Métro Montréal n°2014-04-01 mardi
Métro Montréal n°2014-04-01 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-04-01 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : Marois nie catégoriquement les dons venant de prête-noms.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
La chef péquiste Pauline Marois s’est défendue hier de chercher à créer des conflits avec Ottawa./PAUL CHIASSON/LA PRESSE CANADIENNE Marois aurait recours à la clause dérogatoire Charte. Un gouvernement péquiste pourrait inclure la clause dérogatoire à même le texte de la charte sur la laïcité afin de s’assurer que celle-ci ne soit pas invalidée par les tribunaux. Malaise à Ottawa La possibilité de voir un gouvernement péquiste recourir à la clause dérogatoire a semblé susciter un malaise hier se sont montrés prudents. Le ministre du Multiculturalisme, Jason Kenney, qui a déjà affirmé que le fédéral irait devant les tribunaux pour contester le projet du PQ, a refusé de répondre aux questions des journalistes, de même que ses collègues Peter MacKay et Peter Goldring. La chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, y est allée de cette annonce hier en conférence de presse à Trois- Rivières, alléguant que certains avis juridiques et évaluations sollicités par le PQ laissaient entendre qu’il fallait envisager d’emprunter cette avenue, qui permet aux provinces de contourner certaines obligations de la Charte canadienne des droits et libertés. Le ministre qui pilotait le projet de loi 60 avant la dissolution de l’Assemblée nationale, Bernard Drainville, avait pourtant déclaré à plusieurs reprises que le Québec n’aurait pas besoin de recourir à la clause dérogatoire de la Constitution canadienne pour soustraire sa charte à d’éventuelles contestations judiciaires. M me Marois a justifié cette volte-face en plaidant qu’elle tenait tellement à l’adoption de cette charte qu’elle était prête à inclure la clause dérogatoire dans le projet de loi. « On se rend compte qu’il y a des gens de l’extérieur du Québec qui souhaiteraient contester [la charte], [la] remettre en question. Or, ce sont des choix qui nous appartiennent », a-t-elle déclaré. Le chef libéral Philippe Couillard a refusé de se prononcer clairement lorsqu’on lui a demandé s’il était légitime pour le PQ d’inclure la clause dérogatoire dans son projet de charte des valeurs québécoises. « Ce que ça veut dire [...], c’est qu’on sait d’emblée qu’on a un projet illégal, un projet qui ne passe pas le test des tribunaux, a-t-il dit. C’est une stratégie qui est néfaste. » Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a quant lui salué cette annonce, précisant qu’il préconisait depuis longtemps le recours à la clause dérogatoire dans ce débat. LA PRESSE CANADIENNE/MÉTRO VIVRE À MONTRÉAL AVEC SON ANIMAL La journée en résumé 03 ÉLECTIONS PROVINCIALES 2014 CITATION DU JOUR « Son chien est mort à madame Marois. » François Legault, chef de la Coalition avenir Québec, invité à commenter un sondage interne effectué pour le compte de son parti. Le sondage indiquerait que la CAQ est en hausse chez les francophones au détriment du Parti québécois. TWEET DU JOUR « « Déterminée »... à ne pas se faire pogner d’ici les élections ! #fail » @cindy_berube, faisant référence au slogan du Parti québécois à la suite des révélations de Radio-Canada sur le mari de Pauline Marois, Claude Blanchet POIDS MÉDIAS DES CHEFS Pauline Marois 1 (PQ) : 40,45% Philippe Couillard 2 (PLQ) : 29,95% François Legault 3 (CAQ) : 24,27% Françoise David/Andrés 4 Fontecilla (QS) : 5,08% DONNÉES COMPILÉES PAR INFLUENCE COMMUNICATION QUESTION DU JOUR À une semaine du scrutin, avezvous choisi pour qui vous voterez ? 86,65% 13,35% Répondez à notre question du jour : journalmetro.com 1ACTUALITÉ Salaire saoudien Couillard muet Même s’il a dévoilé la valeur de ses actifs personnels par souci de transparence, le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, refuse de révéler ce qu’il a empoché en Arabie saoudite. Celui qui a été conseiller du ministre de la Santé du régime saoudien au début des années 2010 a refusé hier de dévoiler sa rémunération. Le parti a indiqué que M. Couillard a assisté à « une ou deux rencontres » par année dans ce pays en 2009, 2010 et 2011. « Ce sont des questions privées », s’est-il limité à dire. LA PRESSE CANADIENNE Obtenez un guide pratique lors de l’enregistrement de votre animal de compagnie dans un bureau Accès Montréal. ville.montreal.qc.ca/animaux 311



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :