Métro Montréal n°2014-05-15 jeudi
Métro Montréal n°2014-05-15 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-05-15 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Canadien en finale de l'Association de l'Est.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Faites vite ! , Economisez jusqu'à 50% sur le tarif de base. Réservez d'ici minuit ce soir. Aucune prolongation.•R6oervez d'ici 23 h 59 houredo l'Est le 15 mal 2014. VOyagez d'ici Io 5 octobre 2014. Lo rabel& no 1'1ppllquo pu du 16au 19 mol, du 23 ou 26 11111, du 27 Juin au 1er Juillet, du 4 Julllotau 6 Julllot, du 1er au 4 IOOtot du 28 IOOt au 2 septembre 2014. Porter peut exiger un achat Jusqu'à 21 jours à l'avance. Laa tarifs sont fonction da la dlsponlblllté at peuvent na paa lrtra dlsponlblas pendant 1oute la période de voyage. La rabala s'appllqua au tarif da bue sans frais ni taxes. Description détaillée das tarifa pour tou1 ln ilinérairn 1ur ftyportlilr.com. Tarifs aller simple an cl usa Fiu au départ da la villa. Les tarifs i dMtinlltion da la villa peuvent Gtn11 différant: ! I. NouvellM r69arvations seulement Las tariftl incluant las taxas gouvernementales et les frais obllgatDlres, qui peU\f811t attelndr& 150 $ per aller slmple selon la destination. LM taxes 6trangàre& fluctuent selon le taux de change en vigueur. lel51ral1 pour des serv1ces optlonnsls, tels que les changem.. ts d'ttlnéralr&, IBB bagages aupplémentalraa, la préeélactlon de siège ou d'autres da mandas apéclalea, peuvent a'Bloutar au monblnt total. Tarifa non remboursable&. Il est posalble de changer d'itinéraire moyennant d811 fral11 allant Jusqu'à 200 S par poreonne et por trajet, pluo toute différence do 1arif. D'au1ros condi1iona (comme dea fraia de 25 $ pour l'onrogiotremen1 d'un premier bogage et do 35 S pour un et dos ! rais pour bagagea -enbli""'ot/ou b'op lourda) peuwn1 ê1ro modlfl6oo sons p...,vls ot ne sont garanUes qu'à 1'6mlsslcn du blllot. Pour en savoir plus, allez à ftyporter.com. En cas do divergence entre le tartt de nos annonces ot le tartt amch6 sur notre site Internet au moment de la réservation, ce damier prévaudra.
03 L’AMT songe à réviser son contrat avec le CP Transports. Le Canadien Pacifique (CP) pourrait cesser d’opérer ses locomotives sur trois lignes de train de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (AMT). MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com C’est une option qu’explore l’AMT, alors qu’elle songe à mettre fin à certaines dispositions de son contrat qui la lie au transporteur ferroviaire. « On évalue cette possibilité parce que ça pourrait nous permettre de faire des économies de coûts », a indiqué mercredi la porte-parole de l’AMT, Claudia Martin. Chaque année, l’agence de transport débourse 30 M$ pour pouvoir utiliser les voies ferroviaires du CP et pour que celuici opère les trains de banlieue sur les lignes Vaudreuil-Hudson, Saint-Jérôme et Candiac. « Notre contrat avec le CP se termine en 2016, mais on peut se retirer si on informe [le CP] à l’avance », a dit M me Martin. Le CP a confié par le passé à l’AMT qu’il voulait arrêter d’opérer et d’entretenir les trains de Lignes desservies Le CP opère les trains de l’AMT sur trois lignes de train de banlieue, soit Vaudreuil-Hudson, Candiac et Saint-Jérôme. pervise pour sa part les trains des lignes Mont-Saint-Hilaire et Deux-Montagnes. La future ligne Mascouche sera sous la responsabilité du CN. banlieue. En 2010, Bombardier a repris une partie de ces tâches en remportant le contrat d’entretien des locomotives et des voitures de l’AMT sur les lignes desservies par le CP. Le CP n’a pas voulu commenter les intentions de l’AMT. Il s’est contenté de dire qu’il « poursuivrait son travail avec l’agence ». L’AMT n’a pas encore évalué les économies qu’elle pourrait réaliser en changeant d’opérateur de train. Elle n’a pas non plus décidé des conditions d’opération qu’elle exigerait si elle devait lancer un nouvel appel d’offres. L’an passé, un conflit a éclaté entre l’AMT et le CP, car celuici donnait la priorité de passage à des trains de marchandises pendant les heures de pointe plutôt qu’aux trains de passagers, ce qui causait des retards. « Ça arrive encore », a rapporté Claudia Martin. Elle a toutefois précisé que, depuis le début de l’année, les retards provoqués par le CP ont diminué, ce qui a permis à l’AMT d’atteindre un taux de ponctualité de près de 96%. L’agence de transport poursuit malgré tout les pourparlers avec le CP afin que ces problèmes cessent. Elle a aussi lancé des travaux ce printemps sur les lignes desservies par le CP afin de construire des voies de liaison, ce qui permettra à ses trains de contourner des trains de marchandises lorsqu’il y a congestion sur le réseau ferroviaire. « Ça va aussi nous permettre d’accroître notre efficacité et notre fiabilité et de mieux respecter les horaires », a indiqué M me Martin. Le centre-ville envahi par le bleu, le blanc et le rouge dans une ambiance de fête Les partisans de la Sainte-Flanelle s’en sont donné à cœur joie au centre-ville de Montréal, hier, alors que leur équipe favorite a défait l’ours bostonien au septième match de sa série de deuxième ronde. Malgré une importante présence de policiers antiémeutes, les fêtards ont tout de même réussi à bloquer la circulation sur la rue Sainte-Catherine, à l’angle de La Montagne, pendant quelques minutes, avant d’être dispersés. L’ambiance était festive, et le Service de police de la Ville de Montréal n’a signalé que « quelques arrestations » pour méfaits./JOSIE DESMARAIS/MÉTRO Avenir incertain pour la Fête des enfants La Fête des enfants de Montréal a été lancée en 1999./ARCHIVES MÉTRO DAPHNÉE HACKER-B. daphnee.hacker@journalmetro.com L’avenir de la Fête des enfants de Montréal est encore une fois incertain. Constatant une baisse constante du taux de participation, les élus de la Ville de Montréal se questionnent sur sa pertinence. « La Fête des enfants nous inquiète […] Il y a une diminution de l’achalandage et on se doit d’évaluer la situation », a déclaré hier Dimitrios Beis, reponsable des sports et loisirs à la Ville de Montréal. Ce dernier a toutefois confirmé que l’événement dédié aux familles et aux enfants de 12 ans et moins se tiendra cette année les 19 et 20 juillet au parc Jean-Drapeau. « Je crois qu’il est légitime de réfléchir aux façons d’améliorer cet événement, mais je crois qu’il doit perdurer ; c’est rare qu’on organise autant d’activités pour les tout-petits », a affirmé le directeur général du parc Jean- Drapeau, Daniel Blier. Selon lui, le succès mitigé de l’an dernier est dû au fait qu’un grand nombre de Montréalais croyaient que la fête n’avait plus lieu. « On va s’assurer de faire un marketing efficace et d’informer les citoyens de l’édition 2014 », a-t-il ajouté. En déclin 68 000 L’an dernier, 68 000 personnes ont participé à la Fête des enfants, contre 91 000 et 200 000 lors des éditions précédentes. En 2012, la fête avait été annulée. Lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif, hier, plusieurs élus se sont portés à la défense de la Fête des enfants. Réal Ménard, responsable de l’environnement, a défendu le caractère identitaire de l’événement créé en 1999. « Je plaiderais spontanément pour qu’on maintienne le cap », a-t-il lancé. La responsable de la sécurité publique, Anie Samson, a elle aussi plaidé pour le maintien de la fête. Si la Ville veut retenir les jeunes familles et faire la promotion de valeurs familiales, il doit y avoir des activités de ce genre. Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, a précisé qu’aucune décision n’a encore été prise. Dans l’opposition officielle, l’élue de Projet Montréal Érika Duchesne considère que la Fête des enfants est très importante « pour les familles à faible revenu qui n’ont pas toujours le luxe de sortir de la ville ». Vélos 813 vols en 2013 Pas moins de 813 vols de vélo ont été rapportés en 2013 au Service de police de la Ville de Montréal. Celui-ci a participé mercredi au lancement de la campagne Burine-le, déclare-le afin d’inciter les cyclistes à faire graver au burin leur bicyclette. Il les a aussi incités à signaler le vol de leur vélo. Le conseiller de Projet Montréal, Marc-André Gadoury, a estimé que la moitié des cyclistes à Montréal se sont déjà fait voler un vélo. MÉTRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :