Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
Glossaire des termes techniques utilisés A Accrocheur : capacité d’un film de peinture (ou d’apprêt) à adhérer fortement à la surface qu’il recouvre. Additif : produit ajouté en petite quantité à une peinture pour en corriger certains défauts ou lui conférer des propriétés spécifi ques. L’antisilicone (voir ce mot) est un additif. Anticorrosion : se dit des peintures qui, appliquées sur les métaux, possèdent la propriété de les protéger de la corrosion. Antisilicone : agent d’étalement qui, ajouté à une peinture, prévient la formation de petits cratères caractéristiques lors de son application sur un support ayant été en contact avec des agents de démoulage siliconés ou sur un film de peinture contenant lui-même de l’antisilicone. Apprêt de finition : on dit aussi « apprêt de surfaçage ». C’est un produit nivelant, qui permet de combler les petits défauts d’une surface avant peinture. L’application d’un apprêt de finition est en principe suivie d’un ponçage destiné à parfaire l’état de la surface. Apprêt de fond : on dit aussi « primaire ». Il a pour rôle de rendre accrocheuse une surface brute (en particulier les métaux) destinée à être peinte. B Base matante : charge que l’on ajoute à une peinture pour casser la brillance de son film. Blush : terme anglais utilisé pour caractériser l’aspect laiteux que prend la surface d’une peinture lorsqu’elle est mise à sécher en atmosphère trop humide ou lorsque son diluant s’évapore trop vite. C Charge : matière pulvérulente dispersée dans une peinture en même temps que les pigments de couleur pour lui conférer une propriété spécifique. La base matante (voir ce mot) est une charge. Coalescence : principe de filmification des peintures acryliques à l’eau par lequel les granules de l’émulsion constituant la peinture liquide se rassemblent en particules plus volumineuses constituant le film terminal. Coloristique : technique consistant à mélanger visuellement des éléments colorés pour obtenir une teinte donnée. Compatible : se dit de deux liquides dont le mélange est stable et le reste au cours du séchage. Se dit aussi de deux peintures différentes qui peuvent être appliquées l’une sur l’autre sans inconvénient. Contretypage : reproduction à l’identique d’une teinte donnée à l’aide de teintes de base, avec établissement d’une formule de mélange. Couvrant : aptitude d’un film de peinture sèche à masquer par son opacité la teinte de la surface qu’il recouvre. 82 [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] D Décapant : liquide à caractère agressif permettant d’éliminer un film de peinture sèche. Sauf indication contraire, ce type de produit ne doit pas être utilisé pour diluer. Détrempe : phénomène d’attaque d’un film de peinture sèche par le solvant ou le diluant d’une peinture de type différent, appliquée par-dessus et conduisant au ramollissement, au frisage et au décollement du film originel. Diluant : mélange de composés liquides volatils que l’on ajoute à une peinture pour augmenter sa fluidité. E Émulsion : mélange intime de deux corps liquides non miscibles, dans lequel l’un est dispersé dans l’autre sous forme de très fines gouttelettes y demeurant en suspension. Enduit : Produit de la famille des peintures de souscouche. Il se présente sous la forme d’un apprêt de finition très épais et sert à jointoyer ou à rattraper de fortes inégalités de surface. On l’applique au moyen d’une lame élastique. F Filage : on dit qu’une peinture « file » lorsque, lors de sa pulvérisation à l’aérographe, elle se trouve projetée en gouttelettes s’étirant dans le jet d’air jusqu’à former des fils semblables à ceux d’une toile d’araignée. Caractéristique des peintures acryliques à solvant et nitrosynthétiques, ce phénomène cesse dès que la dilution est augmentée. Filmification : l’ensemble des phénomènes physiques et/ou chimiques ayant pour résultat la formation d’un film de peinture. Frisage : altération d’une surface peinte, caractérisée par un plissage plus ou moins prononcé du film de peinture durant son durcissement ou à l’occasion de l’application sur ce film d’une nouvelle couche dont le solvant et le diluant sont agressifs vis-à-vis du fond. I Irréversible : caractéristique d’un film de peinture qui, pour des raisons d’ordre chimique, ne peut plus évoluer en sens inverse une fois durci. Les peintures glycérophtaliques, alkydes et acrylique à l’eau par exemple, deviennent irréversibles après durcissement, contrairement aux acryliques à solvant et nitrosynthétiques, dont le film, une fois sec, peut à tout moment être liquéfié par son propre diluant. L Liant : nom donné au constituant non volatil d’une peinture dans lequel sont dispersés les pigments et les charges. On dit aussi « véhicule ». M Mastic : produit de la famille des colles, se présentant sous une forme plus pâteuse qu’un enduit. Un mastic est aussi plus adhérent et montre après durcissement une résistance mécanique généralement élevée. Ce type de produit est en principe réservé au gros œuvre : bouchage de cavités importantes, comblement ou reconstitution de parties manquantes. Matité : état de ce qui est mat, propriété d’une surface qui diffuse totalement toutes les radiations lumineuses qu’elle n’absorbe pas. Au contraire, une surface brillante possède la propriété optique de donner des reflets lumineux ou de faire apparaître l’image nette d’objets par réflexion. O Oxydation : se dit d’une peinture qui, du fait de sa composition chimique, durcit par absorption de l’oxygène de l’air, après évaporation de son solvant et de son diluant. Les peintures glycérophtaliques et alkydes fonctionnent de la sorte. P Perlage : phénomène de tension superficielle de certains liquides les empêchant de s’étaler uniformément sur le support destiné à les recevoir. C’est le cas de l’eau par exemple, dont on améliore le pouvoir mouillant dans ses diverses utilisations en modélisme, par ajout d’une certaine quantité d’alcool dénaturé (ou d’un produit plus spécifique) lorsqu’elle est utilisée comme diluant (peintures acryliques à l’eau), ou de détergent lorsqu’elle sert à la pose des décalcomanies. Pigment : matière pulvérulente sèche, très finement broyée et utilisée en peinture pour ses propriétés colorantes. R Réversible : qualifie un film de peinture qui, obtenu par simple séchage, donc sans réaction chimique, demeure constamment rediluable dans son propre diluant. Les peintures acryliques à solvant et nitrosynthétiques donnent des films réversibles. S Séchage physique : caractéristique d’un fi lm de peinture que l’évaporation de son solvant et de son diluant suffisent à rendre dur. Les peintures réversibles sont à classer dans cette catégorie. Solvant : composé volatil introduit dans une peinture au moment de sa fabrication et ayant pour but de permettre une dispersion optimale des pigments dans le liant. V Vernis : préparation non pigmentée de liant et de solvant, destinée à donner un film lisse et transparent (parfois coloré) pour la protection et la décoration. Viscosité : plus ou moins grande fluidité d’une peinture ou d’un vernis. Volatilité : aptitude d’un solvant ou d’un diluant à s’évaporer facilement.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92