Métro Montréal n°2014-11-06 jeudi
Métro Montréal n°2014-11-06 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-11-06 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : tollé contre la fin du tarif unique dans les garderies.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Ecouteurs gratuits Le mois d'appréciation du client est en novembre chez Cellcom ! Offre se termine le 30 novembre 2014. Limite d'un par client. Nous apprécions votre clientèle et nous vous invitons à passer en magasin pour obtenir vos écouteurs en cadeau. C'est notre façon de vous dire merci. Exclusivement aux magasins suivants  : Bell-Carrefour Laval 3035, boul. le Carrefour, Laval 450 681-3344 450 978-7133 - kiosque Bell-Centre Laval 1600, boul. Le Corbusier, Laval 450 680-2355 Bell-Décarie 5355, rue des Jockeys, Montréal 514 739-7777 Bell-Des Sources 3476, boul. des Sources, Dollard-des-Ormeaux 438 899-7130 Bell-Les Jardins Dorval 352, avenue Dorval, Dorval 514 631-1222 Bell-Mégacentre Ste-Dorothée 916, Autoroute Chomedey Laval 450 689-3234 Bell-Place Bourassa 6000, boul. Henri Bourassa E., Montréal-Nord 514 322-3202 Bell-Place Versailles 7275, rue Sherbrooke E., Montréal 514 353-8847 Bell-Place Vertu 3131,boul. Côte Vertu, St-Laurent 514 335-2355 Bell-Les Promenades de Sorel 450, boul. Poliquin, Sorel-Tracy 450 742-6789 Bell- Rosemère 232, boul. Curé-Labelle Rosemère 450 979-3838 Bell-St-Martin Ouest 1655, boul. St Martin O. Laval 450 680-1010 Bell-Vaudreuil-Dorion 3120, boul. De la Gare, Vaudreuil-Dorion 450 455-7200 84, boul. Harwood, Vaudreuil-Dorion 450 424-1416 inspired by iNexxus. www.inexxus.com
03 Québec ampute de 75 M$ les finances montréalaises Budget. Le pacte fiscal transitoire de 3 G$, qu’a dévoilé hier le gouvernement du Québec, prive la Ville de Montréal de 75 M$. MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com « Il n’y aura ni augmentation de taxes ni coupes de services, a assuré le maire de Montréal, Denis Coderre, qui était de passage à Québec. Nous anticipions d’une certaine façon qu’il y aurait des choses qui pourraient arriver. » Au total, des compressions de 300 M$ seront imposées aux municipalités du Québec pour l’année 2015, en vertu du nouveau pacte fiscal qui viendra à échéance le 31 décembre 2015. Les enveloppes budgétaires dédiées à la réfection des infrastructures et aux réseaux de transport en commun seront toutefois maintenues alors que celle de la voirie sera bonifiée de 50 M$. Le premier ministre, Philippe Couillard, a invoqué l’état des finances publiques pour expliquer ces décisions. « Le retour à l’équilibre budgétaire dès 2015-2016 n’est pas une obsession, a affirmé le ministre des Affaires municipales, C’est flanqué des maires de Québec et de Montréal, Régis Labeaume et Denis Coderre, que le premier ministre Philippe Couillard a annoncé les compressions de 300 M$ imposées aux municipalités./JACQUES BOISSINOT/LA PRESSE CANADIENNE Pierre Moreau. C’est une obligation. Les représentants municipaux en sont aussi conscients. Par leur ouverture, ils s’associent à l’effort collectif de redressement des finances publiques. » « Les municipalités feront les efforts demandés, mais elles s’attendent à ce que ça soit la dernière fois », a insisté la mairesse de Sainte-Julie et présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Suzanne Roy. Son collègue de la Fédération québécoise des municipalités, Richard Lehoux, a tenu le même discours, en disant qu’il refuserait « de passer deux fois à la caisse ». Au moins cinq villes membres de l’UMQ ne digèrent pas les compressions demandées par Québec. Les maires de Gatineau, Laval, Longueuil, Saguenay et Trois-Rivières jugent ces coupes « inacceptables ». L’an dernier, les villes ont dû absorber une diminution dans les transferts provenant de Québec de 235 M$. « Nous avons déjà largement fait notre part, les contribuables aussi », ont indiqué par communiqué les maires réfractaires, qui envisagent d’augmenter les taxes municipales. L’opposition officielle à Montréal a aussi déploré les compressions. « Les municipalités ont très peu de pouvoirs de générer des revenus autonomes par rapport aux autres municipalités de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ce qui rend plus dramatique L’exception montréalaise Le pacte fiscal prévoit accorder une plus grande autonomie aux municipalités. Les Conférences régionales des élus (CRÉ), les Corporations de développement économique communautaire (CDEC) et les Centres locaux de développement (CLD) seront abolis et leurs responsabilités seront transférées aux villes. Montréal fera toutefois exception. réorganiser le réseau de 10 CDEC et 18 CLD plutôt que de le supprimer. aura notre propre concertation, a-t-il déclaré. On croit foncièrement tant aux CDEC qu’aux CLD. On va [...] faire une réorganisation pour assumer pleinement notre rôle, tant sur le plan de l’économie locale que de l’économie sociale. » mont réalaises ont demandé à rencontrer le maire Coderre pour discuter de l’avenir de leurs organismes. chaque ponction que fait le gouvernement du Québec dans les transferts aux municipalités », a souligné le chef de Projet Montréal, Luc Ferrandez. Pas de concurrence dans le marché du trottoir Le contrôleur général de la Ville a évoqué hier la possibilité que l’industrie du trottoir soit toujours sous l’influence de la collusion./ARCHIVES MÉTRO LAURENCE HOUDE-ROY laurence.houde-roy @journalmetro.com Il y aurait présentement une absence de concurrence dans l’industrie du trottoir à Montréal, a alerté hier le contrôleur général de la Ville de Montréal, Alain Bond. C’est un des constats qu’il fait à la suite de son analyse des travaux d’infrastructures réalisés entre 2008 et 2014 à Montréal, et présentés hier aux élus du comité exécutif. Entre janvier et mai 2014, sept appels d’offres de construction de trottoirs ont été lancés. Dans ces sept cas, le prix soumis par le plus bas soumissionnaire était de 16% supérieur aux estimations de la Ville. « Il y a une absence de concurrence dans l’industrie du trottoir présentement », a avancé Contrats 607 Au total, 607 appels d’offres publics concernant des travaux de construction ou de reconstruction ont été analysés dans l’étude du contrôleur général, dont 166 concernent des travaux de trottoirs. M. Bond. Si tel est le cas, cela signifierait peut-être « que l’industrie du trottoir serait toujours sous influence », a-t-il ajouté. Une deuxième hypothèse pour expliquer cette situation, c’est que le marché est en restructuration après l’arrivée de nouveaux acteurs. Alain Bond a en effet rappelé que selon une étude précédente, trois entreprises avaient reçu, entre 2002 et 2011, chacune 27% de la valeur de l’ensemble des contrats de trottoirs octroyés par la Ville. Celles-ci ne sont maintenant plus dans le marché, à la suite des travaux de la commission Charbonneau. « La guerre contre la corruption et la collusion, c’est une guerre d’usure. Il n’y a pas de potion magique », a réagi Lionel Perez, responsable des infrastructures au comité exécutif. Le maire de Montréal, Denis Coderre, souhaite que plus de travaux de trottoirs soient réalisés « à l’interne », mais l’opposition officielle doute de ses intentions. « Il dit aux gestionnaires  : si vous voulez votre bonus, vous devez augmenter la réalisation des projets du PTI », a illustré Marc-André Gadoury, de Projet Montréal. Selon lui, cela peut augmenter la pression exercée sur les gestionnaires pour soumettre les travaux aux firmes privées. Immigration Ottawa s’en prend à la « barbarie » Le gouvernement Harper prépare un nouveau projet de loi qui interdirait aux gens vivant dans des mariages polygames ou forcés d’immigrer au Canada. Le ministre de l’Immigration Chris Alexander a dévoilé le projet de loi hier, qualifiant de telles pratiques d’« incompatibles avec les valeurs canadiennes ». Si elle est adoptée, la « loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares » écarterait les mariages précoces et forcés du système d’immigration, a fait savoir le ministre. Il y aurait au moins « plusieurs centaines » de cas d’immigrants vivant dans des mariages polygames au pays, estime M. Alexander. LA PRESSE CANADIENNE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :