Métro Montréal n°2013-10-31 jeudi
Métro Montréal n°2013-10-31 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-10-31 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : virée nocture avec Luc Ferrandez.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
LES MEILLEURES PLACES, SANS RÉSERVATION. Voici un tout nouveau système d’autopartage. Utilisez une voiture car2go lorsque vous en avez besoin et stationnez-la quand votre trajet est terminé. Il n’est pas nécessaire de la retourner ni au point de départ, ni à un moment précis. Offre d’une durée limitée : obtenez l’abonnement exclusif et 30 minutes de conduite GRATUITEMENT (code promotionnel : PATINS) en vous rendant à montreal.car2go.com. Vous devez avoir 19 ans et plus et avoir 3 ans d’expérience de conduite. Vous devez détenir un permis de conduire Canadien valide. À moins d’indication contraire, les minutes de conduite gratuites sont valides durant 30 jours après avoir été créditées à votre compte. CAR 260 autopartage
Derniers duels corsés Les quatre principaux candidats à la mairie ont fait feu de tout bois pour le dernier des trois débats sur LCN. Dans un contexte où tout est encore possible, les quatre chefs n’ont pas hésité à jouer des coudes. Il ne leur reste que quatre jours pour convaincre. Premier débat. Bergeron plaque Côté Richard Bergeron a répété l’importance d’avoir des rêves pour la ville, tandis que Marcel Côté a insisté sur la saine gestion des infrastructures./TVA NOUVELLES Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a servi rapidement une solide mise en échec à M Côté. « Allez-vous demander la démission de Domenico Moschella, un de vos candidats dans Saint-Léonard, qui avait dû quitter la campagne en 2001, éclaboussé par un cas de fraude électorale ? » a lancé M. Bergeron. Mis sur la défensive, M Côté a accusé le coup et concédé qu’il « ferait vérifier cela et qu’il reviendrait làdessus jeudi matin ». Les 30 minutes suivantes ont été moins vibrantes. On y a parlé d’infrastructures, de taxes, de charte, de langue, d’itinérance, de Turcot, de péages, les deux adversaires s’échangeant la rondelle sans parvenir à compter. Ironiquement, c’est finalement le préfet de discipline, Pierre Bruneau, qui a mis les Comparaison „,mminer• 6•.. « Un poisson, ça pourrit par la tête. Il faut donc changer la tête de la direction. » Marcel Côté, à propos des cas de collusion dans l’administration municipale deux candidats dans les cordes. Car, au moment où il a été question pour les candidats de chiffrer leurs promesses, on a assisté à du patinage pas très artistique. Après quelques tergiversations, M. Bergeron a indiqué que le programme de Projet Montréal coûtera 100 M$ à la Ville, si Québec alloue mieux ses budgets. Pour Marcel Côté, la facture se situerait autour de 25 M$, sans plus de précision. Fin de la période, on change les joueurs sur la glace. MATHIAS MARCHAL mathias.marchal@journalmetro.com Deuxième débat. Joly pilonne Coderre Le ton a monté à plusieurs reprises entre Mélanie Joly et Denis Coderre, l’une et l’autre s’attaquant sur l’intégrité de leurs candidats./TVA NOUVELLES Le match entre Mélanie Joly et Denis Coderre était le plus prometteur de la soirée, les deux adversaires ayant un certain talent pour les phrases assassines. Dès la première période, la jeune avocate-relationniste a administré un solide plaquage contre la bande à l’ancien député fédéral. « M. Coderre n’a pas la crédibilité pour contrôler la corruption, il est allé chercher des gens et leurs équipes qui étaient là quand la corruption florissait », a-t-elle déclaré. M. Coderre, qui avait vu venir le coup, a jeté les gants et a dénoncé le manque de rapidité de M me Joly à dénoncer ses candidats problématiques. Le dernier en date, Tommasso Di Paola, candidat dans Saint- Léonard Est, est suspecté de violence conjugale. M me Joly refuse pour l’instant de le lâcher et a répondu Main tendue « M. Coderre, ça me fera plaisir de vous avoir comme conseiller au conseil de ville ! » Mélanie Joly du tac au tac. « Vous, quand vous avez eu le même problème avec M me Rouleau, je ne l’ai pas attaquée ou traînée dans la boue », a-t-elle rétorqué. Les autres thèmes de la soirée ont tous permis de constater que les deux candidats sont aux antipodes. Expérience contre nouveauté, banlieue contre ville, flamboyance contre réalisme. M me Joly évalue ses promesses à 300 M$, le coût de ses 19 lignes de Système rapide par bus. M. Coderre a refusé de chiffrer ses promesses. L Débrayage reporté chez Renaud-Bray La reconnaissance du métier de libraire, la stabilité des horaires et les conditions salariales sont les priorités du SEPB dans cette négociation./ARCHIVES MÉTRO Les 250 employés de la chaîne de librairies Renaud-Bray qui menaçaient de déclencher une grève générale illimitée dans 11 succursales à compter de minuit, hier, ont finalement accepté de reporter leur débrayage au 1er novembre. Les membres du Syndicat des employés professionnels et de bureau (SPPB-Québec), qui représente ces employés, rencontreront le conciliateur demain afin de tenter de régler le différend qui les oppose à la partie patronale. Plus tôt hier, le SPPB-Québec a présenté une offre Suite 48 Les employés ont déclenché une grève de 48 heures la fin de semaine dernière. Ils avaient voté en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu’à une grève illimitée lors d’une assemblée le 11 octobre. globale de règlement dans l’espoir « d’éviter la grève ». La partie patronale a réagi en dénonçant ce qu’elle considère comme des « moyens de pression qui ne sont nullement Jour 40 en résumé 03 ÉLECTIONS MUNICIPALES 2013 Citation du jour « Si [Denis Coderre ou Mélanie Joly] est élu le 3 novembre, je vais me fermer les deux yeux. » Marcel Côté, candidat à la mairie de Montréal, qui a déploré hier le manque de préparation de M. Coderre et de M me Joly pour prendre les rênes de la métropole. Il croit que le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, s’est préparé à diriger Montréal, mais que l’aventure qu’il propose, les Montréalais n’en veulent pas. Tweet du jour « Mon impression principale des trois débats : je ne voterais pas pour Pierre Bruneau » @MatSeguin La démission de Robert Zambito, un candidat de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal, qui serait mêlé à une histoire de pot-de-vin, influencerat-elle votre vote ? 100% 50 0 OUI NON 68,4% 31,6% Répondez à notre question du jour : journalmetro.com/sondages de nature à faire progresser la situation ». Advenant une grève générale, la direction a assuré que les 11 succursales touchées – la plupart dans la région montréalaise – demeureront ouvertes. La reconnaissance du métier de libraire, la stabilité des horaires et les conditions salariales sont les priorités du SEPB dans cette négociation. Le syndicat demandait aussi des augmentations de 3% par année pendant trois ans. La convention collective est échue depuis le 31 décembre. LA PRESSE CANADIENNE/MÉTRO 1ACTUALITÉ Élections municipales Le SPVM rencontre un candidat Le candidat du parti Vrai changement pour Montréal dans l’arrondissement de Saint-Léonard, Tommasso Di Paola, a dû rencontrer hier des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), en lien avec une histoire présumée de violence conjugale, selon ce qu’ont rapporté les réseaux TVA et Radio-Canada. Cependant, M. Di Paola, qui brigue un poste de conseiller sous la bannière de la formation de la candidate à la mairie de Montréal Mélanie Joly, ne fait présentement l’objet d’aucune accusation. MÉTRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :