Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 43 - Tout comme le gibolin gras des Deschiens, le Maskol sert presque à tout. Ici, il est utilisé pour faire tenir des caches en carton, le temps de patiner cette toiture. (Photo Guillaume Bellengé) 44 - Au séchage, le Maskol se transforme en une pellicule caoutchouteuse qu’il est très facile d’ôter. (Photo Guillaume Bellengé) Résumons ! • La préparation d’une surface destinée à être peinte est une suite d’opérations visant à obtenir un film de peinture à la fois adhérent et esthétique.• L’adhérence s’obtient par dégraissage, doublé d’un dépolissage de la surface à peindre si celle-ci est en matière plastique. Si elle est métallique, il convient d’abord de la désoxyder, puis éventuellement de la sabler. Ensuite, on lui applique une fine couche d’apprêt de fond.• L’esthétique d’un film de peinture est conditionnée par l’absence de défauts de surface du support sur lequel il est appliqué. Les aspérités s’éliminent par ponçage, tandis que les creux sont facilement comblés par une couche d’apprêt de finition, suivie éventuellement de quelques touches d’enduit.• Le tableau 10 indique quelle chronologie adopter pour préparer un modèle avant peinture, selon que celui-ci est en plastique, résine ou métal.• Le masquage permet de préserver certaines zones (déjà peintes ou devant rester nues) d’un modèle lors de sa mise en peinture. Pour cela, on utilise généralement du ruban adhésif ou du masque liquide.• Le démasquage doit intervenir au plus tard une heure après la mise en peinture. Le ruban adhésif doit être ôté avec précaution, en limitant les contraintes exercées sur le film de peinture sous-jacent. [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 43 44 celui que l’on peut se fabriquer avec du papier fin et un bâton de colle blanche de bureau, etc. Notez encore que dans le commerce (magasins d’art graphiques et aussi détaillants en modélisme) on peut trouver diverses références de ruban adhésif extrêmement étroit - plus étroits que le ruban cache Tamiya cité plus haut - pouvant être utilisé comme masque dans de nombreux cas. Certains amateurs se servent d’ailleurs des références les plus étroites de ce type de ruban pour réaliser, en réserve, des filets sur leurs modèles. Comment faire ? C’est simple : peindre la surface de la couleur retenue pour les filets ; laisser sécher longuement, puis poser le ruban adhésif à l’emplacement prévu pour les filets. Lorsque tout est en place, peindre la surface dans sa teinte définitive. Après séchage, ôter le ruban adhésif qui masquait la couche de fond pour voir apparaître, en réserve, les fi lets souhaités. Seule limite de ce procédé : les rubans adhésifs les plus étroits ne descendent pas audessous de 0,4 mm et sont donc difficilement utilisables pour la représentation de filets réalistes aux échelles inférieures au 1/43,5. Le démasquage Vous l’aviez deviné, après avoir masqué, il faut démasquer ! Cette opération n’est pas particulièrement délicate, mais demande de l’attention et du soin. En premier lieu, il faut savoir qu’après l’opération de peinture, un masque ne doit rester en place ni trop longtemps, ni pas assez. Laissé trop longtemps, il risquerait d’adhérer trop fort à la surface qu’il recouvre ; c’est le cas des rubans adhésifs par exemple dont l’adhérence augmente au bout de quelques heures. Oté trop tôt, le masque risque d’arracher une partie du film de peinture encore insuffisamment sec. En général, un masque (surtout s’il s’agit de ruban adhésif recouvrant une surface peinte que l’on sait fragile) doit être déposé au plus tard une heure après une mise en peinture à l’aérographe. Afin de limiter au maximum les risques de décollement du film de peinture protégé par l’adhésif, il suffit, lorsqu’on retire celui-ci, de ne lui appliquer, comme illustré, que des contraintes dites de « pelage » et non des contraintes dites « d’arrachement ». Alors que les contraintes d’arrachement sont importantes parce que perpendiculaires au film de peinture, les contraintes de pelage limitent à une surface infime la tension exercée par le ruban adhésif sur le film de peinture. Par ailleurs, lorsque vous ôtez un masque quel qu’il soit, il reste presque toujours, le long de la surface protégée, de petites « barbes » de peinture. N’y touchez pas, laissez les sécher une heure ou deux, vous les désagrégerez plus facilement ensuite à l’aide d’une brossette (du genre de celles que l’on utilise pour nettoyer les rasoirs électriques ou, mieux, de celles, plus douces, qui servent à l’application du rimmel). ▪
45 Chapitre 5 1 - Des outils à construire soi-même 45 - Construit sur châssis Slater’s, ce vieux wagon Nord au 1/43,5 a été fabriqué intégralement en carte plastique par l’auteur (voir LR 700 et 701). Les marquages proviennent d’une planche spécifique de décalques à l’eau éditée spécialement, à l’époque, par LR Presse (fabrication Coll’O Doc). Ce modèle a été peint avec des peintures nitrosynthétiques. Sa patine a été obtenue à l’aide de peinture acrylique à l’eau vendue en tubes. (Photo Jean-Paul Quatresous) Après avoir fait connaissance avec la peinture et les produits annexes, voyons à présent de quels outils nous aurons besoin. Hormis le matériel de base : pinceaux et aérographe que nous étudierons plus loin, tout atelier de peinture devrait comporter un support à main, un support sur plateau tournant ainsi qu’une cabine à peinture avec aspiration. Quasiment Indispensables, ces outils peuvent être, soit achetés dans le commerce (il existe aujourd’hui un large choix à des prix désormais rai- sonnables), soit construits par vous vous-même. Cette construction est d’ailleurs rapide, pas bien compliquée. De plus, tous les composants nécessaires sont faciles à trouver. Les supports, à main et sur plateau tournant, la cabine à peindre suggérés dans ce chapitre, ont été étudiés pour le traitement de modèles au 1/87 ; pour les échelles inférieures, les supports devront être éventuellement modifiés ; de même, il faudra agrandir la cabine à peindre si l’on veut s’en servir pour la décoration de modèles au 1/43,5 par exemple. Adaptations, améliorations diverses sont donc laissées à votre initiative et nous ne doutons pas que vous ayez d’excellentes idées à ce sujet. Le support à main : ultra-simple et très efficace Des trois outils proposés, celui-ci est le plus facile à confectionner (voir figure 3). Il se compose d’une simple bande de laiton de 1 mm d’épaisseur et de 40 cm de longueur, pliée en deux, percée, puis munie d’un système à ressort avec molette agissant sur l’écartement des mâchoires. Ces dernières pourront recevoir deux petits rectangles de feutre ou de mousse plastique, fixés au moyen Figure 3 - Le support à main, un outil très simple à fabriquer et qui s’avère d’une grande utilité. [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92