Métro Montréal n°2015-07-16 jeudi
Métro Montréal n°2015-07-16 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-07-16 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : la vélostation de la STM remplie à moitié.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
journalmetro.com jeudi 16 juillet 2015 02 UPAC ACTUALITÉ Quatrième perquisition chez Dessau L’Unité permanente anti-corruption (UPAC) a mené une quatrième perquisition chez la firme Dessau, en lien avec le scandale des compteurs d’eau de Montréal. Une trentaine de policiers étaient au siège social de l’entreprise pour recueillir des éléments de preuve et interroger des témoins. MÉTRO Hamza Chaoui Appel aux dons Une campagne de sociofinancement a été lancée pour soutenir Hamza Chaoui dans son combat juridique contre le maire Denis Coderre et la Ville de Montréal. M. Chaoui dit être victime de diffamation. La semaine dernière, l’imam a déposé une poursuite de 500 000 $ pour des propos du maire l’accusant d’être un « agent de radicalisation » et un « fomenteur de tensions sociales ». TC MEDIA Tourisme Le meilleur printemps depuis 20 ans Montréal a connu son meilleur printemps en matière de tourisme depuis 20 ans, a fait savoir Tourisme Montréal dans un bilan qu’il juge fort positif pour la période allant d’avril à juin 2015. Le tourisme d’affaires et les visiteurs en provenance des États-Unis sont pour beaucoup dans ces résultats. LA PRESSE CANADIENNE Banque du Canada Le taux directeur abaissé à 0,5% La Banque du Canada a abaissé hier son taux d’intérêt directeur d’un quart de point de pourcentage, à 0,5%, et a révisé à la baisse ses prévisions pour l’économie, prédisant même une contraction de l’activité au deuxième trimestre de l’année, ce qu’elle a attribué à l’impact du plongeon des prix du pétrole et à la performance décevante des exportations. LA PRESSE CANADIENNE La vélostation de la station Lionel-Groulx est la seule de tout le réseau du métro./DENIS BEAUMONT/MÉTRO La vélostation de la STM sous-utilisée Bilan. La vélostation que la Société de transport de Montréal (STM) a ouverte en 2013 à la station de métro Lionel- Groulx est sous-utilisée. MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com À peine la moitié des 32 espaces offerts pour garer un vélo à l’abri des intempéries sont en général utilisés, d’après le bilan que la STM a dressé sur l’utilisation de sa vélostation. Lors du passage de Métro, avant-hier, environ 15 vélos étaient installés dans l’abri sécurisé et une vingtaine Accès 90 Près de 90 cyclistes ont accès cette année à la vélostation. Ils étaient 136 l’an passé. La quasi-totalité était satisfaite du service (95%) et pensait en profiter encore cette année (89%). d’autres étaient accrochés aux supports traditionnels qui se trouvaient à proximité. « Il y a moyen d’optimiser l’utilisation [de la vélostation], a convenu la porte-parole de la STM, Amélie Régis. C’est un équipement nouveau, et il y en a seulement une dans tout le réseau. » La STM entend distribuer des dépliants informatifs sur la vélostation aux cyclistes qui utilisent les supports traditionnels ainsi que dans les boutiques de vélo qui se trouvent à proximité de la station Lionel-Groulx. Des affiches ont déjà été mises en place dans le réseau du métro pour aviser les usagers de l’existence de la vélostation. Le vice-président de Vélo Québec, Jean-François Pronovost, n’a pas été surpris d’apprendre que la vélostation de la STM n’est pas utilisée à son plein potentiel. « Il faut qu’une vélostation soit bien localisée, a-t-il dit. Ça prend un endroit où on sait que les gens arrivent en vélo. » Une vélostation doit, en quelque sorte, favoriser l’intermodalité entre les différents moyens de transport, d’après M. Pronovost. Comme endroits qui pourraient être privilégié pour une vélostation, il a évoqué les stations Mont-Royal, où il y a une forte concentration de cyclistes, et Berri-UQAM, où l’université et la Grande Bibliothèque pourraient en attirer plusieurs. Dans les premiers plans de l’îlot Voyageur, il y avait un espace réservé à une vélostation dans laquelle jusqu’à 300 bicyclettes auraient pu être garées, a mentionné le vice-président de Vélo Québec. Ouverte en octobre 2013, la vélostation de la STM est accessible gratuitement à tous les usagers qui détiennent une carte Opus. Un titre spécial doit toutefois y être déposé. La STM n’a pas l’intention pour le moment de tarifer l’accès à la vélostation ni d’en ouvrir une autre. JdLDE VISION MONTURE ET LENTILLES VAntiReflet vResistance aux Rayures Hydrophobe SIMPLE D'ÉTÉ Solde d'été inclut les montures étiquetées jaunes MONTURE ET LENTILLES et lentilles simple vision 1.50 traitées Antireflet, résistance aux rayures et hydrophobe. Voir détails et sélection en succursale. (Dr K.A Khoury, Optométriste) Expire le 31 Juillet, 2015 WWW.ZYEU.COM 1 POUR 2 POUR 149$ 1995 EMMEN DE LAINE OqPONB1E IJ PRESCRIPIION EXTERNES. 4 SERVICE 11.1 DISPOPSRLE.m CARREFOUR LAVAL 450 902-1000 MARCHÉ CENTRAL 514 384-1117 CENTRE EATON 514 842-9200 CARREFOUR ANGRIGNON 514 363-4000 PROMENADES ST-BRUNO 450 653-5959 GALERIES RIVE NORD 450 582-8882 LACHENAIE 450 582-7522
03 Des plaques dangereuses pour les chevaux Animaux. Au lendemain d’un incident impliquant un de ses chevaux, le propriétaire d’une des principales écuries de Montréal déplore la prolifération des plaques de métal, qui ne sont pas sécuritaires pour les bêtes, sur les trajets empruntés par les calèches. c ROXANE LÉOUZON roxane.leouzon@journalmetro.com Mardi, vers 17 h 50, Marilyn, une jument de plus ou moins 17 ans, a glissé sur une plaque de métal recouvrant la chaussée à l’angle des rues Notre- Dame et Peel. Une témoin de la scène a fait circuler des photos sur les réseaux sociaux. « Le pauvre [cheval] avait l’air horrifié, épuisé et chaque fois qu’il essayait de se mettre debout, il glissait et retombait à au moins cinq reprises. Honnêtement, il ressemblait à Bambi sur la glace », a déclaré Tara Schulz sur Facebook. Le propriétaire des Calèches Lucky Luc, situées quelques rues plus loin dans l’arrondissement du Sud-Ouest, assure que Marilyn n’est pas blessée. « On lui a quand même donné deux jours de congé par précaution », a indiqué Luc Desparois. Il en a toutefois contre la présence aiguë, dans le Vieux- Montréal et Griffintown, des plaques de métal servant à recouvrir des trous dans la Sur cette photo partagée sur la page Facebook de l’Anti-calèche defense coalition, un policier tente d’aider la jument Marilyn à se relever./TARA SCHULZ/COLLABORATION SPÉCIALE Appel à l’interdiction Pour la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), cet incident est une démonstration que les chevaux n’ont pas leur place au centre-ville. chaussée dans le cadre de travaux publics. « Il y en a tellement autour de l’écurie, on se sent encabanés, a dit M. Desparois. On voudrait que la Ville pense à nos chevaux. » Il déplore que les propriétaires de calèches ne soient pas avertis lorsque entourés de bruits, de voitures et de gaz d’échappement. Ils risquent d’avoir peur, de tomber, de se blesser et de poser un danger pour le public », a dit Alanna Devine, directrice de la défense des animaux. ces plaques sont installées. « Il est possible de les recouvrir de tapis en caoutchouc antidérapants. On peut même les poser nous-mêmes si on le sait d’avance », a-t-il affirmé. M. Desparois explique que les cochers font généralement des détours pour éviter ces plaques, ou alors descendent de la calèche pour aider les chevaux à les franchir. « Dans ce cas-ci, c’était une cochère peu expérimentée », a souligné le propriétaire. « [Cet événement] nous amène à examiner la situation actuelle et à tenter de circonscrire des mesures qui pourraient faire en sorte qu’un tel incident puisse être évité à l’avenir, a répondu par courriel le porte-parole de la Ville Jacques-Alain Lavallée. Les plaques d’acier sont utilisées pour la grande majorité des travaux à Montréal, comme ailleurs en Amérique. Il en va de la sécurité des usagers de la voie publique. » L’AGRILE MENACE NOS FRÊNES Agissez maintenant pour les protéger, le règlement l’exige. ville.montreal.qc.ca/agrile Renseignements : 311 Square Viger. Le projet de réaménagement repensé Budget 28 M$ La Ville de Montréal entend consacrer 28 M$ au réaménagement du square Viger. La Ville de Montréal entend retravailler les plans d’aménagement du nouveau square Viger. Elle maintient toutefois sa décision de détruire l’Agora, cette imposante structure de béton imaginée par l’artiste Charles Daudelin. L’appel d’offres, que l’administration du maire Denis Coderre avait lancé le mois dernier pour réaménager le square, a été annulé hier. La Ville a fait savoir aux entreprises intéressées par le contrat qu’un nouvel appel d’offres sera lancé à l’automne. « La décision d’annuler l’appel d’offres publiques est une décision technique, a précisé hier l’attachée de presse du maire, Catherine Maurice. [Cela] nous évitera de négocier des amendements. Il n’est pas impossible qu’il y en ait puisqu’on travaille toujours au concept. » L’échéancier des travaux reste le même, a indiqué la Ville. Des plans d’aménagement du nouveau square Viger ont été dévoilés le mois dernier. La Ville a du même coup manifesté son intention de démolir l’Agora. Le maire Denis Coderre a expliqué sa décision par la nécessité de revitaliser l’espace public situé au centreville, mais aussi par le fait que celui-ci n’est pas sécuritaire. La fontaine Mastodo, qui avait aussi été conçue par Charles Daudelin, serait déplacée et mise en valeur. La famille de Charles Daudelin est contre le démantèlement de l’Agora et le déplacement de la fontaine Mastodo. Selon elle, les deux œuvres vont de pair. Des urbanistes, des architectes paysagers et des professeurs d’université ont réclamé de leur côté une réflexion sur le réaménagement du square Viger. Ils jugent la proposition de la Ville « inappropriée, parachutée et désincarnée ». MARIE-EVE SHAFFER AVEC LAURENCE HOUDE-ROY Village enfoui Lors des travaux d’excavation du chantier Turcot, les ouvriers ont découvert à l’ouest de l’angle des rues Saint-Jacques et Saint-Rémi ce qui pourrait être les vestiges de l’ancien Village des Tanneries, qui date de la fin du XVIII e siècle. Des fouilles archéologiques lancées il y a trois semaines permettront d’en apprendre davantage./ANDRÉ DESROCHES/MÉTRO UGA2106098



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :