MRA n°823 aoû/sep 2011
MRA n°823 aoû/sep 2011
  • Prix facial : 6,20 €

  • Parution : n°823 de aoû/sep 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Rigel Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 64,1 Mo

  • Dans ce numéro : « Giant » Corsair, un kit tout bois.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
dossier SONORISATION (TBS) qui propose une solution modulable avec différents types d’éléments, d’amplificateurs et d’accessoires. Le site n’est qu’en allemand ou en anglais et les réfractaires aux langues étrangères devront user de « Google traduction » pour interpréter les finesses du système et l’éventail de possibilités. Le module est livré avec la séquence sonore que l’on aura sélectionnée parmi une liste bien fournie. J’avais pris contact avec Thomas Benedini pour avoir un complément d’informations qu’il m’a gentiment transmis par mail… mais en allemand. Le second produit vient du Canada et est proposé par la société Model Solutions of Canada (MSC) (Photo 1). David Harrison, le boss, a développé une solution « tout-en-un » intégrant sur une seule carte électronique l’ensemble des fonctions attendues et même plus… (sonorisation, amplificateur, gestion d’accessoires, etc…). Là encore il convient de bien interpréter la langue anglaise pour décrypter les multiples possibilités du produit. Lors de mes différents contacts avec les deux sociétés, je leur ai demandé à chacun de me faire parvenir un échantillon de son afin de me faire une idée plus précise du rendu final. N’étant pas, à ce moment, parfaitement fixé sur le modèle qui ferait l’objet de la « greffe », j’ai reçu par mail quelques sons de moteurs (Pratt & Whitney, Daimler, Merlin, Griffon…). Ces échantillons sonores étaient tous tentants, impossible de me décider sur ce critère. Les prix des deux solutions complètes étant très proches (moins de 200 € avec les frais de port), j’ai dû faire un choix. J’ai donc opté pour le module canadien SFX6 de MSC qui me paraissait plus aboutit et évolutif (ce qui n’enlève rien à l’intérêt du module TBS). Le choix des haut-parleurs Le module MSC n’accepte que des hautparleurs d’une impédance de 8ohms. Il faut respecter scrupuleusement ce point sous peine de voir votre achat partir en fumée. La marque Visaton propose des modèles de 11 cm de diamètre, économiques à large bande (donc capables de traiter un large spectre sonore). On les trouve sous la référence R10SC (voir les liens en fin d’article). Vous avez le choix d’utiliser un modèle de 8 ohms seul ou d’en prendre deux de 4 ohms montés en série... Je n’ai pas testé cette configuration mais l’intérêt de placer deux haut-parleurs doit certainement permettre d’obtenir une meilleure répartition du son. A noter que ces hautparleurs font 240grs pièce, ce qui nécessite d’avoir anticipé ce surpoids. 92 I AOÛT SEPT 2011 I MRA 823 David Harrison vend une autre version du Visaton, le R10S qui fait 8 ohms, 106dB crête pour 30W et accuse 160 grammes sur la balance. Vu les faibles écarts de prix, c’est cette option que j’ai retenue pour mon projet. D’autres haut-parleurs « full range » (large bande) pourraient tout aussi bien faire l’affaire, sous réserve de respecter la puissance minimum et l’impédance. Un BG20 8ohms de 40-70W de 20cm de diamètre pour 92dB peut s’envisager pour garantir une qualité et une puissance acoustique accrue. Dans ce cas, Connectique du module SFX6.4 : 1-Mini port USB, 2-Leds, 3-Sortie vers récepteur et son auxiliaire (mitrailleuse par ex), 4 et 5-Setup volume son -/+, 6-Sortie audio, 7-Bornier Hp et alim principale, 8-Sortie vers contrôleur (option). Branchements du module SFX6.4 : 1-Batterie de réception 4,8/6V, 2-Récepteur, (prises gaz et aux.), 3-batterie principale (10/24V), 4-H.p, 5-Module SFX6, 6-Contrôleur, 7-Moteur, 8-Connexion Opto (+ conservé) ou Bec + débranché). 1 2
des HP un peu PESAnts au delà du fait de disposer d’un modèle suffisamment grand pour loger le hautparleur et l’enceinte, il ne faut pas négliger le poids de la masse magnétique qui fait grimper le poids du haut parleur à 1,3kg. Le BG17 (17cm - 8ohms - 40/60W - 93dB - 720grs) ou bien encore deux FX10 en série (9cm – 4ohms – 40/70W – 84dB – 400grs) peuvent être des solutions intermédiaires. On dégrade le poids, on y perd un peu en dB mais on y gagne en restitution. Le choix est donc large dans ce domaine. L’alimentation J’ai choisi la solution idéale avec un pack LiPo 6S constitué de 3 lipos 2S en série. C’est la configuration idéale pour moi, la motorisation du Beaver acceptant cette tension. Après un rapide calcul, j’ai estimé à 50A la consommation totale (module SFX6 à volume maximum et moteur avec l’hélice tripale calée à 13x7). J’en ai déduit qu’une capacité de 5Ah devrait suffire à mes besoins pour un vol de 5-6 minutes théoriques (plein gaz et plein volume) donc de 10 à 12 minutes pour un vol réaliste. Mon système sera donc alimenté avec l’accu de propulsion… C’est autant de gagné sur la masse totale. La notice d’installation propose de nombreuses options de raccordement. La version que j’ai retenue pour mon montage est celle illustré ici. Choix du modèle d’avion. Bien que ces modules soient capables de générer des sons de bateaux, de trains, de blindés terrestres, d’hélicoptères, de turbo propulseurs ou même de réacteurs, c’est bien un avion à hélice qui fera l’objet de la transformation. L’objectif est donc d’embarquer le module amplifié, le ou les haut-parleur(s), la caisse de résonance et le surplus d’électrons pour alimenter tout ce système. Le choix du modèle doit répondre à plusieurs critères : - Etre prévu si possible pour une motorisation électrique, - être capable de supporter l’embonpoint sans dégrader les qualités de vol, - disposer dans le fuselage de suffisamment de place pour accueillir les éléments, - être capable d’offrir un espace vide suffisant pour créer la caisse de résonance, - et enfin, pour les puristes, correspondre à une bande son disponible au catalogue (un Douglas SBD Dauntless avec un son de Stampe SV4, ça fait désordre…). Vous l’aurez compris, inutile de tenter l’aventure sur un modèle trop petit. Je pense que 1,60m d’envergure est un minimum et je conseille plutôt d’envisager un sujet d’au moins 2m. Les motorisations électriques ont bien évolué ces dernières années et équiper un grand modèle avec ce mode de propulsion n’est plus un problème de nos jours. On trouve facilement le matériel nécessaire à des prix accessibles. De mon côté, après une brève recherche, mon choix s’est arrêté sur le De Havilland DHC-2 Beaver de 2.08 m d’envergure prévu d’origine pour une motorisation électrique et distribué par Staufenbiel (Plus au catalogue aujourd’hui Ndlr). L’avion idéal avec son fuselage assez volumineux répondant aux besoins du projet, avec, comble du bonheur, la bande son du 9 cylindres Pratt & Whitney R-985 disponible au catalogue de MSC.en 2010. Pour compléter le kit, je me suis procuré tout l’équipement préconisé (moteur, servos, contrôleur et Ubec séparé). Comble de bonheur, j’ai trouvé une hélice maquette tripale chez VarioPROP qui apporterait une touche finale au réalisme de l’ensemble (voir encadré). Je me suis donc retrouvé avec un coucou 3 Le logiciel SFXPC3, compatible PC uniquement sympa, électrique, d’une taille respectable pour un poids d’environ 4 à 4,5 kg en ordre de vol. Le Module de sonorisation SFX6 de Model Solutions of Canada Le module SFX6, le haut-parleur Visaton R10S et quelques connecteurs complémentaires sont commandés et reçus par la poste une dizaine de jours plus tard. L’ensemble de l’envoi arrive parfaitement emballé et protégé des chocs et de l’électricité statique. En complément, MSC fournit un mini CD sur lequel on retrouve les notices d’installation, d’utilisation et de programmation du module ainsi que plusieurs logiciels dont celui pour reprogrammer le module. Le logiciel SFXPC3 (Photo 3) est compatible PC uniquement…avis aux utilisateurs de MAC dont je fait partie. Le Module SFX6 est une belle pièce constituée de composants dernière génération. La qualité de fabrication n’a rien à envier aux meilleures productions industrielles actuelles. D’une dimension raisonnable (44mm x 68mm x 14mm), il ne pèse que 24grs ampli de 40W inclus. C’est mieux que son homologue allemand qui n’accuse que 6grs sur la balance mais auquel l’on doit ajouter 35g d’amplificateur séparé (2x40W-12V ou 1x50W-50V). Malgré tout, cela reste très raisonnable pour les deux solutions. Le module MSC fonctionne sous 10 à 26 volts (3 à 6 éléments LiPo). Vous en tirerez 9W sous 12 V (3S) et 20W sous 18V (5S). Ce n’est qu’en 6S que vous obtiendrez le fonctionnement idéal soit 40W. Tous les branchements sont directement accessibles sur la platine et deux petites touches permettent de configurer le module, mais aussi régler le volume sonore. Le SFX6 est livré avec plusieurs sons déjà programmés (à sélectionner à la commande). C’est un bon point car il s’avère que le paramétrage n’est pas évident pour le profane en informatique que je suis. Malgré tout, j’ai pris le temps de traduire au mieux les principales notices et David Harrison devrait les avoir mises en ligne sur son site. Elles sont à votre disposition et, si le lien n’est pas à jour, demandez lui par mail, il se fera un plaisir de vous les transmettre. Si vous y décelez des erreurs, n’hésitez pas à me les communiquer pour que je les corrige. Personne n’est parfait en ce bas monde… Pour quelques euros de plus, j’ai également pris l’option permettant d’activer sur une voie du module des Leds flashant au rythme d’un son de mitrailleuse préenregistré. Bien que l’effet soit garantit, c’est absolument inutile sur le Beaver mais, sait-on jamais, un jour MRA 823 I AOÛT SEPT 2011 I 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 1MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 2-3MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 4-5MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 6-7MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 8-9MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 10-11MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 12-13MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 14-15MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 16-17MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 18-19MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 20-21MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 22-23MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 24-25MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 26-27MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 28-29MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 30-31MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 32-33MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 34-35MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 36-37MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 38-39MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 40-41MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 42-43MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 44-45MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 46-47MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 48-49MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 50-51MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 52-53MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 54-55MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 56-57MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 58-59MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 60-61MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 62-63MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 64-65MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 66-67MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 68-69MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 70-71MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 72-73MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 74-75MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 76-77MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 78-79MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 80-81MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 82-83MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 84-85MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 86-87MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 88-89MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 90-91MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 92-93MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 94-95MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 96-97MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 98-99MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 100-101MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 102-103MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 104-105MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 106-107MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 108-109MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 110-111MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 112-113MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 114-115MRA numéro 823 aoû/sep 2011 Page 116