Métro Montréal n°2016-06-06 lundi
Métro Montréal n°2016-06-06 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-06-06 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : cri d'alarme contre une justice inaccessible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Terrorisme Les délégués du Québec formés Le ministère québécois des Relations internationales offrira dès cette semaine une formation à ses délégués à l’étranger afin de les préparer à différents scénarios d’attaque terroriste, a rapporté hier Radio-Canada. « C’est pour la sécurité de nos employés. Ils sont sur le terrain », a dit la ministre Christine St-Pierre à la société d’État, précisant par exemple que les délégués suivraient des ateliers sur les prises d’otages et les tireurs. MÉTRO journalmetro.com lundi 6 juin 2016 Saint-Henri Trois blessés à la sortie d’un bar Trois hommes ont été blessés dans un violent affrontement survenu vers 3h, dans la nuit de samedi à hier, dans le quartier Saint-Henri, à Montréal. La cause du conflit, qui aurait débuté dans un bar de la rue Saint- Jacques, est indéterminée. Les trois hommes, âgés de 39, 37 et 28 ans, ont notamment subi des blessures à la tête et des lacérations. On ne craint pas pour leur vie. Le Service de police de la Ville de Montréal a ouvert une enquête. LA PRESSE CANADIENNE Ahuntsic-Cartierville Les citoyens disent non à une mosquée Les citoyens ont rejeté hier par référendum l’autorisation d’usage pour une mosquée sur la rue Legendre, à Ahuntsic. Ils ont été 291 personnes à refuser la mosquée contre 190. La décision de tenir un référendum était intervenue au bout d’un processus entamé en août 2015 quand une demande d’autorisation d’usage pour une salle de prière installée dans un ancien restaurant a été présentée à l’administration. Selon le règlement d’urbanisme, le zonage ne permet pas l’ouverture d’un lieu de culte à cet endroit. TC MEDIA Le projet de condos prévu sur le site de l’ancienne usine Syncrodrive (photo) est critiqué par des résidants, qui le jugent mal adapté au secteur patrimonial./VICKY MICHAUD/TC MEDIA Un terrain convoité fait polémique à Lachine Condos. Le terrain où se dresse la vétuste usine de Syncrodrive, à Lachine, se trouve au centre d’une polémique immobilière. VICKY MICHAUD vicky.michaud@tc.tc Les promoteurs, qui espéraient y ériger un complexe de 28 condos, ont été confrontés à la résistance des voisins désirant préserver l’ambiance du site. « Le projet se présente comme un immense bloc de maçonnerie. Il ne cadre tout simplement pas avec le patrimoine du quartier », affirme Mona André Rainville, la résidante à la tête du groupe de citoyens opposés au projet. Situé entre le parc René- Lévesque, la marina de Lachine et le fleuve, à l’entrée du lac Saint-Louis, le lopin de terre du 333, chemin du Canal, inexploité depuis la fermeture de l’usine de pièces Syncrodrive, a trouvé preneur en août 2015. Un conglomérat de trois investisseurs, dont le promoteur, avait versé 1,3 M$ pour l’acquisition du lot de 2 575 m². Le litige a éclaté durant une séance d’information menée par Habitations Louis Lefebvre, le 19 mai. Alors que le promoteur présentait l’ébauche du projet, des échanges assez animés ont tourné à l’insulte. « Nous avons été très surpris par la réaction des gens. Nous avions choisi des matériaux qui, selon nous, cadraient avec le milieu », confie la directrice du projet, Ève Drouin. Choqués, les résidants ont fait des recherches, qui les ont fait douter de la légitimité de la vente du terrain. Initialement propriété du gouvernement fédéral, le lot a été acquis par le provincial qui l’a ensuite vendu à un Incertitude VOUS CONSOMMEZ DE L’ALCOOL RÉGULIÈREMENT ? FAIRE DU BIEN, C’EST PAYANT. goALGO.ca 514 381-2546 « Si nous n’avons pas les moyens de payer le lot et sa décontamination, nous ne sommes pas plus avancés. » Benoît Glorieux, directeur des services administratifs, greffe et relations avec les citoyens de l’arrondissement de Lachine particulier pour 220 000 $ en avril 2015. Six mois plus tard, trois associés, dont Claude Lavigne, le neveu du propriétaire, l’achetaient pour un prix sept fois plus élevé. Normalement, Québec aurait dû offrir le terrain en priorité à l’arrondissement selon la loi sur les domaines hydriques. Lachine aurait alors eu la possibilité d’en prendre possession pour 1 $. Selon les résidants, cela n’a pas été fait. « Le projet ne nous a pas encore été officiellement présenté. Nous avons vu quelques Mesdames, participez à l’étude S56 et obtenez jusqu’à 2 600 $. Nous recherchons des femmes de 18 à 45 ans, qui consomment de l’alcool régulièrement et ayant un Indice de Masse Corporel inférieur à 25. Les participantes doivent être en bonne santé et ne prendre aucun médicament sur une base régulière. dessins, et ils nous ont fait sourciller. Nous vérifions cependant les dires des résidants pour savoir si on pourrait acquérir le site », explique le directeur des services administratifs, greffe et relations avec les citoyens, Benoît Glorieux. Lachine attend le résultat de ses recherches pour passer l’étape suivante du projet. Entre-temps, le promoteur poursuit ses démarches en vue de la construction du complexe. La directrice du projet soutient que les plans sont en train d’être revus afin de tenir compte des demandes du voisinage. « Nous sommes déterminés à trouver un terrain d’entente. [...] Mais les citoyens ont fermé les communications », déplore M me Drouin. Pour sa part, le regroupement de citoyens a tenu des assemblées et a nommé la conseillère Maja Vodanovic comme représentante auprès de l’arrondissement. Ils attendent aussi le résultat de l’enquête avant de se prononcer. Altasciences RECHERCHE CLINIQUE 2
Le sort des déplacés du square Viger inquiète le RAPSIM Itinérance. Avec la fermeture, au cours des derniers jours, du square Viger pour des travaux de réaménagement, le sort des itinérants qui le fréquentaient est-il inquiétant ? LAURENCE HOUDE-ROY laurence.houde-roy @journalmetro.com. - — Le square Viger a été fermé au public à la fin mai afin que des travaux de réaménagement des lieux y soient réalisés au coût de 28 M$./CHANTAL LÉVESQUE/MÉTRO Journée Carrières LUNDI 6 JUIN 2016 de 10 h à 18 h 30 ENTRÉE GRATUITE Oui, croit Bernard St-Jacques, du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM). « On est à la croisée des chemins. On ne sait pas quel genre d’été on va vivre », dit-il en entrevue avec Métro. M. St-Jacques est pleinement conscient du travail de sensibilisation qui avait été fait par les organismes communautaires mandatés par la Ville il y a plusieurs mois afin de prévenir les itinérants de la fermeture du square dès le mois de mai et de les diriger vers des ressources. « Mais à mesure que l’été va avancer, il y a des gens qui vont se chercher un « lieu de tolérance » comme le square Viger, et ce sera difficile », s’inquiète-t-il. C’est que le square Viger est réputé pour être une zone particulière de tolérance à Montréal pour les itinérants. À la mi-août, plusieurs personnes en situation d’itinérance se retrouvaient au square Viger après avoir tenté, sans succès, de se trouver un autre lieu pour s’installer pendant l’été, soutient M. St-Jacques. « Ce n’est pas leur premier choix, parce que ce n’est pas si sécuritaire, et la dynamique entre les gangs n’est pas toujours agréable, mais il n’y avait pas d’autres lieux aussi tolérants à Montréal », explique-t-il. L’organisateur communautaire se demande maintenant ce qu’il adviendra à cette période si le square Viger n’est plus disponible. « Si [la Ville] veut se réapproprier un lieu qu’elle avait laissé à une population, qu’estce qu’on offre à ceux qui s’y étaient installés ? » demande M. St-Jacques. Ce dernier reconnaît que la Ville de Montréal agit bien en voulant offrir des options de logement à long terme aux itinérants, « mais il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas tout CARGO 14'4, Cégep À André-Laurendeau 1111, rue Lapierre, Lasalle le monde qui va choisir ces options, certains vont rester dans la rue, ajoute-t-il. Et eux, ils n’ont pas trop d’options. » Surtout qu’avec la revitalisation de lieux comme le parc Émilie-Gamelin et le square Cabot, le message lancé aux itinérants semble être qu’« il WWW.CARGO-MONTREAL.CA Un lieu unique « À Montréal, il n’y a pas d’équivalent du square Viger pour les personnes dans la rue. » Bernard St-Jacques, du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal ne faut pas qu’ils prennent l’habitude de fréquenter ces lieux », soutient M. St-Jacques. « Donc, l’endroit où ils pouvaient rester plus longtemps, c’est le square Viger, et on ne l’aura pas cette année », dit-il. Il souhaite que la Ville crée des « zones de tolérance au moins temporaires » pour compenser la fermeture du square Viger. Du côté du poste de quartier 21 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), l’inspecteur Vincent Richer soutient que la fermeture a été faite en collaboration avec les organismes communautaires et que les cinq ou six itinérants qui étaient toujours au square lors de sa fermeture ont été « pris en charge ». « Je ne suis pas inquiet pour eux, indique quant à lui le directeur de l’Accueil Bonneau, Aubin Boudreau. Les itinérants connaissent très bien les ressources et les endroits où aller se loger quand ça ne fonctionne pas à un certain endroit. Et il y a une entente entre le SPVM et l’Accueil Bonneau : avant de faire une intervention dans le secteur du square auprès d’itinérants, le SPVM nous laisse leur parler pour les diriger vers des ressources », indique-t-il. LOGISTIQUE ET TRANSPORT Grand partenaire : Emploi Partenaire média : Québec El Ile-de-Montréal El El journalmetro.com 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :