Le Parisien Étudiant n°5 mai 2016
Le Parisien Étudiant n°5 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mai 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 375) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : le palmarès des écoles de commerce.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
D Audencia Nantes MAI 2016 ÉTUDIANT CAMPUS Plusieurs business schools situées en région s’implantent aussi à Paris : Audencia Business School et EMLYON Business School, tandis que l’EM Normandie ouvre 100 places aux étudiants dans ses locaux parisiens. Télécom École de Management inaugure un bâtiment dédié à l’innovation, et l’ESC Grenoble dispose désormais d’un campus au cœur du technopôle GIANT, dans la capitale de l’Isère. L’ESSCA École de Management, pour sa part, propose le programme grande école sur trois nouveaux sites : Bordeaux, Lyon et Aixen-Provence. L’international n’est pas en reste avec Toulouse Business School, qui disposera en septembre d’un campus à Londres. INTERNATIONAL Les étudiants de l’IDRAC Business School peuvent désormais suivre les trois dernières années entièrement en anglais. De nombreuses écoles ouvrent twipe_ftp NOUVEAUTÉS des parcours sur leurs campus ou chez leurs partenaires académiques : ESCP Europe permet de changer chaque semestre d’implantation européenne (l’école en a six) pendant les deux années de master, et le Global talent programme de l’ESC La Rochelle prévoit deux semestres d’expatriation au sein des campus associés (IONACollege de New York et université de Beihang à Pékin). L’Asie a le vent en poupe, avec le parcours corporate finance de ESSEC Business School, dispensé sur son campus de Singapour, ou l’ouverture d’une spécialisation de dernière année sur le campus ICN Business School de Chengdu, en Chine. Un semestre d’études chez un partenaire international suivi d’un stage est au programme d’une nouvelle spécialisation de l’ICD International Business School, centrée sur les pays émergents. PÉDAGOGIE Misant sur le développement de compétences professionnelles, l’EDC ! "#$%&' ( ! "#$%%$&') ! *+,-+,. -/0120344567%89: ; 3< ; =3> ; 1 ? =) "+/%(0("12%-#'&% ! "#$%%$&'/&%J6/DH/ ! +) ! *,.+,@ " ; 850) ! "+,-#."&.+-+ ! "#$%%$&') ! *,@+,A+,B &C/D&EF%%$&"FG%*&'E$D#H%.I=89: ; 3< ; =3> ; 1 ? =#) ! e ospvvIL 1001-13S SS3NIS119 Une rentrée 2016 sous le signe de l’innovation Dans un univers très concurrentiel, les écoles doivent se démarquer et avoir toujours une longueur d’avance. Ouverture de campus, création de programmes spécialisés ou de doubles diplômes, évolutions pédagogiques, immersion internationale : voici ce qui attend les étudiants. Paris Business School s’ouvre aujourd’hui à l’apprentissage. De nombreuses écoles privilégient le numérique, soit dans les cours (initiation au data management en première année de master chez NOVANCIA Business School Paris), soit dans les Plusieurs business schools situées en province s’implantent aujourd’hui à Paris méthodes (lancement d’une plateforme en e-learning sur la responsabilité sociétale des organisations à l’EM Strasbourg Business School, parcours numériques d’auto-apprentissage pour les cours de spécialisation à l’IPAG Business School). Une autre tendance concerne l’ouverture d’esprit des étudiants, avec le développement du management de l’innovation par la créativité à Rennes ; =:830 ; =O:14 School of Business, la montée en puissance de la pensée critique dans les enseignements de Montpellier Business School, des cursus centrés sur la géopolitique ou l’innovation proposés par les partenaires académiques de NEOMABusiness School, ou encore le séminaire Re-invent 2035, qui permettra aux étudiants d’HEC Paris de s’exercer à la prospective. Pour sa part, l’ISC Paris propose aux étudiants de première année la création d’un business game dédié aux fondamentaux des sciences de gestion. FORMATIONS Si le cursus des écoles de commerce reste généraliste, l’essor des spécialisations de dernière année confirme les besoins d’expertises des entreprises. Plusieurs écoles proposent de nouveaux parcours, comme l’ESC Troyes, l’ESCE et KEDGE Business School. L’ESC Clermont ouvre cinq nouvelles spécialisations : marketing digital, achats et supply chain, businessintelligence, management des établissements de la santé, et business development. Sans surprise, la transformation digitale dans la plupart des secteurs d’activité se décline dans les programmes. L’EDHEC Business School crée deux nouvelles options en big data, l’un sur les métiers de la banque et du financement, l’autre sur des applications » > 3 QUESTIONS À... DR GRESHAM : priorité aux nouveaux talents Les équipes GRESHAM, anciennement Legal & General (France), viennent de rejoindre le groupe APICIL. Le début d’une nouvelle histoire pour cette entreprise spécialisée dans le conseil patrimonial et l’assurance collective, qui offre des opportunités d’insertion professionnelle aux Isabelle Maudet jeunes diplômés. DRH de GRESHAM Quels sont les enjeux de recrutement de GRESHAM ? La nouvelle dénomination sociale de l’entreprise est liée au changement d’actionnaire. Elle conserve les mêmes équipes, le même business model et poursuit son développement. Depuis quatre ans, nous connaissons une forte croissance. 2015 a été marquée par une augmentation de nos activités patrimoniales trois fois supérieure au marché national. Actuellement, GRESHAM compte 250 collaborateurs. En 2016 nous recherchons une cinquantaine de personnes supplémentaires, débutantes et expérimentées, pour renforcer nos équipes commerciales et techniques (gestion, actuariat, etc.). Cherchez-vous des profils en particulier ? Nous privilégions la diversité des parcours professionnels et des cursus d’études. Nous pensons qu’elle est une source de créativité. Sur les fonctions de conseiller patrimonial, l’important pour nous est de trouver des tempéraments commerciaux attirés par le challenge et l’agilité d’une entreprise de taille humaine. Des formations ciblées, dispensées en interne avec le concours de collaborateurs expérimentés, sont suivies par nos nouvelles recrues. Quels sont les points forts de la politique RH de GRESHAM ? Notre politique RH est alignée sur nos valeurs, l’audace, la confiance, la transparence, l’éthique, et sur une expertise reconnue. Les stages et l’alternance occupent une place importante dans notre politique de recrutement. Nous misons sur le tutorat pour la transmission de notre savoir-faire et de notre savoir-être, avec notamment un parcours spécifique pouvant aller jusqu’à deux ans pour les profils ne venant pas du milieu financier. Une logique de sur-mesure est appliquée à nos clients ; de la même façon, les actions RH sont adaptées à chaque collaborateur. PROPOS RECUEILLIS PAR G.M.
 » > dans les marchés financiers, tandis que l’EM Normandie ouvre une spécialisation startup et développement numérique à Caen. DOUBLES DIPLÔMES Les étudiants de deuxième année de master à Paris School of Business peuvent désormais obtenir le master information, innovation et décision de l’université de Marne-la-Vallée. L’ESCE, pour sa part, crée deux doubles diplômes avec l’école d’ingénieurs ECE Paris et avec HEIP, l’école des hautes études internationales et politiques. D’autres partenariats permettent de déboucher sur un double diplôme manager-architecte (Audencia Business School et l’Ensa de Nantes), manager-ingénieur (EBS Paris et ECE Paris, Toulouse Business School et l’INSA de Toulouse) ou encore en droit et management (IÉSEG School of Management et la faculté de droit de l’université catholique de Lille). L’international offre également des opportunités dedoublediplôme, comme l’ISTEC qui permet à ses étudiants d’obtenir le bachelor of science in business administration (bac+4) de la California International twipe_ftp Groupe Sup de Co La Rochelle L’essor des spécialisations confirme les besoins d’expertises des entreprises A POCHPLLE BUSI ESS SCHOOL LE MEILLEUR EST À VENIR PROGRAMME GRANDE ÉCOLE Business University ou de l’université de Niels Brock à Copenhague. ENTREPRENEURIAT Pour répondre à l’appétence croissante des étudiants pour la création d’entreprise (voir pages L-M), les écoles multiplient les initiatives : nouvelles options en entrepreneuriat à Londres et à Berlin (ESCPEurope), parcours de spécialisation dispensé sur le campus de Singapour de l’ES- SEC Business School, ou encore cours d’entrepreneuriat en deuxième année etbootcamp pour valider l’entrée des projets dans un incubateur chez SKEMA Business School. De plus en plus d’écoles disposent en effet d’incubateurs – des locaux dédiés aux étudiants et diplômés qui s’engagent dans une création d’entreprise, avec un accompagnement ciblé. Le StartupLab d’Audencia Business School s’ouvre aujourd’hui à l’ensemble des étudiants, tandis qu’EMLYON Business School inaugure un incubateur sur son campus lyonnais. D’autres écoles proposent désormais des structures équivalentes, comme l’ESC Dijon et l’ESC Pau. G.M. OUVERTURE ET INTERNATIONAL L'ENTREPRISE IN VIVO PARCOURS INDIVIDUALISÉS* - 9 à 18 mois d'expatriation - 9 à 24 mois en entreprise - Double diplôme MBA - Mission kurnacité - 70 nationalités sur le campus - Apprentissage 12 ou 18 mois - Triple spécialisation Business School www.esc-larochelle,fr EFMD EPAS. DR POINT DE VUE Florence Legros, directrice générale d’ICN Business School, a été rectrice de l’académie de Dijon et chancelière de l’université de Bourgogne. Voici son regard d’ancien haut fonctionnaire sur nos business schools. une école NOUVEAUTÉS « Une grande liberté dans les écoles de commerce » Comme ancienne rectrice, quel regard portez-vous sur les grandes écoles de commerce ? Après mes fonctions, en 2011, j’ai travaillé dans le privé pendant une année avant de retourner enseigner à l’université Paris-Dauphine. Rapidement, l’univers des grandes écoles de commerce m’a intéressée : il est possible d’innover et l’on dispose d’une grande liberté. Une liberté assez unique dans notre système d’enseignement supérieur. L’université peut-elle s’inspirer des grandes écoles ? Sur le plan de la gouvernance, c’est certain. Les écoles sont beaucoup plus efficaces. On y élit les directeurs généraux sur la base d’un programme tandis que les présidents d’université sont élus par des coalitions hétéroclites qui conduisent souvent à éloigner le meilleur candidat. En matière de sélection, de relations entreprises ou de professionnalisation, il y a sans doute des choses à partager. - Cursus 100% anglophone possible - 21 spécialisations CCI LA ROCFIELLE *tutorat, mentorat tout au long du cursus ÉTUDIANT E Quels sont vos projets pour ICN Business School ? Nous allons renforcer l’équipe enseignante et poursuivre le développement de l’innovation. Notre modèle précurseur avec Artem* sera encore plus fort quand les trois écoles seront réunies sur le même campus en 2017. Il y a encore très peu de femmes à la tête des business schools françaises. Pourquoi selon vous ? Il faudrait que nous soyons plus nombreuses. J’ai constaté que les femmes ne sont pas les premiers choix quand il s’agit de recruter un directeur général. Et pourtant, lorsque des experts internationaux ont audité notre école, ils ont particulièrement apprécié que notre comité exécutif soit composé à 50% de femmes et a même mis en avant ce fait pour reconnaître la qualité de notre gestion. PROPOS RECUEILLIS PAR G.A. *ARTEM : alliance de trois grandes écoles nancéiennes : École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, Mines Nancy et ICN Business School. MAI 2016



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :