Loco-Revue n°28H novembre 2010
Loco-Revue n°28H novembre 2010
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°28H de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 66,6 Mo

  • Dans ce numéro : la peinture en modélisme.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
30 formulé pour être utilisé sur l’acier, ce type d’apprêt peut être employé sur le laiton où, bien entendu, seules ses qualités d’adhérence seront mises en œuvre. Dans le tableau 8, figurent quelques références de produits proposés en petits conditionnements pour un usage modéliste. Tous doivent être pulvérisés en une seule couche fine, pas trop appuyée mais uniformément mouillée, afin que le film soit parfaitement continu. Après séchage (le mieux est d’observer un délai de 12 heures), on obtient un film lisse très adhérent. Bien entendu, la pièce apprêtée ne doit pas être manipulée à mains nues, afin d’éviter d’avoir à la dégraisser avant sa mise en apprêt de finition ou en peinture. Par ailleurs le fi lm ne doit pas être poncé sous peine de perdre ses qualités. D’éventuelles poussières collées ici ou là, sur la surface, peuvent néanmoins être grattées à l’aide de la pointe d’une lame. Notez que l’apprêt de fond, notamment lorsqu’il est de couleur blanche, constitue un bon révélateur d’éventuels défauts de surface, qu’il est alors possible de corriger par une couche d’apprêt de finition, éventuellement associée à quelques touches d’enduit. Après l’application d’un apprêt de fond, il convient de nettoyer le matériel d’application sans tarder. Pour cela l’acétone convient parfaitement. Une remarque pour terminer : bien que formulés pour être appliqués sur le métal, les apprêts de fond phosphatants ou chromato-phosphatants 36 Produit vendu sous l’appellation [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] peuvent également être utilisés sur certaines matières plastiques peu accrocheuses, comme les résines par exemple, sur lesquelles leur capacité d’adhérence sera bien utile. L’apprêt de finition L’apprêt de finition sert à parfaire, si nécessaire, l’état d’une surface avant peinture. Ce type de produit contient une proportion élevée de charges lui conférant un pouvoir garnissant important. Le film obtenu agit ainsi comme un nivelant des petits défauts de planéité, rayures, fissures… de la surface à traiter. Une fois sec, il peut être poncé au papier de verre fin mouillé si nécessaire et donne alors une surface lisse, à l’aspect velouté, prête à être peinte. N’oubliez pas : le fini d’une surface, sa planéité, son aspect lisse, dépendent essentiellement de l’apprêt de finition ; le film de peinture qui est appliqué ensuite ne fait que lui donner un aspect coloré tout en la protégeant ; il ne peut pas servir à rattraper les défauts, car il est bien trop mince et son rôle est justement de ne pas masquer les plus fins détails de la surface qu’il décore. Un apprêt de finition est généralement de couleur claire, ce qui permet à la fois de visualiser facilement les défauts résiduels devant être corrigés après apprêtage sur le support, et de ne pas interférer sur la teinte finale qui sera appliquée ensuite. Tableau 9 - Les apprêts de finition Proposé par Teinte Type Diluant Remarques 30 - L’apprêt de surfaçage vendu en aérosol peut aussi convenir. Ici la 2-050 TE construite par YannBaude sur base FleischmannHO (voir LR 721) revêt une belle teinte blanche. (Photo YannBaude) Naturellement, pour bien tenir sur les matériaux peu accrocheurs (métaux, résines…), l’apprêt de finition doit toujours être précédé d’une couche d’apprêt de fond. Sur les matières plastiques que nous utilisons couramment (ABS, polystyrène), résines exceptées, l’apprêt de fond n’est pas nécessaire ; on peut donc appliquer directement un apprêt de finition, dont deux exemples sont donnés dans le tableau 9. En général, un apprêt de finition ne doit pas être dilué à plus de 50%. Trop dilué, il perd de son pouvoir garnissant, obligeant alors l’opérateur à appliquer de trop nombreuses couches. Cela dit, recourir à de fortes dilutions peut parfois s’avérer utile, par exemple lorsque la finesse de gravure de la surface à traiter l’exige. Ou qu’après ponçage, on souhaite uniformiser l’aspect et la teinte d’un support pour faciliter l’ultime vérification avant peinture. Ou encore parce que, tout simplement, l’aérographe dont on dispose n’est pas équipé d’une buse permettant de pulvériser dans de bonnes conditions les liquides épais. Un apprêt de finition doit sécher durant 6 à 12 heures environ (en fonction de l’épaisseur du film), pour pouvoir être poncé dans les meilleures conditions. Avant cela, encore insuffisamment durci, il se comporte très mal sous le papier abrasif ; tenter un ponçage dans ces conditions conduirait à un échec. Le ponçage de l’apprêt sec doit toujours être fait au papier de verre fin (grain 1000) abondamment mouillé à l’eau. Après ponçage, la pièce traitée doit naturellement être soigneusement lavée et dégraissée. Un conseil : après séchage à l’air, lustrez la surface en la frottant avec un chiffon doux et sec (mais sans recourir à aucun produit brillanteur quel qu’il soit), et observez-la à contre jour. Vous pourrez ainsi contrôler avec précision son état et découvrir à Apprêt de surfaçage Interfer Blanche AE Prêt à l’emploi• Produits applicables sur les matières plastiques Apprêt de surfaçage Railcolor (AMF 87) Blanche Ni Diluant Railcolor selon conseils indiqués au chap. 2 Réf. P512 (cellulosique)• Temps de séchage avant ponçage : 6 à 12 h• Décapage éventuel : décapant Interfer ou Railcolor AE : acrylique à l’eau. Ni : nitrosynthétique
temps les moindres défauts qu’elle peut encore présenter : mauvais ponçage, problèmes de planéité, présence de grain, mauvais joints éventuels, etc… La correction de ces défauts est simple : le grain éventuel - et plus généralement toutes les aspérités gênantes - seront éliminés par léger ponçage local. Quant aux creux, petites dépressions, mauvais joints… vous les comblerez à l’aide d’un peu d’apprêt non dilué (ou que vous aurez laissé épaissir dans un petit récipient ouvert), déposé en une généreuse goutte à l’aide d’un pinceau. Une fois sèche, cette goutte sera elle-même poncée, la surface se révélant alors impeccable. Pour les dépressions plus importantes, il faudra recourir à l’enduit. L’enduit Ce produit fait partie de la famille des peintures de sous-couche et se présente sous la forme d’un apprêt de finition très épais. On l’utilise pour jointoyer ou rattraper de faibles inégalités de surface. La firme Kit Zéro ayant cessé de diffuser son excellent enduit cellulosique, nous devons désormais nous tourner vers les magasins de bricolage qui proposent un tel produit cellulosique, généralement de couleur gris foncé, vendu en tube sous l’appellation « enduit de carrossier » ou « enduit de finition ». On l’applique manuellement à l’aide d’une lame élastique (petit rectangle de carte PVC de 0,4 à 0,6 mm d’épaisseur), en quantité à peine plus importante que nécessaire, car au séchage, son solvant s’évaporant, il diminue légèrement de volume. Si besoin, on peut le diluer légèrement avec de l’acétone ou du diluant P502 d’AMF 87 (diluant des peintures nitrosynthétiques et accryliques à solvant). Sur les matières plastiques, l’enduit peut s’appliquer avant et/ou après l’apprêt de finition, selon les besoins. Sur les métaux, par contre, on l’emploie toujours après l’application de l’apprêt de finition. Une fois durci, l’enduit doit être poncé au papier de verre mouillé. Puis, après dégraissage soigneux, les zones traitées reçoivent éventuellement un voile d’apprêt de finition qui aura pour effet, d’une part de révéler un éventuel défaut dans l’application de l’enduit ou dans son ponçage et, d’autre part, d’uniformiser la teinte de la surface à peindre, ce qui est important si celle-ci doit ensuite recevoir une peinture de nuance peu couvrante. Notez que l’enduit ne doit pas être confondu avec le mastic, lequel fait partie de la famille des colles et se présente sous une forme généralement plus pâteuse, montrant après durcissement une résistance mécanique plus élevée. Ce type de produit est plutôt réservé au gros œuvre : rebouchage de cavités importantes, comblements, reconstitution de parties manquantes… De telles opérations se déroulent généralement au stade de la construction d’un modèle, autrement dit bien avant l’application de l’apprêt de fond. Une fois sec, le mastic 31 32 doit être poncé à l’eau, mais sans chercher à obtenir un haut degré de finition, celui-ci étant du ressort de l’apprêt de fi nition et, éventuellement, de l’enduit. Un exemple de mastic très utilisé en modélisme : le mastic polyester à deux composants (celui de la marque Sintofer est sans doute le plus connu), durcissant par réaction chimique, donc sans perte de volume lors de la prise. Il existe plusieurs catégories de mastic parmi lesquelles celui dénommé « spécial finition », onctueux et au grain très fin, bien adapté à nos travaux. La firme Sintofer propose aussi ce type de produit. Autre exemple de mastic très connu : celui spécialement prévu pour le polystyrène, proposé par Humbrol, Tamiya… C’est un produit cellulosique, au grain très fin, adhérant au support par légère dissolution de sa surface. Il sèche par évaporation de son solvant et doit donc être appliqué en quantité légèrement plus importante que nécessaire. Son défaut : une résistance mécanique peu élevée, qui le fera réserver aux bouchages ne nécessitant que peu de matière. Il est possible de le diluer un peu par ajout d’acétone ou de diluant P502 AMF 87. Il est alors plus facile à appliquer, y compris au pinceau si on le souhaite. Il se comporte alors comme un enduit. Cependant, plus il est dilué, plus il diminue de volume en séchant, exigeant de ce fait plusieurs applications successives. Le ponçage 31 - Sur les matières plastiques, l’enduit peut être appliqué avant ou après l’apprêt de surfaçage. Parfois, on peut même être amené à l’appliquer à la fois avant et après si nécessaire. Ici c’est de l’enduit cellulosique de carrossier qui a été utilisé pour fignoler le haut et la base de la cheminée, ainsi que la base du dôme. Après séchage, il sera finement poncé à l’eau, puis l’ensemble recevra une couche d’apprêt de surfaçage. La construction de cette 220 Ouest a été décrite dans « Construisez votre matériel roulant HO », hors-série Loco Revue paru en 2006. (Photo François Fontana) 32 - L’apprêt de surfaçage met en évidence les moindres défauts de surface. Ici, le mauvais jointoyage de la porte, de la toiture et du raidisseur de dossier saute aux yeux. À ce stade, tout peut encore être rectifié. L’apprêt laisse également voir d’autres défauts, comme des particules de poussière que l’on éliminera par ponçage fin à l’eau. (Photo Bernard Bransol) Le but du ponçage est double : d’une part, il permet d’obtenir un état de surface impeccable en faisant disparaître toutes les aspérités gênantes (telles que joints et bavures de moulage), les traces de colle, de soudure, etc. D’autre part, en dépolissant la surface travaillée, il offre ainsi une meilleure adhérence au film (apprêt ou peinture) qui y sera appliqué ensuite. Les outils et matériaux du parfait ponceur sont des plus courants : papier abrasif fin, stylo à fibres de verre (pour les endroits peu accessibles), laine d’acier… Le ponçage est une opération classique, bien connue de tous les modélistes. Quelques remarques cependant : • Lors du ponçage de surfaces tendres, telles celles en matière plastique, celles recouvertes d’enduit ou d’apprêt de fi nition, il est recommandé de mouiller le papier abrasif et de le rincer souvent (de même que la surface travaillée) en cours d’opération. Cela évite l’échauffement comme l’encrassage du papier et permet d’obtenir un meilleur état final de la surface.• Sur le métal, on aura soin d’émousser toutes les arêtes vives pouvant être soumises au frottement lors de manipulations du modèle terminé. Les très légers méplats (0,1 à 0,2 mm) ainsi créés ne se remarqueront pas, mais permettront à l’apprêt [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 20] 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 1Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 2-3Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 4-5Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 6-7Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 8-9Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 10-11Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 12-13Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 14-15Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 16-17Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 18-19Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 20-21Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 22-23Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 24-25Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 26-27Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 28-29Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 30-31Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 32-33Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 34-35Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 36-37Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 38-39Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 40-41Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 42-43Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 44-45Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 46-47Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 48-49Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 50-51Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 52-53Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 54-55Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 56-57Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 58-59Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 60-61Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 62-63Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 64-65Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 66-67Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 68-69Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 70-71Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 72-73Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 74-75Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 76-77Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 78-79Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 80-81Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 82-83Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 84-85Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 86-87Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 88-89Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 90-91Loco-Revue numéro 28H novembre 2010 Page 92