Moto Passion n°1 nov/déc 2013
Moto Passion n°1 nov/déc 2013
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 70,5 Mo

  • Dans ce numéro : le match... Yamaha V-Max contre Ducati Diavel.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Crazy naissance aux États-unis Un exemple de Stunt Bike professionnel, sur base de Honda CBR. Ce type d'épreuves est apparu dans les années 1980 aux États- Unis puis s'est diffusé en France après la prestation du finlandais Arto Niqvist lors des 24 Heures du Mans moto de la même année. Techniquement, les motos de cette époque ont un rapport poids/puissance permettant la pratique de figures telle que le wheeling, qui consiste à faire une roue arrière. L'amélioration technique autorisera progressivement la pratique d'autres figures spectaculaires. En 1980 toujours, le cascadeur français Patrick Bourny réalise une prestation de roue arrière pour l’émission Incroyable mais vrai ! Richard Almet, pilote de moto français, fortement impressionné, popularise la discipline en lançant son premier spectacle au circuit Carole l’année suivante, il sera le détenteur du premier record de vitesse sur roue arrière. Il améliorera ce record plusieurs fois par la suite ; en 1985 à 205 km/h puis en 1986 à 221 km/h. Il sera détrôné quelque temps plus tard par Laurent Aubujeau, premier français à dépasser les 250 km/h en roue arrière. Le champion Graig Jones dans ses œuvres. Une Honda, équipée « Stunt ». 64/MOTOPASSION Pour pratiquer le stunt, rien de plus simple, un parking peut faire l’affaire, prenez soin d’en faire la demande aurpès du supermarché local. aujourd'hui en France Toujours non reconnu comme un sport en France bien qu'il existe des championnats aux USA, le Stunt est plutôt présenté en spectacle où des pilotes chevronnés font des shows lors de salons auto ou moto ou de rassemblements. Si aujourd’hui le Stunt se détourne des records pour privilégier la multiplication des figures, la notion de performance reste importante. Les pratiquants se retrouvent sur des aires industrielles désaffectées ou des parkings pour s'adonner à leur passion. Le manque de moyens et la faiblesse de l’encadrement est encore à déplorer en France en ce qui concerne une pratique qui reste tout de même relativement dangereuse. Les États-unis, en avance tant au niveau des pratiquants qu’au niveau de l’encadrement, sont l'un des premiers pays à s'être doté d'une fédération. Suite à cela, des pistes adaptées furent créées, et l'opinion publique commence à reconnaître le caractère sportif et spectaculaire du Stunt. Aujourd'hui de nombreuses équipes se mettent en place de façon spontanée, organisant des entraînements dans les grandes villes et éventuellement des spectacles. Depuis quelques années déjà les « stunteurs » touchent les médias internationaux par le biais d’émissions télévisées (sur la chaîne AB Moteurs par exemple), de la distribution de DVD dans le monde entier et de sites web. Gregg Black dans un superbe drift
La moto du stunteur en détail La moto du « stunteur » est généralement une puissante sportive (Honda CBR600FS, Kawasaki ZX-6R) préparée afin de l'alléger et de lui octroyer le maximum de couple, mais le Stunt peut être pratiqué avec une moto simplement débridée. Elle est équipée afin de protéger les parties les plus sensibles en cas de chute. Cet équipement est, le plus souvent, désigné par des termes anglais : Carénages enlevés (Street) ou seulement les carénages latéraux (Street Ricain). Afin de ne pas abîmer tous les carénages ou pour la beauté de la moto. Guidon « street » ou guidon bracelet Le guidon d'origine est remplacé par un guidon plat et large ou des bracelets droits, une commande de frein arrière peut être placée au guidon pour faciliter les manœuvres. Transmission raccourcie Principalement par modification du rapport pignon/couronne afin de privilégier le couple et la levée plus facile de la roue avant. Les couronnes peuvent parfois être de diamètre assez spectaculaire (plus du double du modèle d'origine) se rapprochant de celui de la roue arrière. Barre de Curling Généralement en acier, elle est directement soudée sur le cadre à l'arrière de la moto de façon à pouvoir poser la moto et faire des figures lorsque celle-ci est à la verticale. HB ou Hand Brake Double commande de frein au guidon pour pouvoir freiner lors de tricks comme le DSLS (« debout sur la selle »), les fenwicks, Spécial K et autres… Il sert à éviter de se retourner. Crash cage Des protections métalliques sous la forme de barres de métal viennent prendre place sur les parties les plus sensibles du moteur sur les deux flancs de la moto, mais aussi parfois autour du guidon (à l'image des protections utilisées pour les moto-écoles). Couronne. Crash Cage, protection indispensable. Barre, curling. Réservoir « stunt ». Réservoir Le plus souvent aplati et muni de divers matériaux adhérents (Grip de surf, de skate, chambre à air), afin de pouvoir s'asseoir dessus lors de tricks comme le fenwick (les deux jambes par-dessus le guidon), etc. Pegs Repose-pieds sous forme de petits tubes en métal fixés sur les axes de roues et qui permettent aux « stunteurs » d'exécuter des figures. Pneu Le pneu arrière est souvent légèrement dégonflé afin d'obtenir une meilleure adhérence en effectuant des tricks plus complexes que d'autres. MOTOPASSION/65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 1Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 2-3Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 4-5Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 6-7Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 8-9Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 10-11Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 12-13Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 14-15Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 16-17Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 18-19Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 20-21Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 22-23Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 24-25Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 26-27Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 28-29Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 30-31Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 32-33Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 34-35Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 36-37Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 38-39Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 40-41Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 42-43Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 44-45Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 46-47Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 48-49Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 50-51Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 52-53Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 54-55Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 56-57Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 58-59Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 60-61Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 62-63Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 64-65Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 66-67Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 68-69Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 70-71Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 72-73Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 74-75Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 76-77Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 78-79Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 80-81Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 82-83Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 84-85Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 86-87Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 88-89Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 90-91Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 92-93Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 94-95Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 96-97Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 98-99Moto Passion numéro 1 nov/déc 2013 Page 100