MRA n°839 avr/mai 2014
MRA n°839 avr/mai 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°839 de avr/mai 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : technique... remplacer un train mécanique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
ESSAI RADIO Les potentiomètres DV2 et DV3 sont très doux à manœuvrer mais un cran neutre facilement repérable au toucher, serait idéal (la languette de retenue en caoutchouc est fi ne). En bas, on trouve : Le connecteur de charge Une prise jack servant pour l’écolage fi laire et servant aussi pour faire du simulateur. OUVRONS CET EMETTEUR Pour ce faire, il faut un tournevis cruciforme. A l’intérieur, on découvre une électronique moderne et bien faite, aux câblages bien guidés, surtout près des manches où ils sont sollicités mécaniquement. Les mécanismes des manches, montés sur 8 roulements, sont souples et précis. On ne ressent aucun blocage mécanique dans les coins. Une simple vis à serrer ou desserrer sert à changer de mode de pilotage ou pour avoir le manche des gaz avec ou sans crantage. Il n’y a donc pas de ressort à enlever. L’accu est un LiPo de 4000 mA ; avec une consommation de 540 mA en émission, l’autonomie est d’environ 7 heures ce qui est très correct, même pour les planeuristes. La « classique » pile-bouton, toujours présente, ne sert qu’à sauvegarder l’heure. 84 MRA 839 L’antenne inclinable à 90° est un peu fragile, il faudra y faire attention LE RECEPTEUR GR-24 C’est un récepteur de 12 voies qui est logiquement livré avec cet émetteur 12 voies. Il est petit, léger (18 grammes) et très pratique avec les sorties au bout du boîtier. De l’autre côté, près des deux antennes, une prise sert à connecter les capteurs de télémesure. L’appairage (Binding) sur les radios Hott Graupner est très facile et vite fait en appuyant sur le petit bouton sur le dessus du récepteur. Notez que ce récepteur fonctionne encore même si la tension descend très bas (en dessous de 3 volts). C’est très rassurant ! Je voudrais rappeler aussi aux lecteurs qui ne connaissent pas encore le système Hott de Graupner que celui-ci permet, lorsque le « binding » est fait, de créer une liaison unique entre l’émetteur, le récepteur et la mémoire du modèle. Ainsi, le risque de décoller sur un mauvais programme est quasi impossible ! D’autre part, il est possible d’appairer plusieurs récepteurs à un modèle dans la mémoire de l’émetteur. C’est très utile pour les modèles gros ou complexes qui nécessitent plus de 12 voies et un grand nombre de servos. AFFICHAGE ET PROGRAMMATION DES AVIONS ET PLANEURS La logique de navigation dans le logiciel est différente de celle des anciens émetteurs Graupner/JR ou de la plus récente série MX. Tous les réglages sont regroupés dans 3 menus principaux nommés « Base », « Fonction » et « Système » auxquels s’ajoute le menu « Télémétrie ». Cette architecture rappelle celle employée notamment chez Futaba. Elle est claire, intuitive et permet de trouver rapidement un réglage. La meilleure preuve est que l’on a rarement recours au mode d’emploi. L’écran d’accueil affi che toutes les informations essentielles et permet d’accéder, via sa fonction tactile, aux réglages ou menus principaux. Les icones de ces derniers, que l’on a énoncées précédemment, sont rassemblées dans le coin inférieur droit. L’écran principal affi che le nom du modèle et une grosse icône qui rappelle s’il s’agit d’un avion, d’un planeur, ou d’un hélicoptère. On peut discerner aussi deux chronomètres paramétrables au choix (un pour le temps de vol et l’autre pour le temps moteur par exemple), la position des trims et des rotateurs, le niveau de la batterie avec affi chage de sa tension (j’aurais préféré le pourcentage restant), le temps d’utilisation de la batterie, la présence d’une carte SIM, la connexion d’un casque audio, le verrouillage ou non de l’écran, l’état de la transmission, la tension de l’alimentation du récepteur, la phase de vol sélectionnée, et la lecture d’un fi chier MP3. Le bon mélange des couleurs et la fi - nesse d’écriture fait que tout est clair et bien visible. Du côté de la sécurité, tout est bien pensé : si le manche des gaz n’est pas au mini ou si la phase de vol sélectionnée n’est pas la bonne, la radio émet un signal sonore bien audible. Dans le même registre, après l’allumage de l’émetteur, le logiciel vous demande s’il doit ou non émettre. Regardons à présent d’un peu plus près les menus qui concernent les avions et les planeurs et, éventuellement leur utilité : MENU PRINCIPAL BASE Lorsque vous sélectionnez un modèle, vous choisissez ce que vous « allez en faire » : le déclarer comme nouveau, le sélectionner, l’effacer, etc. … Vous avez le choix parmi 30 modèles en mémoire dans la radio mais cette capacité est illimitée puisqu’on peut importer/exporter autant de modèles que l’on veut depuis la micro carte SD. Lorsqu’on déclare un nouveau modèle, le logiciel vous guide pour le régler par étapes successives dans deux chemins différents. Ceux-ci sont nommés « Man » et « Wiz », le deuxième étant plus détaillé que le premier. Je vous conseille de toujours choisir l’option « Man » car les réglages du « Wiz » se feront en général plus tard. Le menu « copier » permet d’utiliser les réglages utilisés sur un autre modèle mais il faut faire attention car l’inversion du sens d’une gouverne ou du moteur pourrait être dangereuse. Le menu « EPA », comme son nom ne l’indique pas, sert à régler les fins de courses et les limites de chacune des 12 voies. Chaque réglage peut être remis à sa valeur d’origine en appuyant sur « RES » (Reset). C’est pratique quand on ne sait plus où on en est et que tout est déréglé. On peut régler la vitesse d’action de chacune des 12 voies. C’est utile pour les volets ou les trains actionnés par un servo. La fonction généralement nommée « Throttle Cut » chez les autres fabricants se nomme ici « motor ». Elle est assez facile à utiliser et surtout très utile, surtout sur les modèles électriques. Le réglage des Sub-Trims est indépendant pour chacune des 12 voies. Mais attention : privilégiez d’abord le réglage mécanique avant de retoucher
Solution alternative à l’écran tactile : 6 touches situées de chaque côté de l’écran permettent de naviguer dans les menus ou de sélectionner des réglages. ces valeurs. Ce réglage agit directement sur le servo, indépendamment de la fonction ou du mixage. C’est dans le menu « TX CTL » qu’on pourra faire un essai de portée ou appairer l’émetteur et le récepteur par exemple. Deux chronos paramétrables peuvent compter ou décompter et être déclenchés par un switch matériel ou virtuel. Dommage que la fi n du temps programmé ne soit indiquée que par une voix disant « zéro ». Des bips successifs seraient bien mieux ! Dans le bruit, vous aurez beaucoup de mal à entendre votre chronomètre sans casque audio ! A noter que les deux chronos sont au 1/10ème de seconde. Par défaut la radio est réglée pour qu’en mode « FAIL SAFE », les servos restent dans leur position si le signal radio est perdu. Mais vous pouvez régler une position prédéterminée. J’ai mesuré le temps pour que le récepteur reprenne le contact de lui-même avec l’émetteur après une perte de signal : résultat 7 secondes ce qui est très bien. Le menu « Trim Step » a deux fonctions intéressantes : l’une, permet de mémoriser informatiquement la position des trims et de remettre les curseurs sur l’écran d’accueil à zéro. L’autre, concerne les deux petits boutons à glissière nommés DT1 et DT2 qui sont bien pratiques pour trimmer des voies auxiliaires au choix, comme les aérofreins ou une trappe de fuselage. Le menu « SERVO » permet d’affi cher clairement l’action de chaque voie. Ce menu est d’ailleurs accessible directement dans tous les sous-menus en cliquant sur l’icône « S ». Attention lors de l’utilisation du menu « test servos » sur un motoplaneur électrique ! Le moteur fait partie des voies testées, ce qui peut être dangereux ! Les deux menus suivants permettent de défi nir les voies, l’interrupteur physique ou virtuel qui les actionnent et les Les molettes latérales (flèche), très pratiques, sont un peu trop près des poignées en caoutchouc. Ces dernières procurent bonne préhension et confort de pilotage sorties du récepteur dédié. Et puisque qu’on en parle, rappelons qu’un interrupteur virtuel n’est pas un switch mécanique actionné à la main mais un switch « logiciel » qui sera mis sur ON ou OFF automatiquement lorsqu’on placera, par exemple, un manche dans une position programmée. MENU PRINCIPAL FONCTION + Le menu « Q.Link » permet de déclarer jusqu’à 6 phases de vol. C’est très bien quand on sait que beaucoup de radios concurrentes n’en proposent que trois. Pour ceux qui ne le savent pas, je rappelle qu’une phase (ou condition) de vol sert à changer en une seule action (généralement un switch), toute la confi guration du modèle (débattements, position des voies auxiliaires, mixages, exponentiels, courbes, etc.). C’est très utile lorsqu’on veut optimiser les performances de son modèle. C’est très bien que le logiciel de la MZ24 permette de les nommer librement et ce n’est pas courant. On peut aussi associer à chacune d’elles un chronomètre et un temps de transition. Cette dernière particularité est utile par exemple, si le moteur électrique d’un moto-planeur est mis en marche avec une condition de vol. Son démarrage se fera ainsi en douceur. Les Dual Rate et Expo sont classiques. J’apprécie que ce menu permette d’ajuster séparément chaque demi-course car c’est parfois utile. Le décalage du neutre (Offset) des voies auxiliaires est aussi une possibilité bien agréable. Les menus de mixage sont importants car ils concernent les mixages prédéfi - nis qui vont automatiquement découler du nombre de servos déclarés au tout début, lors du choix du type d’aile. Ce sont surtout les avions et les planeurs qui sont concernés par ces possibilités. Il y a 8 mixages libres qui se divisent en deux catégories : linéaires et non Au dos du boîtier, un cache masque et protège les connecteurs et la carte SD. Cette dernière sert, entre autres, à la mémorisation des paramètres des modèles, à la mise à jour, ou à enregistrer les valeurs de télémesure Deux prises servent à brancher le chargeur de l’accu et à connecter l’émetteur sur un ordinateur pour faire fonctionner un simulateur linéaires. Les premiers sont réglables par demi-course, tandis que les seconds sont réglables selon une courbe en 7 points, dont 5 librement choisis. C’est là que l’on constate l’étude poussée du logiciel interne. A noter d’ailleurs, que toutes les courbes réglables sont en 7 points. L’électronique de bonne qualité est réalisée soigneusement. Les manches, montés sur 8 roulements, combinent douceur et précision. Le crantage du manche des gaz se fait en vissant ou dévissant une vis. La pile au lithium ne sert qu’à la sauvegarde de l’heure. Les anciens possesseurs de radio Graupner seront rassurés ! MRA 839 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 1MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 2-3MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 4-5MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 6-7MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 8-9MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 10-11MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 12-13MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 14-15MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 16-17MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 18-19MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 20-21MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 22-23MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 24-25MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 26-27MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 28-29MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 30-31MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 32-33MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 34-35MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 36-37MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 38-39MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 40-41MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 42-43MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 44-45MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 46-47MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 48-49MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 50-51MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 52-53MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 54-55MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 56-57MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 58-59MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 60-61MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 62-63MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 64-65MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 66-67MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 68-69MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 70-71MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 72-73MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 74-75MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 76-77MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 78-79MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 80-81MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 82-83MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 84-85MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 86-87MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 88-89MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 90-91MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 92-93MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 94-95MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 96-97MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 98-99MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 100-101MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 102-103MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 104-105MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 106-107MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 108-109MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 110-111MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 112-113MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 114-115MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 116-117MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 118-119MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 120