Métro Montréal n°2008-11-28 week-end
Métro Montréal n°2008-11-28 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2008-11-28 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (279 x 381) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 36,7 Mo

  • Dans ce numéro : bras de fer à Ottawa.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Week-end 28-30 novembre 2008• Métro 02 27796_1128
Catherine Girouard, catherine.girouard@journalmetro.com L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous à opinions@journalmetro.com l’info À surveiller ENTREVUE. Dès lundi, Métro publiera chaque jour de la semaine une grande entrevue avec chacun des cinq chefs de partis. Lundi : Françoise David, porteparole de Québec solidaire » ça se passe aujourd’hui Québec 2008 – Horaire des chefs Jean Charest, PLQ Le chef libéral rencontre les dirigeants de l’Union des municipalités du Québec. Il prend ensuite part à un rassemblement partisan. Mario Dumont, ADQ Le chef adéquiste rencontre les dirigeants de l’Union des municipalités du Québec. Il dîne ensuite en compagnie de citoyens et d’agriculteurs. Il prend part aux émissions Un chef chez vous et Le Québec d’abord. Pauline Marois, PQ La chef du PQ visite l’entreprise Souda Technic et le Forum bioalimentaire de la Côte-Nord. Elle accorde ensuite une entrevue à Radio-Canada et termine sa journée dans un rassemblement partisan aux Îles-de-la- Madeleine. Françoise David et Amir Khadir, QS Amir Khadir présente les engagements de son parti en matière de culture. Guy Rainville, Parti vert Guy Rainville accorde des entrevues à divers médias. Il fait ensuite un point de presse sur les sables bitumineux, à La Perle et son Boulanger, à Dunham. LA PRESSE CANADIENNE Mon défilé Mon rêve Ma Plaza ! Présenté par : En collaboration avec : Virage écolo d’un géant épicier Métro• Week-end 28-30 novembre 2008 actualité03 Dès le 22 avril 2009, Loblaws ne donnera plus de sacs de plastique aux caisses. Elle offrira à prix abordable des sacs et des bacs réutilisables, tout en exigeant des clients qui en feront la demande 5 cents par sac de plastique. Loblaws prévoit ainsi réduire de 55% la quantité de sacs de plastique qu’elle distribue et diminuer d’un milliard le nombre de sacs qui aboutiront dans les sites d’enfouissement en 2009. Sobeys fera de même, mais seulement à Toronto. MÉTRO Un budget qui resterait équilibré BUDGET. Même si son énoncé économique d’hier ne fait pas l’unanimité, le gouvernement fédéral affirme que la réduction de ses dépenses lui permettra d’éviter un déficit cette année et pour les quatre prochaines, mais prévient que cet équilibre n’est pas assuré en raison du con - texte économique mondial. Le fédéral prévoit désormais une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel Points saillants• Économie probablement en récession jusqu’en avril 2009.• Compressions de 2G$ dans les programmes.• Perte potentielle du financement public pour les partis.• Droit de grève du secteur public suspendu jusqu’en 2011 ; hausses de limitées à 1,5% par année. d’à peine 0,6% cette année et de 0,3% l’an prochain. Dans son allocution, Jim Flaherty a en outre répété que le Canada était au bord de la « récession technique », c’est-à-dire qu’il verrait probablement son économie décroître pendant deux trimestres consécutifs. M. Flaherty prévoit un maigre surplus de 800 M$ pour l’année en cours. Ce coussin devrait fondre jusqu’à 100 M$ en 2010- 2011 avant de remonter à plus d’un milliard chaque année jusqu’en 2013-2014. Ottawa pense réussir ce tour de force en obligeant les élus et la fonction publique à se serrer la ceinture. En plus de couper dans les subventions aux partis politiques, le fédéral prévoit limiter les salaires et suspendre le droit de grève des fonctionnaires jusqu’en 2011. Ces mesures n’ont pas manqué de faire bondir les partis d’opposition. Pas de plan de relance Aucune mesure d’aide et de Effondrement d’un stationnement à Montréal « C’était prévisible » MARIE-LUCE PELLETIER-LEGROS ml.pelletier@journalmetro.com EFFONDREMENT. Au lendemain de l’effondrement d’un stationnement de l’immeuble de la rue Deguire, l’avocat et directeur général du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec, M e Yves Joli-Cœur, clame que cet incident malheureux était prévisible. Auteur de deux livres sur l’immobilier, il réclame de puis quelque temps l’instauration d’autres mesures d’inspection des immeubles résidentiels de la province. Selon vous, l’effondrement du stationnement de la rue Deguire était-il prévisible ? Le parc immobilier du Le gouvernement dit avoir prévenu Le gouvernement a dit hier avoir prévenu, il y a deux ans, les propriétaires d’immeubles des risques d’effondrement des garages souterrain. « Aucun gouvernement ne peut garantir l’avenir », a fait valoir le ministre des Finances, Jim Flaherty, dans son énoncé économique. Québec a 1,6 million unités de logement et a, en partie, plus de 30 ans. Depuis ce temps, on n’a rien fait pour la sauvegarde des infrastructures. Il y a beaucoup de garages d’immeubles à Montréal dont l’ossature est corrodée. Qui en est le chien de garde ? L’État. On laisse au propriétaire juger de la sécurité des occupants. Que faudrait-il faire pour prévenir ce genre de tragédie ? On devrait se baser sur le modèle ontarien, qui exige stimulation de l’économie n’est prévue dans les chiffres présentés hier. Ottawa promet d’en inclure dans son prochain budget. PC « C’est scandaleux ce qui arrive, mais ça risque de ne pas être la dernière fois. » M e Joli-Cœur que des carnets d’entretien soient signés par des professionnels, comme des ingénieurs ou des architectes, qui attestent de l’état de conformité d’un bâtiment. Si nous avions eu une législation de ce type, des mesures au - raient probablement été prises. À qui la faute ? journalmetro.com Le samedi 29 novembre, pour la 4e édition de son Défilé de Noël, la Plaza St-Hubert réalise des rêves ! Dès 11h, départ du défilé, de la rue Bellechasse jusqu’à Jean-Talon. Rosemont Beaubien Jean-Talon TOM HANSON/LA PRESSE CANADIENNE L’avis de FRED PELLERIN Dans le monde du chiffre, on se balance les colonnes, à s’inventer du réel qui se calcule. Ça ne fait pas rêver grand, mais ça rassure. Jusqu’à ce que ça coince. Parce que, si un énoncé chiffré suspend les droits de grève, coupe le fric aux partis politiques, on peut se demander par où il va, le chiffre. S’il continue, le chiffre, il pourra les abolir les partis, imposer une censure, couper les subventions partout, s’autoproclamer LE chiffre des chiffres et ne se compter que pour lui. Il vous rassure, le chiffre ? Pas moi. www.plazasthubert.com 27629_1128



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :