Machin Chose n°3 jun/jui/aoû 2018
Machin Chose n°3 jun/jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jun/jui/aoû 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Timar

  • Format : (188 x 256) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 71,4 Mo

  • Dans ce numéro : le ballon, dur à cuir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Entretien 24 NI 4 SOCRATE Ei I.'GUIPE DU BR SIL EN ENTRAINEMENT LORS DE LA COUPE DU MONDE 1982, EN ESPAGNE r Pour en revenir à la « vérité du terrain », est ce qu'il y a un avant et un après Mai 68 dans le jeu lui-même ? DCB  : Ma philosophie du jeu est simple voire simpliste. Il n'existe que deux possibilités. La première est le catenaccio (« verrou » en italien), c'est-à-dire gagner le match en se contentant de marquer un but mais en blindant en défense, ce qui correspond pour moi au « foot de droite ». Et la seconde consiste à décider qu'on va inscrire davantage de goals que son adversaire  : c'est le « foot de gauche ». j'espère ainsi que l'arrivée de Tuchel comme nouvel entraîneur du PSG va permettre un virage politique de ce point de vue. je suis par contre très inquiet pour l'équipe de France en Russie parce que j'ai l'impression que Didier Deschamps continue à avoir une vision très conservatrice du jeu. Or, avec l'immense capital offensif qu'il possède dans son effectif, il ferait mieux de se tourner vers le foot de gauche. C'est sa seule chance de l'emporter. VN  : Cette opposition entre le foot de droite défensif et de gauche offensif est très classique. je la partage en grande partie. Toutefois le catenaccio italien, qui a fait le succès de formations de Serie A, et même de la Squadra, a été inventé par la faible équipe de Padoue, qui a mis en place ce marquage très serré dans un esprit de résistance du petit face au grand, avec une économie de jeu et une solidarité fondamentale. Bien sûr nous aimons le beau jeu, le spectacle, les gestes fous et les scores élevés mais, dans le contexte actuel, quelle est la meilleure tactique au vu du rapport de force ? Quelles sont pour vous les grandes figures politiques, parmi les joueurs, qui ont changé le football ? DCB  : Pour moi c'est johan Cruyff. Avec ce qu'il a accompli à l'Ajax et avec les Oranges mécaniques de la sélection hollandaise dans les années 7o, puis à Barcelone dans les années 90, il a changé la façon de jouer en Europe, avec son « foot total » très offensif. POUR VENDRE LE FOOT FÉMININ, ON HYPERSEXUALISE LES JOUEUSES SELON DES CRITÈRES HÉTÉROS  : MAQUILLAGES ET CHEVEUX LONGS. VN  : je songe aussi tout de suite au Brésil, à Sacrâtes, à la « démocratie corinthiane » au coeur de la dictature militaire en 1981, quand les joueurs de l'équipe des Corinthians de Sao Paulo prennent les commandes de leur club, dans une expérience autogestionnaire et de protestation politique par le foot unique en son genre. De nos jours, dans le foot féminin, je regarderais vers une joueuse comme Megan Rapinoe, internationale américaine qui a fait son coming out et qui s'engage souvent, ce qui est rare chez ses confrères masculins. En 2016, elle a mis un genou à terre à deux reprises lors de l'hymne national, en solidarité avec le joueur de footballaméricain Colin Kaepernick contre les victimes afro-américaines de violences policières ; geste pour lequel elle a été sanctionnée. C'est une femme qui porte un discours politique dans le foot, sur la défense des minorités raciales et LGBT. Toutefois, son positionnement se situe dans un autre contexte que la France et dans le flux d'une autre histoire, celle des États-Unis. D'une certaine façon, elle campe davantage mai 2018 que Mai 68. Alors que le foot était exclusivement masculin, en tout cas en France, les femmes commencent à se l'approprier... VN  : Le féminisme n'est pas né avec Mai 68, qui a été, avec ses leaders, un mouvement très masculin. Cela me peine toujours un peu d'entendre que le féminisme remonte à Mai 68. Les deux mouvements se sont certes entrelacés mais le féminisme a débuté bien avant, même si, comme dans le reste du champ politique, Mai 68 a produit une accélération. Le féminisme a aussi dû mener son propre combat, souvent seul. Aujourd'hui, le foot féminin représente la nouvelle frontière du féminisme. Le jeu est beau et il y reste globalement moins corrompu que chez les hommes. Il s'y mêle des enjeux d'égalité, par exemple salariale, mais également de présence des femmes dans un
espace très masculin qui résiste encore beaucoup à cette « invasion ». DCB  : Le foot féminin apporte beaucoup à la discipline aujourd'hui. Il n'est pas encore englué dans cet engrenage négatif du football masculin. En terme de philosophie de jeu sur le terrain, je le trouve agréable à regarder, moins physique, plus fluide, même si on ne peut pas comparer en terme de haute performance. Et le public me semble bon enfant. C'est un beau contrepoids aux évolutions du foot masculin. Le foot féminin possède aussi une vérité politique et sociale intéressante. C'est peut-être moins le cas en France mais, contrairement aux hommes, des joueuses y assument leur homosexualité. Je pense à Marinette Pichon qui a sorti un très beau livre sur son expérience. L'homosexualité dans le foot, du moins en Allemagne ou aux États-Unis, est acceptée. VN  : Elle reste quand même le grand tabou du foot en France. Et Marinette Pichon a attendu la retraite pour faire son coming out. On perçoit bien qu'aujourd'hui, pour vendre le foot féminin et rassurer les mamans, leur prouver que toutes les footballeuses ne sont pas lesbiennes, on pousse les joueuses dans le champ du sexy. On hypersexualise leurs corps selon des critères hétéros, avec des codes spécifiques  : maquillages, cheveux longs, etc. Oui, les lesbiennes aiment beaucoup le foot, car, outre des inclinations personnelles, du fait de leur conscience politique et de leur sexualité, elles aiment défier, traverser les frontières de genre, aller sur terrain des hommes. On se retrouve alors avec des éléphants dans un magasin de porcelaine, avec une nouvelle fois la volonté de désarmer les inquiétudes en mettant en avant des « vraies femmes » qui se peignent les ongles. Mai 2028 c'est plutôt le printemps dm réacs que la révolution libertaire. Dans le foot aussi ? VN  : Évidemment. je perçois une tentative de retour à la discipline et à la morale. Le cas Benzema est emblématique selon moi. La polémique qu'a suscitée son comportement (un chantage à la sextape contre un autre joueur, NDLR) est profondément significative de cette volonté de moralisation du foot. Aujourd'hui, dans la liste de départ de Didier Deschamps pour la Coupe du monde en Russie figurent des noms de joueurs qui ont été condamnés pour violence conjugale et tout le monde semble s'en moquer, tant qu'ils chantent UAMERICAVEIE MEGA eAPINOE GENOU A TERRE. AVANT UN MATCH CONTRE LA TH,JLANDE EN 20I6 LE COMBAT POLITIQUE AU SEIN DU FOOT MÊLE PLUSIEURS CHAMPS  : L'ANTISEXISME, ['ANTIRACISME, LA PRISE EN COMPTE DES MINORITÉS... « La Marseillaise » il y a donc une exemplarité à géométrie variable qui montre bien l'hypocrisie d'un système qui vise à reprendre le pouvoir sur les milieux populaires et/ou issus de l'immigration en expliquant qui sont les bons citoyens et les mauvais. Le foot a encore des révolutions sociales devant lui ? VN  : Le combat politique au sein du football se situe à l'intersectionnalité de plusieurs champs  : l'antisexisme, l'antiracisme, la prise en compte des minorités... Il reste à faire tomber le foot uniquement dirigé par des hommes blancs de plus cinquante ans, les mêmes qui dominent encore la société. Cela dit, la fraction contestatrice reste très minoritaire au sein du football, qui demeure un sport encore très normé hétéro et viriliste. C'est un combat à mener dans les interstices, comme nous le faisons avec Les Dégommeuses (une équipe féminine et féministe, qui lutte contre le sexisme et les LGBT-phobies, NDLR) dans le foot amateur. DCB  : Mon fils a créé un club de foot à Francfort. Il s'y retrouve un mélange assez fascinant de joueurs de tout horizon, des jeunes des classes moyennes, des quartiers. Le rôle du football dans le quotidien de ces gens, ce moment d'intégration, est toujours aussi fascinant à observer. Il y a toujours quelque chose à y apprendre et à y creuser. xM,ARINFTTE PIC.110171'VICTOIRE DE LTINTRACHT FRANCFORT FACE À MUNICH EN MAI 2018 Entretien



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 1Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 2-3Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 4-5Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 6-7Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 8-9Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 10-11Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 12-13Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 14-15Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 16-17Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 18-19Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 20-21Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 22-23Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 24-25Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 26-27Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 28-29Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 30-31Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 32-33Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 34-35Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 36-37Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 38-39Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 40-41Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 42-43Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 44-45Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 46-47Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 48-49Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 50-51Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 52-53Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 54-55Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 56-57Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 58-59Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 60-61Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 62-63Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 64-65Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 66-67Machin Chose numéro 3 jun/jui/aoû 2018 Page 68