MRA n°839 avr/mai 2014
MRA n°839 avr/mai 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°839 de avr/mai 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : technique... remplacer un train mécanique.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ESSAI AVION Pour faciliter la construction, les deux modèles du Jungmannont été conçus comme de véritables kits dont toutes les pièces ont été dessinées par ordinateur et découpées au laser Chaque fuselage est construit à l’aide d’un bâti très simple sur lequel reposent les deux longerons principaux. Les couples découpés au laser sont collés sur ces derniers avant l’ajout des lisses 16 MRA 839 nécessité (pour réparation ou maintenance) et de deux sections extérieures de 1,04 m chacune. Pour le transport, les sections extérieures des plans supérieurs et inférieurs voyagent toutes montées avec mâts et haubans, ce qui permet de les conserver aussi parallèles que si elles étaient montées sur l’avion et évite les longues et fastidieuses séances de montage, mise en tension des câbles, réglages, vérifi cations, etc. Les sections extérieures sont construites de manière très classique avec des nervures en contreplaqué de 3mm à l’emplanture de chaque aile, là où sont logés les tubes des clés d’ailes, et en balsa de 2mm collées sur des longerons en pin de 6x6mm. Des âmes en balsa de 2 mm sont collées entre les nervures (fi bres du bois verticales) pour former un longeron-caisson qui confère à la voilure une grande résistance à la fl exion. Les ailerons sont construits suivant la même technique et sont articulés avec des charnières identiques à celles de l’avion grandeur. Les ailerons des demi-plans inférieurs et supérieurs sont munis de cornes et reliés entre eux par deux bielles. Un servo unique, logé dans chaque demi-plan inférieur attaque la gouverne par l’intermédiaire d’une commande courte et directe. Tous les haubans du modèle sont profi - lés et faits sur mesure, leurs extrémités Un fuselage en cours de construction : La cabane et les deux sections centrales de voilure, inférieure et supérieure sont déjà installées
EN VOL Le Jungmanngrandeur a d’indéniables qualités de vol que l’on retrouve sur la maquette, notamment la stabilité qui est excellente Après plus de huit jours de travail de fi - nition, de peaufi nage et de vérifi cations, l’heure de vérité est enfi n arrivée ! Osvaldo est le premier à faire voler son Bücker, qui bien que peint, n’a pas encore reçu sa décoration complète. Après la traditionnelle séance de photos, on procède au démarrage du moteur et c’est parti pour un court vol d’essai ! Le décollage parfait, suivi d’une montée initiale sans histoire met en évidence le bon caractère de la bête. Les trajectoires sont bien rectilignes et l’avion a l’air très stable. Malgré cela, pas question de se laisser entraîner aux imprudences… il faut laisser au photographe le loisir d’exercer ses talents. Osvaldo multiplie donc les passages devant l’objectif avant de se préparer à atterrir. Après une approche sans histoire, le Bücker reprend contact avec le sol de manière aussi parfaite qu’il l’avait quitté. Le premier bilan est très positif : la seule vraie diffi culté de pilotage sur cet avion provient du couple moteur qui requiert une grande attention lors des décollages et remises de gaz car il est très important, comme toujours sur les appareils munis d’une aussi grande hélice. Il a fallu patienter encore quelques jours et la touche fi nale au travail de décoration pour procéder aux essais en vol du second Bücker, et cette fois… ce fut au tour de votre serviteur de se lancer dans ce qui n’était plus tout à fait l’inconnu. Et encore une fois, tout fut parfait. Une répétition du premier vol effectué par Osvaldo. Mais la brise qui souffl ait ce jour-là nous permit de confirmer ce que nous soupçonnions : ces grands biplans n’aiment guère le vent de travers. Celui-ci donne du fi l à retordre aux pilotes qui doivent lutter contre l’important effet girouette qui ne manque pas de se manifester lors des atterrissages. Il faut vraiment travailler dur aux ailerons et à la dérive pour empêcher le Bücker de se mettre nez au vent, le maintenir à plat et conserver la trajectoire voulue pour rejoindre la piste sans encombre. Mais c’est bien là la seule véritable diffi culté qu’il pose et qui se fait oublier en vol Les auteurs ont l’air d’être satisfaits (ils peuvent !) après le premier vol du premier exemplaire. Celui-ci n’a pas encore été entièrement décoré où cet avion est merveilleux. Tonneaux, boucles, renversements, oppositions de fuselage, etc., tout le registre de la voltige classique de base dont sont capables les old timers passe sans diffi - culté. Mais il faut toujours prendre bien garde de disposer de l’altitude et de la vitesse suffi santes, car les 14 kilos de l’avion associés à sa traînée assez importante peuvent provoquer des pertes de vitesse et surtout d’altitude en temps inopportun. MRA 839 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 1MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 2-3MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 4-5MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 6-7MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 8-9MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 10-11MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 12-13MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 14-15MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 16-17MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 18-19MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 20-21MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 22-23MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 24-25MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 26-27MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 28-29MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 30-31MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 32-33MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 34-35MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 36-37MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 38-39MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 40-41MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 42-43MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 44-45MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 46-47MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 48-49MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 50-51MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 52-53MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 54-55MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 56-57MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 58-59MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 60-61MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 62-63MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 64-65MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 66-67MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 68-69MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 70-71MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 72-73MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 74-75MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 76-77MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 78-79MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 80-81MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 82-83MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 84-85MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 86-87MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 88-89MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 90-91MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 92-93MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 94-95MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 96-97MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 98-99MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 100-101MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 102-103MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 104-105MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 106-107MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 108-109MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 110-111MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 112-113MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 114-115MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 116-117MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 118-119MRA numéro 839 avr/mai 2014 Page 120