Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
2 - Pas d’aérographe sans air comprimé C’est une évidence : vous devrez choisir votre source d’air comprimé aussi soigneusement que vous avez choisi votre aérographe. Il s’agit là d’un équipement important dont la qualité ne doit pas être laissée au hasard car d’elle dépendent le bon fonctionnement de votre matériel d’application et la qualité du travail de peinture que vous entreprendrez. L’aérosol, simple mais peu fiable Certains fabricants d’aérographes proposent également des bombes d’air comprimé (Humbrol, Badger…) que l’on peut se procurer très facilement chez les détaillants spécialisés et dans les magasins d’arts graphiques. Certains appareils vendus en coffret sont même accompagnés de tels aérosols, légers, pratiques, que l’on peut emporter partout et dont le faible coût initial est intéressant. Sachez néanmoins qu’à très court terme, ce genre de conditionnement vous reviendra cher. De plus, les bombes d’air comprimé ne sont pas fiables ; elles ont le défaut de perdre de leur pression au fur et à mesure qu’elles se vident ; et vous verrez, elles se vident très vite ! 67 58 [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] Une autre solution consiste à utiliser une bonbonne d’air comprimé du commerce ou - mais c’est encombrant - une roue d’automobile surgonflée. Mais un tel bricolage ne sera jamais vraiment satisfaisant et il vaut mieux franchir le pas et opter pour un compresseur, un vrai ! Le compresseur, pratique et économique à l’usage C’est assurément la meilleure des sources. Grâce à son excellent rendement, le compresseur permet d’utiliser toutes les possibilités offertes par l’aérographe. En fait, n’importe quel compresseur peut convenir, pourvu qu’il puisse délivrer une pression de 0,8 à 2,8 bars environ, le mieux étant naturellement d’acquérir un outil spécialement adapté aux travaux de modélisme. Comme pour l’achat d’un aérographe, fuyez les supermarchés, préférez payer un peu plus cher en ayant l’assurance d’un réel service après vente en cas de besoin. Les compresseurs les plus simples et les moins chers sont les petits appareils type monocylindre que l’on peut acquérir pour moins de 200 euros. Pour ce prix, ils ne comportent pas de réservoir d’air, d’où leur débit d’air saccadé, pouvant s’avérer gênant lors de travaux de précision. Toutefois, ils sont pratiquement silencieux (ce qui est bien agréable) et généralement dotés d’un détendeur muni d’un manomètre (manodétendeur) avec fi ltre. Fixé à la sortie du compresseur, cet accessoire est important, car il permet à la fois de régler la quantité et la pression de l’air produit (sans toutefois corriger totalement les effets d’un débit saccadé) tout en le débarrassant notamment de la poussière et de l’humidité. En effet, qui dit compression de l’air dit production d’humidité. Et, vous le savez, l’eau ne fait pas bon ménage avec les peintures à solvant… Notez que pour éviter ce désagrément, si votre compresseur est d’un type ancien non doté d’un tel système, il est toujours possible de l’en équiper : un manodétendeur avec filtre est facile à trouver. À défaut, on peut toujours installer une trappe à condensation sur le tuyau d’air de l’aérographe. Indispensable, ce type d’accessoire très bon marché figure dans certaines gammes d’aérographe (par exemple chez Paasche). Enfin, sachez qu’aujourd’hui, l’achat d’un compresseur plus perfectionné comme, par exemple, 68
Résumons ! Un aérographe permet d’appliquer facilement des films de peinture fins et réguliers. Il existe en gros deux grande scatégories d’aérographes : • Les aérographes à mélange air/peinture interne (se faisant à l’intérieur de l’appareil), qui peuvent être à simple action (gâchette ne commandant que le débit d’air, le débit de peinture étant ajusté indépendamment avant de peindre), ou à double action (gâchette commandant à la fois le débit d’air et le débit de peinture). Il vaut mieux choisir un aérographe double action, d’autant plus que la plupart d’entre eux possèdent une commande permettant de prérégler le débit de peinture si on le souhaite. Les aérographes double action sont les plus performants de tous.• Les aérographes à mélange air/peinture externe (se faisant à l’extérieur de l’appareil), qui sont techniquement plus simples. Deux variantes sont proposées : avec buses d’air et de peinture orientées à 90° l’une de l’autre (appareils pour novices), ou avec buses d’air et de peinture orientées à 45 ° l’une de l’autre (appareils autorisant des résultats proches de ceux permis par les aérographes à mélange interne). Les aérographes à mélange externe ne permettent pas d’obtenir un mélange air/peinture parfaitement homogène ; ils ne permettent pas non plus les effets de dégradé.• Il faut une source d’air comprimé pour faire fonctionner un aérographe. Pour cela, on peut utiliser de l’air comprimé vendu en aérosols, mais ces derniers sont peu fiables et, à court terme, reviennent cher. Il vaut mieux investir dans l’achat d’un compresseur ; choisir de préférence un modèle doté d’un réservoir et d’un manomètre détendeur. un appareil à double piston avec réservoir, capable de produire de l’air comprimé régulé, ne représente plus l’investissement important qu’il était naguère. On peut, à présent s’offrir un compresseur d’excellente qualité pour moins de 300 euros. Bien utilisé et bien entretenu, un tel appareil est quasiment inusable et vous permettra de faire de l’excellent travail. De plus, l’air comprimé pro- duit pourra vous servir à bien d’autres choses : alimentation d’une soufflette pour l’époussetage et, surtout, mise en œuvre d’outils pneumatiques (meuleuse, perceuse…) si l’appareil est capable de maintenir, au minimum, une pression de 2 bars. Enfin, c’est encore votre compresseur qui sera mis à contribution pour faire fonctionner la sableuse qu’un jour où l’autre vous déciderez d’acquérir. ▪ 69 67 - Le petit compresseur silencieux type PS 1 d’Aérographes Services est un appareil monocylindre sans réservoir, mais avec manodétendeur et filtre. Offrant un très bon rapport qualité - prix, c’est l’appareil idéal pour l’amateur. Fonctionnement en continu : 1 h (puis arrêt de 15 mn pour refroidissement). Pression maxi : 5 bars, débit : 23 l/mn, poids : 3,5 kg, prix : 189 euros environ. (Photo YannBaude) 68 - Plus performant que le modèle précédent, le PS 2 (Aérographes Services) est un compresseur silencieux à double cylindre, montrant un débit d’air plus régulier. Lui aussi est, bien entendu, doté d’un manodétendeur avec filtre. Fonctionnement en continu : 2 h (puis arrêt de 15 mn pour refroidissement). Pression maxi : 5 bars, débit : 42 l/mn, poids : 4,9 kg, prix : 239 euros environ. (Photo YannBaude) 69 - Le compresseur silencieux type PS2K (Aérographes Services) est lui aussi à double cylindre et doté d’un manodétendeur avec filtre. En plus, il est équipé d’un réservoir d’air de 2,5 l permettant un débit parfaitement régulier et une meilleure souplesse d’utilisation. Fonctionnement en continu : 4 h (puis arrêt de 15 mn pour refroidissement). Pression maxi : 5,5 bars, débit : 42 l/mn, poids : 8,5 kg, prix : 279 euros environ. (Photo YannBaude) [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92