Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°4 de 16 avr 2010

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... qui va décrocher le titre de champion NBA ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Los Angeles Lakers-Cleveland Cavaliers. Telle est la finale de NBA entre les leaders incontestés de chaque conférence (Ouest et Est) dont tout le monde rêve. Pour Jacques Monclar, l’ancien joueur de l’équipe de France aujourd’hui commentateur des matches de NBA pour le groupe Canal +, en finale, « la logique voudrait que ce soit le numéro un et le numéro deux qu’on retrouve. Maintenant, on peut avoir des playoffs surprenants, parce que les résultats sont chamboule-tout depuis un moment (sic). Même si ces deux-là paraissent un peu au-dessus, ils ne sont pas à l’abri d’une équipe qui sera en grande forme. » Alors, qui a les moyens de créer la surprise dans le sprint final pour faire tomber l’un des deux gros ? Le spécialiste DOSSIER Qui va décrocher le titr LeBron James, meilleur joueur de la saison, rêve d’offrir le sacre en NBA à son club de Cleveland. A l’Ouest, les tenants du titre, les Lakers, sont assez moyens ces derniers temps, à l’image de Kobe Bryant. Alors que la saison régulière vient de se terminer, on retrouvera peut-être ces deux grands favoris en finale du championnat, même si Jacques Monclar prévoit des playoffs « surprenants ». Pierre-François Chetail Un Français champion ? De nombreux Français ont évolué sur les parquets de NBA en 2009-2010. Le plus célèbre d’entre eux est bien sûr Tony Parker (en photo), qui a vécu une année galère cette saison, enchaînant blessure sur blessure. Du coup, son équipe des San Antonio Spurs a été bien loin des objectifs annoncés, ne faisant partie que des dernières équipes qualifiées pour les playoffs dans la Conférence Ouest. L’ancien Manceau Nicolas Batum, longtemps blessé lui aussi, est rapidement redevenu un élément majeur des Blazers de Portland après son retour à la compétition le 25 janvier dernier. Il s’est même offert le luxe d’inscrire 31 points fin février lors d’un déplacement de son équipe chez les Minnesota Wolves. C’est moins que l’incroyable performance de Rodrigue Beaubois, qui a inscrit 40 points en 30 minutes lors du match des Mavs contre les Golden State Warriors, grâce notamment à un stupéfiant 9/11 à trois points. A Dallas, le Rookie est la belle surprise du camp français cette année. Joakim Noah LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 s’est également montré excellent chez les Chicago Bulls, en étant notamment l’un des meilleurs rebondeurs de NBA avant qu’une blessure au pied vienne tout gâcher. Après un hiver plus difficile, Boris Diaw a retrouvé le meilleur de sa forme pour terminer en boulet de canon avec les Charlotte Bobcats. En revanche, chez les Orlando Magic, deuxièmes de la Conférence Est, Mike Pietrus a perdu de son influence. Enfin, Johan Petro (Denver Nuggets), Ian Mahinmi (San Antonio), Ronny Turiaf (Golden State Warriors), Alexis Ajinça (Charlotte Bobcasts) et Yakhouba Diawara ont été très peu vus en train de jouer dans les salles de NBA cette saison. Les deux superstars du basket américain, LeBron James et Kobe Bryant, se retrouveront-elles en finale des playoffs cette année ? Monclar a son avis sur la question. « Je sens qu’Orlando a toujours un coup à jouer. Après, c’est compliqué, il peut se déclencher quelque chose à Dallas aussi. » Dans ce contexte très incertain, une chose est sûre, la lutte pour le titre s’annonce passionnante et très accrochée. Dans un sondage paru sur le site internet basketnews.net, 34% des fans voient les Lakers l’emporter, à égalité avec Cleveland, crédité également de 34% des pronostics. Derrière, 10% des sondés voient les Dallas Mavericks devenir champions NBA, devant les Celtics Boston (7% des votes), Orlando Magic (6%) et les Denver Nuggets (4%). Cette année, il n’y a donc pas de grand favori, car on sent les Lakers, tenants du titre, vulnérables. A l’approche des playoffs, ils ont concédé plusieurs vilaines défaites face à des équipes supposées bien inférieures. La faute à une suffisance, une passivité et un manque de motivation assez inquiétants alors que la période la plus importante de l’année débute, et que l’on attend au contraire de voir cette équipe grimper en intensité. Pour le Los Angeles Times, les Lakers ont activé le « pilote automatique », alors qu’une partie du groupe pense déjà à l’année prochaine. Le coach Phil Jackson a déjà prévenu : « Si les joueurs ne répondent plus à mon coaching, pourquoi est-ce que je reviendrais ? », menace-t-il. Quant aux joueurs, Derek Fisher, Shannon Brown ou Jordan Farmar, qui se retrouveront sur le marché l’an prochain, ils se sentent peut-être un petit peu moins concernés par la réussite du club. Collectivement, il est aussi reproché aux joueurs de Los Angeles de faire les beaux en attaque mais en se montrant trop irréguliers et pas assez durs défensivement, même si certains progrès sont à noter dans ce domaine par rapport à l’an dernier. Mais ce petit passage à vide de ces dernières semaines n’est
e de champion NBA ? pas affolant non plus. Les Lakers comptent quand même plus de 70% de victoires dans la saison régulière. « C’est une équipe qui, parfois, peut être malmenée au 1er tour, mais quand elle joue sa survie, elle est très forte à ce jeu-là », estime GEORGE EDDY (CANAL+) : Monclar. Le consultant n’oublie pas également « l’absence de Bynum (de retour sur les parquets pour les playoffs, Ndlr) qui fait que, comme Lamar Odom est moins bon en ce moment, les Lakers sont moins dominants. Et il y a toujours « Cleveland-Lakers, j’annonce cette finale depuis deux ans » Cleveland-Lakers, c’est la finale des playoffs de NBA attendue par tous. Est-ce aussi votre pronostic ? Moi, j’annonce cette finale depuis deux ans donc je continue à y croire. Il faut faire attention à un outsider com me Orlando et à l’Ouest à des équipes comme Denver, Dallas et Utah qui jouent très bien. Mais quand on voit l’effectif de Cleveland et sa première place de la saison régulière et que les Lakers sont cham pions en titre, je pense queL.A.-Cleveland va être la finale. Les Lakers ont un peu faibli sur la fin. Mais généralement, en playoffs, ils se réveillent. « Ça peut être une finale d’anthologie en sept matches ! » Entre ces deux équipes, avez-vous un favori ? Au début de saison, j’ai donné les Lakers pour le doublé. Je vais rester avec ce pronostic, parce que rien n’a changé. Le trio des grands Odom, Gasol et Bynum n’a pas d’équivalent dans d’autres clubs de la NBA. A Cleveland, ils ont pris Shaq pour renforcer l’intérieur, mais il est quand même vieillissant. Donc Los Angeles a l’avantage à l’intérieur. Après, Kobe (Bryant) et LeBron (James) devraient s’annihiler l’un et l’autre en étant à peu près au même niveau. Le- Bron, c’est le MVP en puissance. Mais Kobe a l’expérience et plusieurs titres de plus. Entre les deux, c’est l’expérience contre la fougue de la jeunesse. Les Lakers sont plutôt favoris, mais Cleveland aura l’avantage du terrain vu que c’est la meilleure équipe de la saison régulière. Ils ont rajouté Antawn Jamison, une super bonne pioche, très complémentaire de LeBron. Ça peut être une finale d’anthologie en sept matches ! Pour nous, ce serait le scénario idéal. Quelles ont été les déceptions de la saison régulière pour vous ? Une équipe comme Washington a été un désastre. Boston semble faiblir et vieillir à vue d’œil. A l’Ouest, on pensait peut-être que Portland finirait plus haut mais ils ont connu tellement de blessures, c’est déjà bien pour les Blazers avec Nicolas Batum de faire les playoffs. Pour Houston, qui a fait les playoffs l’année dernière, et pour New Orleans, qui a été très loin il y a deux ans, les blessures peuvent expliquer la déception de ces deux équipes. Et les bonnes surprises ? L’énorme révélation de la saison, c’est Kevin Durant, à l’image de son équipe d’Oklahoma City, la plus jeune de toute la Ligue mais qui joue avec l’intelligence de vieux briscards, qui va faire les playoffs, qui ne lâche jamais un match. Durant et son équipe sont mes chouchous de la saison. On peut dire aussi que Phoenix fait une saison beaucoup mieux que prévue, et je suis content de retrouver SteveNash en haut de l’affiche et les Suns aussi, parce que j’adore leur style basé sur l’attaque avec beaucoup de spectacle à la clé. quand même une difficulté au poste de meneur. Si Kobe (Bryant) n’en fait pas beaucoup, c’est compliqué. Ça fait un moment qu’il joue moyennement bien, ça dure. » La superstar du basket américain, qui joue avec un doigt cassé, a en effet connu une petite baisse de régime ces derniers temps, avec par exemple des pertes de balles inhabituelles. Cette saison, il s’est montré toujours aussi tranchant dans les moments chauds, en marquant pas moins de six tirs décisifs dans les dernières secondes d’une partie qui donnaient la victoire à son é- quipe. Avec 27 points par match, et un peu plus de 5 rebonds et 5 passes décisives par rencontre en moyenne, il reste dans la lignée de ses stats de l’an dernier. Mais depuis plusieurs semaines, il semble ne plus être le leader incontesté de l’équipe. A Cleveland au contraire, le meil leur joueur des Cavs est absolument extraordinaire. LeBron James enchaîne les prestations exceptionnelles à quasiment chacune de ses sorties. Vu ses stats personnelles (deuxième meilleur marqueur avec près de 30 points par match, et sixième passeur avec une moyenne de passes décisives, près de 9 par rencontre, talonnant celle des plus talentueux meneurs du pays), on ne voit pas comment il pourrait é- chapper à son deuxième titre consécutif de MVP (Most Valuable Player, c’està-dire le meilleur joueur de l’année). Il est, de loin, le meilleur joueur à l’évaluation avec 32,5. A 25 ans, le numéro 23 des Cavs est le plus jeune joueur de l’histoire du basket américain à avoir dépassé les 15 000 points en carrière. Et cette année, l’ailier des Cavs réalise sans doute sa meilleure saison, avec une envie plus marquée ces derniers mois d’être, tel un meneur, le créateur du jeu de son é- quipe, pour le plus grand plaisir de ses fans. LeBron James est en effet l’idole absolue des supporteurs de Cleveland, dont il est né à quelques dizaines de kilomètres seulement, dans LeBron James veut offrir son premier titre à Cleveland l’Ohio. D’ailleurs, lors de l’hymne national, joué a- vant chaque rencontre, Le- Bron dessine à chaque fois, avec ses doigts, les chiffres 3-3-0, correspondant au code postal de sa ville natale d’Akron. Comme il ne manque pas de pointer son index en direction du sommet des gradins avant de commencer une partie à domicile pour saluer le public populaire de Cleveland qui s’y trouve. Bref, pour les supporteurs des Cavs, ce Dieu du basket est une véritable icône, qui rêve de remporter le titre suprême avec son club, avec lequel il a atteint une fois la finale NBA, en 2007 (défaite contre les San Antonio Spurs). Pour les Cavaliers, ce serait absolument historique, puisqu’ils n’ont tout simplement jamais été champions NBA depuis leur création. Emmenés par Le- Bron James, ils peuvent vraiment y croire plus que jamais cette année, même si pour Monclar, leur réussite tiendra à la présence d’un autre homme : Shaquille O’Neal. A 38 ans, le « Big Man » devrait être présent dès les premières rencontres des playoffs. A la question cruciale de savoir quelle é- quipe est la plus forte entre Lakers et Cavaliers, au moins sur le papier, « ça dépend si c’est Cleveland avec ou sans le Shaq, estime Monclar. A un moment, les Cavs ont joué sans le Shaq et sans Varejao, et ils n’étaient vraiment pas sereins dans la raquette. » Mais avec leurs deux pivots et un Lebron James plus en forme que Kobe Bryant, Cleveland, qui compte un pourcentage impressionnant de près de 80% de victoires en saison régulière, semble être l’équipe la mieux armée pour faire tomber les Lakers en finale des playoffs. On fait le pari ? n LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :