Métro Montréal n°2014-06-16 lundi
Métro Montréal n°2014-06-16 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-06-16 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 32,9 Mo

  • Dans ce numéro : Fontarabie, sublime odyssée musicale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
journalmetro.com lundi 16 juin 2014 04 mario beaulieu roxane léouzon roxane.leouzon@journalmetro.com À quoi attribuez-vous votre victoire ? Le changement de stratégie que je propose consiste à continuer de défendre les intérêts du Québec tout en mettant accent sur la promotion de l’indépendance. Une grande proportion des membres ont adhéré à ma stratégie. Beaucoup de gens ont même décidé de redevenir membres parce qu’ils voulaient qu’on fasse activement la promotion de l’indépendance. Vous avez une réputation de « pur et dur » ou de « radical » qui semble faire peur à certains. Comment comptezvous rassurer la population ? C’est une fausse réputation. Je ne pense pas du tout que c’est radical de vouloir que le français soit la langue commune au Québec. Nos adversaires essaient continuellement de nous faire passer pour des radicaux, mais il faut être proactif et expliquer ce qu’on revendique. Assurer l’avenir du français L’ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu, a été élu samedi à la tête du Bloc québécois. Il a remporté 53,5% du vote, alors que 58,5% des 19 000 membres du parti se sont prononcés. Il a discuté avec Métro de la stratégie qu’il entrevoit pour que le Bloc redevienne un joueur majeur en politique. « Je ne suis pas un radical » au Québec, c’est un enjeu de la diversité culturelle dans le cadre de la mondialisation. Certains, dont l’ancien chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, ont vu dans le « Nous vaincrons » scandé par vos partisans pendant votre discours de victoire une référence au Front de libération du Québec (FLQ). Est-ce que ça peut contribuer à cette image « guerrière » ? C’est tiré par les cheveux de relier ça au FLQ. Plusieurs slogans ont été lancés, comme « Nous gagnerons » et « Nous vaincrons ». J’y ai plutôt vu une façon de dire que nous allions gagner l’élection. J’ai toujours été non-violent. Ne faisons pas de chasse aux sorcières. Souveraineté « Il faut parler de souveraineté avant, pendant et après l’élection. » Comment comptez-vous convaincre les députés du Bloc, qui ont appuyé votre adversaire, que vous êtes la bonne personne pour les diriger ? Déjà, l’ensemble des députés m’ont confirmé qu’ils se ralliaient. Je vais discuter avec eux puisque je suis un homme d’équipe. Comme je suis arrivé tard dans la course, plusieurs s’étaient déjà commis envers mon adversaire, mais plusieurs se sont dits tout à fait d’accord avec la stratégie que je propose. Avez-vous des critiques à formuler à l’égard de vos prédécesseurs à la tête du Bloc ? Je ne veux pas les critiquer. Cela dit, pendant un bon bout de temps, après le référendum de 1995, c’était peut-être normal de mettre la pédale douce sur la souveraineté. Mais après 20 ans, on doit vraiment reprendre une campagne de promotion très active partout au Québec, sur le terrain. Quels sont les dossiers prioritaires que vous voudrez défendre au Parlement ? On va concentrer beaucoup d’énergie sur les dossiers économiques. L’économie du Canada est basée sur l’industrie automobile et le pétrole, alors que l’économie du Québec est basée beaucoup sur les énergies renouvelables et l’économie du savoir. On a donc des intérêts économiques différents. Lorsque la souveraineté a été mise à l’avant avec le poing levé de Pierre KarlPéladeau, le PQ a vécu le plus gros échec de son histoire. Comment ne pas vivre ça avec le Bloc ? Il faut parler de souveraineté avant, pendant et après l’élection. Si l’opinion publique n’est pas préparée, nos adversaires fédéralistes brandissent le référendum yves provencher/métro comme un épouvantail, et ça donne les résultats qu’on a connus. Il faut susciter une augmentation de l’appui à la souveraineté pour ensuite créer une augmentation des appuis électoraux. Comment rassembler les Québécois de toutes origines derrière votre projet ? Il faut être très actif et aller au-devant d’eux. J’ai l’intention de lancer un comité d’action pour aller rencontrer les gens de toutes origines. L’appui à la souveraineté n’est pas relié à l’origine ethnique, mais plusieurs études démontrent qu’il est surtout relié à la langue. Pour les nouveaux arrivants qui sont anglicisés, c’est très difficile d’appuyer la souveraineté, parce que les souverainistes sont souvent diabolisés dans les médias anglophones. La souveraineté est vue comme une forme de racisme, alors que ce n’est pas du tout le cas. Mais les allophones qui sont davantage francisés appuient la souveraineté globalement de la même façon que l’ensemble des francophones. PROGRAMME PERSONNALISÉ + CHOIX DE FORMATIONS + PARCOURS SUR MESURE Certificat d’études individualisées Accélérez l’obtention de votre certificat en faisant créditer votre expérience. FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE Vos objectifs, nos certificats, Votre carrière. ADMISSION AUTOMNE 2014 514 343.6090 1 800 363.8876 www.FEP.umontreal.ca/cei
L’emploi à Montréal recule depuis cinq mois APPRO- BATION Daphnée Hacker-B. daphnee.hacker@journalmetro.com du travail, soit pour prendre leur retraite, soit par découragement à la suite d’une recherche d’emploi infructueuse. « Montréal est censé être le moteur économique de la province, et le taux de chômage frôle les 10%, ça n’a pas de bon sens », se désole Guillaume Lavoie, conseiller de Projet Mont réal. Ce dernier, qui agit à titre de porte-parole de l’opposition officielle en économie, estime que l’administration Coderre n’a pas de réelle stratégie de relance économique. « Quand le maire Denis Insatisfait « On ne gouverne pas à travers des conférences de presse comme le fait M. Coderre. Il faut avoir des stratégies claires et des actions réfléchies. » Pour un cinquième mois consécutif, le marché du travail montréalais a connu son lot de difficultés. En mai, pas moins de 6 300 emplois se sont volatilisés, révèle Montréal en statistiques. Ce recul de l’emploi entraîne une hausse du nombre Guillaume Lavoie, conseiller de Projet Montréal, qui estime que le maire de de chômeurs sur l’île. Ils sont Montréal fait preuve d’improvisation désormais, d’après les évaluations, 93 600. C’est 2 500 de dans le dossier de la relance économique. plus qu’au mois d’avril, selon M. Lavoie. Ce dernier croit le rapport publié la semaine toutefois que Québec a aussi dernière. « L’augmentation du Coderre est arrivé au pouvoir, il a dit qu’il s’occuperait fait que « le gouvernement de aussi mis sur pied un Service de 1 un rôle à jouer, déplorant le La nouvelle administration a CLIENT : Concessionnaires TOYOTA Communications bleublancrouge VERSION nombre de chômeurs est un des PUBLICATION éléments qui expliquent No ANNONCE personnellement TITRE d’assurer la Philippe PARUTION Couillard a décidé DIMENSIONS développement économique. COULEUR N o CORR. le Journal recul Métro du taux d’emploi TOY-577-IMP-1F en relance... En RAV4-Corolla/Montréal attendant, il fait de relancer 16 et 23 le juin Plan 2014 Nord sans 10 x 8,289 « Ce pouces service - 2/3 nous de page permettra horizontal 4 couleurs 0 mai », TEXTES peut-on lire. DATE DIR. des ARTISTIQUE missions économiques DATE SERVICE rien CLIENT prévoir DATE pour le Sud ». DIR. PRODUCTION d’attirer DATE des capitaux CLIENT étrangers, DATE INFOGRAPHE DATE Depuis un an, 15 600 Montréalais ont délaissé le marché l’emploi, ici, recule », ajoute exécutif à la Ville, Harout Chiti­ des sièges sociaux », indique-t-il. Chitilian, vice-président du comité exécutif à la Ville de Montréal./quelque peu improvisées, et Le vice-président du comité des entreprises innovantes et « Le maire a été clair sur ses intentions d’améliorer l’économie », a dit Harout YBP 04-06-2014 métro lian, est loin de croire que son administration n’en fait pas assez. « Certes, il faut prendre acte de la réalité de l’emploi, mais je crois que nous sommes encore en train de ramasser les effets résiduels des dernières années et que [les résultats de] notre stratégie ne [vont] pas tarder à se faire sentir », soutient-il. M. Chitilian rappelle que le maire Coderre a promis de maintenir un taux de taxation au niveau de l’inflation pour les prochaines années, bien que les taxes municipales aient été haussées de 2,8% ce printemps. 05 CLASSÉE N o 1 PAR LES CANADIENS FABRICANT DE VOITURES DE TOURISME Programme de location au détail et de financement à l’achat offert par Toyota Canada inc. et conditionnel à l’approbation du crédit par Toyota Services Financiers. L’immatriculation, les assurances, les taxes et les droits sont en sus. Sous réserve des conditions applicables, les offres s’adressent aux particuliers qui louent ou achètent un véhicule entre le 3 et le 30 juin 2014 chez un concessionnaire participant du Québec où vous pouvez obtenir tous les détails. Le concessionnaire peut louer ou vendre à prix moindre. Les offres peuvent changer sans préavis. * Offres applicables aux modèles Corolla CE 2014 (BURCEM AA)/RAV4 2RM LE 2014 (ZFREVT AA) de base neufs en stock. PDSF de 17 640 $/25 785 $ avant taxes, frais de concessionnaire de 125 $ avant taxes (applicables chez certains concessionnaires), frais de transport et préparation et frais de climatisation, si applicable, inclus. Le montant total payable mensuellement est soumis à un taux de location annuel de 0,9% /2,9% et tient compte d’une contribution du concessionnaire de 50 $/0 $, des frais de concessionnaire, des frais de transport et préparation, des frais de climatisation, si applicable, et de l’assistance à la location de 700 $/0 $ (incluant les taxes applicables sur l’assistance à la location, lesquelles seront requises à la livraison). Franchise annuelle de 20 000 km. Frais de 0,07 $/0,10 $ du kilomètre excédentaire. À la livraison, un montant de 170,53 $/298,58 $ avant taxes (équivalant au total des deux premiers versements bimensuels) ainsi que les taxes applicables sont requis. Même pendant l’été, Toyota, c’est moins cher que vous pensez. CE 2014 17 640 $ En location : 85 $* paiement bimensuel Location 60 mois 0 $ d’acompte Sur une location de 60 mois, avec le paiement bimensuel, EFFECTUEZ 10 VERSEMENTS DE MOINS qu’avec le paiement aux deux semaines. JUSQU’AU 30 JUIN SEULEMENT 2RM LE 2014 25 785 $ En location : 149 $* paiement bimensuel Location 60 mois 0 $ d’acompte TOY-577-IMP-1F_CorollaRAV4_JrnMetro.indd 1 14-06-10 09:35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :