Le Parisien Étudiant n°5 mai 2016
Le Parisien Étudiant n°5 mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mai 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (278 x 375) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : le palmarès des écoles de commerce.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
J MAI 2016 ÉTUDIANT Grenoble École de management/Agence Prisme/Pierre Jayet twipe_ftp PÉDAGOGIE Bousculez lesévidences -E- EFMD Quis iFicem Futurleader ou leader du futur ? Écoutez vosémotions Leadership ? #Humanship ! Le leadership est en chacun de nous. C’est un potentiel qui ne demande qu’à être développé. NEOMA Business School vous apprend àrévéler vos propres compétences en matière deleadership. Osez les points de vue différents etréinventez les modèles établis. Prenez en compte vos émotions et cultivez l’empathie. Restez connecté et mobilisez les talents, avec laperformance collective enligne de mire. Head. Heart. Hands. Stay human, become agreat leader, boost your humanship ! NEOMA Apprendre grâce à l’expérience de terrain Entre les cours théoriques et leur mise en pratique lors des stages,il existe aujourd’hui un trait d’union permettant aux étudiants de monter en compétences : des enseignements qui apportent aux jeunes des réflexes professionnels. Pour la prochaine rentrée, l’IDRAC Business School propose une quatrième année totalement repensée. « Elle est découpée en quatre trimestresquicorrespondent au cycle de vie d’une entreprise : le lancement, la croissance, la Restez connecté Rejoignez-nous sur neoma-bs.fr BUSINESS SCHOOL REIMS ROUEN PARIS maturité et la revitalisation », explique Stephan Galy, directeur des programmes. L’objectif est de contribuer au développement de compétences essentielles, comme la prise de recul, la capacité d’analyse dans un environnement contraint et la décision. » Tête.Cœur. Mains. Restez humain, devenez un leader,boostezvotre « humanship » ! Les cours sont organisés en modules de 20 heures, déclinant le rôle de chaque fonction clé dans les quatre phases du cycle de vie. Par exemple, les enseignements en ressources humaines privilégieront la marque employeur et le recrutement en phase de création, puis le droit social en période de revitalisation. Priorité au développement du savoir-être Cette innovation illustre une tendance en plein essor dans les écoles de commerce : proposer des dispositifs qui favorisent le savoir-être – auquel les entreprises accordent une place très importante– ou qui mettent les étudiants dans une posture professionnelle. Toulouse Business School va ainsi proposer » > FOCUS Les écoles font leur révolution digitale Appartenant à la génération zapping et technophile, les étudiants des grandes écoles sont en attente d’outils numériques, à la fois dans les enseignements et dans les évaluations. De nombreux établissements développent aujourd’hui une vraie stratégie digitale, à l’image de Paris School of Business. « Les jeunes sont friands de nouvelles technologies qui peuvent renforcer l’interactivité avec les enseignants, indique Rony Germon, professeur associé. On peut par exemple leur proposer des mini-quiz ou des challenges directement sur leur smartphone pendant le cours, pour s’assurer de leur compréhension. » Autre exemple, les enseignants sont mis à contribution sur la chaîneYou- Tube de l’école pour sensibiliser les jeunes àleursprojetsderecherche. La démarche participative est également privilégiée du côté des étudiants. « Avant, le niveau d’assimilation des cours était évalué par des exposés, illustre Rony Germon. Aujourd’hui, nous pouvons leur proposer de réaliser une vidéo sous forme de chronique journalistique, de type « minute de l’économie ». » La digitalisation de la pédagogie est-elle de nature à améliorer les apprentissages ? « Depuisdeuxans,moncoursdemanagement est proposé sous forme de classe inversée : le contenu, proposé sur la plateforme e-learning, est étudié en amont, je peux donc privilégier avec les élèves les implications concrètes et les études de cas. Au niveau de la notation, les étudiants font aussi bien, voire mieux qu’avant. »
 : » > aux première année les ateliers « think & create ». « Ilsdevrontgérer, en groupe, le projet tout au long de l’année puis en tirer un résultat qui sera concrétisé sous des formes variées – un produit ou un blog par exemple », explique IsabelleAssassi, directrice du programme grande école. Plusieurs thèmes sont proposés, comme l’atelier critique, qui vise à développer une pensée critique avec l’aide d’un docteur en philosophie ; le leadership et le commandement, par une expérience de terrain (avec des parachutistes) encadrée par un général ; ou encore l’avenir de la science, concrétisé par un blog présentant les prochaines avancées et leur impact sur la société. « Lescours en début d’année leur apporteront les bases, puis une demi-journée par semaine sera dédiée à ce travail collaboratif », indique Isabelle Assassi. Répondre aux problématiques d’entreprises La pédagogie peut également s’appuyer sur la proximité des écoles L’international s’invite dans la pédagogie Endeuxièmeannée,lesétudiants de l’ESCE sont plongés danslebaindel’entreprise grâce aux missions internationales qui leur sont confiées. Réunis en petits groupes, ils doivent adopter la posture de consultant pour apporter, en six mois, des réponses concrètes aux entreprises. Par trois, ils expérimentent ainsi le management de projet avec le soutien d’un tuteur, qui les aide à structurer la démarche. « L’expérience a tendance à les déstabiliser, mais l’enthousiasme prend rapidement le dessus, explique Caroline Bianchi, responsable du département affaires internationales. Ils découvrent le lien entre les cours et la réalité des twipe_ftp ALTERNANCE Un pied à l’école, l’autre dans l’entreprise Longtemps marginal, l’apprentissage occupe une place grandissante dans de nombreuses business schools. Ainsi en 2015, 214 étudiants de l’ESC Dijon sont inscrits en alternance, contre 149 l’année précédente. Rennes School of Business compte parmi ses élèves de M2 15% d’alternants et ouvre à la prochaine rentrée un parcours en apprentissage sur un an ou deux ans. À l’ESC Pau, le cursus apprentissage concerne 50% des étudiants en master. « L’école est dans l’entreprise, comme l’entreprise est dans l’école, estime le directeur, Sébastien Chantelot. Nous avons une forte proximité avec les entreprises, de la TPE au groupe international, et chaque année notre réseau s’enrichit. Grâce à nos 800 partenaires, les étudiants peuvent facilement trouver un contrat d’apprentissage. » L’intérêt pour l’étudiant est double : les frais de scolarité sont pris en charge par l’entreprise d’accueil, et il peut développer une expérience professionnelle appréciée des recruteurs. Le contrat d’apprentissage débouche d’ailleurs souvent sur une offre d’emploi. « Plus d’un étudiant sur deux l’accepte », indique Sébastien Chantelot, en rappelant que chaque apprenti suit également une spécialisation métier en lien avec la fonction occupée dans l’entreprise. Une façon d’optimiser son expérience et d’en tirer pleinement parti. L’approche « learning by doing », qui vise à apprendre en faisant, est privilégiée par les écoles avec le monde professionnel. C’est le cas des mises en situation proposées par les entreprises elles-mêmes. Cette année, une quarantaine d’étudiants du programme grande école de NEOMA Business School ont été mobilisés durant trois semaines par le groupe Bosch Allemagne. Ils devaient répondre à des problématiques stratégiques et techniques, à l’image de consultants qui apportent des préconisations. D’autres étudiants ont été sollicités pourrépondreà un enjeu de l’Opéra de Rouen : comment améliorer la communication sur les concerts ? Pour Céline Davesne, directrice générale adjointe en charge de programmes, « onesticiaucœurde l’approche « learning by doing », le fait d’apprendre par la pratique. Ces dispositifs, en lien avec les spécialisations de dernière année, permettent d’associer savoir-faire et savoir-être, compétences métiers et compétences comportementales. » Àl’imagedece qui attend ces futurs diplômés dans le monde de l’entreprise. G.M. métiers, et cette expérience leur est également utile pour trouver leur stage de troisième année. » 200missionschaqueannée Ce sont environ 200 missions qui sont réalisées par chaque promotion, sur des thématiques variées. « Initialement, les problématiques concernaient l’export, par exemple une étude de marché sur un pays, indique Caroline Bianchi. Aujourd’hui le spectre est beaucoup plus large, portant par exemple sur la supply chain avec la recherche d’usines à l’étranger, ou encore sur des projets d’installation de sociétés étrangères en France. » G.M. MEMBRE DE LA CONFÉRENCEDES GRANDESÉCOLES ET DU CHAPITREDES ÉCOLES DE MANAGEMENT ESCE International in any Language* Faire Le choix de L'ESCE, c'est : Devenir Global Manager en 5 ans. 61.1.12 Etudier à l'étranger dans l'une des 170 universités partenaires S'orienter vers un cursus de double diplôme PÉDAGOGIE FORMATIONS, SOIRÉES, OFFRES DE STAGES... TOUTE L’ACTU ÉTUDIANTE SUR WWW.LEPARISIEN.FR/ETUDIANT CULTURE SAN FRANCISCO www.esce.fr/esce@esce.fr, ni : edunitsal Diplôme visé Bac+5 Grade de Master n'AS É Se professionnatiser pendant 15 mois de stages. en France ou à l'étranger ererreueme Acquérir une double compétence en Affaires Internationales et dans l'une des 8 spécialisations proposées ESCE Paris 10 rue Sextius Michel 75015 Paris ESCE Lyon Université Jean Moulin Lyon 3 6, cours Albert Thomas Tél. 01 81 51 16 15 I 60008 Lyon - Tél. 04 78 75 74 13 ÉTUDIANT DIPLÔME VISÉ BAC+5 GRADE MASTER PARIS MARKETING MASTER IN MANAGEMENT GRANDE ÉCOLE FINANCE INNOVATION BORDEAUX LONDON INTERNATIONAL LYON K inseec-bs.com ÉTABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR PRIVÉ RECONNU PAR L’ÉTAT 16356-05/16 Crédits photos : Dominique Le Lann'ESCE +oternational dans toutes les largues MAI 2016



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :