Le Petit Gourmet n°73 mars 2018
Le Petit Gourmet n°73 mars 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de mars 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Petit Gourmet

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : pour les beaux oeufs de Léa.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
tour de main Des destins qui se dessinent au gré de l’intuition, des rêves un peu fous qu’on enfouit dans un coin de la tête par peur, par besoin d’écouter les autres, nous en avons tous… Benoît Gasparin a réussi à renouer avec ce désir de réaliser sa destinée. L’homme de 28 ans a tracé sa voie, avec ses propres idées et son envie de poser ses mains sur le bois pour lui donner une seconde vie. L’artisan d’art, ancien militaire et agent de sécurité, fait partie de ces autodidactes que les obstacles n’arrêtent pas. Installé à Marchastel, au cœur des montagnes du Cantal près de Riom-ès-Montagnes, il crée des planches à découper uniques sous le nom de Cœur d’if. Et bien d’autres choses… « À 14 ans, je voulais être ébéniste, mais on m’a poussé à faire d’autres études. Quand je me suis remis en question il y a quatre ans, j’ai voulu travailler le bois. Retrouver ça. J’ai contacté des professionnels qui m’ont tous ri au nez quand je racontais mon parcours. J’étais trop vieux pour être compagnon et ils voulaient quelqu’un qui soit déjà formé. J’ai compris qu’il fallait que je me débrouille tout seul ». Ainsi, sur son balcon à Angers, il stocke des pièces de bois et travaille ses premières pièces la nuit, durant ses veillées de garde, avec une simple gouge ou un couteau. « Mais ce qui m’intéressait, c’était le tour à bois… ». Changement de cap, changement de vie. Avec sa femme, ses deux filles, ses outils et ses rêves, il part habiter dans le Cantal, là où naîtra véritablement son art. « C’est ici que j’ai fait tourner mon premier tour à bois. Et ça a été comme un déclic. J’ai tout de suite senti quelque chose », sourit-il, ému. Un bougeoir, puis quelques objets, des bijoux qu’il expose durant les fêtes du village. Il finit par sortir des pièces plus utilitaires — toutes fabriquées avec des essences locales — comme des bols, des assiettes, des cuillères, des plats. Et des planches à découper, qui vont s’imposer comme une signature. Taillée à la main, nourrie à l’huile de lin Sa toute première planche trône encore dans la cuisine, faite à partir d’une ancienne armoire en chêne datée de 1808. Et déjà, on observe le style de Benoît Gasparin  : ses formes, ses courbes, en douceur, en harmonie avec le grain du bois. « Je dessine d’abord sur le bois puis j’attaque à la 28 gouge. C’est une journée de travail ». Poncée à la main, trois fois, avec un papier abrasif de plus en plus fin, la planche est ensuite enduite d’huile de lin qui vient nourrir le bois en profondeur, et va sécher durant au moins 15 jours. Ses planches à découper vont taper dans l’œil d’un chef clermontois un jour de marché à Chaudes-Aigues (15). Didier Lantuéjoul, chef du Buronnier à Clermont-Ferrand, qui propose notamment des viandes maturées de la boucherie Gauthier, se laisse charmer par ce savoir-faire artisanal. « Je ne pensais vraiment pas pouvoir plaire aux chefs ! Ce jour-là, il m’a posé plein de questions sur mon travail sans me dire qui il était. Et puis il est revenu vers moi et m’a demandé de travailler sur une forme particulière pour servir sa viande dans son restaurant », se souvient Benoît Gasparin. Pendant une semaine, il planche sur ce nouveau projet. Cette nouvelle collaboration va lui permettre d’améliorer son produit, de le rendre plus technique et adapté aux besoins des cuisiniers et des serveurs. Comme le fait d’incorporer une partie creuse sous la planche pour pouvoir porter facilement la pièce ou encore l’insertion d’une poignée située à droite pour pouvoir « desservir » plus facilement. Sans oublier la petite rigole que l’on appelle « saignée » afin de laisser le jus s’écouler. Depuis, plusieurs autres chefs ont aussi repéré le talent de Benoît Gasparin, le sollicitant pour réaliser planches, sucriers et même plateaux de fromages. « Rien n’est impossible. Si je suis là aujourd’hui à faire ça, c’est bien la preuve que c’est vrai », aime dire l’artisan. Un rêve nourri de volonté et de patience, de passion, aussi, qui lui permet de laisser sa créativité s’exprimer pleinement au gré de ses productions. « C’est une intuition qui est difficile à exprimer. Si on ne la suit pas, ça peut rendre fou ! » Une démarche artistique qui reste gravée dans le bois. → Mathilde Jarlier Sur Facebook  : www.facebook.com/Cœur-dIf
rilOBART4 uolicuisnes 4*11 1.4- 1 Vente [RAMONAI.. Installation Dépannage Entretien matériels Secteur 03-63 Eund CHEF Oct 70 (t5 25 02 contacteallierfroidclim.fr Lepetitgourmet73→ mars2018 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 1Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 2-3Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 4-5Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 6-7Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 8-9Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 10-11Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 12-13Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 14-15Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 16-17Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 18-19Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 20-21Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 22-23Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 24-25Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 26-27Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 28-29Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 30-31Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 32-33Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 34-35Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 36-37Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 38-39Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 40-41Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 42-43Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 44-45Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 46-47Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 48-49Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 50-51Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 52-53Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 54-55Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 56-57Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 58-59Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 60-61Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 62-63Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 64-65Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 66-67Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 68-69Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 70-71Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 72-73Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 74-75Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 76-77Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 78-79Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 80-81Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 82-83Le Petit Gourmet numéro 73 mars 2018 Page 84