Métro Montréal n°2015-07-29 mercredi
Métro Montréal n°2015-07-29 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-07-29 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 71,8 Mo

  • Dans ce numéro : la grande roue de Montréal-Nord fait des mécontents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
journalmetro.com mercredi 29 juillet 2015 02 Aucun événement ne peut avoir lieu dans le Stade olympique lorsqu’il y a un risque d’accumulation de plus de 3 cm de neige ou de 3 mm de pluie sur la toile./PATRICK BEAUDRY/COLLABORATION SPÉCIALE Le retour des Expos ne peut se faire au Stade, selon la RIO Déportation des Acadiens 260 ans après De nombreuses activités ont eu lieu hier dans les provinces de l’Atlantique afin de commémorer le 260 e anniversaire du Grand Dérangement. La Société nationale de l’Acadie (SNA) a souligné à cette occasion la décision, prise en 1755 par les Anglais, de déporter les Acadiens, ce qui a entraîné la mort de plusieurs milliers d’entre eux. Un rassemblement a eu lieu en matinée à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, où un pèlerinage a été entrepris à destination de Grand-Pré (photo), en Nouvelle-Écosse. LA PRESSE CANADIENNE Sport. Alors que le maire Denis Coderre multiplie les manœuvres pour le retour des Expos à Montréal, la Régie des installations olympique (RIO) affirme que le Stade olympique ne pourrait pas devenir la maison temporaire du baseball majeur en attendant la construction d’un stade au centre-ville. AUDREY GAUTHIER audrey.gauthier@tc.tc Nouveau toit « Avec un nouveau toit, nous pourrions accueillir tout type d’événement, et ce, à longueur d’année. » Michel Labrecque, PDG de la Régie des installations olympiques Le toit serait trop fragile pour que le Stade accueille une équipe pour une saison entière. Présent dimanche à Coopers town pour l’intronisation de PedroMartinez au Temple de la renommée du baseball, le maire avait affirmé qu’il n’y avait plus de doute dans son esprit et que Montréal retrouverait le baseball majeur. « Dans ma tête, ce n’est pas si, c’est quand », avait-il lancé. Si les choses se bousculent, une équipe pourrait déménager dans la métropole avant la construction d’un stade au centre-ville. Dans ce cas, cependant, le Stade olympique ne pourrait pas lui servir de demeure transitoire, selon la RIO. « Nous devons suivre notre protocole de sécurité à cause de la fragilité du toit, ce qui rend la tenue de matchs précaire », indique le présidentdirecteur général du Parc olympique, Michel Labrecque. En effet, aucun événement ne peut avoir lieu dans le Stade olympique lorsqu’il y a un risque d’accumulation de plus de 3 cm de neige ou de 3 mm de pluie sur la toile. Le poids de ces accumulations risquerait de la déchirer, ce qui est survenu en 1999 lors du Salon de l’automobile. Il est donc impossible que le Stade olympique puisse accueillir, même temporairement, une équipe professionnelle pendant une saison complète, puisque les conditions météorologiques sont imprévisibles. Dans les cas d’événements ponctuels, comme les matchs des Blue Jays de Toronto, il y a toujours un risque d’annulation et de report. Investissements Si on fait abstraction du toit, la RIO croit que le Stade olympique pourrait convenir aux besoins du baseball majeur. D’autant plus que 100 M$ seront investis dans divers travaux au cours des cinq prochaines années. Le plus gros chantier sera celui de la mise aux normes de la tour et du funiculaire, qui s’élèvera à une quarantaine de millions de dollars. Jean Gosselin, spécialiste en marketing sportif et grand partisan du retour du baseball à Montréal, croit que le Stade olympique, malgré sa mauvaise réputation auprès des Montréalais, serait une bonne option, en attendant un nouveau stade. « Nous n’avons pas le choix. Il n’y a pas d’autre amphithéâtre à Montréal pouvant accueillir le baseball majeur. Le Stade olympique l’a reçu pendant des années, pourquoi ne pas le refaire ? » Le Parc olympique doit remettre cet automne au gouvernement provincial un rapport sur les différentes options pour un futur toit. Les élus détermineront par la suite quel projet conviendrait le plus pour la troisième toiture du Stade olympique.
03 « Je n’ai rien à me reprocher », se défend Claude Dauphin CAPSULE INFORMATIONS ESSENTIELLES Lachine. Au moment où les enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) frappaient encore dans l’affaire des compteurs d’eau hier matin, le maire Claude Dauphin faisait parvenir à TC Media une déclaration où il indique vouloir demeurer en poste et n’avoir « rien à se reprocher ». VANESSA LIMOGES vanessa.limoges@tc.tc « Je ne suis intervenu dans ce dossier que lorsque j’étais président du comité exécutif et c’était lors de l’annulation du contrat [en 2009], a tenu à préciser M. Dauphin. Je tiens à spécifier que je n’ai rien à me reprocher et que je continuerai de collaborer pleinement. » Le 22 juillet, les policiers se sont rendus au domicile du maire Dauphin ainsi qu’à l’hôtel de ville de Lachine pour récupérer des documents papier et informatiques pour étoffer leur enquête sur le contrat de 355 M$ attribué à la firme GÉNIeau pour les compteurs d’eau à Montréal. Au moment des perquisitions, le maire était en vacances hors du pays. Il a toutefois décidé de briser le silence avant son retour, prévu la semaine prochaine. Le maire Dauphin a tenu à souligner qu’avec le peu d’information à sa disposition, il est difficile pour lui de commenter Forces armées Un haut gradé accusé d’agression Un commandant de l’armée canadienne fait face à de sérieuses accusations d’agression sexuelle liées à son travail de mentorat auprès de cadets. Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes affirme que le lieutenant-colonel Mason Stalker a été accusé de 10 infractions criminelles, incluant agression sexuelle, exploitation sexuelle et abus de confiance. Les accusations sont liées Le 22 juillet, les policiers se sont rendus au domicile du maire de Lachine Claude, Dauphin./ARCHIVES MÉTRO Collaboration « Depuis le début de l’enquête, à chaque fois que j’en ai eu l’occasion, j’ai toujours exprimé ma volonté expresse de collaborer avec les autorités et de fournir tout document jugé pertinent. » Claude Dauphine, maire de Lachine l’affaire. Il a toutefois ajouté qu’il « continuera à exercer [ses] fonctions de maire de Lachine pour le mieux-être de [ses] concitoyennes et concitoyens ». L’UPAC n’en était pas à sa première perquisition à l’hôtel de ville de Lachine. En 2013, les policiers avaient aussi fait des saisies dans le cadre d’une enquête pour fraude, abus de confiance et documents falsifiés entamée trois ans plus tôt. Compteurs d’eau Septième opération de l’UPAC L’UPAC a procédé hier à une perquisition dans les locaux de la boîte de relations publiques Morrow Communications, sa septième en un mois en lien avec le dossier des compteurs d’eau. Cinq inspecteurs prennent part à cette intervention policière, a indiqué la porte-parole de l’UPAC, Anne- Frédérick Laurence. Aucune arrestation n’est prévue. Morrow Communications, qui s’appelle désormais MW3, est présidé par André Morrow. Ce dernier a été interrogé devant la commission Charbonneau au sujet d’une possible fausse facture de 75 000 $ remise à SNC-Lavalin en 2005. Il a affirmé n’avoir jamais participé au stratagème visant à remplir les coffres d’Union Montréal, le parti politique de l’ancien maire Gérald Tremblay. L’ancien vice-président de SNC-Lavalin Yves Cadotte avait de son côté déclaré aux commissaires que la firme de génie-conseil avait acquitté une facture de 75 000 $ de Morrow Communication pour le travail que l’entreprise de relations publiques avait fait pour Union Montréal pendant la campagne électorale de 2005. MÉTRO Le lieutenant-colonel Mason Stalker/BILL GRAVELAND/LA PRESSE CANADIENNE à une série d’événements qui se seraient produits à Edmonton de 1998 à 2007. Les révélations surviennent moins d’une semaine après que le nouveau chef de la défense, le général Jonathan Vance, eut promis d’éradiquer l’inconduite sexuelle dans l’armée. LA PRESSE CANADIENNE Bâtonnière suspendue Tentative de rapprochement À couteaux tirés depuis un mois, le Barreau du Québec et la bâtonnière Lu Chan Khuong tentent un rapprochement pour éviter d’étaler leur querelle devant les tribunaux. Dans un communiqué publié hier, les avocats des parties annoncent qu’ils « ont convenu de suspendre temporairement les procédures et de participer à une conférence de règlement à l’amiable » qui sera présidée par le juge François Rolland de la Cour supérieure. Élue le 22 mai dernier avec l’appui de 63% des membres du Barreau, M e Khuong s’est fait intimer l’ordre de démissionner par le conseil d’administration dès le 1er juillet, après la publication d’un reportage révélant qu’elle avait fait l’objet d’une plainte policière pour vol à l’étalage en avril 2014. Le dossier a été déjudiciarisé en juin de la même année et M e Khuong n’a fait l’objet d’aucune accusation. Le Barreau du Québec a néanmoins estimé que l’incident était « incompatible » avec la fonction de bâtonnière. LA PRESSE CANADIENNE SAVIEZ-VOUS QUE LA CSST PEUT VOUS CAPITALISER UNE ANNÉE DE SALAIRE ? La loi prévoit trois situations où la CSST peut vous payer la totalité de vos indemnités de remplacement du revenu pour une année en versement unique. La première, si le montant que vous recevez aux 14 jours est minime, vous êtes éligible à cette modalité. Attention par contre, ce que vous considérez minime peut ne pas l’être aux yeux de la CSST ! La jurisprudence à ce sujet est partagée mais en règle générale, si vous recevez moins de 60$ aux deux semaines, vous devriez entrer dans cette définition. Ou la seconde, si vous n’avez pas de résidence au Québec, vous pourriez demander à la CSST de vous verser vos indemnités pour l’année en un seul versement. Ou la troisième si la CSST juge que ce serait utile à votre réadaptation. Par exemple, il serait possible d’en faire la demande pour vous acheter une voiture pour pouvoir travailler, ou même pour démarrer une entreprise. La CSST est par contre plutôt sévère à cet égard et doit être réellement convaincue que la somme sera utilisée dans le cadre de votre réadaptation, et non simplement pour rembourser des dettes ou pour partir en voyage. De plus, il est essentiel de savoir que bien que la CSST puisse verser un maximum d’un an d’indemnités à la fois, cette modalité est renouvelable si la demande rencontre encore les critères établis. Vous pourriez donc bénéficier de ce versement unique plus d’une fois. Elle peut aussi verser un montant moindre d’un seul coup, et par la suite continuer de vous verser la différence aux deux semaines. Concrètement, si vous receviez 20 000$ par année de la CSST, celle-ci pourrait vous remettre 5000$ en un seul versement, et vous verser le 15 000$ restant en versements bimensuels. Bien qu’il s’agisse d’une modalité rare et exceptionnelle, c’en est une qu’il vaut la peine de considérer lorsque vient le temps de se remettre sur pieds. Informez-vous ! POUR Y VOIR PLUS CLAIR, CONSULTEZ-NOUS CSST, SAAQ, RRQ, relations de travail, assurances, immobilier, civil et corporatif PREMIÈRE CONSULTATION GRATUITE ! 1 855 MAÎTRES (624-8737) 4350 RUE BEAUBIEN, MTL desrochesmongeonavocats.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :