ailes sur le fuselage pour préparer le modèle aux réglages de l’émetteur. Ne manquez pas tout de même de faire un contrôle général destiné à vérifi er que tout est bien fi xé, collé, branché. Je vous recommande de fi xer les antennes du récepteur et de ne pas les laisser librement se balader dans le fuselage. Dans le kit d’essai, je les ai guidées dans des petits tubes en plastique collés le long des fl ancs. L’axe moteur dépasse à l’arrière de la cloison pare-feu et l’accu LiPo peut venir frotter dessus et se trouver endommagé. Je vous conseille de mettre un bout de mousse compacte qui fera offi ce de butée et de protection pour la batterie. POUR UN PEU PLUS DE REALISME L’intérieur de la cabine blanc et les sièges bleus ne me plaisaient pas. J’ai donc décollé délicatement la verrière et repeint le plancher de la cabine en noir mat pour donner davantage de profondeur à l’habitacle. J’ai repeint les sièges couleur saumon mat et imité les assises avec la même peinture. Un bloc de mousse compacte a été ajouté pour que le pack LiPo ne vienne pas frotter sur l’axe du moteur MASSE ET CENTRAGE Une fois monté, le Robin, malgré sa petite taille, a un look réaliste et très attachant. Le centrage préconisé est entre 50 et 55 mm du bord d’attaque. Les essais ont montré qu’il est préférable d’opter pour la valeur la plus avant afi n d’obtenir un modèle qui ne vole pas « queue basse ». Pour cela, j’ai dû ajouter 40 grammes de plombque j’ai collés sur la cloison pare-feu. Posé sur la balance, le petit avion de tourisme fait monter l’aiguille jusqu’à 981 grammes. C’est supérieur à la valeur indiquée par le fabricant, mais cohérent avec le lest que j’ai été obligé d’ajouter. La charge alaire est d’environ 70 g/dm², ce qui est beaucoup pour un modèle de cette taille. Nous verrons comment cela se traduit au moment des essais en vol. RÉGLAGES A SOIGNER La première opération à faire est de « binder » (de faire reconnaître) votre émetteur HoTT et le récepteur GR16 du modèle. Pour des raisons de sécu-
EN VOL TRANSPORT Le mini Robin peut être transporté et rangé dans sa boîte d’origine. C’est vraiment très agréable, il est seulement un peu dommage que cette dernière ne soit pas faite sous forme de « valise ». Ce serait encore plus pratique. TAXIAGE Sur piste en dur, le taxiage est facile grâce à la roue avant effi cace et précise. Si l’on évolue sur piste en herbe, celle-ci devra être rase car les roues sont petites mais ce type de revêtement n’handicape pas notre petit DR400. DÉCOLLAGE Pendant la phase d’accélération, la tenue d’axe n’est pas toujours évidente, surtout par vent de travers et le Robin zigzague assez facilement. Le phénomène est particulièrement marqué sur piste en dur. J’ai essayé de pincer davantage les roues, mais cela n’a pas vraiment résolu le problème. Je n’ai pas réussi à trouver la vraie raison de ce phénomène ni à le solutionner. Vous pouvez décoller en lisse ou avec un cran de volets. Cela ne change pas beaucoup la distance de décollage. Il n’est pas nécessaire de mettre toute la puissance pour décoller mais il faut au moins ¾ de gaz. VOL LENT En lisse comme avec les volets, il est préférable de ne pas voler à trop basse vitesse car la charge alaire pourrait vous jouer de vilains tours. En palier, évitez de mettre en dessous de mi-gaz (mais je n’ai pas dit qu’il faut voler plein pot en permanence !). Le décrochage intervient en butée du manche de profondeur. Il n’y a pas de signe annonciateur comme des battements d’ailes, par exemple. Le Robin décroche sans prévenir, assez sèchement sur une aile et perd environ 5 mètres d’altitude. Le phénomène est similaire avec les volets sortis mais la vitesse de décrochage est un peu plus faible. On retrouve facilement une attitude de vol normal en poussant la profondeur et en reprenant du badin. La vrille démarre sans hésitation et tourne vite. Elle stoppe rapidement dès qu’on recentre les manches et qu’on met le nez bas. En virage, le lacet inverse ne se fait quasiment pas ressentir et un pilotage deux axes est possible. VOL NORMAL C’est avec 2/3 des gaz que le Robin évolue le plus agréablement. Les gouvernes sont mordantes et on a toujours une bonne défense aux commandes. Lorsque le vent forcit, il est possible de voler mais le petit DR400 se fait un peu Graupner a eu l’heureuse idée de proposer certains modèles de sa gamme en version mini, dont le DR400 il ne manque plus qu’un planeur à remorquer chahuter. Le dièdre en bout d’aile n’y est pas étranger. VOL RAPIDE ET ACRObATIE L’hélice à petit pas favorise la traction plutôt que la vitesse. Plein gaz, le Robin n’est pas trop rapide. La différence de vitesse entre ¾ de gaz et pleine puissance est faible ; voler plein gaz en permanence ne fera donc que diminuer rapidement l’autonomie. Même si c’est un avion de ourisme, pour les besoins du test, j’ai « secoué » le Robin au-delà de son domaine de vol normal : toutes les fi gures de base comme la boucle, le tonneau, les renversements et fi gures combinées simples passent facilement. En revanche, les fi gures violentes comme les déclenchés ou les vols tranches sont à oublier. Il existe d’autres modèles adaptés à ce style de vol. APPROCHE ET ATTERRISSAGE Il est obligatoire de se poser avec les volets pour ne pas se faire « piéger » par un décrochage à trop basse vitesse et à un moment inopportun. On garde toujours du moteur jusqu’au toucher des roues. Posez l’avion avec une assiette pas trop cabrée en surveillant le badin pour qu’il ne chute pas trop. MRA 840 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 1MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 2-3MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 4-5MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 6-7MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 8-9MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 10-11MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 12-13MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 14-15MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 16-17MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 18-19MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 20-21MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 22-23MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 24-25MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 26-27MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 28-29MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 30-31MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 32-33MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 34-35MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 36-37MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 38-39MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 40-41MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 42-43MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 44-45MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 46-47MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 48-49MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 50-51MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 52-53MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 54-55MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 56-57MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 58-59MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 60-61MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 62-63MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 64-65MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 66-67MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 68-69MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 70-71MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 72-73MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 74-75MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 76-77MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 78-79MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 80-81MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 82-83MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 84-85MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 86-87MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 88-89MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 90-91MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 92-93MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 94-95MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 96-97MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 98-99MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 100-101MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 102-103MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 104-105MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 106-107MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 108-109MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 110-111MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 112-113MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 114-115MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 116-117MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 118-119MRA numéro 840 jun/jui 2014 Page 120