Le Parisien Étudiant n°1 janvier 2016
Le Parisien Étudiant n°1 janvier 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de janvier 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (256 x 354) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : un pied dans l'emploi !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Sup de V B Les études de droit ? On les sont indispensables aux entreprises, associe un peu rapidement à estime Denis Simon, responsable des des milliers de pages de lois relations entreprises et carrières. et règlements à apprendre. Nous avons donc fait le pari qu’il y Encore faut-il les appliquer avait une attente à laquelle on pouvait répondre. » de la façon la mieux adaptée, grâce à de l’expérience et des cas réels. La Pari gagné, d’abord du côté des étudiants : entre la première et la Faculté libre de droit, basée à Lille et Paris, a lancé en 2014 deux programmes de master (1 et 2) en alterblé. Pour la première promotion seconde rentrée, les effectifs ont dounance, pour les spécialisations de diplômée, les cabinets spécialisés et droit social et de droit des affaires. directions internes n’ont pas nécessairement embauché les alternants à « Ces compétences très spécifiques 1520x1508:Mise en page 1 17/12/15 16:07 Page 1 d es eotmee tout ou ion3 d., kto. UNIVERSITÉ PARI s 13 JANVIER 2016 ÉTUDIANT Du DUT au BAC+5* TROUVEZ VOTRE FORMATION EN ALTERNANCE) à l'Université Paris 13 5 campus Villetaneuse Bobigny Saint-Denis La Plaine Saint-Denis Argenteuil Villetaneuse Bobigny Saint-Denis La Plaine Saint-Denis Argenteuil PROGRAMMES Du DUT au BAC+5 * la fin de leur contrat, le taux de transformation en CDI s’élevant à environ 30%. « En revanche ils trouvent trois à quatre fois plus rapidement un emploi par rapport à leurs collègues des filières « classiques ». L’alternance apporte une forte valeur ajoutée pour s’insérer professionnellement. » Répondre aux demandes des entreprises Alors que les entrées en apprentissage, tous niveaux confondus, ont baissé de 5% en octobre 2015 (par rapport au volume d’inscriptions en octobre 2014), l’enseignement supérieur mise toujours sur cette voie de formation. 21 000 étudiants sont par exemple inscrits dans les 128 filières en apprentissage proposées par les grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. Et les domaines classiques du management et de l’ingénierie ne sont pas les seuls concernés. TROUVEZ VOTRE FORMATION EN ALTERNANCE à l’Université Paris 13 Plus de 50 formations en alternance culture, communication, information, édition, finance, économie, gestion, droit, ressources humaines, informatique, réseaux et télécommunication, industrie mécanique, électrique et électronique, santé, social, hygiène, sécurité, environnement, énergie, langues culture, communication, information, édition, finance, économie, gestion, droit, ressources humaines, informatique, réseaux et télécommunication, industrie mécanique, électrique et électronique, santé, social, hygiène, sécurité, environnement, énergie, langues Plus d’informations sur : www.univ-paris13.fr www.fcu.univ-paris13.fr * Masters et diplômes d’ingénieurs Alternance : la montée en puissance se confirme Longtemps considéré comme une réponse à l’échec scolaire, l’apprentissage s’est imposé en tant que voie d’excellence dans l’enseignement supérieur. Toutes les filières sont aujourd’hui concernées, du droit à l’expertise comptable en passant par le management, l’ingénierie ou le design. Focus sur les dernières tendances. Plus de 50 formations en alternance L’Université Paris 13 est membre de : CAMPUS B CONDORcr Conception : direction de la communication - Univeristé Paris 13 - décembre 2015 L’ESDES Business School, à Lyon, a ouvert en 2014 une spécialisation rare : un master Expertise et contrôle, qui forme des experts comptables. « C’est suite à une forte demande des cabinets d’expertise rhônalpins que nous l’avons mis en place, indique Claude Bailly Masson, responsable de la majeure. La première promotion comportait dix étudiants, ils sont 15 cette année. Nous comptons faire de cette majeure une filière d’excellence accueillant à terme entre 20 et 25 étudiants par promotion. » 3 QUESTIONS À... Deux fois plus d’apprentis en quatre ans L’université est également en pointe dans les formations en apprentissage, avec de nombreuses licences, masters et autres diplômes. Par exemple, l’université Paris 13 propose environ 250 programmes dont une soixantaine en alternance. Trois nouveautés sont venues enrichir le catalogue à la rentrée 2015 : le master Conseil en entreprise, le master LEA-MIA (Langues étrangères appliquées aux métiers internationaux des assurances) et un diplôme de niveau bac+3 créé avec le CFPB » > « Le secteur du multimédia attend des compétences très pointues » Dans vos différentes filières (création digitale, informatique multimédia, communication digitale), vous proposez de nombreuses formations en alternance. Pourquoi ? Les entreprises du secteur multimédia attendent des compétences très pointues. Nous proposons donc des formations généralistes jusqu’à bac+2 puis des cursus spécialisés qui permettent d’acquérir d’autres techniques. Par exemple, un chef de projet multimédia peut être intéressé par un mastère professionnel UX Design. L’alternance joue un rôle essentiel en offrant des mises en pratique sur des projets concrets. Rémy Galland Directeur de l’École Multimédia DR Quelles sont les compétences que développe particulièrement l’apprentissage ? Plutôt qu’une entrée directe dans le monde du travail après le diplôme, la formule de l’alternance favorise une montée en puissance progressive. Les entreprises ont tendance à fonctionner en mode collaboratif et réclament de la polyvalence. Nos étudiants gagnent en maturité, ils apprennent à faire preuve d’adaptation et de souplesse et à travailler en équipe. Ils sont donc parfaitement armés, une fois diplômés, pour avancer dans leur carrière. Une période d’alternance se poursuit-elle automatiquement par une offre d’embauche ? Nous avons des partenariats avec des grandes entreprises mais la plupart des étudiants effectuent leur parcours au sein de PME, TPE et start-up. Pour ces organisations, l’alternance ne correspond pas à une embauche à moindre coût : c’est une voie de recrutement à part entière ! Lorsqu’elles disposent d’un professionnel bien formé, déjà intégré et opérationnel, elles cherchent en général à le garder. On observe des taux de plus de 80% d’embauche à l’issue de l’alternance. Mais il arrive aussi que les diplômés, qui reçoivent d’autres propositions, décident d’aller dans une autre entreprise. G.M. FORMATIONS, SOIRÉES, OFFRES DE STAGES... TOUTE L’ACTU ÉTUDIANTE SUR WWW.LEPARISIEN.FR/ETUDIANT Supplément réalisé pour le Parisien et Aujourd’hui en France par le service des suppléments. Éditeur : Christine Goguet Rédacteur en chef des suppléments : Jean-Louis Picot Fabrication : Amandine Charbonnel Rédaction/coordination : GA NEWS Création : Bruno Bayol Editeur web : Gabriel Jaquemet Photo de une : Getty Image Photos pages intérieures : D.R. sauf mentions obligatoires Régie publicitaire : team media - Contacts : Philippe Fromantin et Muriel Petit - Tél. : 01 40 10 53 04. s m C l d f E
 » > (Centre de formation de la profession bancaire). « Dans les deux cas, leur création découle d’une demande des secteurs d’activité eux-mêmes, expose Joseph Cerrato, directeur du CeDIP (Centre de développement en ingénierie de la professionnalisation) de l’université. Les formations en alternance aux métiers de la banque-assurance fonctionnent très bien. » Entre 2008 et 2012, le nombre d’apprentis de toutes les filières a quasiment doublé dans cette université. Aujourd’hui, aucun domaine de compétences n’échappe à cette tendance. L’alliance de bases théoriques et de mise en pratique devient un modèle de référence pour plusieurs écoles. C’est par exemple le cas de l’école informatique ESGI et de l’école de design ICAN, qui font partie du réseau GES (Grandes écoles spécialisées). De nouvelles spécialisations vont voir le jour en 2016, en ingénierie du Big Data pour la première, en web experience design ou en game design pour la seconde. L’informatique et le numérique font le plein Il y a encore quatre ans, l’ICAN n’avait pas d’alternants. Désormais plus de 20% des étudiants sont dans cette situation. À l’ESGI, l’immense majorité des étudiants optent pour cette formule. « La demande est tellement forte que l’alternance s’est généralisée dès la troisième année, indique Emmanuel Peter, directeur des deux écoles. Ils veulent acquérir de l’expertise en étant associés à des projets concrets, tandis que les entreprises bénéficient d’un œil neuf et de compétences à moindre coût. » Comme l’illustre l’exemple de l’ESGI, les formations d’informatique et numérique en alternance sont en plein essor. À SUPINFO, le cycle de cinq ans est suivi en apprentissage par neuf étudiants sur dix, tandis qu’Efreitech propose un master en e-business (en partenariat avec EDC Paris Business School) ou encore une formation bac+3/4 de chef de projet numérique. Des compétences pointues mais qui concernent aujourd’hui tous les secteurs d’activité, chaque entreprise étant confrontée à la transformation digitale. Commerce en ligne, communication grand public mais aussi relations entre professionnels ou animation de communautés : avec un champ d’intervention aussi vaste, les chefs de projet numérique sont de plus en plus recherchés. TELEX 128 filières en apprentissage dans les grandes écoles d’ingénieurs et de commerce Des partenariats étroits avec le monde économique Les établissements proposent donc davantage de formations et de places en alternance pour répondre aux attentes : plus d’étudiants intéressés, et plus de propositions de contrats d’apprentissage ou de professionnalisation de la part des entreprises. Encore faut-il que les deux parties se rencontrent. « Nous avons une équipe chargée d’aider les étudiants à trouver un employeur, indique François- Xavier Théry, directeur du développement et des entreprises de Montpellier Business School. La demande évolue et il faut y répondre : les étudiants du programme Grande École, en M1, n’ont jamais été aussi nombreux à opter pour l’alternance. Et la troisième promotion du bachelor n’est pas en reste : 55 ont fait ce choix pour leur dernière année, contre une quinzaine d’étudiants de la première promotion. » Si des entreprises se manifestent spontanément pour proposer des contrats, les établissements privilégient les relations de longue durée. « C’est une nécessité de nouer et renforcer des partenariats avec le monde économique, confirme Alain Zalman, directeur de Sup Career, l’école de commerce en alternance du Groupe INSEEC. Cette proximité permet de faciliter le placement des étudiants en entreprise et de s’assurer que nos programmes restent en adéquation avec les besoins du marché du travail. » Une façon moderne d’acquérir des compétences Les contenus de formation évoluent sans cesse, « en particulier le digital, à la fois dans les programmes dédiés et dans ceux, en marketing ou en communication par exemple, qui doivent intégrer cette dimension ». Bien loin de l’image traditionnelle – et connotée négativement – de l’alternance, les experts de l’enseignement supérieur défendent donc une approche dynamique et performante. Comme le rappelle François-Xavier Théry, « il s’agit d’une façon moderne de vivre sa formation et d’acquérir des compétences ». Sans doute est-ce la principale explication d’un succès qui ne se dément pas dans l’enseignement supérieur. D’après une enquête de la Dares, plus d’un tiers des jeunes en alternance préparaient en 2014 un diplôme de niveau bac+2 à bac+5, contre 25% en 2010 et 15% il y a à peine dix ans. GILLES MARCHAND L’ISG (Institut supérieur de gestion) a lancé à la dernière rentrée un programme Grande École (bac+5) en alternance Mines ParisTech propose désormais deux de ses mastères spécialisés (Ingénierie et gestion de l’environnement, Management des risques industriels) en contrat de professionnalisation Deux ans de formation initiale et la dernière année de spécialisation en entreprise : le programme du nouveau Bachelor en management opérationnel des Écoles Pigier Le Cnam met actuellement en place Cnam-Alternance pour proposer des formations en alternance en mobilisant les ressources du numérique Adecco lance en février 2016 la première école dédiée à l’alternance, avec pour objectif de former 10 000 étudiants d’ici à février 2019. Parmi les partenaires : l’Afpa, Montpellier Business School, EMLyon Business School, IÉSEG School of management et Groupe IGS. Source : Newstank Éducation Sup Career le cnam 111‘ PROGRAMMES FOCUS Trouve Ton Entreprise, la nouvelle plateforme d’aide aux alternants Le 5 février prochain, les aspirants à l’alternance vont découvrir un outil nouvelle génération dont l’ambition est de faciliter leur recherche d’entreprise : trouvetonentreprise.com. À l’origine de ce projet, la Proactive Academy est une structure de conseil en insertion professionnelle dédiée aux 15-30 ans. Lancée en 2014 avec le concours de l’Anaf (Association nationale des apprentis de France), elle proposait jusqu’ici ses services aux entreprises, écoles et universités et aux CFA. « Nous avons conçu plusieurs protocoles innovants pour améliorer les techniques de recherche d’emploi, explique Morgan Marietti, co-fondateur de la Proactive Academy et fondateur de l’Anaf. Un millier de jeunes ont été accompagnés en 2015. Avec la plateforme, nous pouvons répondre aux demandes individuelles. » Ce coaching virtuel de 14 étapes est conçu en modules successifs, animés par des vidéos et validés par des quiz. Une partie sera gratuite, l’autre payante (30 € pour trois mois d’utilisation). « L’idée est de proposer des missions à réaliser pour évoluer dans sa relation à l’entreprise, dans sa posture dans la recherche d’emploi. » De son côté l’Anaf propose aussi un accompagnement pratique : Alerte job (une sélection hebdomadaire d’offres de contrat en alternance) Formation d’aide à la recherche d’entreprise SOS Alternants (accompagnement des démarches administratives et soutien juridique) Aide Mobili-Jeune (100 € par mois pour compléter le financement du loyer) Des événements pour enrichir le réseau professionnel « Nous proposons également une newsletter reprenant des informations concrètes et des astuces, complète Morgan Marietti. Ces services ont été mis en place progressivement, ils vont maintenant monter en puissance. » Pour en savoir plus : trouvetonentreprise.com ; wwww.francealternance.com (le site de l’Anaf) le cnam apprenti ingénieur en réseaux et systèmes informatiques au Cnam Picardie et champion de France aux Olympiades des md métiers 2015 Un projet de formation ? Venez en parler au salon de rapprentissage et de l'alternance du 12. au standr sur le F2.6, promoteur de talents depuis 1794 www.cnam.fr ÉTUDIANT Alexandre Ai,x,ndr, Étienne, Un projet de formation ? Venez en parler au salon de l’apprentissage et de l’alternance du 12 au 14 février sur le stand F26 C Création Dircom Cnam — YB/SG — janvier 2016 Photographie : Rodolph Émereau Illustration : Julien Flamand JANVIER 2016



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :