Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 34 - Pour masquer, tout est bon. Dans certains cas, une simple feuille de papier suffit, comme ici, pour isoler le ventilateur de sa base sur le châssis de cette 65500 Electrotren en HO. (Photo Guillaume Bellengé) 35 - On peut aussi, bien entendu, utiliser du masque liquide, dont le Maskol de Humbrol est le plus célèbre représentant. (Photo Guillaume Bellengé) cision. Ou encore, issu de la gamme Scotch, le Fine Line 218 qui existe en plusieurs largeurs (de 1,6 à 25 mm). On trouve également chez Tamiya une bande cache spécialement développée pour le modélisme. Elle aussi est disponible en diverses largeurs (6, 10 et 18 mm) et conditionnée dans un distributeur bien pratique. Cette bande cache, peu adhésive et très flexible, s’applique facilement sur tous types de reliefs. On peu aussi opter pour une autre gamme de produits beaucoup plus spécialisés que sont les films masques pour graphistes. Parmi eux, citons le Foto/Frisket Film de Badger ou encore le Normafrisket de Mécanorma. Disponible dans les magasins d’arts graphiques, le Normafrisket est un film adhésif transparent mat de 32 microns d’épaisseur, livré en pochettes de six feuilles (format 32 x 40 cm ou 50 x 60 cm). Il existe en deux qualités : le n°1, à l’adhésif peu puissant, recommandé pour les surfaces très fragiles mais bien planes, et le n°2, dont l’adhésif renforcé résiste aux manipulations répétées, même lorsqu’il est appliqué sur une surface au relief tourmenté. Les masques liquides Le plus connu et le plus répandu de tous est sans conteste le Maskol de Humbrol. C’est un produit de couleur rose, à l’odeur d’ammoniaque. Il s’applique obligatoirement au pinceau (jamais à l’aérographe !), sèche rapidement (une dizaine de minutes à peine) en devenant pratiquement transparent. En séchant, le Maskol se transforme en une pellicule caoutchouteuse parfaitement imperméable, résistante, mais facilement pelable. On s’en sert surtout pour le masquage des entourages de fenêtres, vitrages, verres de lanternes et autres petits détails impossibles à traiter de manière sérieuse par les procédés classiques. En séchant rapidement, le Maskol tend à s’agglutiner sur les poils du pinceau, rendant alors impossible toute application précise. N’hésitez donc pas à nettoyer votre pinceau en cours de travail, de préférence au [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 34 35 white spirit, produit bien plus efficace que l’eau du robinet conseillée par le fabricant. À chacun ses techniques Chaque opération de masquage est en fait un cas particulier et les techniques possibles sont très nombreuses. Cela dit, dès que vous pensez avoir trouvé le moyen de résoudre un problème de masquage donné, assurez-vous que la solution envisagée sera efficace et sans risque pour le support, en faisant toujours un essai préalable ! Les rubans adhésifs et le masque liquide évoqués plus haut peuvent être utilisés conjointement. Ainsi le masquage du haut de la caisse (peint en crème 407) d’un autorail SNCF, en vue de l’application de sa teinte inférieure rouge vermillon 605, pourra se faire de la manière suivante : la ligne de démarcation entre le crème et le rouge sera matérialisée par une bande d’adhésif dont on aura réduit la largeur (à moins d’utiliser du ruban étroit). Cela permet, d’une part, de limiter sa surface d’adhérence (donc les risques d’arrachage de la couche de peinture sous-jacente lors du démasquage) et d’autre part, la rend plus souple dans le plan vertical, donc capable d’épouser sans problème, les éventuelles démarcations existant sur la surface traitée (retrait au niveau des portes par exemple). Lorsque cette bande est parfaitement en place, vérifiez qu’elle est bien rectiligne. Le masquage du reste de la caisse (zone des baies, toiture…) peut se faire tout simplement au Maskol, généreusement appliqué à l’aide d’un gros pinceau à poils souples. Avant que le Maskol ne commence à prendre, profitez en pour recouvrir la zone des baies d’une bande de papier ordinaire qui se collera alors en place d’elle-même et protégera de la peinture les parois internes de la caisse. De nombreux autres produits peuvent être naturellement utilisé pour le masquage : Les papiers adhésifs genre Post-it (quoique assez faiblement adhésifs), le bon vieux papier gommé ou, à défaut
Un billard en cinq bandes 36 37 38 36 - Les ensembles composés de plusieurs types de matériaux sont plus difficiles à préparer, témoin cette caisse d’autorail Billard A 75 D en O (ancienne production RPI) faite de résine et de laiton. Le désoxydage des éléments en laiton se fait par brossage au désoxydant P505 Railcolor. Ensuite, la caisse tout entière est plongée dans un bain d’eau tiède savonneuse, puis délicatement brossée. Enfin : rinçage à l’eau claire et séchage à l’air avant application sans tarder d’un apprêt de fond phosphatant. (Photo YannBaude) 37 - Après avoir reçu une fine couche d’apprêt de fond phosphatant, notre caisse est recouverte d’apprêt de finition afin de corriger ses défauts de surface. Cet apprêt est ensuite poncé à l’eau aux endroits nécessaires. Cela fait, une couche de crème 407 peut alors être appliquée sur les zones situées au-dessus de la ceinture. (Photo YannBaude) 38 - Avant d’appliquer le rouge vermillon 605, la zone de baies est masquée à l’aide de ruban adhésif repositionnable. (Photo YannBaude) 39 - Le rouge vermillon 605 a été appliqué sur le bas de caisse. Notez que, bien que non protégée, la toiture n’a aucunement souffert, montrant ainsi la précision de pulvérisation permise par un aérographe. Il en aurait été tout autrement lors d’une application à la bombe aérosol… (Photo YannBaude) 40 - Comment ôter un masque adhésif, ce qu’il ne faut pas faire : une traction de bas 40 42 39 en haut sur le ruban adhésif engendre des contraintes d’arrachement. Ici, la couche de peinture masquée risque fort de se décoller, la tension appliquée au ruban s’exerçant sur une trop grande surface. (Photo YannBaude) 41 - La bonne façon de procéder : appliquer des contraintes de pelage sur le ruban masque en le tirant vers l’arrière et à ras de la surface du modèle, ce qui limite à une surface infime 41 la tension exercée sur le film de peinture, diminuant d’autant les risques de décollement de ce dernier. (Photo YannBaude) 42 - Notre modèle est terminé. La version présentée ici, monté par Denis Fournier Le Ray (voir LR 625), est celle des CFD (avec portières coulissantes et fanaux d’angles), mais montrant la livrée classique des autorails SNCF. (Photo Denis Fournier Le Ray) [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92