Le Sport Formule 1 n°3 jui/aoû/sep 2015
Le Sport Formule 1 n°3 jui/aoû/sep 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°3 de jui/aoû/sep 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 65,8 Mo

  • Dans ce numéro : Hamilton au défi, le pilote Mercedes joue gros au Grand Prix Automobile d'Espagne 2015.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
Bretagne, où José Froilán González offre à la marque au cheval cabré sa toute première victoire en championnat du monde, mettant fin du même coup à près de 5 années d'invincibilité des Alfetta 158 et 159. N'oubliant pas ce que Ferrari doit à Alfa Romeo, Enzo Ferrari aura ces mots restés fameux pour commenter la victoire des siens et la défaite d'Alfa : « c'est comme si j'avais tué ma mère ». En offrant deux nouvelles victoires à Ferrari, Ascari se place en position de force pour conquérir le titre mondial, mais lors de l'ultime manche de la saison en Espagne, un mauvais choix de pneus de la part des hommes de la Scuderia permet à Fangio et Alfa de remporter le championnat. 1952-1953 : domination absolue Fin 1951, le retrait d'Alfa Romeo laisse Ferrari sans adversaire à sa hauteur, et le passage à la réglementation Formule 2 initiée par la Commission Sportive Internationale dans le but de rendre le championnat du monde plus accessible n'y change rien. Avec six victoires consécutives, Alberto Ascari et sa Ferrari 500 survolent le championnat et remportent le titre mondial. C'est également le premier titre mondial de Ferrari (titre « pilote » seulement puisque le championnat des constructeurs de Formule 1 ne sera créé qu'en 1958). Quant au seul Grand Prix (hormis Indianapolis) qui ait échappé à Ascari (l'épreuve d'ouverture en Suisse), il a été remporté par Piero Taruffi, l'un de ses équipiers. Le championnat 1953 débute sur les mêmes bases pour Ferrari avec un Ascari qui vole de succès en succès mais, progressivement, la domination de la Scuderia est menacée par la Maserati du revenant Fangio (lequel avait été absent la saison précédente pour cause de blessure). À Reims, il faut toute l'audace de la 86 Tipo 815 Ferrari 500 jeune recrue britannique Mike Hawthorn pour conserver l'invincibilité du cheval cabré et venir à bout de Fangio, en difficulté en fin de course avec la sélection de sa première vitesse. Mais à Monza, en fin de saison, Fangio réussit enfin à faire chuter Ferrari, qui ne parvient donc pas à rééditer sa domination de la saison précédente. Cette défaite est néanmoins sans conséquence pour Ascari, assuré de longue date de remporter son deuxième titre mondial consécutif. lt après leur catastrophique fin de saison. 1954-1955 : dans l'ombre de l'étoile Après deux saisons disputées sous la règlementation Formule 2, la « vraie » Formule 1 reprend ses droits en 1954. Pour tenter de poursuivre sa domination malgré le départ chez Lancia de son pilote emblématique Alberto Ascari, Ferrari se permet le luxe de concevoir deux nouvelles voitures : la 625 et la 554, dite « Squalo ». Pourtant, ni l'une ni l'autre ne se montreront à la hauteur de la concurrence, incarnée en 1954 par Maserati, puis surtout à partir du GP de France, par Mercedes. La deuxième place au général de Gonzalez (vainqueur d'une course du championnat, tout comme Hawthorn) n'est qu'une maigre consolation pour Ferrari. La situation empire en 1955. Non seulement les Ferrari sont impuissantes face aux Mercedes (la firme à l'étoile a été renforcée par le jeune espoir britannique Stirling Moss, qui forme avec Fangio un Dino 246 F1 duo quasiment imbattable), mais elles peinent également à suivre le rythme des brillantes Lancia D50 d'Ascari et Castellotti et des Maserati 250F de Behra et Musso. 1956-1958 : titres amers Quelques mois seulement après avoir été annoncée moribonde, la Scuderia aborde le championnat en position de grande favorite. Pourtant, la combinaison du meilleur pilote du monde dans la meilleure écurie du plateau n'aboutira pas à la domination escomptée. Auteur d'une première partie de championnat parfois brouillonne (notamment à Monaco) et surtout très malchanceux, Fangio sera loin d'être irrésistible. Mais malgré les coups d'éclat de Moss sur Maserati, la lutte pour le titre reste interne à la Scuderia et oppose Fangio à son jeune coéquipier Peter Collins, lequel ira même jusqu'à renoncer volontairement à ses ultimes chances d'être sacré, en offrant spontanément sa voiture à Fangio (victime d'une nouvelle casse mécanique) au cours de l'ultime manche du championnat à Monza. Avec le départ de son champion Fangio (qui ne s'est pas du tout entendu avec Enzo Ferrari, lui reprochant même de favoriser les jeunes pilotes de l'équipe), justement en direction de Maserati, la conservation du titre s'annonce bien difficile. Ce pronostic se vérifiera tout au long de la saison : malgré leurs efforts, les jeunes pilotes Ferrari (dont les deux
grands amis Collins et Hawthorn) sont impuissants face à un Fangio de nouveau au sommet de son art. L'impuissance de Ferrari atteint son comble lors du GP d'Allemagne au Nürburgring, où forts d'une avance de plus de 35 secondes, Collins et Hawthorn se font mystifier par un Fangio implacable. gamme F1 Dino. 1959-1964 : révolutions Au-delà du duel Hawthorn-Moss, la saison 1958 a été marquée par l'émergence d'une solution technique amenée à révolutionner la Formule 1 : le positionnement à l'arrière des moteurs. Mais Enzo Ferrari regarde cette évolution avec un certain dédain et livre sur le sujet une formule lapidaire dont il a le secret : « ce n'est pas le chariot qui tire le bœuf ». Pour 1959, sa principale préoccupation est de reconstituer son équipe de pilote, décimée au cours de la saison 1958. Ainsi, il engage Phil Hill (l'un des leaders de Ferrari en Endurance, et d'une aide précieuse pour Hawthorn en fin de saison), le fougueux Français Jean Behra, et surtout le Britannique Peter Brooks, souvent à son avantage les saisons précédentes chez Vanwall. Le trio ainsi constitué a belle allure, mais les Ferrari sont inexorablement dominées par les Cooper-Climax à moteur arrière. Ferrari ne doit qu'au talent de Brooks et à la physionomie particulière des tracés de Reims et de l'AVUS de signer deux victoires et de terminer à une flatteuse deuxième place au championnat du monde, loin de Jack Brabham. Ferrari persistant dans la voie du moteur avant, la saison 1960 est encore plus douloureuse. La seule victoire de la saison, décrochée à Monza par Phil Hill (seule pilote à temps plein de l'équipe) tient d'ailleurs plus de l'anecdote Phil Hill Après avoir manqué la révolution du moteur arrière en 1959, Ferrari est confronté en 1963 à son retard au niveau du châssis, un domaine dans lequel le monocoque (ou le semi monocoque) remplace les classiques châssis tubulaires. Ce n'est qu'en fin d'année (avec l'apparition de la Ferrari 156 « Aero ») que la Scuderia se met au gout du jour. Les effets se font sentir immédiatement puisque l'ancien pilote motocycliste John Surtees s'impose au Nürburgring, mettant fin à deux années d'insuccès pour les Rouges. Le retour en forme de la Scuderia se confirme en 1964, où Surtees parvient à s'immiscer dans la lutte pour le titre opposant Graham Hill à Jim Clark. En fin d'année, au volant d'une voiture arborant les couleurs bleues et blanches du NART (consépuisque les écuries britanniques avaient décidé de boycotter l'épreuve, en réaction à la volonté de l'organisateur de faire disputer la course sur la version longue du circuit (comprenant l'anneau de vitesse) pour favoriser Ferrari. Tout le reste de la saison n'aura été qu'un long calvaire pour la Scuderia Ferrari qui, consciente de son retard, s'est tout de même décidée en cours de saison à développer une F1 à moteur arrière, pilotée par Richie Ginther. Ferrari, qui s'est enfin rallié au principe du moteur arrière, a parfaitement préparé ce tournant réglementaire (dès la fin de la saison précédente, le pilote allemand Wolfgang von Trips, pilotait la nouvelle Ferrari 1,5 l à moteur arrière), tandis que les Britanniques, faisant preuve d'un certain manque de pragmatisme, ont passé Ayrton tout Senna leur 1988 hiver Canada à essayer en vain de convaincre le législateur d'abandonner son projet de réforme. Sur la piste, les résultats sont sans appel, et malgré la résistance héroïque de Stirling Moss sur sa Lotus privée du Walker Racing, le championnat se réduit rapidement à un duel entre les deux principaux 158 F1 1964 pilotes Ferrari que sont Phil Hill et Wolfgang Von Trips. C'est hélas de la pire des façons que les deux hommes sont départagés, Von Trips étant victime à Monza d'un accident mortel qui offre le titre à Hill. 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 1Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 2-3Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 4-5Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 6-7Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 8-9Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 10-11Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 12-13Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 14-15Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 16-17Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 18-19Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 20-21Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 22-23Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 24-25Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 26-27Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 28-29Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 30-31Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 32-33Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 34-35Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 36-37Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 38-39Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 40-41Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 42-43Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 44-45Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 46-47Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 48-49Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 50-51Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 52-53Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 54-55Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 56-57Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 58-59Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 60-61Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 62-63Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 64-65Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 66-67Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 68-69Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 70-71Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 72-73Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 74-75Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 76-77Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 78-79Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 80-81Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 82-83Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 84-85Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 86-87Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 88-89Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 90-91Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 92-93Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 94-95Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 96-97Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 98-99Le Sport Formule 1 numéro 3 jui/aoû/sep 2015 Page 100