Machin Chose n°2 mar/avr/mai 2018
Machin Chose n°2 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Timar

  • Format : (188 x 256) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 37,8 Mo

  • Dans ce numéro : le gobelet, sexe symbole.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Enquête 32 Le code du travail, qui régit le temps de pause légal (20 minutes toutes les six heures de travail consécutives), ne prévoit rien pour le marnent du café, pourtant bien institutionnalisé dans les entreprises. « Il n'y a pas de droit spécifique à la pause-café, explique Eric Rocheblave, avocat en droit du travail. Ces moments de repos Sont régis par les conventions collectives. » Résultat, dans certaines entreprises, aller se faire un shot d'expresso relève de la stratégie militaire, comme le raconte Julie*, 24 ans, qui, en novembre encore, travaillait dans une boite spécialisée dans les enquêtes téléphoniques. 10 minutes de pause. Pas une de plus. Logiciel à l'appui. « Si tu débordes, ils ne te payent pas le temps que tu n'as pas passé à travailler. C'est un peu court. A ferre de prendre il ou na minutes, tu finis pas perdre de l'argent » Selon une étude britannique, la pause-café coûterait 490 euros par employé et par an aux entreprises britanniques. Sur l'ensemble d'une carrière, un salarié passerait 188 jours en pause-café. Oui, ils ont calculé, DISNEYLAND CAFÉINE De là à imaginer que certaines entreprises seraient tentées de supprimer ce temps passé à ragoter au détour d'un couloir ? Peu de chances. La nouvelle tendance managériale semble, au contraire, de faire de ces temps de pause le nouveau Disneyland de la vie salariale. Installation de cafétérias à néons, de machines ambiance barista ou de dosettes à volonté, plus rien n'est laissé au hasard. « D y a, dans le monde du travail, une tendance à la réinstrumentalisation des périodes de creux, explique Nicolas Santolaria. On a beaucoup écrit que ces moments dits'hors travail'pouvaient booster la créativité des salariés » Des petits snacks gratuits ? La possibilité de se servir un caffè macchiato ? Une nouvelle Nespresso installée dans la cuisine ? Autant de preuves d'amour de votre employeur à votre égard. « Nous conseillons à nos clients de proposer du café gratuit à leurs salariés, explique Julien Mord directeur commercial de Nespressa, qui essaie depuis quelques années de truster le marché du café en entreprise. C'est une preuve que l'employeur prend soin de ses collaborateurs. On parle de symétrie de l'attention on demande l'excellence aux salariés, mais on prend sein d'eux en retour » Et tant mieux si c'est avec un petit Espressn Forte, best-seller de Nespresso en entreprise. La pause-café peut aussi se révéler un excellent booster de productivité, à en croire tout un panel de recherches qui ont dû, on l'imagine, taper dans l'oeil de nombreux services RH. En 2009, le MIT mène une étude auprès de salariés d'un rail center de la Bank of America et conclut que ceux qui échangeaient beaucoup avec leurs collègues étaient plus productifs et moins stressés. La Banque transforme alors le coin cafet'pour encourager les interactions. Résultat ? Plus 15 millions de dollars en un an. « A coup de petites dosettes, la pause-café devient un moment de productivité, explique la sociologue du travail Danièle Linhart. L'idée est de maintenir le salarié dans une situation optimale qui maximise ses capacités de production. Une machine à café dernier cri, c'est aussi la compensation d'une organisation du travail dont le salarié est dépossédé. » Ce processus sournois, Mathilde Ramadier l'a repéré alors qu'elle travaillait à Berlin. Une expérience qu'elle relate dans Bienvenue dans le nouveau monde. Comment j'ai survécu à la coolitude des start-ups {Premier Parallèle). Elle y raconte l'enfer qui se joue entre deux parties de baby-foot et un open space aux taux airs de colle chop. « Dans les boîtes dans lesquelles j'ai travaillé, on avait une jolie cuisine, du lait de soja, du café délicieux et des snacks à volonté. je suis toujours étonnée quand je vois l'espace de travail devenir MVGSHOW Formidable accessoire de merchandising, le mug de café est le symbole de cette Amérique friendly incarnée par les tale shows. En octobre, invitée par Stephen Colbert, Tracee Ellis Ross, la Dr Rainbow de Black-ish, a avoué, entre deux gorgées d'eau, ne jamais boire de café. « Comment esfce possible en Amerique ? C'est le nectar des dieux », s'est étonné son hôte, qui boit « une tasse entre chaque séquence ». Au début du mois, Seth Meyers, qui offre un mug à chacun de ses invités, a même fait pleurer Sarah Jessica Rem Parker en customisant le sien avec une photo. Mais quand nous avons cherché à connaître le contenu des mugs des présentateurs de latte show  : secret défense. Seule l'équipe de Trevor Noah a répondu  : « de l'eauu. aussi confortable que l'est une maison, Si on veut prendre un café avec des amis, j'estime qu'il est temps de rentrer chez soi. Tout ce confort offert au salarié, c'est aussi un moyen de le faire rester dans les murs de l'entreprise le plus longtemps possible. » Et il y a de quoi se sentir mal à l'aise, quand on sent combien tout est déployé pour nous faire passer la pilule de la vie en milieu de labeur. « Chez nous, tout est fait pour que tu n'aies pas besoin de sortir, nous raconte une employée d'un grand groupe qui a récemment déménagé en proche banlieue. On se croirait chez Google  : table de ping-pong, conciergerie, esthéticienne... » Pour rendre ses salariés heureux, des « estaminets » ont été installés à tous étages. « Une sorte d'invitation à la pause et au cocooning. Sauf qu'ils sont devant les ascenseurs, à la vue de tous. Résultat, tu te sens toujours pris en faute à être en pause au lieu de travailler », raconte cette employée. Un sentiment de culpabilité facilement balayé d'un revers de la main quand c'est l'employeur luimême qui vous la prend pour vous emmener faire un petit break. Comme en Suède, pendant la fika. « Cette pause-café est une tradition très importante dans notre culture, explique Anna Brones, auteure de Fika the Art of the Sweciish Coffee Break (Ten Speed Press). Dans les bureaux suédois, il y a toujours une pause le matin et l'après-midi et, souvent, on trouve même un'fikarrun ; une salle Mi les collègues peuvent se retrouver autour d'un café. » Le concept a été adopté aujourd'hui dans les locaux d'Ikea France. À ro heures, on s'arrête pour partager un petit-déjeuner. A 15 heure, un goûter. Offert par la maison. « C'est un temps très important pour notre entreprise, explique-t-on du côté des RH. Un moment convivial où l'on célèbre parfois des événements, où se crée de l'émulation. » Voire plus si affinités. La charte de l'entreprise n'hésite pas à rappeler que « quelques-unes des meilleures idées et décisions ont émergé pendant un fika ». C'est compris ? COWORKER NATION Si, aujourd'hui, 70% des entreprises sont équipées de distributeurs automatiques, la machine à café traditionnelle est en perte de vitesse face à des modèles concurrents, ravis de lui griller la priorité sur le sujet du bien-être des salariés. Le leader du secteur, Selecta, n'a pas l'air de s'inquiéter. Consciente des attentes de ses clients, l'entreprise suisse, leader du marché en France, a commencé à diversifier ses offres. En 2015, elle s'associe à Starbucks pour proposer des cafés « an the go », à la new-yorkaise. « On essaie de promouvoir différents concepts auprès de nos clients », explique Anthony Giron, directeur général. Une incursion dans le marché du travail qui n'est finalement pas loin de celle opérée dans les années so aux États-Unis, quand le lobby Pan American Coffee Bureau a commencé à communiquer autour de la notion de « coffee break » dans les entreprises, montrant combien l'industrie du café avait la main sur ce qui se passait dans le monde du travail, Une mainmise qui a toujours court aujourd'hui. La preuve ? C'est dans les cafés aujourd'hui que sent accueillis les petits soldats de la start-up nation. 12 h 30, à l'Anticafé de République à Paris, une derni-douzain de clients ont les yeux rivés sur leur ordi. Contre 5 euros de l'heure, ils peuvent se poser et consommer à volonté. Avant d'être un café, l'établissement est un espace de coworking, « Travail et café, ça va ensembles, défend la gérante Sarah Lonegro. « Dans l'imaginaire collectif, le café est vu comme le carburant du travailleur intellectuel. II est associé à l'idée d'une efficacité cérébrale, estime Yacine Badday, l'un des clients. go% des gens sont ici pour bosser. » La pause-café a gagné, mais elle est devenue un moment de travail. x
go - e-.1111111 ea Trfflp.7.U.Offl A PARTIR DE 9 890 € ill PRIME A LA CONVERSION DÉDUITE In I Suzuki 1014115 CHANGEZ DE POINT DE VUE 1111,1tot% SUZUKI IGNIS, le SUV ultra compact. Si vous avez envie de voir les choses autrement, venez essayer le premier SUV ultra comrre Suzuki. Système Hybrid SHVS [21, technologie exclusive 4 roues motrices AllGrip, position de conduite surélevée, freinage actif d'urgence avec double caméra, dans seulement 3m70 jamais une citadine ne s'est sentie aussi à l'aise partout. Et vous, êtes-vous prêt à changer de point de vue ? Retrouvez d'autres expériences Ignis et réservez votre essai sur w ki.fr Équipements selon version. il.) Prix TE de la Suzuki Ignis 1.2 Dualjet Avantage, hors peinture métallisée, après déduction d'une remise de 2 100 E F.vote co-cessionnaire et d'une prime à la conversion de 1000E*. Offre réservée aux particuliers valable pourtout achat dune Suzuki Ignis neuve du 01/0412018 au 3010612018, en France métropolitaine dans la des s'oct.:, disponibles, chez les concessionnaires participants. Maille présente  : Suzuki les 12 Dualft Pack  : 12 940 E, remisa da 1800 f adulte et d'une mima é la comninion del 000 f * » biture bibi  : 500 E. Tarifs 7C clés en main au 08101.12018. Consommations mixtes CEE gamme Suzuki Ignis (4100 km, 5,0. Émissions CO, (gékm}  : 97 - 114. (2 Smart Hybrid Vehicle by Suouki.'Un style de vie ! f de prime à ! a conversion déduite pour la mise au rebut de votre véhicule particulier diesel immatriculé pour le première fois avant 2001, ou essence immatriculé avant 1497, selon dispositions fixées par k Code de nergie. Garantie 3 ans ou 100 000 km au 1.er terme échu. 41 r ICI SUZUKI Way of Life !'



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 1Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 2-3Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 4-5Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 6-7Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 8-9Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 10-11Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 12-13Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 14-15Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 16-17Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 18-19Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 20-21Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 22-23Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 24-25Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 26-27Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 28-29Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 30-31Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 32-33Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 34-35Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 36-37Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 38-39Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 40-41Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 42-43Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 44-45Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 46-47Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 48-49Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 50-51Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 52-53Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 54-55Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 56-57Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 58-59Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 60-61Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 62-63Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 64-65Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 66-67Machin Chose numéro 2 mar/avr/mai 2018 Page 68