Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
Le Sport Hebdo n°4 16 avr 2010
  • Prix facial : 2,50 €

  • Parution : n°4 de 16 avr 2010

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... qui va décrocher le titre de champion NBA ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ALAIN DUJON Pour votre première saison à la présidence du club, c’est une belle réussite… Oui, ça va pour l’instant (sourire). Ça se passe bien parce qu’on a fait une politique de transfert en douceur. Il n’y a pas eu de politique de terre brûlée, le pouvoir s’est passé en douceur et dans la continuité. Etes-vous surpris de voir l’équipe réussir une si bonne saison ? On a la chance d’avoir l’entraîneur le plus huppé du championnat de France, Jean Fernandez, en qui on a entièrement confiance au niveau sportif. Il nous avait demandé de continuer à garder tous nos cadres la saison dernière. On a essayé de le satisfaire, et même sans de très grandes vedettes, on a une équipe solide à chaque poste, ce qui nous amène à avoir l’une des meilleures défenses du championnat. Lorsque l’on est à la tête d’un club comme Auxerre, et que l’on se retrouve parmi les premiers rôles du championnat, est-ce que l’on cherche toujours à aller le plus haut possible ? Il est clair que l’objectif de départ n’est pas d’accrocher la Ligue des Champions. Quand je suis arrivé au club, j’avais dit qu’on essaierait de prendre une coupe. Bon, on a été éliminés lors d’un match à huis clos avec beaucoup de regrets et d’amertume. Si on peut aller plus haut, on ira. On est là pour essayer de gagner tous les matches et si on peut réussir à maintenir le cap dans cette spirale positive… Ce n’est pas pour autant que cela nous prend la tête, bien au contraire, c’est un plus. Peut-on d’ores et déjà affirmer que la saison d’Auxerre est une réussite ? Plus on va haut, plus on a envie d’y rester. Il ne faudrait pas qu’il nous arrive une série de défaites sur les derniers matches. Le cham pionnat, comme chacun sait, est un grand marathon, et il faudrait arriver à passer la ligne en bonne position, c’est le plus important. Quels sont les ingrédients de la réussite auxerroise ? C’est avant tout un collectif fort, une confiance en la personne humaine. Et puis vous savez à Auxerre, on est un petit club, on n’a pas de pression particulière… On laisse le temps au temps. Il y a une osmose générale. On a aussi un bon centre de formation. Il y a eu une petite baisse de régime pendant quelques années, mais là ça repart. Il y a de nouveaux jeunes qui arrivent. C’est votre première saison en tant que président d’un club pro. Quelles impressions de ce milieu avez-vous ? C’est vrai que c’est un monde assez différent de celui de l’entreprise. C’est vrai qu’au niveau des agents par exemple, c’est un métier complètement différent. L’aspect médiatique aussi, il y a toutes sortes de professions un peu différentes qui gravitent autour du football pro fes sionnel. Le plus important est de garder la tête froide et de travailler en toute sérénité pour faire avancer le club. Le club a été désavantagé face au PSG en Coupe de France. Est-ce difficile pour un club comme Auxerre de se faire entendre au niveau des instances ? Non, on s’est fait entendre, mais pour revenir dessus, c’était un ordre d’intérêt général (suite au décès du supporteur parisien en marge du PSG-OM le 28 février dernier, le Ministre de l’Intérieur, FOOTBALL « Auxerre a l’entraîneur le plus huppé du championnat » Arrivé à la tête de l’AJ Auxerre l’été dernier, ce chef d’entreprise a pris la relève de Jean-Claude Hamel avec succès. Propos recueillis par Cédric Ferreira 22 LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 Brice Hortefeux, a ordonné que le quart de finale de Coupe de France Auxerre-PSG se dispute à huis clos, Ndlr) c’est comme ça. On a demandé un dédommagement à la Fédération, maintenant on reste dans l’attente de la réponse. Je pense qu’entre gens de bonne volonté, tout devrait s’arranger. Maintenant, je ne pense pas que les huis clos soient la solution aux problèmes rencontrés actuellement. La saison actuelle a été marquée par de nom breuses p o l é m i que s avec la Ligue, notamment au niveau du calendrier ou de la violence dans les stades… C’est vrai qu’aujourd’hui, j’ai du mal à saisir pourquoi il y a encore des problèmes dans les stades. Dans tous les stades, tout est filmé. On sait exactement ce que fait chaque supporteur pendant le match, donc on peut se servir de la vidéo pour les repérer. Il faut que les instances aient « le mors aux dents » et prennent leurs responsabilités. Les matches à huis clos ne résolvent rien du tout. Ce sont souvent des décisions hâtives, cela n’empêchera les mêmes personnes de revenir. A votre arrivée au club, vos principaux projets étaient de rénover les infrastructures et de développer le centre de formation. Où en sont ces projets ? J’ai récemment eu une réunion avec les architectes pour lancer l’extension du centre de formation. On a aussi prévu de rénover l’ancien centre. On possédait déjà deux centres de formation, on en aura bientôt un troisième. L’objectif étant de revenir dans le top français au niveau de la « Les huis clos ne servent à rien » formation. On y était au départ, les autres clubs français sont venus prendre modèle, donc on recherche à être de nouveau au top. Les premiers coups de pioches auront lieu en fin de semestre 2010. Nous avons déjà d’excellents jeunes joueurs, et cela permettra d’améliorer leur quotidien. La formation est primordiale pour le club… Pour nous, c’est notre seule voie de réussite et de maintien dans l’élite française. Si on n’a pas nos jeunes qui sortent, on ne va jamais y arriver. On est le seul club de Bourgogne en Ligue 1, aux alentours il n’y a pas grand-chose. On a des ressources au niveau des sponsors qui ne sont pas non plus très importantes. Et concernant le stade ? On est en train de regarder pour le rénover. Je reconnais que notre stade est un peu vétuste, mais il vaut mieux avoir un stade comme cela et être toujours en Ligue 1 que l’inverse. DANS LES VESTIAIRES Jean Fernandez bluffe-t-il ? Les bons résultats du club attirent forcément les regards. De nombreux joueurs de l’équipe vont probablement être sollicités. Avezvous anticipé cette si tua tion ? On discute tous les jours avec Jean Fernandez et ce thème a déjà été abordé. Ce sont des discussions ouvertes. Au mieux, on aimerait garder nos joueurs. C’est important de penser à la cohésion de l’équipe. C’est bien de pouvoir laisser partir des joueurs, mais si c’est pour attendre tout un début de saison que la cohésion se fasse, c’est tout de même moins alléchant que de garder son effectif. Jelen et Pedretti sont les joueurs les plus convoités… …(Il coupe.) Ce sont deux très grands professionnels et je les en remercie. Ils font du bon travail. Pour le moment, ils sont encore sous contrat. On avisera au moment venu. Pour l’instant, il s’agit de finir le championnat au mieux. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Je préfère la stabilité, mais après s’il y a un mouvement ou quoi que ce soit, on regardera. A un moment donné, il y a aussi l’équilibre des comptes qui entre en jeu. n L’entraîneur auxerrois, Jean Fernandez, reconnaît que son équipe n’a pas les moyens de lutter pour le titre de champion de France. Les Auxerrois doivent encore rencontrer l’OM et pour lui, ce sont bien les grands favoris pour la victoire finale : « Il n’y a pas d’espoir ! Nous ne sommes pas un poursuivant. On réalise quelque chose d’exceptionnel, mais il y a une réalité économique qui fait que nous ne pouvons pas lutter », a-t-il confié chez l’un de nos confrères. Le principal concurrent des Auxerrois est Montpellier selon lui désormais. L’objectif étant d’accrocher une place européenne, au moins en Europa League.
« Nous allons construire un troisième centre de formation » LE SPORT HEBDO N°4 - DU 16 AU 22 AVRIL 2010 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :