Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°4 de 16 avr 2010

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... qui va décrocher le titre de champion NBA ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DAMIEN TRAILLE Que gardez-vous de cette victoire en quarts de finale de Coupe d’Europe face aux Ospreys ? C’est une grosse satisfaction pour nous, bien évidemment. Sur ce match, les Ospreys é- taient les favoris. C’est une grosse équipe, dangereuse. On a réussi à se qualifier pour les demi-finales, mais l’aventure ne sera belle que si on va au bout. Si vous vous qualifiez pour la finale de la Coupe d’Europe, ne serait-il pas plus facile d’affronter le Leinster qu’un club français ? Il est sûr que si c’est une finale Biarritz-Toulouse, ça serait compliqué pour les deux équipes. On se connaît tellement bien. D’ailleurs, le quart de finale entre Toulouse et le Stade Français a dû aussi être compliqué à préparer pour les deux équipes car elles se connaissent par cœur aussi. Comme le disaient les Lyonnais et les Bordelais lors du tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des Champions en foot, en Coupe d’Europe on préfère toujours rencontrer un club étranger car il y a plus le parfum de la Coupe d’Europe. Mais finalement on a pu voir que lors de la double confrontation entre Lyon et Bordeaux il n’y avait pas eu du tout la même intensité qu’en championnat. On voyait vraiment que c’était un match de Coupe d’Europe. Toulouse est impressionnant. Ils ont un super effectif. Le Leinster aussi même s’ils ont connu beaucoup de problèmes contre Clermont en quarts de finale, chez eux. Mais avant de se projeter sur la finale il faut déjà que l’on se concentre sur la demi-finale qui va être très dure. Le Munster nous a- vait battus en finale en 2006 et on sera animés par un gros sentiment de revanche. RUGBY « L’aventure européenne ne sera belle que si on va au bout » Absents des phases finales depuis deux ans, le Palois et le B.O. ont retrouvé le doux parfum des matches à élimination directe grâce à la Coupe d’Europe. Le centre international espère les retrouver aussi en championnat, mais pour se qualifier il faut déjà gagner au Racing ce week-end. Et ce ne sera pas simple. Propos recueillis par Valérie Pratdessus LES PRONOSTICS DE MARC ANDREU (CASTRES) 25ème journée de Top 14 Clermont - Castres 1 N 2 Bourgoin - Toulouse 1 N 2 Montauban - Montpellier 1 N 2 Bayonne - Brive 1 N 2 Albi - Stade Français 1 N 2 Toulon - Perpignan 1 N 2 Racing Métro - Biarritz 1 N 2 « Je pense que c’est Perpignan qui va être champion de France. Ils possèdent une grosse équipe. On les a récemment affrontés et c’est l’équipe qui m’a le plus impressionné. » 30 LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 Anoeta vous porte chance. Il va bientôt devenir votre stade fétiche, non ? C’est vrai que l’on s’y sent bien. C’est le 3ème match que l’on joue là-bas cette saison. Cela permet au club de faire des recettes supplémentaires et à nous d’avoir plus de public. Samedi encore l’engouement était énorme. Le club a tout fait pour que ce match soit une fête, l’objectif a été atteint. « Une finale contre Toulouse, ce serait compliqué » Avec le déplacement capital au Racing en championnat, dès samedi, avez-vous eu le temps de savourer cette qualification ? Pas trop. C’est clair que c’est un peu frustrant. On n’a pas eu le temps de savourer pleinement cette victoire car on a dû rapidement se projeter sur le match décisif face au Racing. Il faut qu’on gagne si - non on ne pourra plus se qualifier pour les barrages du championnat. Et ce serait une grosse déception de s’arrêter là en championnat. Etes-vous confiant pour ce match ? Je suis optimiste, mais on verra. On n’est pas dans la bonne situation puisque c’est le Racing qui détient cette 6ème place pour l’instant. En plus, on a un calendrier relativement compliqué puisqu’après le déplacement au Racing on reçoit Clermont. Sur quoi, ça va se jouer ? Sur des détails. Peut-être sur la fraîcheur. Ce sera un match où il y aura beaucoup de pression sur les deux équipes. Le Racing a eu un week-end de récupération, nous, on a axé la semaine sur la récupération pour être frais pour ce match. Sinon, le Racing est une équipe difficile à manœuvrer avec de gros joueurs comme Chabal et Nallet qui sort d’un gros tournoi. Le Racing vient de Pro D2, il réalise une super saison pour un promu et maintenant qu’ils ont l’opportunité de se qualifier pour les barrages du Top 14, ils vont se battre comme des lions. Si vous perdez ce match et que vous êtes éliminé en championnat, n’avez-vous pas peur de prendre un gros coup au moral en vu de la préparation de la demi-finale de Coupe d’Europe ? Non car même si on perd, la saison ne sera pas terminée et il faudra tout faire pour conserver la 7ème place en championnat qui pourrait être qualificative pour la Coupe d’Europe si un club français est champion d’Europe. Pour l’instant, on n’a pas la demi-finale de Coupe d’Europe en tête, on y pensera le moment venu, quand elle se rapprochera. Là, c’est place au championnat. Et on va tout faire pour continuer l’aventure en Top 14. On va à Colombes pour gagner. Il y a quelques mois lorsque le BO était neuvième du Top 14, pensiez-vous vivre une telle fin de saison ? Franchement, pas vraiment. On savait que l’on avait des joueurs de qualité pour viser plus haut. On montrait notre potentiel lors des matches de Coupe d’Europe, mais en championnat on n’y arrivait pas. Là, on se retrouve avec une fin de saison chargée, c’est bien. Cela faisait deux ans que Biarritz IH n’avait plus goûté au parfum des phases finales. Elles devaient vous manquer, non ? Bien sûr. On est toujours content quand arrive le printemps de disputer des matches à enjeux, à élimination directe. Les stades sont pleins, il y a toujours une super ambiance. Mais on ne va pas se plaindre non plus. On a quand même vécu de belles choses ces dernières années. On a été champions de France, on a disputé des finales, des demifinales, on a fait des grands matches et on est toujours dans les temps pour réaliser les objectifs fixés par les dirigeants en début de saison. Quels étaient ces objectifs ? Se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe avec le match à domicile et finir dans les six premiers du championnat. On a atteint le premier, on est toujours en course pour le second. Vous avez été blessé et vous êtes immédiatement revenu à votre meilleur niveau. Comment l’expliquez-vous ? J’ai bien bossé avec le staff médical du club. Quand je voyais les matches du BO ou de l’équipe de France j’avais des fourmis dans les jambes et ça me motivait encore plus pour revenir rapidement. J’ai eu de gros matches à Toulon et face à Perpignan pour me remettre dans le bain. Comment avez-vous suivi le Tournoi ? Je suis allé au Stade de France pour les matches face à l’Irlande et l’Angleterre. Je l’ai bien vécu même si j’aurais bien évidemment préféré être sur le terrain. C’était une déception pour moi de ne pas y être. Quand on a goûté à l’équipe de France, on veut toujours y être. Mais là, le principal pour moi, c’était de revenir à mon meilleur niveau a- près ma blessure. n
« Avec Chabal et Nallet, le Racing est une grosse équipe » LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :