MRA n°839 avr/mai 2014
MRA n°839 avr/mai 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°839 de avr/mai 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : technique... remplacer un train mécanique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
PLAN MRA 839 nettement plus faible rend le pilotage encore plus facile à aborder. AILE 2 OU 3 AXES Le plan propose les deux versions, c’est au choix de chacun. Si vous êtes débutant isolé, la version 2 axes est préférable, un peu plus facile à construire et plus stable en vol. Quand les séances s’enchaîneront avec succès du lancer jusqu’à l’atterrissage, il sera temps de passer à l’aile 3 axes qui permet d’effectuer quelques fi gures de voltige et d’obtenir des trajectoires plus précises. Les nervures sont les mêmes dans les deux cas, les gabarits seront conservés. Pour les découper, la méthode du bloc est celle qui donne les meilleurs résultats. Les gabarits sont découpés dans du CTP de 2 mm par exemple, à l’aide d’une indispensable scie à chantourner, à main ou électrique. Des rectangles de balsa de 2 et 3 mm (pour l’emplanture) sont ensuite glissés entre ces gabarits, l’ensemble est maintenu serré par deux tiges fi letées qui traversent de part en part. A l’aide d’une cale à poncer, on effectue des va-et-vient afi n que chaque rectangle s’ajuste au plus près des gabarits pour obtenir le profil. On utilise du papier de verre à gros grain dans un premier temps, puis du plus fi n pour la fi - nition. Quand le bruit de la cale change, c’est qu’elle effl eure le gabarit, il ne faut pas insister. Les encoches pour les longerons sont réalisées avec une lame de scie à métaux et des limes plates. Les baguettes doivent y entrer en forçant légèrement. Les nervures d’emplanture sont moins hautes que les autres car il faut déduire l’épaisseur du coffrage en balsa de 1,5 mm. Pour cela, on s’aide d’un des gabarits comme guide pour la lame du cutter et on retire une languette en haut et en bas sur chaque nervure concernée, c’est-à-dire les trois premières de chaque demi-aile, qui sont identifi ables par leur épaisseur en balsa 3 mm. On déroule alors le plan sur le chantier, on glisse par-dessus une feuille de plastique transparent pour le protéger de la colle. Le bord de fuite est encoché avec une lame de scie ou une lime en carton pour y glisser les queues de nervures qui doivent là encore entrer en forçant légèrement. Ce bord de fuite et le longeron sont plaqués sur le chantier à l’aide de quelques épingles à tête de verre. Le coffrage d’emplanture est glissé entre les deux puis les nervures sont positionnées une à une, en prenant garde qu’elles soient bien en appui sur le chantier. Le longeron et le bord d’attaque sont alors ajoutés. Ensuite, on pointe chaque jonction avec une goutte de cyano si les ajustages sont parfaits. Si ça n’est 54 MRA 839 CONSTRUCTION DE L’AILE Les nervures sont découpées selon la méthode du bloc. Il ne faut pas trop insister pour ne pas entamer les gabarits. Les encoches pour les longerons et le bord d’attaque sont pratiquées à la lime L’épaisseur du coffrage central est déduite des trois premières nervures d’emplanture en utilisant le gabarit comme guide de coupe Les nervures d’emplanture de chaque demi-aile reposent sur le coffrage d’intrados. On utilise une cale pour les coller suivant l’angle de dièdre voulu, qui diffère entre les versions 2 et 3 axes Les 3 premières nervures sont coupées à la scie à métaux, juste derrière le longeron puis une clé en contre-plaqué est glissée pour réunir les deux demi-ailes en respectant le dièdre. Un coffrage recouvrira cette partie Des âmes sont placées entre chaque nervure, réunissant les longerons afin d’accroître la rigidité. Attention à respecter le sens des fibres et à faire des ajustages précis pour une meilleure efficacité Pour l’aile 3 axes, des barres de torsion sont confectionnées sur mesure, avec de la corde à piano de 1,5 à 2 mm et du tube plastique au diamètre intérieur correspondant. Il faut bien sûr en réaliser 2 symétriques et non pas identiques
pas le cas, on utilisera plutôt de la colle blanche vinylique ou aliphatique au fur et à mesure qu’on glisse les pièces. Une cale sert à positionner les nervures d’emplanture à la bonne inclinaison formant le dièdre. Attention, cette cale n’a pas le même angle en fonction de l’aile 2 ou 3 axes. Les 3 nervures d’emplanture sont alors fendues au ras des longerons afi n d’y glisser la clé d’aile verticale en CTP. L’ajustage doit être précis. Le collage se fait à l’époxy sur la première demi-aile, puis sur la deuxième, en encollant bien les deux nervures qui se plaquent l’une contre l’autre. Les saumons sont constitués d’un empilement de planches de balsa pour former une épaisseur de 5 à 10 mm. A ce moment, il faut se décider si on opte pour l’option vol de nuit. Si c’est le cas, on glisse les fils électriques à travers les nervures en les faisant déboucher à l’intrados côté emplanture. Des leds sont soudées aux saumons et intégrées dans l’épaisseur du bois, rouges à gauche, vertes à droite et d’autres blanches ou bleues seront ajoutées à l’arrière du fuselage pour se repérer facilement. On coffre alors l’extrados de la partie centrale. S’il s’agit d’une aile 3 axes, les ailerons sont découpés directement dans les bords de fuite, et biseautés pour permettre le débattement. Des barres de torsion sont confectionnées en utilisant du tube de plastique et de la corde à piano de 2 mm qui pivote à l’intérieur. Le proto est équipé ainsi avec un seul servo central mais vu le prix du matériel actuel, il est plus simple de placer un micro-servo en attaque directe dans chaque demi-aile, fi xé sur une platine emprisonnée par deux nervures, au tiers de l’aileron. CONSTRUCTION DU FUSELAGE Les flancs sont partiellement doublés par des renforts en balsa ajustés entre les baguettes d’angle. Les fibres du bois des renforts sont croisées à 90° par rapport à celles des flancs. A noter : l’espace réservé au couple principal qui se glisse entre les doublages Les couples centraux sont collés perpendiculairement sur un flanc, puis le deuxième est placé par-dessus, bien aligné. L’arrière est pincé après séchage, en conservant la symétrie entre les flancs PLAN MRA 839 La construction du Biloute est un exercice formateur : de nombreux jeunes modélistes ont fait leurs premières armes avec lui. Au-dessus, sur l’avant, le coffrage est en balsa épais afin de bien arrondir les angles. Une trappe de même épaisseur est ajustée. Elle doit entrer en forçant légèrement. Des baguettes la renforcent et permettent sa fixation sur l’avant Lorsque le coffrage est terminé, il faut araser les coffrages et poncer pour former un arrondi. A l’arrière, le coffrage est découpé afin d’y glisser la dérive La cellule terminée est finement poncée avant d’être entoilée. Les angles du fuselage peuvent être arrondis, c’est plus joli. On glisse alors les deux tourillons de fixation d’aile à travers les flancs. MRA 839 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 1MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 2-3MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 4-5MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 6-7MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 8-9MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 10-11MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 12-13MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 14-15MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 16-17MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 18-19MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 20-21MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 22-23MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 24-25MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 26-27MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 28-29MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 30-31MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 32-33MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 34-35MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 36-37MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 38-39MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 40-41MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 42-43MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 44-45MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 46-47MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 48-49MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 50-51MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 52-53MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 54-55MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 56-57MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 58-59MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 60-61MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 62-63MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 64-65MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 66-67MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 68-69MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 70-71MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 72-73MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 74-75MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 76-77MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 78-79MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 80-81MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 82-83MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 84-85MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 86-87MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 88-89MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 90-91MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 92-93MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 94-95MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 96-97MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 98-99MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 100-101MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 102-103MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 104-105MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 106-107MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 108-109MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 110-111MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 112-113MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 114-115MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 116-117MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 118-119MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 120