Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
90 veau frottage, mais en interposant toutefois la feuille de protection siliconée. Une autre façon d’utiliser les transferts à sec est celle dite du prétransfert. Voici comment procéder : laisser la feuille de protection sous la planche de caractères, frotter le motif jusqu’à ce que sa couleur pâlisse ; on dit qu’il est pré-transféré, en ce sens qu’il demeure encore très légèrement fixé à la planche support. Enfin, placer le caractère à l’emplacement choisi sur le modèle, presser avec le doigt, le caractère est alors transféré. Tout comme leurs homologues « à l’eau », les transferts à sec n’adhèrent que sur les surfaces propres, c’est-à-dire correctement dégraissées et séchées. Lorsqu’on doit travailler sur des zones comportant des aspérités ou des creux, telles les surfaces présentant des lignes de rivets ou celles imitant 74 [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] Figure 19 - Lorsqu’on doit appliquer un transfert à sec sur une surface comportant des aspérités (zones de rivets par exemple), on peut le forcer à épouser la surface en se servant d’une gomme tendre. les veines du bois, on aura recours, dans le premier cas, à une gomme tendre comme indiqué en figure 19, pour faire pression sur le motif, et dans le second cas, à l’arête d’un morceau de rhodoïd par exemple, pour forcer les motifs à épouser les détails de la surface gravés en creux. En cas de raté, les motifs en transferts à sec peuvent être facilement enlevés à l’aide d’un morceau de ruban adhésif, solution préférable à celle consistant à gratter la surface à l’aide d’une lame au risque d’abîmer la peinture. La pose réussie, il ne vous restera plus, après époussetage, qu’à pulvériser une très fi ne couche de vernis satiné sur l’ensemble de votre modèle. L’avantage sans doute le plus important des transferts à sec par rapport aux décalcomanies, est l’absence autour du motif de tout film sup- 90 - Autre exemple de marquages impeccables obtenus par transferts à secs sur cette voiture d’hébergement en HO construite par Ludovic Bordeau et décrite dans LR 738. Les motifs utilisés ici furent, à l’époque, spécialement édités pour ce modèle par LR Presse (fabrication Coll’O Doc). (Photo Ludovic Bordeau) port transparent qui, comme nous l’avons vu précédemment, s’avère toujours gênant car plus ou moins visible après application. Ici, point de film, mais un caractère d’une extrême minceur, aux bords parfaitement nets, dont le rendu, après application correcte, égale celui de la meilleure sérigraphie. Malheureusement, un transfert à sec est fragile ; il faut, contrairement aux décalcomanies, le positionner parfaitement du premier coup, car on ne pourra pas ensuite le déplacer sans le détruire. Ceci est l’inconvénient majeur de ce mode de décoration, inconvénient encore accentué lorsqu’on travaille sur un objet en trois dimensions dont la surface à traiter est d’accès difficile, pas toujours parfaitement plane et qu’en outre on doit composer, caractère par caractère, le mot ou le numéro choisis. Quelques conseils pour terminer : vos planches de transferts à sec resteront longtemps en « bonne santé » si vous en prenez soin. Ne touchez pas leur partie adhésive, ne les pliez pas, ne les séparez pas de leur feuille de protection, rangez-les dans un classeur, jamais serrées entre les pages d’un livre ou, pire, sous une lourde pile de documents. Avec le temps, il arrive que la couche de paraffine se dessèche. Il est aisé de lui redonner son pouvoir adhésif en la recouvrant, à l’aérographe, d’un voile mouillé (mais pas ruisselant !) d’essence F (disponible dans les magasins de bricolage) ou « d’Eau Écarlate » (c’est le même produit que l’essence F, mais vendu plus cher…). Après un séchage de quelques minutes, vos caractères auront retrouvé leur jeunesse.
4 - Fabriquez vos propres transferts La modification ou la fabrication partielle de motifs à l’aide d’éléments préexistants sont des manipulations courantes chez les amateurs de maquettes plastique. Grâce à leur film support, les décalcomanies, largement utilisées dans ce domaine, se prêtent très facilement à des panachages ou superpositions. Les transferts à sec, appréciés pour leur excellent rendu, sont par contre moins aisément « manipulables » en raison de leur fragilité. Dans bien des cas, nous aurons donc recours à l’association transferts à sec/transferts à l’eau pour pouvoir obtenir des motifs à la fois originaux, esthétiques et résistants. Des transferts à la découpe Le « bricolage » le plus élémentaire en cas de besoin est naturellement celui qui consiste à modifier, par simple découpage, des chiffres, des lettres, voire des motifs entiers disponibles en transferts à sec ou à l’eau dans le commerce. Encore faut-il prendre certaines précautions et, en premier lieu, n’utiliser pour ce travail qu’un outil très tranchant : couteau genre X-Acto ou lame de rasoir, seuls susceptibles de donner une ligne de coupe nette et fine. Avec un peu d’entraînement, il est possible d’obtenir toutes sortes de variantes à partir de motifs existants : utilisation partielle d’un pavé par isolement d’un mot ou groupe de mots, composition d’un nouveau nom ou numéro par prélèvement de lettres ou chiffres, transformation de caractères, création d’un I à partir d’un L par exemple, d’un F à partir d’un E ou encore d’un 3 à partir d’un 8… Dans un but purement esthétique, le découpage peut aussi servir à éliminer sur les transferts à l’eau l’excédent de support bordant le motif. Il faut détourer celui-ci alors qu’il est encore fixé sur son support papier, toujours avec un outil très tranchant bien sûr. Les planches vierges pour décalques Créées spécialement pour les modélistes désirant fabriquer leurs propres décalques, ces planches, vierges de tout motif, se présentent exactement comme une planche de décalque ordinaire. Certaines se composent uniquement d’un aplat de vernis transparent mat ou brillant, tandis que d’autres comportent, en plus, un aplat de couleur (plusieurs teintes disponibles) apposé sous la couche de vernis. De telles planches, produites notamment par Colorado et Microscale, se trouvent couramment chez les détaillants en modélisme ferroviaires (dont Railway) ainsi qu’auprès des revendeurs en maquettes plastique. Trop peu en vogue auprès des modélistes ferroviaires, ces produits facilitent pourtant les travaux de décoration grâce aux multiples utilisations 91 91 - Cette 5 B du PLM en HO (voir LR 464) a été décorée de ses filets réglementaires. À l’époque (1984), il était très difficile de se procurer des filets tout faits dans le commerce. La solution adoptée fut donc de partir d’une feuille d’aplat rouge pour décalcomanie et d’y débiter à la lame de rasoir les filets souhaités. Afin qu’ils adhèrent parfaitement malgré leur très faible largeur, de tels motifs doivent être posés sur une surface mouillée à l’aide d’un mélange de colle blanche de bureau et d’eau. Après séchage, les traces de colle sont facilement nettoyées à l’aide d’un coton-tige humide. (Photo Francis Marx) 92 - Très délicat à délimiter par masquage, le triangle de visibilité de cet autorail X 5800 (modèle Keyser en HO) est beaucoup plus facile à obtenir par découpage du motif dans un aplat de couleur pour décalcomanie ou, à défaut, dans un aplat de vernis (planche vierge) préalablement peint à l’aérographe. (Photo Francis Marx) 93 - La traverse de tête de cette Mikadotender du PO (modèle Jouef en HO) a, elle aussi, été décorée à l’aide d’un aplat de couleur en décalcomanie. Le rectangle rouge, légèrement plus petit que la surface sur laquelle il repose, permet la figuration automatique du filet noir d’encadrement (teinte originelle de la traverse). Le marquage est ensuite obtenu avec des lettres et des chiffres en décalques. (Photo Francis Marx) 92 93 [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92